Augmentation du trafic routier par le Somport : selon un média espagnol, ça ne fait que commencer (chronique prospective)


Camion espagnol
Source : El Periódico de Aragón – Angel de Castro

Dans un commentaire laissé sous le précédent billet du blog, Monsieur Didier Bayens communiquait un lien permettant d’accéder à un article publié le 4 février 2018 dans le quotidien El Periódico de Aragón, sous le titre principal Un nouveau péage en Euskadi déclenche le passage des camions par le Somport, titre complété par le sous-titre Le trafic dans le tunnel a augmenté de 6% en janvier par rapport à 2017

Un lecteur et commentateur d’Oloronblog signant sous le pseudonyme « rd918 » a appelé à la rescousse le traducteur de Google pour avoir la version française de ce document. J’ai fait pour ma part appel à quelques réminiscences scolaires, bien lointaines hélas, pour apporter une ou deux retouches à cette traduction brute. Celles et ceux qui émettraient – à tort, bien sûr – quelque doute sur la qualité de cette transcription faite en coopération pourront toujours se reporter vers l’article original en cliquant ici. Voici en tout cas ci-dessous une version française qui, blague à part, me semble fidèle à l’original :

PYRENEES // LES CHAUFFEURS CHERCHENT A ÉVITER LE PAIEMENT D’UNE ECOTAXE POUR CIRCULER SUR LA N-1                                                                                                           Un nouveau péage en Euskadi déclenche le passage des camions par le Somport                  Le trafic dans le tunnel a augmenté de 6% en janvier par rapport à 2017

 L’application d’une écotaxe pour les poids lourds sur la N-1 en transit à travers le Pays Basque, depuis le 9 janvier dernier, a eu un impact immédiat sur le passage frontalier du Somport. Les responsables du tunnel international calculent que le trafic en général a augmenté entre 5% et 10%, en particulier celui des poids lourds.

Les conducteurs recherchent des itinéraires alternatifs pour éviter le paiement d’un péage compris entre 0,56 et 6,89 euros, en fonction de leur poids et de la distance parcourue, entre le col d’Echegárate et Irún. Le N-1 est en fait l’autoroute A-1, qui relie Madrid à la frontière française, mais en Euskadi elle a conservé son ancienne dénomination.

« En janvier de cette année, le passage des camions et des autobus a représenté 37% de tout le trafic enregistré dans l’infrastructure », signale-t-on à la subdélégation du gouvernement de Huesca. Ce pourcentage, souligne-t-on, est de 6% supérieur à celui enregistré pour la même période en 2017.

Les sources de contrôle du tunnel indiquent qu’en janvier dernier, une moyenne quotidienne de 596 véhicules légers et de 330 véhicules lourds a été enregistrée. Mais elles n’osent pas indiquer la cause de l’augmentation. « Nous constatons depuis quelques années une tendance à la hausse dans le passage des véhicules de toutes sortes », affirment-elles.

En outre, à la sous-délégation du gouvernement de Huesca, on souligne qu’aucune étude n’a été faite sur les raisons de l’augmentation des poids lourds sur la route N-330. On pense que cela peut être dû en partie à la collecte de l’écotaxe, mais on pointe que l’amélioration de l’économie espagnole a entraîné un plus grand mouvement de marchandises.

 INQUIÉTUDE DANS LES VILLAGES

 Dans la vallée d’Aspe, du côté français du Somport, l’augmentation du nombre de camions a suscité quelques inquiétudes. La plupart des villages situés sur la RN 134 n’ont pas de déviation, de sorte que le trafic passe au milieu, avec le risque correspondant pour les piétons.

Les maires de ces localités ont manifesté leur inquiétude et se sont adressés aux autorités du département et de la région, voire à Paris, mais n’ont pas encore reçu de réponse. Ils exigent la construction de routes alternatives entre la frontière et Oloron. Certaines de ces déviations sont dans différentes phases du processus administratif, mais il faudra certainement des années pour qu’elles deviennent une réalité.

Ce problème, ne semble cependant pas être suffisant pour dissuader les transporteurs, qui, comme en témoigne la récente augmentation du rythme des remorques par le Somport préfèrent se lancer sur une voie étroite et sinueuse plutôt que de payer quelques euros de péage au Pays Basque .

Il est possible que cette modification des flux de trafic augmente, la France n’aura alors pas d’autre choix que d’accélérer l’amélioration de la RN 134 vers Pau, où le réseau autoroutier français est accessible.

En fait, tout indique que, lorsque le dédoublement du col de Monrepós (A-23) sera achevé, davantge de voitures, camions et bus arriveront d’autres parties de l’Espagne.

QUATRE-VOIES GRATUITES

Non sans raison, de nombreux conducteurs savent déjà qu’il est possible d’aller de Barcelone à Bilbao sans payer les péages élevés pratiqués sur les autoroutes AP-7, AP-2 et AP-68. Il suffit d’utiliser, à la place, les deux voies A-2, A-22, A-23 et A-21, qui relient Lérida à Pampelune par Huesca et ne coûtent rien.

Il est vrai que certaines sections, notamment sur l’A-23 et sur l’A-21, sont inachevées ou que les travaux n’ont même pas commencé. Mais ce n’est qu’une question de temps avant que ces infrastructures soient pleinement opérationnelles. De sorte que le jour approche où le tunnel du Somport accueillera un trafic plus en rapport avec sa capacité.

18 commentaires sur « Augmentation du trafic routier par le Somport : selon un média espagnol, ça ne fait que commencer (chronique prospective) »

  1. Pitoyable !
    Tous nos voisins ont mis en place une écotaxe pour faire payer les poids lourds qui dégradent les chaussées. L’écotaxe française votée à l’unanimité des parlementaires s’est heurtée à une bande d’excités d’une autre époque, à bérets rouges. Et nos pleutres politiques ont cédé, payant 1 milliard d’euros pour rien et un manque à gagner de plusieurs autres milliards.
    L’Espagne est championne du transport par camion et inonde la France de ses poids lourds, et le fret par rail y est quasi inexistant.
    Il reste aux communes de la vallée, si cela est possible, d’interdire la circulation des poids lourds, sauf desserte locale (on doit bien trouver des raisons de sécurité pour le faire) ou de forcer l’Etat a instaurer un péage élevé.

    J'aime

  2. Il y a la RN134 mais il y a la la RD9 qui elle est de la compétence du département qui prend le surplus de camion.
    Il faudrait travailler sur l’ensemble des routes qui peuvent alimenter le nord du département.

    J'aime

  3. d ou la necesité imperative de realiser la bedous canfranc ferroviaire avec pour consequences le transport de fret sur la ligne c est ce que demandent les espagnols depuis longtemps n en deplaise aux opposants a ce projet

    J'aime

  4. En tant que hispano hablante, je vais souvent à Jaca et les habitants font le même constat : augmentation du trafic poids lourds. Et des travaux sont prévus pour renforcer/élargir les voies qui contournent Jaca. Cela inquiète les riverains. D’autre-part les pouvoirs publics espagnols ne veulent pas dépendre des Catalans et des Basques pour leurs exportations. Ceci explique leur volonté d’utiliser le Somport. Penser que le fret pourrait utiliser la voie ferrée me semble illusoire. Il faudrait 2 ruptures de charge, coûteux en temps et en argent. De plus le gouvernement français ne veut pas y mettre un sous. Il ne reste que la solution prévue à l’origine ( et financée partiellement par Bruxelles) : construire les déviations pour rendre la sécurité et la tranquillité aux villages. Mais une solution gratuite viderait une partie du chiffre d’affaires de Vinci en attirant les camions ici. Il faut donc faire comme les Basques :faire payer les camions. Il existe des solutions automatisées ( Portugal depuis de nombreuses années) et pas besoin de Vinci pour cela, car cher.

    J'aime

    1. Il ne reste que la solution prévue à l’origine ( et financée partiellement par Bruxelles) : construire les déviations pour rendre la sécurité et la tranquillité aux villages.

      Cela n’ est qu’ un leurre. C’ est une fausse réponse à un vrai problème. Honnêtement pensez vous qu’ une déviation résoudra le problème à Cette Eygun ou à Urdos et à quel prix ….. Dans cet esprit là il faudrait transformer la voie ferrée en route à sens unique, ( voies séparées, montante et descendante),mais personne ne s’ attaquera à cette solution ruineuse, sauf peut être BAP et Mr Manaut aficionados des PL ….
      La solution la moins coûteuse et la plus rapide pour répondre aux besoins des riverains est le péage que vous préconisez, mais également la limitation du tonnage des PL à 26 t de PTR. Ce qui se passe en ce moment était prévisible depuis des années, avec l’ A63 payante et l’ ouverture le l’ A65, une augmentation c’ était faite sentir , mais personne ne s’ en est soucié, bien au contraire cela donné en « douce » des raisons aux aménageurs et partisans du » tout camion » .
      Comme a si bien dit Jacques Chirac  » La maison brûle, mais nous regardons ailleurs », ainsi personne ne s’ occupe du problème, sauf à jouer les victimes pour certains.

      J'aime

  5. @courreges
    Cela fait 48 ans que cette voie ferrée est désactivée. 48 ans qui ont vu défiler des gouvernements de droite et de gauche. L’argent public ne doit pas financer cette nostalgie de rouvrir cette ligne qui générerait un déficit annuel de 20 millions € pour l’exploitation de cette voie ferrée de Pau à Huesca, par un opérateur privé.
    D’ailleurs, la Commission Duron préconise au Ministère des transports de ne pas financer ce projet. Ce qui n’a pas empêché Alain Rousset de fanfaronner à la dernière Commission permanente en déclarant qu’il irait quand même tout seul à Canfranc avec le soutien de l’Europe. Là, il s’est tiré une balle dans le pied.

    J'aime

  6. Si nous n’installons pas d’écotaxe de notre côté de la frontière, cela signifie que nous sommes prêts à sacrifier la vallée d’Aspe au nom du progrès !!!

    J'aime

  7. Pauvre Monsieur Manaut qui cherche à défendre sa tranquillité le long de la voie Oloron bedous.
    Nous sommes combien à subir les camions et voitures. De grace monsieur regardons l’intérêt général et nous allons voir que cette situation n’est plus possible et dans 20 ans imaginons. …

    J'aime

  8. C’est vrai qu’existe une écotaxe côté espagnol, mais les Poids Lourds ont une autre compensation avec la gratuité des autoroutes. Mais la France tient à sa première place du podium en matière de pression fiscale en Europe.Il n’y a qu’à voir le prix élevé du péage entre Pau et Bordeaux.Toujours pour cette voie ferrée du Canfranc, que l’on me dise quelles sont les entreprises qui opteront pour cette voie en sachant que le coût du transport entre Pau Saragosse coûterait 2 fois plus cher en passant par Canfranc, au lieu d’Hendaye/ Irun. Il faut arrêter de produire des argumentations pour flatter ce dont que l’on croit être la vérité. Sans quoi, vous n’êtes pas à même de justifier le pourquoi de la gare de Pau qui n’est pas ouverte au transport des marchandises. Alors, dire que le « Canfranc » ou l’écotaxe vont sauver la Vallée d’Aspe, c’est lourd.

    J'aime

  9. Et sinon, payer le vrai prix du transport dans le prix d’achat d’un bien ?

    Ca résoudrait pas mal de chose si la pollution engendrée par le transport d’une marchandise, les maladies entrainées par ce même transport ou par le bien lui-même, sa fabrication, son recyclage étaient payés au moment de l’achat… Les objets techniques socialement responsables et écologiquement respectueux seraient alors compétitifs, donc moins de transport, de maladies, plus de travail local, un environnement protégé…

    Mais bon, c’est sûr, au lieu de s’attaquer aux causes de l’augmentation du trafic routier (qui ne rapportent qu’aux grosses sociétés qui optimisent leur argent pour payer le moins d’impôts… optimisation = fraude fiscale légale, et oui !), dépensons de l’argent public pour en minimiser les conséquences hein 😉

    Vivement que la vallée d’Aspe devienne aussi polluée que celle de Chamonix ♥ Hourra ! Vive les déviations qui vont éviter les risque d’accidents et augmenter le taux de cancer et d’asthmatiques par pollution comme, à Chamonix ! ♥♥♥

    Bref, vaut mieux pas que je revienne lire ici, ça me déprime… je crois que va falloir d’URGENCE me débarquer sur une autre planète les gens, je ne comprends pas celle-ci o-O ?!

    La bise

    J'aime

  10. Je ne comprend pas :
    Quels camions ? De quels camions il s’agit.?
    Ceux qui roulent à 80 km heure en ville ?
    Ceux qui klaxonnent en ville ?
    Ceux qui utilisent les lotissements et les supermarchés comme parking ?
    Ceux qui passent rue Louis Barthou la nuit ? ( un peu moins peut être avec les gendarmes couchés )
    Ceux qui passent par lasseube et Lacommande ?
    Ceux qui vous doublent sur la deviation Gabarn ?
    Ceux qui se garent sans warning sur les trottoirs?
    LES PROFESSIONNELS DE LA ROUTE EN SOMME …
    Je délire tout celà est une pure invention de ma part….
    Ouvrons l’oeil. …surtout en traversant la chaussée à pied ..😈😈😈

    J'aime

    1. «  »Ceux qui vous doublent sur la deviation Gabarn ? » »

      imaginez quand la vitesse va être réduite à 80 sur les nationales, on va devenir des auto tamponneuses…

      J'aime

  11. Oh quelle tristesse tous ces camions qui polluent la vallée d aspe. Quelle tristesse pour toutes ses personnes qui subissent quotidiennement le bruit et l insécurité de ce flux continu de camions!!!!
    Vous avez la mémoire bien courte messieurs dames, vous étiez ou quand les anti tunel se faisaient canarder à coup de canons lacrymogéne? Quand la ligne Pau Canfranc était ouverte et quelle a été volontairement abandonnée?
    Ou étiez vous quand il était encore temps de faire barrage à ce couloir à camion?
    Ah! je sais vous aviez d autres choses à penser comme combien va me rapporter le petit bout de terrain que je vais vendre pour faire passer cette route? Ou tout simplement vous etiez parti a la chasse aux indiens?

    J'aime

    1. il faudrait decharger à pau camion vers train et recharger train vers camion à jaca par exemple. de plus il faudrait que le train entre pau et jaca accepte des wagons adaptés, des conteneurs. Or cela ne semble techniquement pas possible. La voie ferré et notamment les tunnels sont ils conçus pour porter les charges des camions? le seul trafic rentable entre pau et jaca serait celui qui amenerait au reseau TGV espagnol vers saragosse, barcelone, madrid, valence, malaga, seville, mais il faudrait la continuité TGV avant pau. et cote francais, le gouvernement ne veut pas financer cela

      J'aime

      1. Je pense que vous réfléchissez pour rien. Quel est l’opérateur privé qui va prendre en charge l’exploitation du tronçon ferré Pau-Huesca en sachant que la dernière étude a diagnostiqué que cela générerait un déficit de 20 millions par an. Autre interrogation: quelles sont les entreprises qui voudront opter pour un transport des marchandises par Canfranc, en sachant que le coût du transport serait 2 fois plus cher que par la voie Irun/Hendaye dont le trajet est plus court de 102 kms entre Bordeaux et Saragosse, et à une vitesse de circulation 2 fois plus rapide.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s