Rapport de la CRC : le compte rendu du débat par l’un des lecteurs d’Oloronblog présent dans la salle du conseil municipal


Dans un débat public comme celui qui s’est tenu lundi soir en conseil municipal autour du rapport d’observations définitives de la Chambre régionale des comptes,  le plus important n’est-il pas ce qu’en ont retiré les citoyens présents ? Ci-dessous, le compte rendu personnel que m’en a fait parvenir l’un d’entre eux . Il y reprend ce qu’il a retenu des interventions des uns et des autres. En y ajoutant son propre commentaire sur chacune de ces interventions . Merci à lui pour sa contribution .

18 h30
La séance à commencé. Salle comble, débordant sur le couloir.

H. Lucbéreilh commence par mettre en avant la similitude de l’objet de l’enquête de la CDC entre sa municipalité et celle de Bernard Uthurry pour continuer en définissant la valeur du rapport de la CDC en temps que discutable et discuté. Sans être un tribunal, et en tenant compte de la présomption d’innocence. Ce rapport concerne les périodes de 2012-2014 et 2014-2016 ,et bien des remarques sont communes aux deux gestions municipales, c’est plus un exercice pédagogique, sans sanction, qui aide à l’amélioration de la gestion actuelle.
La CDC ne peut juger de l’opportunité de la gestion de la commune.

Contenu du rapport :
Analyse de la gestion globale de la commune.
99,8 %
Analyse relative à l’ensemble des frais du maire et du personnel
0,14 % du budget de fonctionnement
0,08 % du budget de la ville

Ensuite ce sont 57 longues, très longues minutes d’une comparaison avantageuse, bien que douteuse, entre la gestion des deux municipalités, puis du blabla soporifique, on appelle aussi cela noyer le poisson, pour justifier de la marche financière de la ville.
L’indemnité de représentation du Maire et des conseillers est justifiée par les nombreux déplacements, souvent lointains, H. Lucbéreilh comparant cette démarche à celle d’un VRP. ( Plutôt d’un VIP, fuse une remarque dans les rangs de l’opposition ! )
Il est notable que peu de chiffres sont avancés, tout reste dans le discours, une sorte d’appréciation, assez floue et édulcorée de la situation.
En fait, H. Lucbéreilh estime que ces dépenses douteuses, de toute façon, sont minimes, voire insignifiantes par rapport au budget de la commune. Donc, il ne faudrait quand même pas en faire un drame. Un militaire appellerait cela quelques dégâts collatéraux !

En résumé, d’après H. Lucbéreilh, toute cette affaire provient d’un tohu-bohu, une agitation de quelques personnages !!! il s’agissait simplement de politique…
A qui profite le crime ?!
Voilà d’après lui une stratégie vouée à l’échec.
Encore une fois, il décoche sa meilleur phrase, elle lui plait celle là !
« rien ne me stimule plus que le combat !!!
Il va être assez stimulé ces prochains temps semble t-il.

Puis de continuer en mettant en cause un mystérieux Oloronais…
« Pour le reste, je rappelle que l’Oloronais qui me veut du bien, celui qui depuis 4 ans s’occupe quotidiennement de mon devenir, a jugé utile entre autres actions de saisir le procureur de la république, une enquête préliminaire est donc légitiment en cours, je l’ajoute de mon …….coupure du son ! À ce propos…. sinon que la présomption d’innocence s’applique aussi à moi et que ce sont les Oloronais dans un an et demi qui serons le meilleurs juges. »
« Abattre par la calomnie celui que l’on n’avait pas battu par la démocratie ! »
Un peu huée par le public quand même !
Fin de discours !

B. Uthurry prend la parole, et commence ses propos par ces mots :
 » Bien, bel exercice de délayage, ça relève de l’anesthésie ! »
La suite est un exposé, chiffré, et donc précis, voir impitoyable, des malversations commises au sein de la mairie. Faux en écriture et détournement d’argent public. Il s’adresse ainsi au Maire, et aux élus.
Il incite à plusieurs reprises à aller voir le rapport sur le site de la CRC.
(Allégation, situation très largement irrégulière, affranchissement par rapport aux règles, imitation de la signature des adjoints, procédés opaques et incompréhensibles. Risque de qualification pénale.)

Cite en référence l’affaire Cahuzac, beaucoup moins que 0,08 % du budget de l’état !

Il apparaît que les chiffres montrent des différences aux allures de gouffre entre les sommes dites anormales annoncées par LB. (120 € pour la municipalité précédente et 13300 € pour l’actuelle !)
698 € et 9639 €…etc…..

Puis une condamnation sans appel de tous les élus de la majorité !

Il est à noter une intervention de D Lacrampe, assez molle, longue et sans grande conviction, et il faut bien le reconnaître, sans grand intérêt. Une défense, peu convaincante, de la stratégie financière de la mairie.

Là C. SERVAT prend la parole… explosive !

Prise de position très courageuse et précise, saluée par le public, contre la gestion de la mairie.

Du coup, plusieurs élus de la majorité se sont engouffrés dans l’ouverture. C’est un peu le sauve qui peut à grand coup de …je savais pas, j’avais confiance, j’ai fait preuve d’une grande naïveté, Etc..
Et surtout, parole commune : « chacun doit prendre ses responsabilités » !

La majorité semble se relever, et se positionner fortement à l’encontre de l’action du Maire….
Le bateau coule, les rats quitteraient-t-ils le navire…?
.à suivre !

Fin de séance vers 21 h.

En réponse aux quelques questions de l’article d’Oloronblog :

Le maire saura-t-il trouver ce soir les arguments pour convaincre les élus et la population oloronaise de sa saine gestion des affaires de la ville ?
Apparemment, pas vraiment, vu les quelques manifestations hostiles à ses déclarations.

La majorité municipale fera-t-elle bloc autour de lui ?
Non. Et vu les mines peu réjouies de la majorité, elle aurait plutôt tendance à se fendiller !

Y aura-t-il au contraire un mouvement de révolte ?
Pas encore de révolte. Mais les premiers signes d’une contestation et de prise de position.
Oser braver les conséquences d’une expression contraire à l’autorité, une éventuelle procédure d’intimidation, constatée, et enregistrée lors de cette même séance, fait partie des prémices d’une révolte.

L’opposition se montrera-t-elle particulièrement pugnace ?
Assez, oui.
Sans trop. Il suffisait d’être précis. Elle l’a été.

24 commentaires sur « Rapport de la CRC : le compte rendu du débat par l’un des lecteurs d’Oloronblog présent dans la salle du conseil municipal »

  1. Il y a eu des dépenses sans enrichissement personnel, les justificatifs ne sont pas appropriés, ces sommes seront considérées par l’URSSAF comme des indemnités. Elles seront soumises à charges sociales. Le problème de fond c’est la transparence et surtout la vaditation comptable de ces « justificatifs ». Les procédures internes de fonctionnement ne sont pas robustes. Pour moi tout cela n’éclaire pas sur le projet communal de la majorité ni de l’opposition . C’est du débat populiste vide de sens politique. Ce conseil décalque l’image d’un panier de crabes.

    J'aime

    1. « Il y a eu des dépenses sans enrichissement personnel,  »

      Ah bon ?

      La cour des comptes a listé les dysfonctionnements, des faux frais de mission, c’est la justice qui dira si il y a eu enrichissement personnel, on ne peut ni l’infirmer ni l’affirmer, désolée 😉

      J'aime

    2. Gsta64, vous n’avez peut-être pas eu le temps de lire le rapport sur le site de la chambre régionale des comptes, qui vient d’ailleurs d’être mis en ligne sur le site de la Rep, ce qui explique très certainement votre réaction. Vous avez parfaitement le droit de publier une opinion, mais je trouvais qu’elle manquait de corps et qu’elle ne se hissait pas au niveau du travail d’information, dont nous a habitué le blogueur. Je vous éclaire sur les faits et le comparatif que font les juges…je ne vois pas de concordance dans les pratiques…mais je vous laisse cette lecture pour en juger.
      Page 31 du rapport de la CRC
      Interrogé en cours d’instruction sur la justification de ces déplacements, M. LUCBÉREILH a produit des explications reprenant toutes comme argument que ces fiches de remboursements ont été éditées « afin de rembourser au Maire des dépenses qu’il a avancées directement lors de ses déplacements ». Il a produit également pour la plupart de ces remboursements des pièces de dépenses (péages frais de restauration, …) mais qui ne concernaient pas directement les dates ou lieux des déplacements allégués sur les ordres de mission. Dans certains cas, les factures produites étaient au demeurant postérieures aux états de frais, ce qui ne correspondait donc pas à des remboursements de frais déjà avancés.
      Page 32 du rapport de la crc
      La chambre régionale des comptes observe toutefois que :
      – la circonstance que quelques remboursements à un agent, certes irréguliers sur la forme, aient été effectués avant 2014, pour un montant total ne dépassant pas 120 € (voir ci-après) ne saurait valoir preuve de l’existence d’une généralisation, par le passé, d’un processus identique pour les remboursements des frais de déplacements d’élus, aucun cas de ce genre n’ayant été observé de 2011 à mars 2014 ;
      – en toute hypothèse, cette circonstance ne saurait excuser l’irrégularité massive qui a consisté à rembourser à partir de mai 2014 des frais kilométriques non réalisés, sur la base d’ordres et de frais de mission comportant des mentions inexactes, tant pour ce qui est des kilométrages que des dates des déplacements ou de la nature des frais réellement remboursés ;

      J'aime

  2. Ce qui m’a le plus surpris apres l’intervation de Mr Servat, c’est la reponse cinglante immediate de Mr le Maire, qui l’accuse de choses pas tres nettes dans un forum public… Bonjour les etincelles, cette majorite est plus que fissuree, c’est une fracture qui sera difficile a colmater…

    J'aime

    1. Pour moi, c’est l’arroseur qui brandit une clé usb pour toute défense, qui choque. Clé usb contenant une conversation du Maire prise à son insu. Ambiance machiavélique .

      J'aime

      1. Rectification ÷ c’est la clé USB de l’enregistrement officiel du conseil. On y trouve les mêmes propos du maire que sur le PV du conseil, à savoir : le maire déclare que Monsieur Servat à parfaitement respecté les règles lors de l’acquisition de ce bien immobilier

        J'aime

        1. Cher Joel, ce compte-rendu  » le maire déclare que Monsieur Servat à parfaitement respecté les règles lors de l’acquisition de ce bien immobilier » est tres different du rendu « live » sur la Republique dfes Pyrenees, a savoir:
          « Lorsque vous étiez adjoint, vous avez acquis deux biens immobiliers en 2014, accuse Lucbéreilh. Vous avez profité de votre position et vous êtes poursuivi pour prise illégale d’intérêts. Monsieur Servat, vos leçons de morale, gardez-les pour vous !  » Servat reprend la parole. « Vous prenez des risques en me mettant en cause dans une séance publique enregistrée ! Je ne vous pensais pas si imprudent ! »
          Toujours disponible sur le site web du journal. Bizarre ?

          J'aime

        2. Bonjour Mathieu. Le procès-verbal de la séance du conseil municipal en question (je crois qu’il s’est tenu en novembre 2014) est disponible sur le blog de l’opposition « Une autre voix ». Ce document, approuvé par le conseil municipal, comporte l’intervention du maire indiquant que les règles ont bien été respectées lors de cette acquisition immobilière

          J'aime

      2. gsta64, pour moi ce n’est pas l’arroseur qui n’a d’ailleurs pas fait que brandir une clé, qui me choque, il sait aussi argumenter le bougre, ce sont les 18 autres autruches (excusez le plagia blogueur mais l’image me plait bien) qui ont signés leurs aveux de complicité par leur silence assourdissant. Il fut un peu seul, pour défendre et sa position et sa probité, lâché par son propre camp qui avait déjà opté pour la soumission. Mais je persiste toutefois à dire, qu’il aurait du aller jusqu’au bout de sa démarche et déposer ses délégations d’adjoint. En dehors de l’aspect financier, je ne vois aucune raison qui serait venu contrarier une telle décision. Mais s’il lit votre blog Mr Adam, cela va peut être lui donner des idées…lui et ses 2 collègues…chiche !!!!

        J'aime

  3. Que de contradictions dans les propos du côté de l’équipe de la mairie :

    (je n’ai pas les phrases justes, mais voilà le sens de leurs mots tels que je m’en souviens)

    Exemple avec M. Lacrampe :
    1) il y a la présomption d’innocence, on attend, nous n’avons pas toutes les données (sauf celles d’une cour des comptes quand même !).
    2) [b]Les dépenses incompréhensibles se sont calmées quand on mis le haut là… Donc on reste dans l’équipe municipale.

    Donc ils savaient par avance qu’il y avait des dysfonctionnements…[/b]
    Et bim !

    Exemple avec M. Béreilh :
    1) demande la présomption d’innocence pour lui
    2) accuse une secrétaire de faux en écriture
    La présomption d’innocence pour lui, pas pour les autres :-p ben voyons !
    A moins qu’il ne soit sûr que ce soit la secrétaire… De là à se demander si il était là quand elle l’aurait fait pour être aussi catégorique ? 😉
    3) Accuse M. Servat d’un genre de passe droit… Pas de présomption d’innocence pour lui non plus ? 😉

    1) c’est pas grave nos explosions de frais de déplacement et autre car c’est que 0.08 % du budget
    2) C’est le principe qui compte, l’équipe précédente a fait 1 faux remboursement de frais (pour un logiciel acheté sans facture) pour 120 €, nous pour plus de 13 000 €, mais c’est du même ordre, la somme ne compte pas, on a continué dans la lignée de la mairie précédente qui est aussi coupable…

    Tiens tiens, CONTRADICTION ENCORE :-p

    Mais dans quel monde vit on !…

    Quand à l’excuse de 0.08% du budget discutable qui dédouanerait la mairie de ses responsabilités……
    Si je vole une 1 million à une grande banque plutôt qu’à un petite, en pourcentage de leur argent disponible, ce serait moins grave selon quelques élus de la majorité et leur maire ?
    Quelle belle mentalité…
    Que les voleurs aillent vite n’attaquer que les plus riches, la mairie les dédouane, c’est nettement moins grave :-p.
    Une mairie Robin des bois ? ♥

    Aucun n’a démissionné, ils restent dans une équipe où des faux en écriture et des faux frais de déplacement, des accusations de personnes absentes, et une explosion des dépenses ont été faites …

    (pour les fausses factures, faciles de savoir qui faute : celui qui reçoit, enfin ceux, car apparemment il n’y a pas que le maire, c’est écrit dans le rapport, pas besoin d’attendre la justice !).

    Aucun n’a expressément demandé la démission du maire sous prétexte que la justice n’est pas passée.

    La cour des comptes est passée, elle a donné des faits : faux en écriture, faux frais de mission, hausse des dépenses (frais de bouche…).

    Moi, je suis dans un système qui « merdoie » à ce point, je claque la porte pour ne pas y être assimilée… et signifier à la population que oui, il y a d’énormes anormalités (qui en plus vont peut-être relevées de la justice…).

    A suivre.

    J'aime

  4. A Oloron, rien n ‘est comme ailleurs…!!! Un ex ministre des armées déclarait: Soit on la ferme, soit on s en va !! Chez nous, on ne la ferme ni on ne s en va complètement. Je m explique: Quatre élus d opposition ont manifesté leur désaccord avec le maire, chacun à sa manière et dans un calendrier différent. Que devrait il se passer, on démissionne, on rend ses délégations et on ne passe plus à la caisse en fin de mois . ce n est pas le cas ..!!.On se dit alors que le maire va leur retirer la fonction d adjoint, les délégations et l indemnité qui va avec, toujours rien…! Il serait curieux de connaitre le dénominateur commun de ces différentes attitudes…700€ par mois ? J ai peur de ne pas être loin de la vérité et de contredire B UTHURRY quand il décrivait de « courageux » l attitude de 2 d entre eux. Désolé pour moi on y est pas encore !!

    J'aime

  5. La défense du Maire lors de l’attaque de clément Servat est pour le moins surprenante.
    Il l’attaque de prise illégale d’intérêt ! rien que ça !
    juste 1 question :
    1/ qui était Maire lors de la séance du conseil
    réponse : Hervé Lucbéreilh. C’est à lui que revient d’apprécier la légalité de tout rapport qu’il présente devant le conseil municipal et d’éclairer l’ensemble des élus sur d’éventuels risques.
    Si la faute est réelle, il est responsable.

    J'aime

    1. Churchill, J’avais un chef d’atelier, qui, bizarrement, n’était jamais inquiété s’il faisait quelques actions un peu limites détournement. Jamais, par qui que se soit. Pourquoi ? Quel était donc son secret ? On s’entendait bien. Il me montra un petit carnet qu’il sorti de sa poche de veste de travail. Tu vois ce carnet, me dit-t’il, il ne me quitte jamais. C’est mon revolver. Regarde. Il l’ouvre et fait défiler des pages et des pages de notes. Sur tout le monde. Tous. Les ouvriers, les autres chefs, le patron ! Toutes les magouilles, les erreurs…avec les dates, les lieux, les noms….! Intouchable le mec ! C’est ça la base de l’intimidation manipulatoire. Tu dis rien, tu laisses faire…voir tu favorises, et en cas de problème tu ouvres le petit carnet ! Imparable. Sauf si tu tombes sur un autre qui à un plus gros carnet que toi et que tu es dedans ! Ou un qui s’en fout et qui fait tout péter !

      J'aime

      1. il y a bien longtemps j’ai connu une secrétaire de la ville d’Aix en provence qui faisait marcher à donf la photocopieuse pour se préserver des actes limites qu’on obligeait à lui faire faire. Prudence est mère de sûreté.

        J'aime

  6. Poodji
    Vous conviendrez qu’on est en droit d’attendre un peu plus de hauteur d’une personne qui gère une commune de 11 000 habitants.
    on est tout à fait d’accord sur le fait que le Maire a son « petit carnet » et que vu son retranchement dans les cordes il est prêt à le dégainer à chaque invective de ces colistiers !
    est-ce à dire que les élus qui ne bougent pas ont des choses à se reprocher ?
    l’avenir le dira sûrement.
    on peut quand même saluer les voix courageuses qui se sont élevées lundi pour dire STOP à tous ces agissements hors la loi.

    Aimé par 1 personne

  7. Y a -t-il vraiment du courage à être honnête … ?

    Pour moi non, ils ont juste fait leur travail d’élu qui veut être honnête.

    Ca laisse deviner ce que je pense des autres élus de la majorité 🙂

    J'aime

    1. Oh que si Vanessa! Il faut énormément de courage! l’honnêteté fait peur au point qu on dit que »cela cache quelque chose » . Et puis l’homme politique foncierement honnête est rarement adoubé par ses pairs ..il n’est pas achetable donc dangereux..ainsi va la vie..sinon ça va vous ? 🙂

      Aimé par 1 personne

    2. Oui, je pense qu’il y a du courage. A être honnête, pas forcément, on est honnête ou pas, c’est tout. Mais à dénoncer les magouilles de certains dirigeants, à se dresser face à son propre supérieur, au risque d’en supporter les conséquences, surement agressives, oui, il faut du courage. Oui il faudrait aussi être soutenu dans cette démarche, seul c’est encore plus risquer. Surtout ne pas se retrouver isolé. C’est pourquoi j’ai applaudi chaudement lors de sa déclaration. Et je n’étais pas le seul. Merci Vanessa de cette remarque, elle me permet de prendre conscience qu’il serait judicieux d’exprimer un soutien à Clément Servat. Il a peut-être commis quelques irrégularités, (ce qui n’est pas sur), mais son action, mérite le respect. Il est maintenant en tête de file d’un mouvement de contestation, très préoccupant pour la majorité actuelle.

      J'aime

      1. Bonsoir Poodji,
        Je n’ai pas la même lecture que vous de ce qui s’est passé lundi soir. Même si l’on peut saluer la prise de conscience de Mr SERVAT, permettez-moi de la juger tardive et quelque peu opportuniste. Tardive car du propre aveu de son chef de file, le groupe majoritaire dès 2016, avait déjà fait le constat secrètement que des dépenses frôlaient l’indécence. En 2017, face aux découvertes du blogueur, l’opposition met la majorité face à ces responsabilités, mais l’adjoint reste bien silencieux.
        Pourtant dans le même temps, sa collègue au social et une conseillère, s’abstiennent de voter le compte administratif.
        Opportuniste, vous en donnez d’ailleurs la preuve, « Il a peut-être commis quelques irrégularités, (ce qui n’est pas sur), mais son action, mérite le respect ». Mais d’où on a un permis de commettre des irrégularités, tout en conservant le respect, à partir du moment où je dénonce des faits délictuels, dont je suis complice puisque je savais parfaitement qu’ils se passaient.
        Quand à ce que vous appelez le mouvement de contestation, hormis l’opposition mais qui n’a pas eu besoin de Mr SERVAT, pour dénoncer auprès de la CRC ce qu’elle avait découvert, je n’ai vu que 4 mains venant des bancs de la majorité, se lever pour protester.
        La délibération concernant la vente par la ville d’Oloron de l’immeuble TARASCON, au profit de Mr SERVAT, montre que ce dernier l’a bien voté. Il ne l’a jamais contesté, ce qu’il pouvait parfaitement faire, s’il était réellement absent ce jour-là.
        Cela s’appelle un conflit d’intérêts !

        J'aime

        1. Oui, bien sur. J’ai souvent tendance à enjoliver les actions de courage. Evidemment Servat aurait pu réagir, et agir avant. Mais des fois, on est un peu piégé. Très peu au début, puis un peu plus, et encore plus, jusqu’au moment ou faire demi tour devient quasi impossible. Il faut quand même du courage, même tardif, pour braver l’autorité frauduleuse. Parfois la justice tiens compte de circonstances atténuantes. Peut-être qu’avoir du respect est un peu excessif, je l’admet ! Bon, ceci dit la faute est commise, et il faut en supporter les conséquences.

          J'aime

  8. – Au regard des interventions de l’opposition en conseil municipal, depuis longtemps, comment les élus de la majorité n’ont pas pu avoir de doute, et mener leur propre enquête, comme l’a fait l’opposition et le bloguer ?
    – Au regard du rapport de la CRC, comment peuvent-ils rester assis à coté du Maire ???

    L’intervention de C.Servat nous éclaire, chacun doit quelque chose à H.Lucbéreilh, d’ailleurs il suffit de reprendre l’article, avant les élections de 2014 pour voir que les candidats de l’équipe « Lucbéreilh » étaient là parce qu’ils lui devaient quelque chose !
    Pas vraiment de surprise sur les dérives de ce mandat au regard des entourloupes de la 1ère aire Lucbéreilh et de sa campgne 2014 où les coups bas et les mensonges n’ont pas manqués, et pour chapeauter le tout, la « merveilleuse » alliance avec Lacrampe, qui lui aussi a bien tiré son épingle du jeu et doit à Lucbéreilh sa place confortable à la communauté des communes en 2014… reconduite par la suite !
    C’est désolant, je n’aurai pas pensé qu’autant de malhonnêteté de ces élus puisse durer aussi longtemps.

    Aimé par 1 personne

  9. J’attends que la justice passe, pour que les malhonnêtes trépassent… en politique, hein 😉

    Pourvu que M. Béreilh ouvre son carnet de campagne… Heu, de pandore je veux dire ♥

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s