Tous ces « gilets jaunes », alliés objectifs des casseurs et pilleurs du samedi


En garçon objectif – mais prudent ! – je précise tout de suite que ce coup de gueule ne vise pas les « gilets jaunes » oloronais qui, à ma connaissance, ne se sont en 3 mois rendus coupables d’aucune violence ni directe, ni par procuration. Sauf à considérer – ce n’est pas mon cas – que quelques entraves à la circulation constituent en elles-mêmes une violence.

Nous devions être un certain nombre, dans les premiers épisodes du mouvement à, sans pour autant nous considérer comme des soutiens, comprendre le sentiment d’injustice sociale qui pouvait pousser beaucoup de Françaises et de Français à faire entendre leur colère et leur attente d’un monde plus juste.

Le gouvernement s’est alors résolu, contraint par les événements, à lâcher du lest : plus de 10 milliards d’€ de mesures nouvelles. Aiguillonnée par des leaders autoproclamés au discours pour le moins ambigu comme par des partis politiques décidés à rejouer dans la rue un match qu’ils avaient perdu par les urnes, la contestation ne s’est pas pour autant arrêtée. Elle est au contraire repartie de plus belle, alimentée par des revendications n’ayant plus rien à voir avec celles qui étaient à l’origine du mouvement. Ceux qui se présentent comme « le peuple » – comme si « le peuple » se réduisait à quelques dizaines de milliers d’individus ! – en sont maintenant à exiger la démission du président de la République, le référendum révocatoire (le fameux RIC n’est rien d’autre), la création de la VIe République etc.

Tel un mantra, ces revendications sont maintenant ressassées tous les samedis. Nous en sommes à l’acte XIV. Et, hormis les violences qui clôturent rituellement les principales manifestations (à Paris, Bordeaux, Toulouse etc.) qu’est-ce que les chaînes d’information retiennent de ces défilés inorganisés ? Cela étant, trop de « gilets jaunes » ne s’accommodent-ils pas, pire, ne se félicitent-ils pas de ces violences et de cette inorganisation, les unes étant trop souvent la conséquence de l’autre ?

N’est-ce pas être l’allié objectif de cette situation lorsqu’en ne se dispersant pas à la fin d’une manifestation, on assiste aux violences en spectateurs – lorsqu’on ne se transforme pas soi-même en acteur -,  servant ainsi en toute conscience de « bouclier humain » à des casseurs qui, se fondant au milieu des gilets jaunes lambda, peuvent s’en prendre aux forces de l’ordre et aux biens en sachant pertinemment que les policiers et gendarmes sont ainsi empêchés, par crainte de dommages collatéraux (ce n’est malheureusement pas toujours le cas), de remplir leur tâche ? Une forme de violence par procuration.

N’est-ce pas être l’allié objectif de cette situation lorsque, invité à donner son avis sur ces dérives, trop souvent on déclare : « Je trouve cette violence inadmissible, intolérable, mais… » ? Ce « mais… » étant suivi d’une longue tirade dénonçant la répression du pouvoir, la surdité du gouvernement aux attentes bien sûr légitimes du « peuple », etc. Ce « mais… » justifiant, excusant en réalité la violence que la première partie de phrase était censée condamner.

N’est-ce pas être l’allié objectif de la situation lorsqu’on relaie sur les réseaux sociaux des « informations » dont on aurait pu s’apercevoir au préalable, avec un minimum de vérifications, qu’il s’agissait en réalité de « fake news » ? Ou bien quand on fait circuler avec complaisance sur Facebook des messages de haines à l’égard de telle ou telle personne, de tel ou tel groupe ?

J’ignore comme tout le monde quelle sera la fin de l’histoire. Mais une chose est sûre : si les « gilets jaunes » tirent les marrons du feu, ce ne sera certainement pas au bénéfice du « peuple » dont trop d’entre eux se réclament les représentants exclusifs. Car ce type d’événement se termine rarement au bénéfice de ceux qui s’en croient les acteurs principaux. Même la Révolution française en est l’exemple : les alliés objectifs deviennent au final les dindons de la farce.

Post-scriptum – que les adeptes de l’insulte cachés derrière leur écran, planqués derrière un pseudonyme ne se fatiguent pas : une modération précède la mise en ligne du moindre commentaire sur le blog.

Actualisé le 18-02-2019 à 14 heures 15 : un ami vient de me signaler un article paru ce matin dans « La Croix ». Intitulé « « Les gilets jaunes, une forme d’individualisme extrémiste », c’est le regard d’un philosophe sur le mouvement. À lire d’urgence : https://www.la-croix.com/France/gilets-jaunes-forme-dindividualisme-extremiste-2019-02-18-1201003254

57 commentaires sur « Tous ces « gilets jaunes », alliés objectifs des casseurs et pilleurs du samedi »

  1. Dans les derniers acharnés de la promenade du samedi on retrouve les extrémistes de gauche et de droite, des frustrés qui ont sans doute préféré être des cigales et qui trouvent dans cette valorisation médiatique la place pour montrer leur haine pour les dirigeants, les institutions, la république.
    Ils ne sont bien sur absolument pas le peuple
    Ils sont les ratés du peuple.
    Ils sont une toute petite minorité, et comme l’a dit Berléand avant moi, « Ils nous font chier ! »

    J'aime

  2. Parfaitement en phase avec chacun des mots de cet article.
    Comme le disait Maurice Thorez à l’époque du Front Populaire il y a déjà plus de 80 ans : « Il faut savoir arrêter une grève ».
    Ces samedis répétés de remise du couvert dans les grandes villes de notre pays sont devenues profondément contre-productifs, font du mal à, voire tuent des tas de petits acteurs économiques, décrédibilisent encore plus si c’est possible le mouvement d’origine des GJ, et confortent le pouvoir dans sa certitude de détenir la seule clé de la vérité dans le mode de gouvernance de notre pays.
    Par pitié, arrêtons la casse ! Car on est maintenant largement entrés dans le domaine de la connerie coupable.

    J'aime

  3. «  » Ils nous font chier ! »

    voila ça c’est dit ! 🙂

    bon maintenant on peut comprendre monsieur Berléand:

    bras dessus bras dessous avec monsieur Macron et surtout 2 « révolutionnaires » qui à l’instar des extrémistes gilets jaunes chauffaient les salles en mai 68 pour en suivant inciter à casser du flic dans le quartier latin au nom des « travailleurs » qu’ils n’ont jamais été. Police qui était bien moins protégée que maintenant.

    Là je vous donne raison, ce ne sont pas des ratés de la vie et ont su profiter du système.

    quant à croire qu’ils ne sont qu’une poignée, j’ai peur que vous vous trompez lourdement.ils ne sont que l’écume.C’est beaucoup plus profond. Il y aura forcément un reflux, Un tel mouvement est inédit surtout « en morte saison » et nous ne sommes pas à l’abri d’une grande vague de printemps à l’occasion d’une nouvelle provocation de notre cher ( vraiment très cher) président ou de nouvelles révélations.Le premier cercle de l’Elysée diminue et beaucoup de rumeurs parisiennes restent en deçà du périphérique et donc ne sont pas colportées par les chanteurs de rue.

    J'aime

  4. Par pitié, arrêtons la casse ! Car on est maintenant largement entrés dans le domaine de la connerie coupable.
    Le problème c’ est que maintenant la boîte de Pandore est ouverte et personne
    n’ est capable de la refermer, même pas Jupiter. C’ est pas en étant représentant de 25 % d’ électeurs, ou même pas, que l’ on peut régler l’ affaire. Tout le monde est pris à son propre piège, autant tous les partis politiques, que le Président. Même Marine Le Pen ne cherche pas plus que ça à récupérer les GJ.
    Le mouvement ne s’ éteindra pas, il passera en permanence par des phases éruptives. La seule solution sera de faire en sorte qu’ elles soient les plus faibles et les plus éloignées possible. A moins que le Président décide de provoquer une nouvelle élection et revienne au pouvoir avec plus de 50% des voix. C’ est la seule chose qui pourrait remettre chacun à sa place. Sans ça, Macron a fini son mandat présidentiel. Il sera pourri en permanence.

    J'aime

    1. Il me semble que Macron est au pouvoir avec en plus de la majorité des voix à la présidentielle plus de la moitié des députés.
      C’est quand même cela qui compte non ?
      Sans cette majorité impossibilité de faire la loi ou voter un budget …

      J'aime

      1. Le problème de Macron est qu’ il a fait le choix de la verticalité du pouvoir.
        Aujourd’ hui, il n’ a pas de disjoncteur entre lui et le peuple. Il est en prise directe, tout lui retombe dessus, majorité à l’ assemblée ou pas. Il a oublié qu’ en France le peuple est souverain. Ce qui donne au peuple, quand il l’ utilise, autant de puissance de pouvoir qu’ une majorité. On le constate tous les samedi, malgré le déploiement policier. Les répercussions économiques sont bien plus désastreuses pour le Président et le pays que les démonstrations de forces. Macron s’ est pris les pieds dans la nasse républicaine.

        J'aime

        1. 1/  »….Macron est qu’ il a fait le choix de la verticalité du pouvoir… » expression passe-partout ressassée un peu partout : oui, son pouvoir est  »vertical », il l’est et le restera avec lui et ses successeurs aussi longtemps que les Jacobins de 1789 (et suivantes) n’auront pas été remplacés par les Girondins, 5éme,6éme ou nième République (voir Maduro, Bolsonaro, Poutine, Trump, Ouattara et les autres.
          2/  »…en France le peuple est souverain » : non, le peuple n’est pas souverain, il élit des représentants qui incarnent sa souveraineté.
          3/  »…autant de puissance de pouvoir qu’ une majorité. On le constate tous les samedi,..; » non, le samedi, on constate les faits et méfaits d’une minorité montés en épingle par les medias en continu et rois des rx sociaux pervertis.
          4/  »…Les répercussions économiques sont bien plus désastreuses pour le Président et le pays que les démonstrations de forces » ok, lapalisse est de retour.

          J'aime

  5.  »Sauf à considérer – ce n’est pas mon cas – que quelques entraves à la circulation constituent en elles-mêmes une violence. »
    Le problème commence là : c’est l’histoire de la pelote de laine dont quelques-uns tirent un fil pour en dérouler la totalité (ou pas). Dans un pays de libertés, l’entrave, grande et petite, tolérable ailleurs, est inacceptable car :  »La violence est l’utilisation de force ou de pouvoir, physique ou psychique, pour contraindre,… »
    Quelques entraves à la circulation, qui plus est provoquées souvent par des cheveux-gris, ouvrent la porte insidieusement à tout le reste, au nom de l’impunité initiale répétée ad nauseam : la démonstration en est faite depuis le 17 novembre dernier.

    J'aime

  6. Je lis et regarde les videos facebook, et si certaines sont douteuses, (je le pense), je lis aussi les articles des journaux nationaux, voire internationaux (via Courrier International). La répression policière est démesurée et violente depuis le départ. Voulue comme telle et organisée par le pouvoir. Tellement plus simple de discréditer et stigmatiser les opposants qui réagissent violemment une fois qu’on les a chauffés à blanc…. Le grand écart permanent entre le traitement d’une affaire d’Etat et les arrestations arbitraires de manifestants lambda n’est pas fait pour calmer les esprits. 2 poids, 2 mesures = l’injustice comme mode de fonctionnement, presque comme étendard.. C’est révoltant. Certains se révoltent. De mon point de vue, le premier allié objectif des casseurs s’appelle Macron. Avec d’autres valeurs que le fric, la loi du plus fort, et moins de mépris pour les pauvres (les faibles), on en serait peut-être pas à 3 mois de rue… et de casse….

    J'aime

    1. Votre raisonnement est une suite d’oxymores : grand classique qui, une fois passé l’effet initial, ne mène à rien, et clôt la discussion avant qu’elle ait commencée…

      J'aime

  7. ces 10 milliards concédés sont un cautère sur une jambe de bois.Le mal est bien plus profond et relève du mal être des gens de cette France périphérique a qui on a fait perdre tous ces reperes ou ces piliers en les déclarant du passé au nom de la liberté de penser et d’agir. L’économie, l’argent pour faire simple devait pallier à cette perte comme l’huile dans les rouages.Après tout la misère est plus supportable au soleil. mais voilà « cela ne passe plus », les nuages s’assombrissent alors que la société marchande demande de plus en plus de clients , elle somme presque de consommer sous peine d’être rétrogradé dans les bas fonds de la société. .Il faut un mental de fer, des convictions profondes, une famille unie ou plus simplement des moyens suffisants pour résister.

    beaucoup de gilets jaunes sont des gueules cassées, pas des ratés de la vie sauf à croire que l’argent est une finalité. Certains font de l’esbroufe pour faire croire encore qu’ils ont leur place , puis forcément s’y agrègent ceux de « la cour des miracles » dans un étrange mélange des genres.

    si on y ajoute les silencieux et les timides qui n’en pensent pas moins ainsi que ceux qui refoulent d’autres inquiétudes pour ne pas être catalogués, cela fait énormément de monde…et ce soir le baril est remonté à 66 dollars. et je ne parle pas du baril de poudre..

    J'aime

  8. J’hallucine…

    J’ai honte de mon espèce chaque jour de plus en plus…

    Je laisse les privilégiés déblatérer ici sur les « sans dents », je serai plus utile à aller bloquer du camion sur Oloron ce soir, désolée ;-).

    Le fossé se creuse entre nous, et vous ne vous rendez même pas compte que c’est notre propre tombe qui se creuse, à vouloir sauver un système qui vous (nous, j’en suis mais je suis prête à perdre encore du pouvoir d’achat pour redistribuer moi 😉 ) privilégie mais laisse de plus en plus de gens sur le carreau.

    Pour en éclairer certains, y a ça la semaine prochaine 😉

    http://journeeslibertairespau.blogspot.com/

    Je crois que je ne reviendrai pas lire la suite, marre de lire la haine des nantis.

    Je préfère largement un GJ non écolo à ceux que je viens de lire. Le mépris des classes populaires en marche, LOL…

    J'aime

  9. Pour évacuer les gilets jaunes, certains les classent dans l’extrême droite ou l’extrême gauche, les qualifient de frustrés, de ratés de la vie. Des moins que rien, trois fois rien, presque des vauriens quoi.
    Les gilets jaunes font peur parce qu’ils ont démontré que pour faire aboutir une revendication, il était inutile de s’appauvrir davantage en payant une cotisation à un syndicat ou à un parti politique, inutile aussi de perdre une journée de salaire pour faire grève. Il suffisait d’une présence nombreuse chaque samedi, dans les ronds points. Une situation inédite qui affolait les ministères.
    La puissance de leur mouvement n’aura pas pu quand même rétablir l’impôt sur les grandes fortunes.
    Dorénavant, nous savons, quel que soit le Gouvernement en place, dès l’instant que le curseur de de l’injustice et du mépris des petites gens franchira un certain seuil , un nouveau mouvement de gilets jaunes surgira plus fort et plus conquérant.
    Ce qui est incroyable est de savoir que la classe politique n’avait rien vu venir et qu’elle pensait pouvoir continuer à gérer comme si la population était anesthésiée, oubliant l’usage d’internet, les effets des réseaux sociaux, des téléphones, des sites étrangers, ect…

    J'aime

    1. @ manaut:

      « Ce qui est incroyable est de savoir que la classe politique n’avait rien vu venir «  »

      si si, ne les prenez pas pour des imbéciles. ce n’est que le bal des faux-culs dansant sur un volcan.

      J'aime

    2. Ce que vous faites, ce sont des constats enchainés selon votre logique, y compris pour les sites étrangers qu’il serait utile de connaitre pour une saine information : merci d’avance.

      J'aime

  10. Je suis entièrement d’accord avec l’analyse de Joël.
    J’ajouterai que ,si des français ont des revendications légitimes ,les français dans l’ensemble ont horreur du désordre qui dure …et que ce désordre finit généralement par profiter au pouvoir en place …Les GJ devraient y réfléchir :l’opinion publique a déjà basculé et Macron a déjà regagné des points dans les sondages .

    J'aime

  11. Il est question là d’information ! Sur quelle base j’appuie mes convictions! D’une part des médias qui appartiennent à un petit groupe de personnes et de l’autre côté les réseaux sociaux… et le terrain : ronds point, manifs, etc.. Êtes vous tous sur d’avoir pris le temps de contrôler vos appuis?
    La casse et la violence présenté à la télé .. La casse et la violence constaté sur notre territoire (pour pas chercher trop loin).. Services publics, soins, misère…
    Avez vous été à Toulouse (c’est pas si loin) pour voir de vos propres yeux (au risque d’en perdre un) ces fameux casseurs et comment une manif peux dégénérer et pourquoi?
    Faites vous parti de ces personnes qui récoltent la parole des citoyens (commande faite par le président lui-même) dans le cadre du grand débat et vérifier à cette occasion la pertinence de votre pensée ?
    Étiez vous à ce débat organisé par notre radio locale ?
    Vous est il arrivé de venir discuter sans apriori avec des GJ sur les ronds points ou autres manifs sur Oloron ?
    S’il vous plait assurez vous que vos bases soient solides et vos convictions en seront que meilleurs !

    J'aime

    1. Serge, j’ai beau lire et relire ton commentaire, je n’y trouve pas trace de la moindre condamnation des violences du samedi. C’était pourtant bien là le sujet de mon article.

      J'aime

  12. 67 millions de Français, Macron compris, forment « le peuple ». Aucun groupe, grand ou petit, organisé ou pas , peut à lui seul se revendiquer « le peuple ».

    Tout à fait d’ accord les GJ ne sont pas  » le peuple », mais le mécontentement actuel ne s’ arrête aux GJ. Il y a une grande partie de la société qui est la majorité silencieuse qui ne donne pas un blanc-seing à Macron, ni aux GJ, mais n’ en pense pas moins de cette situation qui nous mène indéniablement dans une impasse.
    A un moment donné certains ont envisagé, comme De Gaulle à l’ époque, de faire une manifestation de force de soutient à Macron, mais cela s’ est vite arrêté, car ils se sont rendus compte que ce soutient massif n’ existe pas. Par contre ce coeur du peuple attend avec impatience que les paroles et promesses se transforment en actes pour que la société puisse enlever ses chaussures de plomb.
    Malheureusement, je ne pense pas que dans les mois à venir nous en prenions le chemin.

    J'aime

  13. Une toute petite introduction pour évacuer le 1er commentaire (Mr Sango), tellement rempli de cette certitude méprisante de classe, « des frustrés », « des ratés ». Mr Sango, venez donc faire un tour à la cabane du rond point de Gurmençon si toutefois vous ne craignez pas de vous salir au contact de ces gueux. Moi, à chaque fois que j’y suis allé, j’ai trouvé des gens heureux d’être ensemble, de se parler, de faire du bois, faire à manger, envisager l’avenir, parler d’eux, des trucs qu’ils avaient perdu l’habitude de faire, et oui…
    Quant à la « violence »… Et bien non, Mr Adam, moi, je ne me sens aucune légitimité pour la condamner. La violence pour moi elle est dans notre société macronienne qui casse les services publics, peu à peu, méthodiquement, qui éloigne les gens les uns des autres, qui peu à peu remplace le contact humain par des machines (impots, caf…), qui privilégie une petite caste au détriment de la majorité, qui se fout totalement de l’avenir climatique, qui profite de la moindre occasion pour augmenter le contrôle sécuritaire de la population. La violence elle est là.
    Vous parlez de la révolution française, qu’on célèbre chaque année. Vous pensez qu’elle s’est faite avec des fleurs, la révolution française? J’ai vu récemment les 2 méga production tournées à l’occasion du bicentenaire (avec l’excellent Balmer en Louis XVI), je vous invite tous à les revoir, il y a pas mal de choses qu’on retrouve chez les gilets jaunes, ce bordel foutraque, cette colère non maîtrisée qui part dans tous les sens, mais aussi ce bonheur à exister ensemble, à se dire qu’ensemble on est plus fort, et qu’enfin, enfin on ne veut plus courber l’échine. Alors à l’époque il n’y avait pas les réseaux sociaux et les fake news (le complotisme est un fléau, chez les GJ comme ailleurs), mais quand les gens ne pouvaient plus maîtriser leur colère, elle se retournait de la même façon sur d’éventuels innocents, malheureusement (les « massacres de septembre » par ex).
    Moi j’espère que les GJ vont continuer longtemps à foutre le bordel dans notre belle démocrature, ne serait-ce que pour nous mettre mal à l’aise, nous déranger dans nos certitudes. Le 3 avril sort un film sur les gilets jaunes (on va tout faire pour qu’il passe au luxor), « j’veux du soleil », de François Ruffin (horreur, un député d’extrème gauche populiste) et Gilles Perret. Mr Sango, n’allez surtout pas le voir, restez bien au chaud chez vous, bien ancré dans votre mépris et vos certitudes.

    J'aime

    1. « Quant à la « violence »… Et bien non, Mr Adam, moi, je ne me sens aucune légitimité pour la condamner », écrivez-vous. Mais vous considérez avoir la légitimité pour la justifier dans la suite de votre commentaire. Dont acte.
      Et si j’évoque la Révolution française, c’est pour rappeler qu’au final ce sont les sans-culottes qui ont été les grands perdants.

      J'aime

      1. C’est avec ce type de contribution, Joel, qu’il faut comprendre définitivement qu’il ne pourra y avoir de débat : qui dit débat dit discussion, qui dit discussion dit partenaires qui ne sont pas dans l’antagonisme viscéral. Or, nous en sommes là : un camp justifie sa violence physique bien réelle (souvent déléguée mais pas que) par opposition à une pseudo-violence sociale dite de classe auto-justifiée : vous avez dit Staline ? ou le KKK ? Exit une pseudo-convergence citoyenne, à plus forte raison une  »sortie par le haut ».

        J'aime

        1. Allez, deux citations :
          « La violence est injuste d’où qu’elle vienne » (Jean-Paul Sartre)
          « La victoire obtenue par la violence équivaut à une défaite, car elle est momentanée » (Gandhi)

          J'aime

      2. C’est avec ce type de contribution (celle à laquelle tu réponds), Joël, qu’il nous faut finir par comprendre (à supposer qu’on y ait cru, ce qui n’est pas mon cas) qu’il n’y aura pas de débat, sous-entendu avec celles et ceux qui n’en veulent pas. Le débat suppose des discussions entre partenaires ayant certes des convictions mais le moins d’à-priori possible. Or là, nous en sommes depuis 3 mois à prendre dans la tronche des écrits, des paroles, des gestes et des actions qui relèvent au minimum du démago basique, plus souvent de l’émeutier, du factieux, du violent physique qui ne sait quoi faire depuis longtemps de sa testostérone et qui a oublié de s’inscrire à un club de savate française quand il était jeune, bref qui relève de ce que la psycho définit comme le refoulé-qui-finit-par-pêter-un-boulon-faute-d’avoir-réfléchi-et-agi-avant pour s’assurer un destin personnel qui lui aurait évité plus tard l’envie, la paresse intellectuelle, les on-dits, les lectures biaisées, les coups de menton, les références pourries : une (petite) partie de nos concitoyens sont des staliniens ou des kukluxmen qui ne le savent pas et face à cette réalité, il ne restera plus qu’à justifier les qualificatifs dont ils abreuvent ceux-qui-ne-pensent-et-n’agissent-pas-comme-eux : méprisant, arrogant, anti-pauvre, anti-casseur, anti-émeutier, anti-antitout. On y va tout droit.

        J'aime

    2. Fran vous devriez regarder objectivement les choses.
      La France est un pays en faillite car la dépense publique (la redistribution ) y est la plus importante au monde : 58 % du PIB C’est gigantesque.
      Pour redistribuer il faut avoir de l’argent et nous avons donc les prélèvements parmi les plus élevés du monde (48% du PIB), mais comme il n’y en a pas assez on le fait payer à nos enfants par une dette gigantesque (100% du PIB) qui s’accroit chaque année puisque depuis 40 ans on n’a pas vu un seul budget en équilibre ….
      Quelques français se plaignent (20% se disent gilets jaunes) ce sont les opposants frustrés d’extrême gauche et d’extrême droite . Oui ils ont été cigales regardons quels efforts il ont fait dans leur jeunesse, et ensuite…
      La France possède une fonction publique pléthorique et des services publics les plus généreux.
      Le SMIC en France est le plus élevé d’Europe nos voisins espagnols sont extrêmement heureux de l’augmentation de leur SMIC à 1050 euros brut, il est à plus de 1500 euros en France…
      Et on pourrait aller bien plus loin.
      Non les gilets jaunes ne sont pas le peuple
      Oui on les a assez vu.

      J'aime

      1. oui je suis entièrement de l’avis de cette réponse à Fran.Biensûr que certains ont des raisons de se plaindre ,mais on peut difficilement faire plus que ce qui est fait en France.On a le système de protection sociale le plus généreux .Il faudrait que ceux qui se plaignent en prennnent conscience.Le raisonnement qui consiste à dire qu’il faut prendre aux riches (je suis de condition très modeste),est une fausse bonne idée ,ou alors il faudrait une révolution mondiale …sinon on fera fuir de chez nous tous ceux qui ont les moyens d’entreprendre …Il y en a déjà trop qui font profiter les Suisses par ex de leurs capitaux.

        J'aime

  14.  » …..qui dit discussion dit partenaires qui ne sont pas dans l’antagonisme viscéral. »
    Dans l’ état des choses, dialogue il ne pourra y avoir, car point de partenaires, autant d’ un coté comme de l’ autre. Macron ne voudra pas délaisser sa stature Jupitérienne et les GJ ne lui lâcheront pas les baskets. Maintenant il est trop tard la réaction s’ est faite trop attendre. Le pourrissement a trop gagné. Certains conseillers de Macron qui avaient une autre vision de la situation et d’ autres solutions quittent le navire. Même Alain Juppé se dit horrifié de voir la situation qui est en train de prendre de l’ ampleur. Le pays s’ est installé dans une guerre larvée de tranchées. Maintenant ne reste plus qu’ à attendre …..

    J'aime

  15. Allez, quelques chiffres :

    1/ Au plus fort des samedis GJ, 600000 personnes dans la rue
    2/ Nombre de millionnaires en euros en France : 600000 personnes

    Questions : comment faire pour que 2% de la population française, s’opposant un contre un de manière unidirectionnelle, ne fasse pas ch…les 98% restant ? On les exporte en Guyane histoire de leur faire régler leur antagonisme par un vrai face-à-face, en leur demandant un solide compte-rendu avant de les voir (éventuellement) revenir ? On les envoie résoudre leurs problèmes sur les atolls des Tuamotu-Gambier ou aux Marquises (il y a plein de boulot à y faire au soleil) ?

    J'aime

    1. vanessa va se mettre en colère à vous lire . vous lui donnez des arguments pour vous répondre. 🙂

      reconnaissez que c’est assez réducteur. les problemes des uns ne sont pas ceux des autres mais si il s’agit de prendre la pioche ou la pelle sous les tropiques à l’avance je vous préviens que la grande majorité des jg vont l’emporter. 🙂

      avec mes 824 euros de retraite et mes cals dans les mains et cela malgré mon age je suis fin prêt à affronter un millionnaire en euros.On pourra appeler l’émission « Gold Lambda  » 🙂

      ah oui aussi..à Castres charmante bourgade du Tarn il y avait 2000 personnes (dixit la Dépèche) samedi soir dernier dans un gymnase pour parler constitution.pas pour du franck dubosc ou autre idole de la chanson.

      Vous pouvez toujours vous voiler la face et envoyer les gj et millionnaires au bac à sable,l’europe est comme un rafiot en pleine tempête.et les premiers atteints sont ceux dans la cale ,la classe économique déjà les pieds déjà dans l’eau et vous n’êtes pas sans savoir que dans ce cas l’instinct de survie est impitoyable

      Wall Street Journal : selon la Banque mondiale, entre 2009 et 2017, la croissance a atteint 139% en Chine, 96% en Inde, 34% aux Etats-Unis et… – 2% dans l’UE !

      il n’y aura pas assez de place dans les canots de sauvetage

      J'aime

  16. @exND …..»…en France le peuple est souverain » : non, le peuple n’est pas souverain, il élit des représentants qui incarnent sa souveraineté. »
    Bien sûr que le peuple est souverain, c’ est inscrit dans l’ article 3 de la constitution.
    Ses représentants en incarnent sa souveraineté, mais rien ne dit qu’ ils en ont
    l’ exclusivité. Ils en ont seulement l’ incarnation.
    L’ erreur de Macron est qu’ il a confondu exclusivité de pouvoir et incarnation.

    J'aime

    1. @ Michel, Merci pour cette piqure de rappel qui me permet d’en administrer moi-même une autre : le même article 3 dit  » Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. » A bon entendeur, salut citoyen !

      J'aime

      1.  » Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. »
        Mais bien sûr et heureusement, c’ est la base même de la démocratie. Sans ça nous serions en dictature. Souhaitons que cela reste vrai le plus longtemps possible.
        Personnellement je fier que notre Constitution mentionne cela et surtout que cela soit respecté le plus longtemps possible, n’ en déplaise à certains.

        J'aime

        1. @ Michel Votre sentiment concernant la Constitution de la Véme me fait remonter en mémoire l’info passée par un contributeur ci-dessus concernant Castres où s’est tenue une réunion GJ devant 2000 personnes (voir Dépêche du midi). L’un des illustres inconnus présents sur l’estrade s’est fendu d’une déclaration personnelle qui m’a espanté : il a déclaré péremptoirement que la première des raisons qui rendaient caduque le texte de la Véme tenait au fait que tous ceux qui l’ont élaboré et écrit sont…morts ! Puissant, n’est-ce pas ? Peut-on débattre après cette inestimable exégète ?

          J'aime

  17. Pour répondre à ta question Joël, je suis contre la violence ! La violence sociale, la violence des plus riches, la violence des chefs, la violence des polices… et la violence de GJ! et ceux dans cet ordre! Quand un palestinien armé d’une pierre affronte un israélien aux armes sophistiqués, je suis contre la violence ! Quand les GJ dans une manif se font nasser, gazer, flashboller, estropier par une armée de roboquope, je suis contre la violence. Quand des personnes qui se posent la question où placer leurs épargnes font la morale à ceux qui calculent comment finir le mois, je suis contre la violence! Quand des fabriquants et autres vendeurs de poison tuent 80% de nos insectes, 30% de nos oiseaux, mettent en péril l’avenir même de notre humanité.. Je suis contre la violence !!
    Voilà Joël, j’ai répondu à ta question? Pour ce qui est de celles que j’ai posées comme la participation à essayer de faire évoluer la société..? Grand debat et autres sur Oloron.. Rien!
    Pour info, je gagne 1200 euros net par mois… et je me sens déjà dans la catégorie nantis.. Au regard de mes rencontres.. dans la vie réelle !

    J'aime

  18. Petit rajout… Je suis aussi contre la violence des certains commentaires sur ce blog… de certains de tes articles! Pourtant, je ne me sens pas valeur d’exemple.. donc, je suis contre aussi la violence de certains de mes propos…😜

    J'aime

    1. Violence de certains articles du blog ? Je suis preneur d’exemples ! Sauf à considérer comme violente l’émission de toute opinion contraire à celle de tel ou tel lecteur 🙂

      J'aime

  19. A vous lire tous mes amis sur ce blog on sent une réelle fracture.
    L’émotion semble l’emporter largement sur la raison et pire nous nous envoyons à la face ce qui nous oppose sans évoquer à un certain moment ce qui nous unis.
    On est loin du contrat social de JJ Rousseau ou de la ruche de Saint Simon.
    Rousseau disait dans le contrat social que la clé d’une société était de concilier l’aspiration du bonheur avec la soumission à l’intérêt général. Aussi, chaque individu devait abandonner ses droits naturels afin d’obtenir des droits associés à la citoyenneté. Le peuple tout puissant sauvegardant par les législateurs élus par le peuple le bien être général contre les groupements d’intérêts.
    Alors qu’est ce qui ne marche plus ?
    (Loin de moi des réponses tranchées ou remplies de certitudes)
    – surement la simple réponse de nos politiques depuis des décennies qui vise à dire que le seul remède à nos maux est la croissance économique
    – surement notre société de consommation qui nous impose une nouvelle relation au bonheur
    – surement les écarts de plus en plus abyssaux entre ceux qui gagnent toujours plus et ceux qui commencent à compter à partir du 15 du mois
    – surement une absence de réelle représentativité de nos législateurs à l’assemblée
    – surement de l’exemplarité à tous les niveaux

    Le sociologue François Dubet disait « sans la fraternité on n’accepte pas de sacrifices en faveur de l’égalité des autres »

    Malgré nos différences, nos points de vues, il est, me semble t il, de notre devoir de continuer à pouvoir en parler sereinement.

    J'aime

    1. 1/  »…seul remède à nos maux est la croissance économique… » encore une certitude : à moins de 1,5% de croissance par an, la France ne crée aucun emploi (encore faut-t-il accepter de penser que le chômage est un  »mal ») Même Piketty est en phase avec ce constat.
      2/  » …société de consommation qui nous impose une nouvelle relation au bonheur » : votre remarque me rajeunit, j’ai l’impression d’être revenu aux années  »soixantehuitardes » !
      3/  »…les écarts de plus en plus abyssaux entre ceux qui gagnent toujours plus et ceux qui commencent à compter à partir du 15 du mois… » Autre certitude (INSEE), en France, l’écart mesuré et confirmé en MOYENNE après redistribution entre les 20% les + riches et les 20% les plus pauvres est de 1 à 4, le plus faible jamais mesuré depuis qu’il existe des data fiables !
      4/  »…une absence de réelle représentativité de nos législateurs à l’assemblée… » Une dernière certitude : aucun de nos députés,y compris ceux du RN et de LFI ne doit son élection à  »un coup de bol ». Cela fait 50 ans que la chose publique me passionne et je n’ai jamais lu qu’une opposition parlementaire trouvait  »représentative » la majorité du moment :  »Parlement-croupion »,  »majorité-godillot » entre autres joyeusetés !!
      Quant aux sociologues…c’est une confrérie qui croit et embellit comme les tomates cerises, i-e hors-sol.

      J'aime

  20. Ne serait-il pas plus serein de débattre de tout cela à visage découvert ?
    Car c’est vraiment intéressent que chacun donne sa contribution sur ce blog.
    Mais j’ai l’impression que nous sommes dans un dialogue de sourd, muet et aveugle, tant certains commentaires auraient besoin de plus de développement.
    Pour moi, le sujet est trop complexe, pour ne laisser qu’un seul commentaire sur le fond. J’ai des commentaires à faire sur les commentaires.
    Malgré la juste nécessité de ce blog, certains sujets, et celui là en est l’exemple parfait mérite plus de réactivité dans les échanges.
    Alors chers ami.es, qu’en pensez vous de se voir et d’en parler ensemble ?

    J'aime

    1. J’adhère à cette proposition, et je trouve que le débat proposé par Radio Oloron la dernière fois à Bidos mériterait une suite. Je vous remercie pour cette initiative très ouverte. Coup d’essai à réitérer pour élargir les contributeurs…

      J'aime

  21. @ ex ND
    vous n’avez rien à dire sur l’exemplarité de nos gouvernants !
    c’est un point commun. Un seul, mais c’est un bon début.

    J'aime

  22. @ex-ND. Tous ceux qui ont élaboré et écrit la Constitution sont aujourd’hui’ hui morts, mais plus que jamais d’ actualité et bien heureusement. C’ est sûrement cela qui en fait enragé certains aux extrêmes, mais pas que, qui voudraient la dépasser pour pouvoir se diriger vers un monde sans repères, qui n’ aurait ni foi, ni loi, ni droit ni devoirs. Une espèce de révolution permanente, style Gardes Rouges Maoïstes, où à tout moment on peut être Juge ou jugé sans raison. Cela n’ est plus la démocratie, mais la démocrature. On voit très bien ce qu’ il est advenu à cette Chine là. Mais n’ oublions pas non plus que Macron dans son état d’ esprit n’ est pas très loin de cela, en ce qui concerne l’ économie, le social , la société. Il ne rêve que
    d’ une société malléable et corvéable à bon escient, afin d’ assouvir sa soif de pouvoir. Heureusement l’ article 3 est là pour lui rappeler ses devoirs. À moins qu’ il fasse  » tirer sur le peuple » ou comprenne comme De Gaulle, initiateur de la Constitution, qui en était à ce stade là il y a 50 ans, qu’ il valait mieux démissionner que de finir avec du sang sur les mains pour le restant de la vie et de la postérité.

    J'aime

  23. Je serais curieux de connaitre le nombre de messages postés ayant fait l’objet d’une non-parution sur le blog, victimes de l’inévitable ‘modération ». Merci d’avance au blogueur.

    J'aime

    1. Deux messages ont été modérés. Preuve, soit que le blogueur laisse passer n’importe quoi (ce qu’il conteste), soit que les commentateurs savent se tenir, même quand ils expriment leur désaccord avec d’autres opinions.

      J'aime

      1. La violence actuelle de quelques gilets jaunes que nous condamnons n’est rien à comparer avec ce qui nous attend si le fonctionnement de l’Europe reste inchangé.
        Petit cours d’économie (niveau élémentaire) sur l’intensité de la circulation des poids lourds à nos frontières. Des camions espagnols viennent charger les porcelets dans nos exploitations d’élevage pour les engraisser sur leur territoire. A cette fin, d’autres camions espagnols viennent chercher dans nos silos le maïs pour satisfaire l’engraissement des animaux. Enfin, des camions espagnols franchiront encore nos frontières pour nous livrer les carcasses de porcs et surtout les jambons pour confectionner les fameux jambons de Bayonne.
        Le déplacement intempestif de ces porcs est le résultat du traité européen qui interdit toute harmonisation fiscale, niveau SMIC, seuils sociaux,ect… De surcroît, même si le carburant espagnol est issu des mêmes raffineries, il coûte 25 centimes moins cher du litre. Même les règles sanitaires et environnementales sont moins strictes qu’en France. Dans ces conditions, pour rétablir la parité afin de créer des emplois en France, il faudrait ramener le SMIC au niveau espagnol en le réduisant de 50 %, ou bien en diminuant d’autant les aides sociales , soit en harmonisant graduellement vers le haut la fiscalité et tous les avantages sociaux dans tous les pays de l’Union européenne.
        C’est parce qu’Emmanuel MACRON a voulu l’harmonisation vers le bas que les gilets jaunes ont commencé à tousser. Mais ce n’est pas fini. Et çà peut péter.

        J'aime

        1. Allez Monsieur Manaut, je vais vous raconter une histoire (la même que la votre, mais les ingrédients différent !)) qui va vous prouver que votre ‘filtre à idées » personnel sur le sujet est de type passe-bas.

          J’ai découvert récemment quel était le parcours d’un canard gras des Landes (l’industriel autrement dit 95% de la production) : le  »bibiou » nait dans un couvoir, au bout de quelques temps, il est transporté à 30 kms par camion chez un  »éleveur » qui a 30 jours (pas un de plus ni un de moins) pour lui  »apprendre » à être gavé (en fait le boulot consiste à l’enfermer 2h par jour devant sa pitance pour l’obliger à se gaver, donc à dilater son jabot) et ils sont des milliers à le faire tous les jours chez le même éleveur ; le matin du 30éme jour, il est transféré à quelques kms de là toujours en camion, chez un autre éleveur pour le gavage…..j’abrège.

          A partir de là, plusieurs hypothèses vous concernant :
          – soit vous continuez à penser par mimétisme que c’est la faute à Macron si le système landais de production d’un foie gras industriel est ainsi conçu.
          – soit vous persistez à penser que ce sont des camions espagnols dopés au gazole moins cher qui passent par la vallée d’Aspe pour aller faire nuitamment le sale boulot de transfert des  »foie gras sur pattes » au milieu des pins.
          – soit vous admettez qu’il n’est nul besoin de baisser le SMIC français quand vous aurez constaté que ce sont des chauffeurs…polonais qui sont au volant des fameux camions dont le transit emm…les dormeurs et la noria détruit les petites routes de campagne, au bénéfice d »’éleveurs » bien de chez nous, soutenant les GJ, éructant en permanence contre les élites, donnant des leçons urbi et orbi, et roulant fièrement dans de gros SUV pas-de-chez-nous.

          Au final, le  »petit cours d’économie » voulant démontrer que c’est la faute à leurope-et-à-macron-et-aux-fadasquipeuplentlesministères » se heurte en fait à un principe humain de base : la soif de pognon, aussi inextinguible chez l’éleveur landais que chez le  »pourcaté » béarnais. Et contre ça, ni vous ni moi ni personne sauf les intéressés peuvent faire autrement.

          J'aime

        2. @ex-ND
          Vous avez mal interprété mon commentaire en évoquant la fréquence de déplacement d’animaux sur le plan local. Je vous parlais de l’absence d’harmonisation des règles entre les pays de l’union européenne, sur le plan fiscal, sanitaire, environnemental, âge de la retraite, SMIC, ect..). Cette absence d’harmonisation est suicidaire pour la France, qui dispose d’un niveau de vie avancé.

          Toutes les dispositions actuelles incitent la France s’aligner sur le niveau des pays moins développés. Par exemple, quand la RDA a réintégré la RFA, il n’a pas été décidé que le niveau de vie de la RFA devait régresser pour rejoindre celui de la RDA . C’est le contraire qui a été décidé d’une manière graduelle.
          Idem, quand les 3 régions (Aquitaine, Limousin,Poitou- Charentes) ont fusionné avec pour les Agents des différences de taux de rémunérations, d’indemnités, de congés, ect.. , il y eu un alignement des avantages par le haut.
          Cette absence d’harmonisation conduit les entreprises françaises à se délocaliser dans d’autres pays européens aux moindres coûts, aux normes environnementales plus souples, à une fiscalité bienveillante, etc… Il ne faut pas chercher plus loin le niveau élevé du chômage, de notre endettement, et de notre déficit commercial.

          Si les députés européens ne changent rien au fonctionnement des institutions européennes, cela sera le suicide de la France ou bien la révolution dont on perçoit les prémices dans le mouvement des gilets jaunes.

          J'aime

        3. Le problème n’ est pas qu’ un problème de disparité salariale, il y a également un problème de dumping économique. La France est un pays contributeur, l’ Espagne est un pays bénéficiaire de la  » manne » Européenne. Elle l’ a parfaitement compris, et sais en tirer profit, encore que maintenant la tendance diminue au profit de pays de l’ Est. Mais cela lui est toujours favorable d’ où son intérêt de maintenir des coûts de revient bas pour toucher le maximum d’ aides. Il y a eu un précédent avec la Grèce qui avait des coûts très bas mais en était arrivée à vivre bien avec les aides européennes. Cela n’ a pas duré et le réveil a été difficile. Cela est l’ inconvénient majeur de l’ Europe des marchands et des marchandises et non celle des hommes. Ce qui permet à certains pays de jouer au poker avec un double jeu. Un sur la table, un sous la table.
          Prochainement des élections européennes vont avoir lieu, les partis politiques européens vont devoir montrer leurs jeux et faire des propositions.
          Aux citoyens et électeurs européens à profiter de ce moment pour aller y regarder de près et y mettre leurs nez dedans pour voir ce qui s’ y passe. C’ est notre affaire
          de pouvoir faire changer l’ Europe pour une Europe constructive et non plus de marchands. On ne peut éternellement se contenter de dire  » C’ est la faute de
          l’ Europe » Non c’ est la faute des électeurs Européens qui ne s’ intéressent pas à leurs affaires. Le vote européen est en France celui qui a le plus d’ abstention, en conséquence il est impératif d’ aller voter et d’ exprimer son opinion.

          J'aime

        4. @ MANAUT Non, non, je n’ai pas mal interprété votre commentaire car vous suivez un seul objectif dans votre développement ; pouvoir conclure ça :  »C’est parce qu’Emmanuel MACRON a voulu l’harmonisation vers le bas que les gilets jaunes ont commencé à tousser »
          Je pourrais constater comme vous certaines choses, si celles-ci étaient correctement rapportées : écrire par exemple que le SMIC français brut à 1500 € devrait être réduit de 50%, soit 750 € pour être au niveau espagnol, c’est  »oublier » que celui-ci vient de passer au-dessus des 1000€…Ne vous en faites pas, à cette cadence-là tendant à l’harmonisation, les Espagnols nous auront rattrapé d’ici…la fin du mandat de celui qui reste notre PR !
          Pour le reste de vos exemples :
          1/ NON, les Allemands des landers de l’ex-RDA n’ont pas le niveau de vie de leurs concitoyens de l’Ouest. Chez eux, la non-harmonisation est toujours d’actualité, et là aussi ça coince mais en silence car le Teuton n’est pas Gaulois !.
          2/ OUI, Rousset (que, je crois, vous ne portez pas dans votre coeur) a harmonisé  »par le haut » les rému et avantages divers et variés de ses personnels de Nlle-Aquitaine MAIS, pour faire cela, il disposait de l’arme fatale : imposer à sa guise les citoyens régionaux pour en financer ni vu ni connu le coût. Il aurait été idiot de s’en priver ! Admettez un tout petit peu (!) que Macron, qui veut un budget européen, cherche ce faisant à se donner et à donner à l’Europe les moyens d’agir comme Rousset ! CQFD

          J'aime

      2. Je pensais que tu avais ouvert non seulement la boite de pandore mais surtout la boite à gifles ! Surprise positive pour moi si la modération n’a poubellé que 2  »contributions » ! Donc, j’en déduis (peut-être hâtivement…) que :
        – l’espérance restée dans la boite de pandore est toujours vivante (j’en ai douté),
        – le sketch de Devos concernant le rond-point doté uniquement de sens interdits en guise de sortie traduit une vue d’artiste et uniquement cela.
        A confirmer.

        J'aime

Les commentaires sont fermés.