L’opposition municipale sort – enfin – de sa cure de silence médiatique


Sans doute soucieuse du respect de la parité dans l’expression des différents groupes politiques composant le conseil municipal, La République donne ce matin la parole au chef de l’opposition, Bernard Uthurry. Réaction d’un lecteur lambda après la lecture de cette entrevue (comme on dit au Québec).

Un long silence

Convenons-en : depuis maintenant plus de 4 ans, l’opposition municipale n’a pas, à de rares expressions près, occupé l’espace médiatique. Histoire de ne pas « emmerder le maire » et de ne pas « jouer les mouches du coche », comme le laisse ici entendre Bernard Uthurry ? Ou, plus prosaïquement, parce qu’elle était en panne de propositions ?

Car, pour être crédible, il ne suffit pas à une opposition municipale de se poser en adversaire critique, attendant seulement le moment où la majorité explosera en vol. Il ne lui suffit pas non plus, à chaque fois que la commune est confrontée à une difficulté, de se contenter de rétorquer à la majorité une réflexion du style : « C’est vous qui êtes à la manœuvre, à vous de vous débrouiller ». Encore lui faut-il faire preuve d’imagination et savoir, devant les problèmes, avancer des solutions. Car dans une gestion municipale, ce qui est en jeu, ce n’est pas l’intérêt à court terme de tel ou tel groupe politique, qui se donne pour principale mission de mettre en difficulté la majorité, ce qui est en jeu, c’est l’intérêt des habitants de la commune.

Ça va être chaud salle du conseil municipal le 24 septembre !

Il n’est pas question ici de se lancer dans des prévisions météorologiques ou de tabler sur une panne de la climatisation dans la salle du conseil. C’est l’ambiance qui risque d’être lourde au moment où sera débattu le rapport d’observations définitives de la Chambre régionale des comptes. Sans rentrer dans le détail de ce qu’il en sait (il a été destinataire de la partie concernant mais, lui aussi, est tenu à la confidentialité), Bernard Uthurry laisse néanmoins percer deux ou trois indications sur ce que sera l’attitude de son groupe lors de ce débat :

  • Il trouvera dans le rapport la célébration de son propre bilan : « On avait comme fil directeur la restauration des finances de la ville, et on y est arrivé, comme le montrera bientôt le rapport de la Chambre régionale des comptes »
  • Il fera tout pour éviter qu’une partie de la majorité municipale cherche à se dédouaner des éventuelles critiques contenues dans le rapport. Bernard Uthurry considère que les conclusions de la Chambre « pourraient venir confirmer ce que nous avons dénoncé et l’équipe de la majorité municipale, solidairement responsable, devra assumer ces observations devant les Oloronais ». Et il est vrai que, si l’on excepte une ou deux abstentions par ci, par là, toutes les décisions prises en conseil municipal, même les plus discutables (augmentation de la fiscalité, ventes etc.) ont été votées par une majorité unanime.

Le constat d’une gestion municipale cahotique que nous sommes nombreux à pouvoir partager

Bernard Uthurry jette un regard sans complaisance sur le bilan de l’action municipale de ces quatre dernières années : « un record historique en ce qui concerne l’augmentation des impôts »… « On atteint par ailleurs les sommets de l’hypocrisie politique quand les élus se targuent de ne pas faire bouger les impôts depuis le début de leur mandat »… « Ces décisions vont de pair avec une chute draconienne des investissements ». Dans les projets annoncés par le maire « il n’y a pas grand-chose qui relève de la ville »… « En ce qui concerne la rue Barthou, beaucoup de choses ont été annoncées mais pour l’instant, seuls deux coussins berlinois ont été installés dans la rue »… « de nombreux projets du maire ne bénéficient pas du premier euro de financement ».

Oloronblog ne peut que partager ces constats que le blog s’escrime à analyser et tenter de décrypter depuis des années, sans susciter jusqu’à cette heure de grande réaction, ni de grande émotion.

Une candidature aux élections municipales 2020 qui se dessine

Bernard Uthurry est fin politique. Il sait qu’il ne sert à rien de se déclarer trop tôt candidat. D’autant qu’il sait aussi que, compte tenu du contexte municipal actuel, l’opposition municipale n’aura pas grand effort à déployer pour conquérir le pouvoir. Il lui suffira de se baisser pour le ramasser.

L’ancien maire énonce dès maintenant quelques principes de base : « … une équipe de rassemblement. Pas une équipe de circonstance, car on voit ce que ça donne avec le duo Lucbéreilh-Lacrampe »« Le rassemblement doit se faire large, avec les bras grands ouverts, autour de la disponibilité, des compétences, et de l’honnêteté ». Il joue l’expérience : « Au sein du groupe, nous sommes désormais riches de notre expérience d’élus et de nos parcours. ».

Et il nous fait comprendre qu’il a le profil pour conduire cette équipe : « …  J’ai acquis d’importantes responsabilités régionales dans le domaine du développement économique au service de l’emploi et de l’attractivité du territoire » puis, un peu plus loin, parlant de l’action publique : « Je l’ai chevillée au corps et nourrie désormais par les relations que j’ai pu nouer, dans bien des domaines ». Si un doute subsistait, il est aujourd’hui levé : sauf catastrophe, Bernard Uthurry conduira une liste lors des prochaines élections municipales.

8 commentaires sur « L’opposition municipale sort – enfin – de sa cure de silence médiatique »

  1. « …l’opposition municipale n’aura pas grand effort à déployer pour conquérir le pouvoir. Il lui suffira de se baisser pour le ramasser…. »

    J’aime beaucoup Oloron, mais n’y habitant que de temps à autre, je ne connais pas sa réalité électorale. Par contre, pour avoir eu deux ou trois surprises de ce genre dans ma vie militante, je sais que la situation que vous décrivez n’assure pas forcément une victoire.
    J’ai remarqué qu’il y a souvent un décalage entre l’opinion de ceux qui agissent, creusent et cherchent la réalité des faits, par rapport à la compréhension d’électeurs parfois leurrés par des apparences.

    Aimé par 1 personne

  2. Au vue des défis qui sont devant nous, environnementaux, sociaux économiques culturels et identitaires, au regard de la piètre démocratie locale entre une majorité et une opposition pour un mandat et inversement pour un autre mandat, laissant les citoyens et leurs organisations, sinon observateurs et peu protestataires à des animations et des actions locales qui finalement donnent de l’eau au moulin des politiques.
    Il est temps pour chaque élu-e majorité/opposition, de faire un bilan devant et avec les Oloronais.
    L’heure des comptes a sonné ! Et là, ce n’est pas la cour régionale qui va donné son verdict.

    Mais n’est ce pas l’ensemble du territoire qui devrait faire le constat de 20 ans de politiques locales ?

    Et la rue Louis Barthou, et les impôts, et la médiathèque, et la CCHB, et bla bli et bla bla….Partie de Ping Pong en trois manches non merci.

    Nombre d’organisation de citoyens ont aussi l’action public chevillée au corps. Nombre d’entre elles ont aussi une expérience acquise au fil des années sur les effets d’annonce, les usines à gaz, les projets incohérents, les promesses non tenues, les retournements de veste, nous sommes riches de cette expérience de citoyens subissant ces politiques nationales et locales : inefficaces, couteuses, inutiles et imposées.
    L’actualité locale de ces derniers jours nous montrent combien la folie s’est emparée des esprits ; une mairie pleine de sang de brebis, un camion citerne dans le gave, un mort, une pollution, une révolte qui gronde partout dans le pays.

    La maison brûle et ils regardent ailleurs !

    J'aime

  3. Tiens? Il n’y a bientôt plus de boulot à la région pour que Nanard revienne en courant?
    Mais, en tant que N°2 de la région, qu’a-t-il fait pour empêcher la fermeture de la maternité quand il finance une déviation qui va coûter 90 millions d’Euros?
    Que nous reste-t-il? La prière?
    Trêve de plaisanterie, qu’ils soient de gauche ou de droite, on voit bien que tous ces gens ne travaillent que pour eux-même, au détriment d’une population qui subit.
    Les plus grands enjeux sont écologiques (et les preuves sont flagrantes) et sociaux, mais, à part faire de la lèche aux associations aux seules fins de green-washing personnel et de lobbying électoral, que font réellement ces gens-là? De l’entre-soi de bon aloi! (et, pour le coup, si tu ne fais pas partie du sérail…)
    Macron n’a rien inventé quand il prend la France en otage avec une majorité aux ordres, le petit doigt sur la couture, qui refuse tout débat d’idées. On peut dire que notre maire est un innovateur de la Macroture, lol! (à moins qu’aucun d’entre eux n’ait d’idées? ^^)
    Il me semble important d’avoir une réflexion, un peu plus poussée, que de voir la ville d’un vote à l’autre, d’un bilan à l’autre, car, comme chacun sait, les chiffres, on leurs fait dire n’importe quoi.

    Elections, pièges à cons? Oui, mais on a toujours fait comme ça…..Le côté servile de la population méprisée par les « élites », sans doute, mais qui sert bien leurs desseins de s’accaparer le pouvoir.

    Vivement le prochain conseil municipal! ^^

    J'aime

  4. Bernard Uthurry spécialiste du Développement économique…tu ris.
    Il faut espérer pour Oloron de nouveaux visages, réellement compétents, pas ces vieux politiciens prêts à tout pour être élus.

    J'aime

  5. Trop de com pour certains, pas assez pour d’autres ….

    Peu de gens s’intéressent (hormis le bruit, crottes et herbes folles …) à ce qui se passe à la mairie , pourtant les réunions du Conseil Municipal sont ouvertes à tous, ainsi que la retranscription « totale » des ces séances sur le site ‘Oloron une autre voix’..(fastidieux peut être, instructif toujours ). Si nous nous donnons la peine de bien écouter où lire, personne ne peut dire que l’opposition n’est pas intervenue sur des sujets sensibles (interventions vives pour dénoncer erreurs et ….errements ) et a voté contre tout ce qui n’était pas clair, avec tribunal administratif à la clé et les conclusions que nous connaissons.
    Appuyons là ou çà fait mal : la presque totalité (2 ou 3 abstentions)des élus de la majorité a voté pour tout en ayant les yeux bien ouverts sur la réalité,  : laissons les Oloronais en juger …si carpes il y a, les présents aux conseils Municipaux, savent bien où elles se trouvent ».
    Quant aux projets, promesses, propositions, ne vaut-il pas mieux attendre de savoir si la caisse est pleine ? Chat échaudé craint l’eau froide ………l’électeur n’aime pas la poudre aux yeux !

    J'aime

    1. Vous admettrez tout de même avec moi que l’opposition s’est faite très discrète sur la place publique. Quant aux propositions attendues de sa part, ce n’est pas de projets ruineux qu’il s’agit mais plutôt de suggestions formulées en alternative à certaines initiatives malheureuses de la majorité municipale actuelle

      J'aime

  6. ……l’opposition municipale n’aura pas grand effort à déployer pour conquérir le pouvoir. Il lui suffira de se baisser pour le ramasser.
    Cela était vrai dans le schéma passé, espérons que cela ne sera pas vrai dans le schéma futur. Souhaitons qu’ enfin des personnes énergiques, soucieuses de
    l’ intérêt général non partisan, bousculent cette tradition séculaire des partis traditionnels qui pèse sur l’ avenir du pays Oloronais. A Oloron il semble que le futur soit une fatalité écrite à l’ avance.

    J'aime

  7. Oui! Je reste résolument un optimiste utopique ! Nos « têtes de liste » prendrons une retraite, disons mérité.. et les citoyens de notre ville se mobiliseront pour reprendre le contrôle du .. Titanic !!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.