Clins d’œil et petites piques du samedi 5 mai 2018


Pour déroger à la tradition, il n’y aura pas de billet dominical cette semaine, mais un billet saturnin ou sabbatique (comme il vous plaira). Avec quatre échos à l’ordre du jour. Ils portent sur 1/ l’hyperactivité médiatique de Jean Lassalle ; 2/ la convention passée entre le Pelotari Club et la ville ; 3/ la construction du nouvel établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EPHAD) Pommé ; 4/ la sculpture de feu le bassin de la mairie

1/  Jean Lassalle sur tous les fronts

Il ne se passe pas une semaine sans que notre député ne fasse l’actualité. Tous dernièrement, il nous annonçait son intention de conduire une liste lors des élections européennes de l’an prochain. Et se gargarisait d’un sondage le créditant de 27% d’intentions de vote potentielles, dont 9% quasiment assurées. Ses candidats se présenteraient au nom de la “défense des territoires” et de “l’Europe des nations et des peuples”. Candidat aux européennes, Jean Lassalle mettrait ainsi ses pas dans ceux d’un autre Béarnais, Jean Saint-Josse, qui, à la tête de la liste CPNT (Chasse, pêche, nature et traditions) avait obtenu, pas dans un sondage mais en vrai, un score de 6,71% et décroché 6 députés lors des élections européennes de 1999.

La semaine précédente, dans un registre très différent, Jean Lassalle faisait part d’un courrier qu’il avait reçu du président de l’École normale supérieure de Cachan. Un courrier qui accuse notre député d’avoir eu un comportement grossier vis-à-vis des deux vice-présidentes de l’École chargées de l’accueillir le 10 avril dernier à l’occasion d’une conférence. Jean Lassalle s’est fendu d’une réponse dans le style quelque peu emphatique et parfois ésotérique qui lui est propre. Il en adresse une copie aux présidents de la République, de l’Assemblée nationale, du Conseil d’État, de la Cour de Cassation etc… ainsi qu’à « l’ensemble des étudiants et des citoyens de France qui pourraient en connaître et souhaiteraient en débattre ». La voici ci-dessous (merci au lecteur qui me l’a transmise) livrée à l’opinion de chacun d’entre nous.

Courrier de Jean Lassalle

2/ Trinquets Guynemer : où est passée la convention entre le Pelotari Club et la ville ?

Ça y est, une première pièce administrative est affichée sur l’un des panneaux extérieurs de la mairie : un arrêté municipal ayant pour objet : « Convention d’autorisation d’occupation du domaine public communal du complexe sportif Guynemer ». On peut lire dans ce document que le maire d’Oloron décide de signer à cette fin une convention avec le Pilotari Club Oloronais, précise que la convention est consentie et acceptée pour une durée déterminée commençant le 1er avril 2018, se terminant le 31 décembre 2018 et qu’elle se renouvellera ensuite par tacite reconduction par période d’une année sans pour autant excéder 12 ans, fixe à 250 € par mois la redevance d’occupation du domaine public.

Convention PCO - arrêté municipal

Une première constatation : s’il évoque une autorisation d’occupation du domaine public, à aucun moment l’arrêté municipal n’indique, contrairement à ce qui nous a été annoncé, que la gestion du complexe sportif Guynemer est confiée au PCO. Une convention prise en application de cet arrêté et prévoyant ladite gestion n’aura donc aucune valeur. Par ailleurs, on cherchera vainement la convention elle-même sur ce panneau d’affichage. Affaire à suivre.

3/ Un permis d’aménager destiné à l’EHPAD Pommé

Signalé par un lecteur, affiché sur un portail rouillé en bordure du chemin des Ourtigous, dans le quartier Notre-Dame, un arrêté municipal accordant un permis d’aménager en vue du détachement d’un terrain à bâtir pour la création d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). « Permis d’aménager », à ne pas confondre avec « permis de construire ». Acte qui permet à l’administration de contrôler les aménagements affectant l’utilisation du sol d’un terrain donné, le permis d’aménager détermine dans le cas présent les obligations suivantes : conservation et restauration du mur de clôture en moellons et pierres, branchements aux réseaux d’eau, d’électricité et d’assainissement aux frais exclusifs de l’auteur de la demande de permis d’aménager etc.

Permis d'aménager

Même si ce document ne préjuge en rien de la suite des opérations (rappelons que la commune d’Oloron doit obtenir en préalable de la Justice la révision du legs Pommé), il semble indiquer que les choses semblent évoluer de façon favorable et que d’ici quelques années Oloron disposera d’un EHPAD tout neuf. Ne restera plus alors qu’à envisager une complète rénovation, ou une nouvelle construction, pour l’autre EHPAD oloronais, l’Âge d’or.

4/ A flor de agua

Le bassin situé devant la mairie n’est donc plus. Sans doute pour des raisons tenant à une facilité d’entretien, un massif de fleurs va prendre sa place. Seule subsistera la sculpture qui était dressée au milieu de l’eau. Une sculpture dont le thème (des nageurs) et le nom (A flor de agua) paraîtront quelque peu décalés dans ce nouvel environnement végétal.

A Flor de Agua 2Aflor de Agua 4

L’un des panneaux d’information présentant les principaux centres d’intérêt du quartier Notre-Dame décrit A flor de agua : « L’artiste allemande Johanna Ebertz nourrit une passion intime pour cette pierre, la diabase olivine, vieille de plus de 280 millions d’années. Elle s’est formée dans les fonds sous-marins pour, un jour, apparaître près de Francfort-sur-le-Main. Ce qui frappe au premier abord dans cette sculpture c’est le contraste entre la masse, la résistance de ce bloc volcanique sombre et la délicatesse des formes. Ce qui est remarquable enfin, c’est l’opposition des couleurs entre la teinte, noire, naturelle et la tonalité olive de la zone polie au diamant. Cette œuvre a été conçue à l’occasion des Jeux Olympiques de Barcelone, en 1992. »

3 commentaires sur « Clins d’œil et petites piques du samedi 5 mai 2018 »

  1. Ce Lassalle, quel bout-en-train! C’est notre Van Damme à nous! ^^
    La mairie égale à elle-même dans la non-transparence, c’est pour ça qu’il n’y a plus d’eau dans le bassin…trop limpide! ^^
    Et puis, je croyais que l’art était là pour nous faire rêver, mettre en avant notre patrimoine et nos artistes ou dénoncer des injustices, défendre des causes?….Oups, encore une étude sur les cailloux, à croire que c’est Costanzo qui a écrit le panneau d’information pour nous préparer aux carrières! ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s