Précisions sur l’étude lancée par la mairie en vue de la requalification du centre-ville (chronique : « enfin une étude qui aboutira » ?)


Il y a de longs mois, le maire a, à grand renfort de tambours et trompettes, annoncé un véritable « Plan Marshall » pour la redynamisation de la rue Louis-Barthou Certains commentateurs ici ont considéré, à juste raison me semble-t-il que, pour être efficace, ce type d’opération devait porter sur tout le centre-ville et non sur une seule de ses artères, fut-elle autrefois la plus commerçante.

La mairie, très attentive à ce qui s’écrit sur Oloronblog – je plaisante, bien sûr – a donc publié ce 12 avril un appel à concurrence en vue du choix d’un cabinet d’études auquel sera confiée « l’élaboration d’une étude préalable à la requalification urbaine du centre-ville d’Oloron Sainte-Marie ». Cette publication n’a pas échappé à la vigilance d’une lectrice du blog (merci, Vanessa) qui a communiqué dans un commentaire le lien permettant d’accéder au dossier de consultation.

Ce dossier est essentiellement constitué de pièces administratives. Nous nous contenterons dans le présent billet d’examiner le cahier des charges de l’étude, dénommé dans le jargon des marchés public « cahier des clauses techniques particulières », ou CCTP. Vous pourrez en trouver au bas de cet article le texte intégral de ce CCTP qui définit le contenu de l’étude.

Sur quel périmètre portera l’étude ?

Comme le montre le plan ci-dessous, le périmètre d’étude englobe une partie des trois quartiers d’Oloron Sainte-Marie

Périmètre d étude-page

Osons d’abord une définition de la « requalification urbaine » du centre-ville

C’est l’ensemble des actions, mesures et moyens mis en œuvre dans les domaines de l’urbanisme, de l’habitat, de l’environnement, du commerce, des services, du paysager, du social etc. pour rendre à un centre-ville son attractivité

En quoi consistera la mission du bureau d’études ?

La commune attend du bureau d’études qu’il définisse de façon concrète et cohérente les aménagements d’espaces publics à réaliser sur le court, moyen et long terme.

Une mission en trois phases pour le bureau d’études

Pour chacune de ces trois phases détaillées ci-après, un comité de pilotage composé d’élus de la commune, de techniciens de la ville et du service urbanisme de la CCHB, un comité auquel la municipalité, qui a « à coeur d’impliquer les habitants de la commune, (…) pourra y associer des personnes de son choix », validera les propositions. Par ailleurs, seront mises en place des réunions de concertations avec les usagers et habitants des quartiers concernés. Ces trois phase se déclinent comme suit :

  • Une phase d’élaboration du diagnostic qui durera 2 mois. Il s’agira durant cette phase de dresser un état des lieux sur les plans de l’architecture, de l’urbanisme, du paysage, des circulations, des commerces, de l’habitat etc. Il s’agira également de recenser les données et études existantes sur la commune, les différents projets et leur état d’avancement. Il s’agira encore d’évaluer les perspectives d’évolution et les besoins futurs. Il s’agira enfin de proposer une analyse plus fine sur certains espaces publics emblématiques (Place Gambetta, Résistance, Place Georges Clémenceau) Rue Louis Barthou, Rue Justice, Rue Jéliote, Place Mendiondou, Place Général De Gaulle, Avenue Sadi Carnot)
  • Une phase de propositions qui durera 2 mois. Le bureau d’études devra dans cette phase 2 produire des scénarios d’aménagement : plan de circulation, continuité de circulations, organisation des stationnements, intégration du bâti, mais aussi à une échelle plus fine pour les principaux espaces publics et rues nécessitant un traitement spécifique. Il devra illustrer le parti pris architectural par des plans coupes et croquis. Il devra aussi chiffrer ses scénarios par principaux secteurs
  • Une phase de définition des actions qui durera 2 mois. Lorsque le maître d’ouvrage (la ville) aura validé les scenarios, le bureau d’études devra, dans le cadre de cette phase, les préciser à une échelle plus détaillée, les affiner, déterminer leur succession, les délais de réalisation

Quelques remarques à la lecture de ce document

  • Les étagères des services techniques croulent sous les piles d’études d’aménagement commandées en d’autres temps et qui n’ont guère eu de suite. Espérons que celle-ci débouchera sur des actions concrètes
  • La municipalité semble vouloir impliquer dans l’étude la population concernée, soit au travers de réunions de concertation, soit en intégrant dans le comité de pilotage quelques citoyens soigneusement choisis. Voilà une perspective de démocratie participative dont il faut se féliciter. Même si les précédentes expériences en la matière (Cesel par exemple) sont de nature à tempérer notre enthousiasme
  • Quel crédit prévisionnel a été inscrit au budget pour le règlement de cette étude ?
  • Dommage que l’initiative d’une opération aussi importante, puisqu’à terme elle vise à changer le visage de la ville, n’ait pas été prise par le conseil municipal qui, sauf erreur de ma part, n’en a jamais délibéré
  • Les bureaux d’études ont jusqu’au 9 mai pour faire acte de candidature. Si tout se passe sans anicroche, et compte tenu des 6 mois d’étude, c’est au début de l’année prochaine que nous devrions connaître les propositions concrètes du candidat qui aura été retenu

Pour terminer une question connexe

La commune se félicitait il y a peu via la presse locale des prémices d’une relance de l’activité commerciale dans la rue Louis-Barthou. Passant hier devant le magasin Rousso, je le vois vide de tout article. Seuls restent, groupés dans un coin, les mannequins et les portants. Alors ? Fermeture définitive ou prochaine rénovation d’ampleur ? J’ai tenté de joindre la conseillère municipale en charge du commerce pour en savoir davantage. Elle n’a pas donné suite à mon message. Les recherches se poursuivent.

Cahier des charges de l’étude pour la requalification urbaine du centre ville (texte intégral)

15 commentaires sur « Précisions sur l’étude lancée par la mairie en vue de la requalification du centre-ville (chronique : « enfin une étude qui aboutira » ?) »

  1. Enfin du concret; on ne peut que se féliciter de cette décision. En espérant de tout coeur qu’ elle apportera une réponse raisonnée et durable pour le devenir d’ Oloron, qui a réellement besoin que ce travail soit fait. Maintenant reste à savoir si réellement les conclusions de cette étude se concrétiseront sur le terrain. Si c’ est pour finir sur une étagère, comme dit Joel, parcequ’ elle dérangera certaines oreilles sensibles, ce n’ est pas la peine de la mener. Personnellement j’ ai confiance, on aura au moins le droit de savoir ce qu’ il en est et peut être d’ infirmer ou de confirmer certains point de vue de citoyens, qui se sont exprimés sur ce site.

     » La mairie, très attentive à ce qui s’écrit sur Oloronblog – je plaisante, bien sûr – »
    Je ne pense pas que la Mairie soit insensible à ce qui s’ écrit sur ce blog, d’ autant que bien souvent les propos ne sont, ni politiques ni polémistes, mais pleins de bon sens.

    J'aime

  2. il est assez inquiétant de voir que les élus et l’administration voient le futur de notre ville sous le jour des espaces publics. la ville doit se batir en fonction des besoins des citoyens, des acteurs économiques et des touristes. la politique de l’offre, ça coute de l’argent ( donc des impots et/ou de la dette) et ça donne des abribus vides, des bus quasimment vides car on n’a pas analysé la demande, les citoyens avant de monter une offre.la politique de ‘offre ça ne marche pas. sauf peut etre pour les prestataires beneficiaires de marchés publics. Pour ce scenario, idem, on va monter un schema d’infrastructures ( les espaces publics), sans évaluation de la demande, des besoins des citoyens, des acteurs économiques, des touristes, sans stratégie partagée. Et puis faire ça sans la CCHB, quel sens ça peut avoir. Il est bien connu que dans leur vie quotidienne, les hauts bearnais ne viennent pas à oloron, ni pour travailler, ni pour les commerces, ni pour se distraire. Désolant comme mode de fonctionnement.

    J'aime

  3. Mouhahaha!
    Il ne fallait pas donner l’autorisation d’agrandissement à Leclerc si on souhaitait rénover et refaire vivre le centre-ville!
    C’est son implantation en périphérie proche qui a tué le commerce de proximité et la Rue Louis Barthou.
    D’ailleurs, vous êtes les premiers à aller y faire vos courses, comme nos anciens qui adorent prendre les rayons pour le dernier salon où l’on cause, caddies en travers des travées, discutant de la pluie, du beau temps, de la rougeole du petit dernier, oubliant qu’il n’y a pas si longtemps, ils préféraient le confort et la convivialité d’une terrasse de bar, de salon de thé, de cafétéria…ça va être drôlement compliqué de les ramener en centre-ville! ^^
    Tout cela pue la mesure pré-électorale à l’étude dispendieuse qui ne mènera à rien.
    Quand aux habitants d’Oloron, le jour où on leurs demandera vraiment leurs avis (autre que celui des notables) il fera plus chaud qu’aujourd’hui!

    J'aime

    1.  » D’ailleurs, vous êtes les premiers à aller y faire vos courses, comme nos anciens qui adorent prendre les rayons pour le dernier salon où l’on cause, caddies en travers des travées, discutant de la pluie, du beau temps, de la rougeole du petit dernier, oubliant qu’il n’y a pas si longtemps, ils préféraient le confort et la convivialité d’une terrasse de bar, de salon de thé, de cafétéria… »

      Ils préfèrent cela car ils y sont au chaud pour discuter, avec en plus l’ odeur …. comme disait Chirac et c’ est de plus gratuit !!!!!

      J'aime

  4. encore une étude…pour rendre encore le même résultat :
    conclusion : Oloron n’a pas de centre ville et possède 3 quartiers historiques
    coût : 30 000 €
    durée : autant de mois nécessaires à faire croire qu’on s’intéresse au développement de la commune sans réaliser un seul travaux.

    A la lecture de l’article 4 du cahier des charges, on s’aperçoit que la future étude aura à faire la synthèse des études déjà réalisées sur le sujet…

    La méthode n’est pas non plus révolutionnaire : on constitue un comité de pilotage d’expert et éventuellement quelques habitants triés sur le volet…

    Plusieurs absents dans l’étude :
    – le volet économique : ne peut on associer la CCI, l’OCAPO, des commerçants pour entendre leurs problématiques voire leur proposition
    – les habitants : on les associe à la fin pour leur présenter le résultat de l’étude. Regardez bien on a réfléchit pour vous nous les experts !
    l’association des habitants dans la réflexion, le diagnostic et les propositions est la clé de la réussite d’une telle étude. Ce n’est pas à la fin qu’on leur présente le produit fini.
    il est encore temps…

    Aimé par 1 personne

  5. suite a ton intervention,particulierement interessante et au debat qu’elle suscite,je considere, pour ma part,que l’initiative de la Mairie n’est pas inutile,car cette etudequi s’ajoute,oui,a celles qui ont deja ete realisées,peut apporter des elements nouveaux, les mentaliés et comportements evoluant
    Tu a constaté comme plusieurs personnes que les locaux du batiment des ex galeries et apres Rousso etaient fermés.
    Voila une opportunité a saisir tres vite par la ville.Pourquoi ?
    La redynamisation de la rue L. Barthou passe par plusieurs elements;L’un de ceux ci est essentiel,il s’agit de l’ ATRACTIVITE;Celle ci est le MOTEUR du. devellopement.
    Aujourd’hui ,un acteur .tres connu reinvesti dans les centre ville,il s’agit de MONOPRIX.
    Il faut donc ,tres rapidement prendre contact avec celui ci afin de connaitre ses criteres et d’adapter le soutien eventuel de la ville.
    Leur correspondant local n’est pas tres eloigné,il est sur PAU,il a ete le maitre d’oeuvre de la reintallation du MONOPRIX a la place Clemenceau.
    Voiila,donc,sans doute une piste a explorer qui permettrait, compte tenu de la notorieté du partenaire ,de repondre a l’objectif precité

    Aimé par 1 personne

    1. Nostalgie , nostalgie que cette rue Louis Barthou ……
      Il serait plus que temps de penser autrement, sinon on retombera dans l’ éternel travers de chercher à tout prix à avoir des Champs Elysée à Oloron.
      Ce dont à besoin Oloron c’ est d’ un contexte favorable global à la venue extérieure de la clientèle des commerces. Tous les consommateurs Oloronais sont au Leclerc et aujourd’ hui on ne fait rien pour changer leurs habitudes. Au contraire, on abonde dans ce sens là. Tant que cette vision oloronaise ne changera pas, sans apport extérieur de clientèle pour le petit commerce, rien ne sera viable sur le long terme.
      Avant toute chose donnons envie de venir à Oloron dans un cadre agréable. C’ est cela qui manque le plus.

      J'aime

  6. Il ne fallait pas donner l’autorisation d’agrandissement à Leclerc si on souhaitait rénover et refaire vivre le centre-ville! Sinon ceux qui ont un peu de temps a perdre et qui ont quelques connaissance en urbanisme , il faut aller contrôler les m2 construits par Leclerc ( ils trichent tous) , faire un état des lieux avec le préfet , faire condamner le Leclerc et faire détruire tous ce qui est illicite , a vous de jouer !
    pour plus de renseignements contactez Martine Donnette de En Toute Franchise , une branche de l’association existe a Pau pour tout le département , pour info les surfaces illicites sur la région PACA représente 418 milliards d’euros d’amendes non réclamées par l’état de quoi faire une belle relance économique pour nos petits commerces !

    J'aime

    1. Il ne fallait pas donner l’autorisation d’agrandissement à Leclerc si on souhaitait rénover et refaire vivre le centre-ville!

      Je partage pleinement votre propos, d’ autant que maintenant que les élections approchent, ceux qui ont donné les autorisations, se font les défenseurs du petit commerce. Les deux systèmes peuvent coexister, mais à condition de rester dans la limite du raisonnable. A Oloron ce n’ est plus le cas. Mais peut être aussi parce que les commerçants traditionnels oloronais ne se sont pas réellement battus contre cela.Ils ont préféré écouter les sirènes qui leurs promettaient des lendemains qui chantent.

      J'aime

  7. Il y a des milliers de rue du Barthou en France pour faire bonne figure les mairies font des études et on retrouve les meme résultat sur coisi toutes les mairie .. pourquoi faire des études qui coutent très cher en plus un commerçant …. qui peu le convaincre de placer ses sous dans une rue déjà fini .. ce d’avant on baissé les bras et ce d après on trouve du boulots sans risque à la mairie ou la communote de commune si chaque élus avec ses sous reprenaient un petit commerce .., il montrait l exemple que c est possible de vivre en ayant un petit commerce rue du Barthou seulement voilà ils ne seront jamais à leurs comptes le risque est trop important …. c est pourquoi il faut faire de nouvelles études pour ne jamais aller au front… c est dommage car avec leurs imagination ils devraient tous réussir parfaitement

    J'aime


  8. « État de Droit », c’est un peu comme « Démocratie », on utilise souvent ces mots en fonction d’un certain agenda politique. Et ça marche !

    Par exemple, l’accaparement des terres par la grande distribution se perpétue depuis des décennies en France. Outre l’illégalité de nombreux dossiers, ces camps de consommation ont peu à peu tué les centres-villes et détruisent plus d’emplois locaux qu’ils n’en créent.

    418 milliards € d’infractions au total selon une étude de l’association ETF En Toute Franchise. Cette réalité est connue depuis 20 ans. Et pourtant, pas de débat national sur l' »État de Droit », pas de grand discours sur TF1 à propos de l’ordre républicain, pas de gyrophare de police sur les terres volées, pas de blindé pour déloger les contrevenants,… Certains parlent aujourd’hui du plus gros scandale de la 5e République.

    Samedi 28 avril à 13h30 à Paris se tiendra une grande conférence pour exposer cette réalité : « Grande distribution, le scandale des 418 milliards € et l’émancipation citoyenne » (Entrée libre)

    ►Début de la conférence à 14h au : 14, rue de Patay, Paris 13e (M7 Porte d’Ivry / M14 Olympiades). Pas de réservation possible, 200 places assises.

    #GrandeDistribution #ScandaleDes418milliards #EmancipationCitoyenne

    Infos & Débats | Mr Mondialisation »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s