Lettre au maire d’un riverain oloronais excédé par les troubles de voisinage causés par les occupants de la ZAD du Gabarn


Le quotidien La République s’est fait l’écho mardi dernier de l’exaspération de nombre de riverains de la Zad du Gabarn, cette parcelle de terrain occupée par des opposants à la réalisation de la déviation de la RN 134 entre le Gabarn et Gurmençon. Une exaspération causée entre autres par des fêtes bruyantes organisées jusqu’à pas d’heure. Yves Cazaux est l’un de ces riverains. Il vient d’adresser au maire d’Oloron un lettre pour l’interpeller sur la question.

Il faut savoir en effet que le maire d’une commune, au titre de ce que l’on nomme ses « pouvoirs de police » a en charge « d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques ». Un pouvoir de police dont le contenu est détaillé dans l’article L. 2212-2 du Code général des collectivités territoriales. Vous trouverez en fin de billet l’intégralité de cet article L. 2212-2. Contentons-nous dans un premier temps de prendre connaissance ici de son deuxième alinéa :

2° Le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que les rixes et disputes accompagnées d’ameutement dans les rues, le tumulte excité dans les lieux d’assemblée publique, les attroupements, les bruits, les troubles de voisinage, les rassemblements nocturnes qui troublent le repos des habitants et tous actes de nature à compromettre la tranquillité publique ;

Voici la lettre d’Yves Cazaux publiée ici avec son accord. Il en a également adressé une copie pour information à un certain nombre de personnalités locales et départementales :

Monsieur le Maire

Depuis l’installation de « zadistes » sur un terrain agricole du quartier du Gabarn à Oloron-Sainte-Marie (64), les riverains, dans un rayon de plusieurs centaines de mètres, subissent régulièrement des nuisances en tous genres, principalement sonores. Nos fêtards locaux n’hésitent pas à mettre en place des dispositifs de sonorisation surdimensionnés qu’ils font fonctionner sur une plage horaire allant de 20h00 à 10h00… Aujourd’hui, 20 janvier 2019, après un sommeil épisodique, à 10 heures, « ils » sont toujours collés au « mur de son » …

Tous les Oloronais ont pu constater que depuis ces derniers mois de nombreux marginaux font la manche à la sortie de La Poste ou des grands magasins locaux bien souvent accompagnés par leurs chiens… Et bien, en majeure partie, ce sont nos zadistes. Si vous empruntez le chemin des Ourtigous ou si vous vous promenez sur le Gabarn, vous rencontrerez certainement des groupes d’individus et leurs chiens de taille imposante, malades, non tenus en laisse et sans muselière… Et si vous engagez la conversation, vous constaterez par vous-mêmes qu’ils sont bien souvent alcoolisés, certaines fois sous l’effet de produits stupéfiants et qu’ils sont là « pour empêcher l’autoroute » (SIC).

Des riverains, dont je fais partie, ont déjà déposé une plainte à la gendarmerie pour tapage. Nos gendarmes sont visiblement démunis car à quoi cela sert-il de mettre des contraventions à des personnes non solvables… La vie est belle pour ces contrevenants, ils commettent des nuisances en toute impunité.

Le propriétaire du terrain agricole a permis à ces gens-là de construire des cabanes dans lesquelles ils logent. Si la construction de cabanes sur un terrain agricole est autorisée (d’après d’autres agriculteurs), il n’en reste pas moins que ces cabanes ne doivent pas être dédiées à l’hébergement d’êtres humains.

Mais que font nos élus ? J’ai posé à plusieurs reprises via le comité de quartier ou directement à l’élue chargée de la démocratie participative la question suivante : « quelle est la position de la municipalité sur la présence de ces zadistes ? » A ce jour je n’ai reçu aucune réponse.

Que font nos gendarmes ?  Ce qu’ils peuvent, avec les moyens humains et politiques qui sont mis à leur disposition. Plusieurs fois avisés dans la nuit, ils se déplacent. Mais que faire à 3 ou 4, de nuit en présence d’individus en nombre conséquent, alcoolisés et bien souvent sous l’effet de stupéfiants.  Je précise que nos « zadistes » rabattent tous les marginaux du voisinage et que parfois, nous avons sur place, près de cinquante personnes.

Alors que faire ! Subir ? Que va-t-il advenir de notre quartier et de notre ville cet été si déjà en janvier nous ne dormons pas la nuit ?

Je crains qu’une ZAD anti-zad ne voit prochainement le jour, j’en ferai partie. Certains appelleront ça « comité d’auto-défense », d’autres « comité de salubrité publique ». Malheureusement, devant l’inertie des pouvoirs publics, cela devient nécessaire. Peut-être aurons-nous alors le droit de mendier devant les magasins, d’organiser nous aussi des « méga-teufs », de construire dans nos jardins des cabanes qui serviront ainsi à des vacanciers, en bref faire nous aussi en toute impunité ce qui est toléré chez ces gens-là.

Une mère de famille confiait à des riverains qu’elle ne laissait plus seuls ses enfants jouer dans le lotissement du fait de la présence de ces nombreux marginaux.

Tout ceci pour dire que le sentiment d’insécurité grandit, que la peur commence à prendre sa place, que l’exaspération est à son comble.

… et l’on sait tous où cela conduit !

Alors M. le Maire, premier magistrat de la commune, aujourd’hui je vous demande :

  • Que comptez-vous faire pour que vos administrés ne subissent plus ces agressions quotidiennes ?
  • Que comptez-vous faire pour ces « mendiants » et leurs animaux non tenus en laisse ?
  • Que comptez-vous faire contre un propriétaire terrien qui héberge ces fauteurs de trouble car en définitive, les nuisances sonores provenant de chez lui, n’en est-il pas responsable ?
  • Etes-vous conscient que des citoyens envisagent la constitution de groupes d’auto-défense faute d’avoir une réponse adaptée aux nuisances qu’ils subissent ?
  • Allez-vous attendre qu’un de vos administrés commette un acte désespéré ?

J’espère cette fois-ci obtenir une réponse claire et je vous informe que cette lettre va être diffusée pour que nul n’en ignore, persuadé que la situation actuelle ne manquera pas de s’envenimer dans les semaines qui viennent.

En l’attente, recevez, Monsieur le Maire, l’assurance de ma considération.

Yves Cazaux

Attendons maintenant la réponse que le maire ne manquera pas de faire à ce courrier courroucé.

Article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales

La police municipale a pour objet d’assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Elle comprend notamment :

1° Tout ce qui intéresse la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques, ce qui comprend le nettoiement, l’éclairage, l’enlèvement des encombrements, la démolition ou la réparation des édifices et monuments funéraires menaçant ruine, l’interdiction de rien exposer aux fenêtres ou autres parties des édifices qui puisse nuire par sa chute ou celle de rien jeter qui puisse endommager les passants ou causer des exhalaisons nuisibles ainsi que le soin de réprimer les dépôts, déversements, déjections, projections de toute matière ou objet de nature à nuire, en quelque manière que ce soit, à la sûreté ou à la commodité du passage ou à la propreté des voies susmentionnées ;

2° Le soin de réprimer les atteintes à la tranquillité publique telles que les rixes et disputes accompagnées d’ameutement dans les rues, le tumulte excité dans les lieux d’assemblée publique, les attroupements, les bruits, les troubles de voisinage, les rassemblements nocturnes qui troublent le repos des habitants et tous actes de nature à compromettre la tranquillité publique ;

3° Le maintien du bon ordre dans les endroits où il se fait de grands rassemblements d’hommes, tels que les foires, marchés, réjouissances et cérémonies publiques, spectacles, jeux, cafés, églises et autres lieux publics ;

4° L’inspection sur la fidélité du débit des denrées qui se vendent au poids ou à la mesure et sur la salubrité des comestibles exposés en vue de la vente ;

5° Le soin de prévenir, par des précautions convenables, et de faire cesser, par la distribution des secours nécessaires, les accidents et les fléaux calamiteux ainsi que les pollutions de toute nature, tels que les incendies, les inondations, les ruptures de digues, les éboulements de terre ou de rochers, les avalanches ou autres accidents naturels, les maladies épidémiques ou contagieuses, les épizooties, de pourvoir d’urgence à toutes les mesures d’assistance et de secours et, s’il y a lieu, de provoquer l’intervention de l’administration supérieure ;

6° Le soin de prendre provisoirement les mesures nécessaires contre les personnes atteintes de troubles mentaux dont l’état pourrait compromettre la morale publique, la sécurité des personnes ou la conservation des propriétés ;

7° Le soin d’obvier ou de remédier aux événements fâcheux qui pourraient être occasionnés par la divagation des animaux malfaisants ou féroces.

39 commentaires sur « Lettre au maire d’un riverain oloronais excédé par les troubles de voisinage causés par les occupants de la ZAD du Gabarn »

  1. Vous n’êtes que victime du cercle vertueux qu’ à toute action, il y a une réaction. Pour vous c’ est la ZAD, mais demain pour d’ autres ça sera autre chose. Pour le gouvernement actuel ce sont les GJ. La démocratie est ainsi faite.
    La seule solution pour vous, serait l’ abandon du projet, d’ autant que sa véritable utilité n’ est pas prouvée. Il ne vous reste plus qu’ à militer pour la réouverture du Canfranc, ce qui pourrait déclencher l’ abandon du contournement routier d’ Oloron, qui est un véritable affront aux engagements de la France à la COP21.

    Aimé par 1 personne

    1. il y a déjà la solution qu’ils baissent le son (pour leur bien aussi , car restant au pied des baffles, ils comprendront ce que c’est que les acouphènes sans avoir jamais travaillé dans un univers bruyant, sans avoir jamais travaillé tout court d’ailleurs…) et que la collectivité leur achète des écouteurs..

      Ah oui des croquettes aussi…….

      Ainsi que des bons de réduction pour le contrôle technique de leurs véhicules…

      Et si certains travaillant au centre social là-haut pouvaient puiser dans le stock de vêtements, ce serait un plus puisqu’ils le font pour les migrants..

      Ne pas confondre baffes et baffles 🙂

      J'aime

      1. Rd918. Pour information le centre social ne possède pas de vêtements pour adultes. Il existe un service d’échange de vêtements pour les enfants de 3 mois à 4 ans.
        Ce sont les assos croix rouge, secours populaire et catholique, qui peuvent fournir des vêtements.
        Quand aux migrants c’est l’association POUR qui est lien avec ce public.
        Merci de vérifier vos sources.

        J'aime

        1. Ok! donc vous ne pouvez pas donner des vêtements pour adultes aux migrants. C’est noté.C’est vrai que je n’avais pas précisé l’age..Et ce n’est parce que les zadistes sont turbulents qu’on doit les affubler de turbulettes..

          J'aime

  2. Il est interdit par le code de l’urbanisme de créer des bâtiments de plus de 20m2 sans un certificat d’urbanisme.
    Il est interdit de construire un bâtiment dans certaines zones du PLU Plan Local d’Urbanisme.
    Voir le zonage. Je pense Agricole.
    Nous citoyens lambda nous devons respecter les règles d’urbanisme alors le propriétaire du terrain doit aussi se plier aux règles sinon le maire avec son pouvoir de police doit verbaliser.
    Pas de passe droit sinon c’est le début de l’anarchie.

    J'aime

    1. Pour utiliser le terme « anarchie » mieux vaut le connaitre. En effet, comme vous le sous entendez le terme « anarchie » ne veut pas dire « le chaos », mais veut plutôt dire l’absence de pouvoir,c’est à dire l’égalité entre tous, donc la Démocratie Directe. Mais n’est-ce pas un idéal,pour le plus grand nombre, que d’être en démocratie directe, pour pouvoir prendre chacun les décisions de la vie de la société??Bien sur loin de dire que vous avez tort dans le reste de votre message, je dis juste que rapporter le terme « anarchie » au « chaos » reste quand même un message bien réducteur.
      A bon entendeur 😉

      J'aime

        1. Oui, c’est vrai c’est bien plus compliqué que ça ! Mais pour faire un « rapide résumer » si je peux me permettre, rapporter le terme « anarchie » au « chaos » est réducteur.

          J'aime

    1. .merci monsieur. Grâce à vous je viens de découvrir qu’il existe le reggae breton . 🙂 Il reste à faire découvrir aux jamaïcains la danse ossaloise alternative. Ça va être plus chaud ils sont très ethno-centrés

      tenez l’autre jour j’ai mangé un couscous alsacien sans alcool pendant que chantait un groupe kabyle ardéchois, une tuerie !…..

      On vit une époque formidable.

      J'aime

    2. Oui mais admettez qu’à la croisée des notes, vous n’êtes pas obligé d’y assister de 20h à 11h le lendemain. Vous avez la possibilité de vous endormir dès 00h30… alors que là vous subissez… Maintenant sachez que la croisée des notes a toujours besoin de mélomanes et si vous êtes disponible, vous pouvez nous conseiller sur ce qu’est vraiment la musique, vous serez le bienvenu !

      J'aime

  3. Il faut régler le problème à la source. C est a dire ? Faire une 4 voies depuis le tunnel du Somport qui prendrait la direction de l Est ou Ouest de Pau et d Oloron. Ce qui supprimerait les nuisances dans la vallée d Aspe et Oloron… Ah faut de l argent mais faut savoir ce que l on veut ou fallait pas construire ce tunnel. Tunnel bien trop haut… Le chemin de fer ne verra jamais le grand gabarit pour le transport fret dont certain s en font l echo et pub. Je suis un ancien des TP avec des connaissances des routes de montagnes….

    J'aime

    1. Pendant que certains veulent des routes, d’autre essayent de prendre de l’avance sur les obligations climatiques qui vont bientôt nous tomber sur la tête.(Voir « Collapsologie ») 😉

      J'aime

      1. a propos de collapsologie ( je ne connaissais pas ce terme )je ne crois pas que les activités humaines en soient la cause ou si peu.ce qui n’empêche pas qu’il faille lutter contre cette société de consommation devenue complètement débile. Ce que je constate c’est que le glacier de la vallée d’ossau arrivait aux portes de buzy et je ne crois pas que ce soit l’activité humaine de l’époque qui l’ai fait fondre………

        J'aime

        1. Il y a quelques temps un rapport concernant les Pyrénées est paru au grand public.Ce rapport nous informe que la température globale des Pyrénées a augmenté de 2°C.(je pense pouvoir retrouver le rapport si jamais 😉 ).Je pense que l’activité humaine y est pour beaucoup. Mais attention ! Je ne pense pas que ce soit l’activité humaine locale ! Mais plutôt globalement….(effet de serre, destruction protection couche terrestre : couche d’ozone, plus d’UV qui passe= augmentation température ….Bref) 😉

          J'aime

    2. Êtes vous prêt à mettre vos économies dans votre projet ? Le noeud du problème est là. Tout le monde crie l’ autoroute, mais personne ne veut mettre un centime dans ce projet. Une autoroute ça serait au bas mot 15 ans de travaux et peut être 2 ou 3 Milliards de coût pour finir de « tuer » la vallée. Je pense que par les temps qui courent il y a bien plus urgent à financer, avec de bien meilleures retombées économiques.

      J'aime

  4. L’argumentation d’@André me convient; Et pour donner du poids au projet, il faudrait le soumettre à un référendum régional . Imaginons qu’une telle démarche eut été initiée pour la déviation Gabarn-Porte d’Aspe, la légitimité de la ZAD en serait considérablement amoindrie. Et l’on aurait moins d’opération d’enfumage jusqu’à même avoir fait circuler une pétition pour stopper le projet. Au lieu de cela, le référendum avec 85 % de voix pour le projet aurait marginalisé les zadistes.

    J'aime

  5. Bonsoir… Il ne sert pas à rien de disserter sur le le bien-fondé de la déviation. Ce n’est pas le problème que nous rencontrons, nous les riverains de cette ZAD. Le problème à régler est celui de personnes qui, pour manifester leur mécontentement à un projet dont elles ne connaissent même pas la teneur, en prétextant être des « défenseurs de la nature », polluent à tour de bras l’endroit qu’elles squattent et surtout polluent le bien-être de toute une population au mépris des règles élémentaires du « vivre ensemble ».

    J'aime

  6. Bonjour,
    Alors, j’avais décidé de ne même pas lire cet article, mais de nouveaux éléments atterrants m’ont poussés à venir lire… et réagir (et ma réaction continuera en dehors de ce blog… et ne s’arrêtera plus !).
    Je vais donc commenter :
    « leurs chiens de taille imposante, MALADES » Cela laisse entendre qu’ils ne soignent pas leurs chiens ! Leurs compagnons de vie 24h/24 ? La prunelle de leurs yeux… Foutaise et j’en témoigne, puisque je connais la ZAD. Certes, ils ont eu un épisode de maladies, maladies se retrouvant dans toute la vallée d’Aspe et ailleurs! Faut-il en conclure que tous les aspois ne soignent pas leur chiens ? L’une des chienne présente des grosseurs, oui… C’est sûr, certains proprios auraient sans doute décidé d’euthanasier rapidement leur bête, d’autres non… Faut-il donc interdire aux zadistes de garder au maximum leur animal vieillissant et malade ?

    « bien souvent alcoolisés »… J’ai envie de dire, vous leur avait fait passer un alcootest ? Mais surtout, car cela peut être vrai, ET ALORS ? Les personnes dépendantes alcooliques n’auraient le droit que de se terrer chez elles ou dans les bars pour être respectées par les autres ? Ah, mais quand ce sont des personnes de « la haute société oloronaise» qui sont régulièrement alcoolisées voire plus, si on l’écrivait ici, on aurait une plainte au cul directe, et ce serait normal. Mais là, « on » se lâche sur la place publique car ce sont des « marginaux »…

    « pour empêcher l’autoroute (SIC) »…. Je mets au défi 99 % des gens parlant de la déviation d’Oloron d’en savoir autant que moi sur ce sujet…. et quand les gens disent des erreurs, je ne les rabaisse pas, je leur explique….

    « à quoi cela sert-il de mettre des contraventions à des personnes non solvables… La vie est belle pour ces contrevenants, ils commettent des nuisances en toute impunité. » Dire que des gens osent penser ainsi… Mais qui fait le plus de nuisance en France en toute impunité et ont la vie belle ? Des zadistes qui combattent le froid, l’absence d’eau, et le mépris de la population ? VRAIMENT ? Vous osez écrire cela… Honte sur vous ! Ca me débecte !

    Les cabanes ne doivent pas être dédiées à l’hébergement d’êtres humains » LOL ! C’est sûr, les dangereux criminels qui vivent en cabane au lieu de demander un logement social pour s’enrichir avec les APL ! (que Macron a baissé, mais c’est un détail de l’histoire, hein;-) ). y a de l’ironie dans ma phrase précédente, hein.

    « Je crains qu’une ZAD anti-zad ne voit prochainement le jour » Je vous rassure, la zad anti anti ZAD existe déjà, j’en suis. On va s’amuser:-p

    « Malheureusement, devant l’inertie des pouvoirs publics, cela devient nécessaire » LOL… Et devant l’inertie des pouvoirs publics pour garder la maternité à Oloron ? Pour éviter que le week-end entre les 2 fêtes de fin d’année il n’y ait que 4 infirmières aux urgences surchargées de boulot qui trient peut-être mal leurs malades ? Pour éviter que des lobbys agroalimentaires produisent des aliments plein de pesticides, pour éviter l’évasion fiscale …. Vous faites quoi ? Une milice contre des zadistes…
    Je vois où sont vos priorités….

    Je rajoute, à part aller pleurer à la gendarmerie, vos riverains ont-ils été en humains signalés ce qui vous gênait aux zadistes ? Car moi, j’y suis allée…

    « le droit de mendier devant les magasins » Car pour vous, il faut avoir le droit de mendier pour se nourrir, l’humanité en est là.. J’hallucine. Et vous envoyez ça aux journaux et à un blog…. Y a personne dans votre entourage pour vous relire  et vous faire remarquer tout cela ? Ou tous pensent comme vous… Ça me ferait peur alors…

    « toléré chez ces gens là »…. mais non ???? ces gens là !… ces sans dents…. envie de vomir…
    « Une mère de famille confiait à des riverains qu’elle ne laissait plus seuls ses enfants jouer dans le lotissement du fait de la présence de ces nombreux marginaux. » Donc les peurs irraisonnées doivent faire la loi du quartier… pour précision, elle devrait se méfier de la famille, les chiffres REELS causent d’eux-mêmes : La famille et l’entourage proche constituent le premier espace dans lequel se produisent les agressions (https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/publications/droits-des-femmes/lutte-contre-les-violences/premiers-resultats-de-lenquete-virage-violences-et-rapports-de-genre/)
    Et si la déviation se fait, elle ne pourra plus laisser les enfants jouer ni dehors, ni dedans, la pollution atmosphérique tue….

    « ces agressions quotidiennes ? « … Ah oui ? Tous les jours ils vous agressent… heu, dois-je vraiment dire qu’une personne se sentant agresser tous les jours par des gens qu’elle ne voient pas tous les jours est sans doute dans le faux ? Et que le problème vient sans doute de sa fixation ?

    « ces mendiants »… Encore de la haine gratuite qui rabaisse et veut leur enlever toute humanité…

    Je vous rassure, je comprends que les nuisances sonores dérangent, je ne les cautionne PAS et j’en parle avec eux MOI ! De même, leurs chien font peurs, OUI ! Certains sont partis avec leurs maîtres (faut leur parler pour le savoir) donc cela devrait être plus acceptable pour le voisinage.

    Mais par contre, si les représentants de l’autorité et les riverains en venaient à sommer les 2 propriétaires terriens de venir à une réunion avec 50 opposants, un représentant de la mairie, des gendarmes et le sous préfet, pour proférer un chantage de plaintes à leur encontre en leur disant à tort que cela serait légale, je pense que tout OLORON devra être mis au courant par tous les moyens qui seront à ma disposition. Moi, j’irai même jusqu’à porter plainte contre tout ce beau monde qui se croit au dessus des lois, élus, gendarmerie et Sous Préfet compris !
    A moins que ces autorités ne soient pas au courant qu’un propriétaire n’est en aucun cas responsable des nuisances faites sur son terrain…. Alors là, cela serait un aveux d’ignorance et d’incapacité à occuper son poste ;-).

    Bref, heureusement, personne ne sait si une telle réunion se tiendra ? Des infos là-dessus ? Ou ferez-vous silence radio ?

    Allez, à bientôt sur les terrains de lutte, moi j’avance sur le fond du dossier de la déviation et ses irrégularités, j’avancerai tout autant contre toute irrégularité envers les zadistes, tout en leur disant que oui, ils doivent faire des efforts pour mieux respecter le voisinage. Quant aux efforts que le voisinages doit faire, puisque vous savez très bien vous réunir à 50, il serait peut-être temps de faire venir une personne extérieure en qui vous avez confiance qui pourrait vous dire quand vous dépassez humainement les bornes et entretenez voire attiser tout seuls vos haines et peurs les plus profondes .
    Et là, c’est le cas GRAVE.

    Cordialement, en espérant que les zadistes soient moins bruyants ET les riverains plus tolérants. Car je préfère m’occuper du fond du dossier, une déviation INUTILE ET DISPENDIEUSE à MES YEUX.

    J'aime

    1. Bonsoir
      Ce qui est et malheureusement restera je pense, c’est la faculté de certains, soit d’interpréter, en fonction de leur sensibilité, soit de déformer, pour pouvoir rallier des gens à leur cause, les propos du commun des mortels qui attirent l’attention pour ne plus que soit polluée la vie de toute une communauté.
      Quoique vous puissiez en penser, je suis tolérant voire même très tolérant jusqu’au moment où l’on attente à ma tranquillité et pire encore à celle de centaines de gens… oui vous avez bien lu, à des centaines. Vous par contre, ne semblez pas très tolérante avec les gens qui ne pensent pas comme vous. Quant à votre réaction qui continuera et ne s’arrêtera plus… Vous pensez m’impressionner ? Dois-je prendre ça pour une menace ?
      Lorsque je parle de chiens malades, quoi qu’il vous en déplaise, je persiste et je signe. Certains des animaux de ces zadistes, fussent-ils la prunelle de leurs yeux, sont malades et bien malades. Je n’ai jamais parlé de les euthanasier ni de leur interdire d’avoir des animaux vieillissants… C’est une libre interprétation…
      Oui je persiste quand je dis que les individus que j’ai croisés, régulièrement étaient en état d’ébriété et il n’est pas nécessaire de leur faire passer un alcootest pour s’en apercevoir. Les propos, la tenue, l’haleine, le comportement en présence d’autres personnes comme uriner pantalon baissé à la vue des passants, ne sont pas des signes d’un comportement normal.
      Et vous pensez que je n’ai pas parlé avec, vous pensez que je ne suis pas allé sur les lieux… et en quoi le fait que vous en sachiez plus que 99% des gens sur la déviation peut faire avancer le débat… C’est justement là le problème, ce sont des gens qui forment une zone à défendre sans savoir pourquoi ils sont là… Je n’ai, dans ma vie, jamais rabaissé qui que ce soit et pourtant parfois je me retiens, comme en ce moment, soyez en sûre.
      La vie est belle pour les contrevenants… Et bien oui, c’est la vérité. Mais ceci ne s’adresse pas plus aux zadistes qu’aux délinquants en col blanc… Oui, ces gens commettent des nuisances et des délits en toute impunité. Et ils ne sont pas les seuls je vous l’accorde.
      Oui je persiste, les cabanes en pleine nature ne doivent pas être dédiées à l’hébergement des êtres humains… Je pensais attirer l’attention sur le fait que des hommes et des femmes vivaient dans des conditions moyenâgeuses et qu’un propriétaire terrien ne pouvait cautionner de telles pratiques, surtout pas s’il est propriétaire de logements décents situés à deux pas de la ZAD.
      La zad anti-zad existe déjà et bien avant que je n’écrive sur ce blog… Comment vous ne la saviez pas ? Pourtant beaucoup de gens en parlent, à Oloron et ailleurs.
      Si je conçois que la mendicité puisse permette à des gens en grande précarité de subvenir à une partie de leurs besoins, je n’admets pas qu’à l’entrée d’un magasin, je sois abordé par une personne avec deux chiens non tenus en laisse… Ceci, me semble-t-il, est assimilé à de la mendicité « agressive » et c’est punissable même si je n’approuve pas la répression en la matière… En plus je donne ! D’ailleurs, aux dires mêmes d’une des personnes qui s’adonne à « la manche », il lui arrive de récolter jusqu’à 90 euros par jour… Mais tant mieux pour elle.
      Et je remarque que vous non plus vous n’avez personne pour vous relire, car en ce qui concerne les absurdités…
      « La famille et l’entourage proche constituent le premier espace » …Désolé mais ceci n’a rien à voir d’autant qu’en allant sur le net, même le plus inculte d’entre nous trouverait facilement ce genre d’argument… idem pour la pollution qui tue.
      « Ces agressions quotidiennes » … Visiblement vous ne connaissez le mot « agression » que sous sa forme « atteinte à l’intégrité physique ». Il y a pourtant des définitions claires de ce mot dans tous les dictionnaires. Quant à « mendiants », c’est la définition de « celui qui mendie », cela n’a rien de rabaissant.
      Et puisque vous parlez des nuisances sonores, celles-ci ont touché, outre le proche voisinage à un niveau dont vous n’avez peut-être même pas idée, mais aussi le quartier de Sainte-Croix, Bidos et Gurmençon, à un niveau moindre.
      Et que le vouliez ou non, les propriétaires qui ont donné l’autorisation à ces personnes de s’installer sur leurs terres sont responsables devant la justice des nuisances occasionnées si elles n’interviennent pas… Sur le net vous trouverez tous les textes de loi qui ne manqueront pas de parfaire vos connaissances en la matière… Il existe même un blog sur les free-parties et rave-parties que vous pourriez consulter à l’occasion.
      Quant à la déviation, chacun, est libre d’en penser ce qu’il en veut mais là n’était pas le sujet. D’ailleurs la plupart des riverains et moi-même pensons, et je vous en fait la confidence, qu’elle n’est pas vraiment utile.
      Et cette réunion… et bien elle a eu lieu devant un parterre de riverains et en présence des deux propriétaires terriens… Et là, à la surprise générale, je vous donne un scoop, on a appris de la bouche même de ces personnes qu’un des deux propriétaires avait autorisé l’installation d’UNE seule et unique personne mais pas sur son terrain, sur le terrain de son voisin car sur ses propres terres, il ne veut pas de zadiste… Ce n’est pas un peu fort ça ?
      Et vous pensez que je dépasse les bornes… Mais savez-vous ce qui se serait passé si je n’avais pas pris l’initiative de signaler aux autorités les problèmes que nous rencontrons… Et bien, excédés, les gens se seraient regroupés et des incidents peut-être graves, auraient eu lieu. Alors que là, quoique vous en pensiez, le dialogue a été engagé entre ces deux propriétaires, les autorités et les riverains qui ont quitté la réunion apaisés.
      Quant à la haine que vous me prêtez et aux peurs que vous pensez être les miennes, sachez, et soyez en assurée, que je n’ai aucune haine envers qui que ce soit et surtout, je n’ai jamais eu peur de personne, ce n’est pas maintenant que ça va commencer.
      Enfin, vos leçons de morale et votre mise en avant sur la lutte que vous menez, je ne vous dirais pas, par courtoise, ce que vous pouvez en faire. Vous auriez été certainement plus avisée de faire ce que je fais, sur tous les blogs que je fréquente, mettre votre nom et non pas prendre un pseudo de façon à, bien tapie derrière votre écran, on ne sache pas à qui l’on doit ce flot de malhonnêteté intellectuelle.
      Bonne soirée

      J'aime

  7. « en prétextant être des « défenseurs de la nature », polluent à tour de bras l’endroit qu’elles squattent  »

    Sauf que tous ne polluent pas sur place, et pour le savoir, il faut les côtoyer…

    D’ailleurs, comme déjà arrivé, une journée de déchetterie sera organisée aux prochaines vacances. Car ceux qui triaient et aller jeter les poubelles n’ont plus leur voiture, voilà pourquoi les déchets sont stockés.
    Quand à la cabane à l’entrée, enfin la construction , elle sera détruite et ne plaisait pas su tout à ceux restés sur place…. mais ils ont su faire ce que les riverains ne veulent pas faire : composer avec la différence, discuter, argumenter;.. bref, sur la ZAD, une société s’installe, avec ses hauts et ses bas.

    C’est sûr que c’est plus facile d’aller tous se réfugier dans des quartiers entourés que de gens qui pensent comme nous… Comme cela, nos idées tournent en boucle, voire s’amplifient en résonnance et on en arrive à des écrits haineux sans s’en rendre compte (fatigue des nuisances sonores en plus qui en rajoute une couche, ça, je le comprends…).

    Alors on en sort par le haut ? On se parle, on va les voir ensemble ? on leur demande des efforts sur certains points ? pas sûr qu’ils le fassent, mais qui sait ?

    ou on continue à s’envoyer nos idées respectives à la face, donc à être stériles ?

    Vous me dites, je sais très bien m’adapter 😉

    J'aime

    1. Bonsoir
      – pas de cabane à l’entrée
      – Des voitures sont en état de circuler
      – Le dialogue est toujours possible tant que l’on ne tente pas d’imposer quoique ce soit (musique toute la nuit à fond)
      – La différence est acceptée et acceptable, mais chacun doit respecter l’autre, pas de respect à sens unique.

      Bonne soirée

      J'aime

  8. PS, encore de l’eau à mon moulin : la seule « plainte » de ma vie (enfin juste une « main courante », j’allais pas encombrer la justice pour si peu) contre une personne a été ici, contre un élu qui m’a « malmené » à une casserolade, avec un gendarme témoin qui a refusé de me donner son nom et à qui j’ai dit que j’allais prendre son matricule pour qu’il me donne enfin son nom…

    AUCUN zadiste ne m’a ni agressée, ni menti par contre.

    J'aime

    1. Bonsoir
      Il serait bon de consulter la définition exacte du mot « agression » qui, comme vous le verrez, n’est pas obligatoirement synonyme de maltraitance physique. Quant aux déchets dont vous parlez plus haut, je vous rassure, les zadistes locaux ont bien des véhicules qui roulent mais à leur décharge, sans mauvais jeu de mot, je n’ai pas vu d’accumulation de déchets. J’accepte la différence mais j’ai toujours fait en sorte d’être honnête intellectuellement, sans parti pris, sans idéologie et si tout le monde faisait pareil, nous pourrions effectivement sortir de bien mauvaises situations et toujours vers le haut.
      Bonne soirée

      J'aime

  9. il y aurait une autre solution: guérir le mal par le mal.Du bal musette à fond les ballons toute la nuit;

    personnellement je ne pourrais pas tenir et irai me jeter dans le gave avec mon chien lulu.

    J'aime

  10. Je découvre à la lecture ici que 2 de mes écrits ne sont plus postés sous mon nom habituel : Vanessa ?
    Quant au fait de ne pas mettre mon nom de famille, c’est une des premières choses à faire pour se protéger, surtout quand on est une femme, du harcèlement sur le net… (Je suis assez connue sur le blog pour que vous repériez vite qui je suis, ce qui doit déjà être le cas, non ?… me reprocher de prendre un minimum de précaution est vraiment petit…)

    Je laisse soin aux gens de comparer la haine qui émane selon moi de votre premier écrit, et le ton bien plus apaisé du 2ème. tant mieux 🙂

    Je rectifie des trucs, hein 😉

    Appeler des gens, les mendiants, au lieu de « personnes qui mendient », c’est réducteur et irrespectueux selon moi, oui, je persiste et signe.

    Vous revenez sur le fait que je conteste qu’ils soient alcoolisés… Faut me relire : » Mais surtout, car cela peut être vrai, ET ALORS ? Les personnes dépendantes alcooliques n’auraient le droit que de se terrer chez elles ou dans les bars pour être respectées par les autres ?  »
    J’ai admis que certains le sont, mais qu’on ne doit pas pour autant les rabaisser pour cela. Allez vous relire.

    Vous persistez à dire que LEURS chiens sont malades , ce que je conteste (certains l’ont été, une n’est peut-être pas soignable). mais vous le dites dans quel but alors ? Je me demande, j’ai pas compris ?

    Quant aux nuisances sonores, j’ai admis être d’accord avec vous et leur demander de ne pas faire cela. Donc ?

    Pour la réunion, elle a donc vraiment eu lieu ! J’hallucine…

    Alors oui, j’ai pas fini de mettre les pieds dans le plat contre toute cette mascarade liée au projet de déviation, et je suis bien contente de vous entendre dire que certains la trouvent inutile.

    Quant au fait que certains zadistes ne connaissent pas vraiment le projet… depuis quand pour s’engager (voire même voter), doit-on maitriser un sujet parfaitement ? 😉
    Au départ, je connaissais juste quelques tenants de ce projet de déviation, et de suite, j’ai compris qu’il y avait danger. Vous m’auriez questionné au départ, j’aurai eu peu d’arguments.
    c’est vous qui avez dénigrer un zadiste qui a parlé d’autoroute… et qui n’était pas si loin de la vérité en plus. Savez-vous que cette déviation à l’origine était une partie de projet autoroutier venant de Pau ? Et oui, SIC pour vous en fait alors 😉

    Les zadistes devraient réussir à faire ce que la majorité des gens n’arrivent pas à faire eux-mêmes ? LOL

    J’étais là à l’ouverture de la ZAD, et je peux vous dire que vous êtes dans l’erreur : jamais le propriétaire n’a autorisé que les zadistes s’installent sur le terrain du voisin. Il pensait que ce terrain était sur sa propriété. Je fais partie des 2 personnes qui ont fait les recherches pour savoir si la fougeraie était ou non à lui….

    Alors pour l’honnêteté intellectuelle, heu… 🙂

    Je signale au passage qu’une enquête publique pour l’aménagement du foncier au Gabarn en vue du projet de déviation a eu lieu, et que j’ai déposé pour le collectif ANVII une participation à cette enquête.

    Les zadistes sont un maillon essentiel dans la lutte contre un grand projet inutile dispendieux et imposé…
    Proroger une enquête publique vieille de 10 ans alors que des alternatives s’ouvrent, que la déviation est au départ une partie de l’autoroute venant de Pau retoquée, c’est un déni de démocratie.
    Les zadistes font ce que je peux pas faire : plaquer toute ma vie pour aller sur place dans les conditions difficiles où ils sont.
    Je pense être utile sur un autre plan : se documenter, se renseigner, etc.. Nous sommes complémentaires. Si ils maîtrisent moins le projet, c’est aussi parce que vivre sur place leur demande de l’énergie qu’ils ne peuvent investir ailleurs. Et sans doute que oui, des marginaux que tout le monde rejettent arrivent là-bas. Et ils divent aussi être rejetés . on fait quoi des marginaux ? Je demande ? Dites-nous ? Les zadistes convaincus les reçoivent, c’est tout à leur honneur.

    Mais je vais vous dire un truc. Ces « marginaux alcoolisés qui mendient et n’ont pas de toit », voire parfois sont allés à l’hébergement d’urgence… Certains ont vu le documentaires « LA SOCIALE »… Alors, arrêtez de croire qu’aucun ne pose d’acte politique quand il occupe une ZAD. Arrêtez (je parle en général, car ça bave sur la ZAD de partout) de colporter partout qu’ils ne sont pas légitimes. Ils pourraient bien vous surprendre si vous osiez passer les premières appréhensions (je parle à tous les lecteurs, puisqu’il semble que M. Cazaux leur parle souvent, et tant mieux.). Je me sens souvent bien mieux avec eux qu’au milieu de personnes dites bien insérées, oui.

    Je ne vois pas en quoi loger les zadistes dans des appartements à 500 m marquerait l’opposition au projet ? Une ZAD se doit d’être sur place.

    Bref, à suivre, car si des plaintes sont déposées, je compte bien faire ce que je peux pour aider les zadistes et les propriétaires. Sans pour autant permettre de refaire de la musique, je le redis, je ne cautionne pas.

    Bonne après-midi au soleil.

    Vanessa

    J'aime

    1. Bonjour Vanessa. Sur le point « technique » soule vé au début de votre commentaire : ledit commentaire est reçu sous le pseudo « Quelqu’un » et est mis en ligne sous le mot « Anonyme ». N’étant pas un spécialiste de la question, je ne m’explique pas ce changement de nom en cours de parcours. Mais cela n’est qu’un point de détail au regard de la question sur laquelle vous échangez avec Yves Cazaux.

      J'aime

  11. Bonjour

    Ce que vous ne semblait pas vouloir admettre, c’est qu’en définitive nous n’avons rien contre ces zadistes sauf le fait qu’au demeurant, ce sont eux qui ne respectent pas le reste de la communauté. Que leur combat soit légitime c’est une chose, qu’ils attirent défavorablement l’attention du reste de la population risquant ainsi de voir un front d’opposition se dresser devant eux, en est une autre. Quant au propriétaire qui ne savait pas qu’il n’était pas chez lui, il faut avoir été présents lors de la réunion pour l’entendre de sa propre bouche.
    Maintenant et vous devriez le savoir, depuis les dernières soirées « musicales », des plaintes ont été déposées contre les fauteurs de troubles. Maintenant, comme il a été dit à cette réunion, désormais les plaintes seront déposées à l’encontre des propriétaires des lieux qui, et c’est qui a été confirmé par les autorités présentes, sont responsables des troubles émanant de leurs propriétés, dans la mesure où ils autoriseraient l’installation de ces personnes. Maintenant si ce sont les propriétaires qui déposent plainte, là ça va être une autre musique.
    Effectivement, dans un « combat », il existe des complémentarités. Ce n’est pas en se mettant une partie des apports d’aides complémentaires à dos que l’on peut arriver à ses fins. Si les quelques zadistes sur place s’aliènent la population, le combat est perdu d’avance.
    Quant à votre anonymat, je suis désolé peut-être de vous l’apprendre, mais beaucoup de femmes utilisent leur nom, sur des blog ou réseaux sociaux et elles ne sont pas toutes harcelées… Et enfin, il serait bon de comprendre que je ne rabaisse personne… Je ne fais que constater !
    Bonne journée

    J'aime

    1. «  »Si les quelques zadistes sur place s’aliènent la population, le combat est perdu d’avance. » » tout à fait exact. Je n’ai jamais compris pourquoi dans ce genre de combat on se tirait une balle dans le pied.C’est un peu le cas des gilets jaunes, mouvement fort sympathique mais ou certains ne supportent pas la diversité d’idées, persuadés d’être les gardiens du temple et en deviennent extrémistes sous le pretexte de lutter contre une forme d’extrémisme qu’ils considèrent comme telle.Et c’est ainsi que le combat ,légitime, risque de cesser faute de combattants.Avoir raison contre tout le monde.

      Bon zadistes personne ne vous demande non plus d’être comme les témoins de Jéhova d’avoir les cheveux gominés , et de mettre une cravate sur une chemise à pinces…

      encore qu’ eux aussi prédisent la fin du monde.

      J'aime

  12. Mais je ne cautionne pas le fait qu’ils ne respectent pas leurs voisins. Faut me relire.

    Allez relire l’écrit de départ, si il n’y a que moi qui y lis du mépris et de la haine, j’ai un problème.

    Sauf que certains n’écrivent pas ici, mais lisent. Et si je suis venue lire, c’est alertée par des gens qui trouvent l’écrit méprisant.

    Sur l’idée que je me fais d’un opposant au projet… LOL. A part les zadistes, je connais peu de personnes qui se sont intéressées au fond du sujet.
    Peut-être que si les oloronais l’avaient fait il y a 10 ans, la ZAD n’aurait pas vu le jour.

    Je lutte avec les gens opposés au projet, quelque soit leurs « conditions sociales ». Les gens plus classiques, mieux intégrés, ne se bougent pas. Ils se réveilleront une fois la pollution avérée, je le crains.

    Sauf si ce projet prend du plomb dans l’aile, qui sait, les choses bougent 😉 ♥

    Vanessa qui ne donnera pas son nom de famille même si certains trouvent cette « minie » précaution stupide ;-). (Le BABA de la protection sur les réseaux sociaux, hein… Je ne devrais même pas donner mon prénom, ni indiquer mon sexe par la même occasion.)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s