Offre de soins sur notre territoire : la prescription médicale administrée à notre personnel politique local par un médecin oloronais


Ni potion magique, ni potion amère. Illustrant son propos en s’appuyant sur des faits très concrets, et inconnus de beaucoup, (des travaux prévus au centre hospitalier suspendus, l’obtention de l’IRM non encore garantie, le déficit prévisionnel du centre hospitalier largement dépassé, un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes -EPPAD – plus près de l’âge de pierre que de l’Âge d’Or), Jean-Louis Coquard, qui s’exprime ici avant tout comme citoyen, rappelle à nos élus locaux quelques vérités de base.

Il est vrai (là, il s’agit d’un commentaire personnel du blogueur) qu’il ne suffit pas, comme certains de ces élus, de se cantonner dans une posture politicienne à grands renforts de petites phrases polémiques, de communiqués incendiaires visant les boucs émissaires tout trouvés que sont l’ARS, le corps médical ou l’administration de l’hôpital,  qu’il ne suffit pas davantage d’adresser des lettres comminatoires à tel ou tel personnage de l’État pour réussir à conserver une offre de soins de qualité sur notre territoire.

Voici donc le texte de cette tribune de Jean-Louis Coquard

Une rentrée sanitaire inhospitalière et apolitique

Le monde hospitalier est et restera un monde apolitique dont le tryptique ARS (agence régionale de santé) – Administration – Corps médical et personnel soignant et non soignant restera la clé.

L’ARS est et restera le moteur de toute évolution, décision locale ou de territoire.

En voici, quelques exemples locaux :

  • Des courriers de nos élus à la présidence de la République, à Madame Macron, à Madame la ministre de la Santé, que sais-je, au sujet de LEUR (ce n’est pas celle des médecins, rappelons-le) maternité : retour à l’envoyeur. C’est en effet l’ARS de la région Nouvelle-Aquitaine qui répond sur le fond en août 2018 à cette missive, comme elle l’avait fait précédemment à la lettre envoyée par un citoyen élu local.
  • Le centre hospitalier est en travaux Ce ne sont pas des travaux municipaux. Ils devaient concerner, enfin, une unité hospitalière de résidents à partir du mois de juillet. Sur injonction de l’ARS, ils n’ont pas démarré. Motif: des difficultés financières. L’ARS attend qu’au préalable la direction du centre hospitalier parvienne à des économies sur son budget car le déficit prévisionnel est largement dépassé.
  • Un hôpital ne doit pas gagner d’argent (je l’ai entendu ou lu). Quoique … avant restructuration avec la reprise de la structure privée, le centre hospitalier d’Oloron était arrivé à être bénéficiaire. Pour autant, il ne doit pas trop perdre d’argent, vous en conviendrez. L’ARS veille. Ceci doit expliquer cela (les travaux suspendus).
  • Une IRM à Oloron, tout le monde est d’accord pour apporter ce plus ; les hommes politiques applaudissent, mais l’ARS (dans ses attendus) est plus mesurée . En effet le centre hospitalier n’a plus de radiologue public. La radiologie est de très bonne qualité, mais privatisée de jours comme de nuit, jours ouvrables ou jours fériés, utilisant les moyens modernes de la télétransmission à certains moments ou pour certains actes (il arrive que ce soient des radiologues basés à l’autre bout de la France qui analysent les clichés pris à Oloron)

Pour ajouter une activité comme l’IRM, il faut la qualité. Elle est là. Mais il faut la disponibilité des praticiens. Et là, il y a une réflexion à avoir : l’ARS y veille.

  • La maison de retraite dite Âge d’Or n’intéresse pas les politiques : elle vit dans des conditions immobilières du siècle dernier avec des chambres double, un circuit résident complexe, une informatisation du dossier résident en cours …de réflexion …
  • Le personnel est de qualité, les résidents sont bien traités. Je peux l’assurer (je suis coordonnateur médical de la structure). Mais ils attendent mieux : si les élus sont frileux, l’ARS veille …à ne pas éloigner l’établissement du centre-ville (95% des résidents ne sortent pas !!!!!). On croit rêver, mais elle semble évoluer vers un rapprochement vers le court séjour …

En conclusion, j’espère que ces quelques exemples montreront à nos élus que le bien vivre ensemble avec une agence régionale de santé est incontournable et primordial, que le support de projet type EHPAD, par exemple, doit être résolu et porté dans la discrétion, comme d’autres projets portés par le corps médical.       

Un citoyen lambda

7 commentaires sur « Offre de soins sur notre territoire : la prescription médicale administrée à notre personnel politique local par un médecin oloronais »

  1. Comment se fait-il que vous n’ayez pas commenté l’accident et la pollution qui en a suivi dans la vallée d’Aspe ??
    C’est pour ne pas mettre mal à l’aise votre ami président et seul membre de l’asso Le Croc !!!
    J’attends toujours que ce monsieur chantre de la transparence nous dise combien ils sont , surtout qu’il s’est fâché avec tous ses amis !!

    J'aime

    1. Bonjour Monsieur Pérez. Qu’aurais-je pu dire de plus que la presse locale, qui a parfaitement couvert l’évènement. Cela étant, si vous souhaitez exprimer une opinion sur le sujet (sans attaque personnelle bien entendu), la colonne du blog vous est largement ouverte.

      J'aime

  2. La médecine est à 2 vitesses, à Oloron.
    Mon médecin traitant est parti. Il n’est pas remplacé si ce n’est par un toubib de la vallée d’Aspe qui vient à Oloron 3 après-midi par semaine……..Je fais quoi si je suis malade (et je suis atteinte d’une maladie chronique)? Aucun médecin généraliste ne peux nous prendre en patientèle, combien sommes-nous dans ce cas-là?
    Tout le monde s’en fout, à commencer par l’ARS qui ne fait que servir un gouvernement de clowns qui nous spolient d’un bien plus que précieux: la santé!
    En effet, il vaut mieux armer la police municipale (on se demande pourquoi il y a la gendarmerie et l’école de police…..des incompétents selon Macron?…Mais que fait Benalla? ^^), plutôt que de financer l’éducation, le sport, les epahd, le social…….Trouver l’erreur?
    La tune, la tune, la tune……Le seul leitmotiv des Lrem aux dents longues qui nous ruinent grâce à de puissants lobbies présents partout, à tous les niveaux de l’état et des communes.
    La réunion du Creloc fut très intéressante car le PS et le Lrem présents n’y sont venus que pour y vendre leur soupe indigeste d’homme politique en mal d’élection…..Pauvre Béarn!
    En attendant, cher Dr Coquard, viendrez-vous nous soigner quand il n’y aura plus de médecins en ville (et ça commence à devenir urgent, urgent…)?

    J'aime

    1. bonjour,

      le « cher ( pas chère … tout une carrière au service du public ) docteur Coquard » tient à vous informer des éléments ci-dessous :

      – ayant décidé de prendre ma retraite , ayant travaillé au delà des 35h , je me suis assuré de la continuité du soin dans le service où je travaillais avant de partir : la continuité du soin en médecine polyvalente , en diabétologie , en maladie du tube digestif a été assuré.

      – sollicité par le centre hospitalier pour assurer quelques gardes après mon départ , je les assumerai .

      – sollicité pour des congés de maternité dans le service où j’étais , j’assumerai ses remplacements pour que la population bénéficie d’une continuité de soins

      – pensant être libéré , le chg m’a sollicité pour aider à la continuité médicale administrative de sa maison de retraite , faute de candidat et étant diplômé pour assurer cette mission particulière

      oui , cher lecteur , j’ai répondu au besoin collectif depuis 3 ans ( date de mon départ en retraite ) dans la discrétion , oui je continuerai à porter les efforts médicaux pour le chg puisse apporter à la population des soins tant que ma santé me le permettra , oui j’espère que des confrères publics ou libéraux tenteront de mieux contrôler leur départ de quelque nature que ce soit , non je ne pourrai assurer votre suivi médical car mon cursus est médecin hospitalier au service du public ( je n’ai pas dit public ) .

      avec toute ma sympathie

      un citoyen médecin lambda

      J'aime

  3. @mano . Depuis 48 ans on avale des couleuvres !! Vous ne l’avait peut-être pas remarqué mais la ligne a réouvert jusqu’à Bedous depuis pas longtemps , mais bon vous devez le savoir puisque le seul qui ai avalé qq chose c’est vous et c’est pas une couleuvre mais une corde à linge que vous avez du mal à faire passer !! J’attends avec impatience l’assemblée annuelle du CROC pour venir faire le comptage tout au moins de vos sympathisants !!

    J'aime

  4. Qui c’est ce Pierre Perez dont les commentaires n’ont rien à voir avec le sujet développé, et dont l’agressivité gratuite est tout aussi déplacée dans le débat ouvert par l’article en cours ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.