Vœux au centre hospitalier : le maire et le député illustrent le côté affligeant de la politique-spectacle (chronique consternée)


Comme la plupart des lectrices et lecteurs d’Oloronblog je n’étais pas convié aux vœux du centre hospitalier général en ce mardi 23 janvier. Et je dois donc, comme eux, m’en tenir à ce qu’en rapporte ce matin la presse locale pour savoir comment ils se sont déroulés. Comme on le sait, la presse parle plus aisément des trains qui déraillent que de ceux qui arrivent à l’heure. Il n’est donc pas surprenant qu’elle ait repris en priorité les propos détonants prononcés à cette occasion par le maire et le député.

Les titres des articles parlent d’eux-mêmes : « Le conflit entre les élus et la direction de l’hôpital s’invite à la cérémonie des vœux » dans La République, « Ça clashe sur la maternité aux vœux de l’hôpital » dans Sud-Ouest. Où l’on apprend que la maire semble s’être davantage offusqué du mépris dans lequel auraient été tenus les élus dans l’affaire de la maternité… que de la fermeture du service obstétrique lui-même. Alors que de son côté le député, après s’en être pris nommément à la directrice de l’hôpital, a revêtu l’habit de Cassandre pour prédire rien moins que la fermeture de l’hôpital d’ici 4 à 5 ans.

Tout cela relève de la politique-spectacle. Les deux élus, et les organisateurs de cette cérémonie devaient s’y attendre en les invitant, étaient venus avec une seule intention : que leurs interventions éclipsent toutes les autres. Et ils n’ont pas hésité pour ce faire à donner dans la caricature, à brosser un tableau de la situation plus noir que nature. Alors qu’au contraire leur rôle aurait dû consister à mettre en valeur, sans nécessairement aller jusqu’à jouer les ravis de la crèche, tout ce qui renforce l’image du centre hospitalier : les très gros investissements en cours, l’arrivée de nouveaux médecins etc.

Par leur attitude négative, par leur souci de faire avant tout parler d’eux (croyez-vous qu’ils auraient fait le déplacement si la cérémonie des vœux s’était déroulée sans que la presse y soit conviée ?), ils contribuent à affaiblir le centre hospitalier, et par conséquent à renvoyer l’image d’un territoire en perte d’attractivité. Ils vont ainsi à l’encontre de la mission que leur ont confié leurs électeurs.

Le protocole veut heureusement que dans ce type de manifestation la dernière prise de parole appartienne au représentant de l’État. Et heureusement que, d’après La République, Madame la sous-préfète a su, dans une intervention saluée par les salariés de l’hôpital, trouver les mots justes pour remettre les choses (et un peu les élus) à leur place.

9 commentaires sur « Vœux au centre hospitalier : le maire et le député illustrent le côté affligeant de la politique-spectacle (chronique consternée) »

  1. On connait le mépris de monsieur le Maire envers la gente féminine, mais là avec notre député nous avons la crème des crèmes de ce qu’il ne pas avoir chez soi et ce qu’il faut bannir.
    « La prise de parole de la sous-préfète a été très applaudie par les salariés de l’hôpital. « Cela faisait des années que la maternité nous inquiétait. Aujourd’hui, beaucoup d’entre nous sont soulagés de cette fermeture », expliquait une employée au terme de la cérémonie. »
    Monsieur le Maire dit « toutes les semaines, je reçois des employés qui sont au bord du Burn-out : il faut se demander pourquoi ! », si c’est des employés de la mairie, nous ne sommes pas étonnés car ces messieurs n’ont aucun respect du travail accomplit par ces Dames.

    ”Proposer des solutions innovantes”
    Si « Messier » en son temps n’avait pas su se restructurer et évoluer vers des solutions innovantes, aujourd’hui il ne serait peut-être plus sur notre territoire.
    Si « Rozan »ou « Lindt » n’avait pas su se restructurer et évoluer vers des solutions innovantes, aujourd’hui il ne serait peut-être plus sur notre territoire.

    Alors messieurs les politiques au lieu de semer un climat délétère et de provoquer des tensions internes du personnel de l’hôpital soyez pour une fois constructifs.

    Monsieur le Maire je comprends que vous soyez pessimiste sur le résultat de vos « affaires », mais soyez optimiste pour l’Hôpital car il a tous les outils pour qu’Oloron soit une référence en terme «de Santé, de Bien-être » pour la population et le territoire.

    J'aime

  2. Pas du tout d’accord concernant les interventions du maire et du député .Ils sont dans leur rôle de défense de la maternité et heureusement qu’ils sont là pour le faire!
    Tous les soi-disant experts de tout poil de l’ARS /Hara Kiri ou d’ailleurs ne pourront jamais justifier la mort de notre maternité.Tous les meilleurs spécialistes du monde ne nous feront jamais douter de la nécessité de maintenir une maternité sur un territoire de plus de 33000 habitants .Tous les Thomas Diafoirus censés se porter à son chevet n’ont fait que l’achever et tous les prétendus (ir)responsables hospitaliers porteurs de projets que la discréditer .Quand on veut tuer son chien on l’accuse de la rage !Ce n’est pas aux médecins de décider de la carte des établissements hospitaliers en fonction de leurs intérêt privés !C’est à l’Etat de pourvoir les besoins en matière de santé comme il le fait en matière d’éducation ou de sécurité .A-t-on déjà vu fermer une école parceque les enseignants refuser d’y aller ?Une gendarmerie parceque les militaires ne voulaient pas y être nommés ?

    J'aime

    1. Que le maire et le député défendent la maternité, rien à redire. Mais ils ont des instances officielles où ils peuvent faire valoir leur point de vue sans se croire obligés de tomber dans le cirque médiatique

      J'aime

    2. # Lacour
      «Le maire et le député sont dans leur rôle de défense la maternité et heureusement»
      Oui mais n’oublions pas une chose c’est qu’ils nous représentent !!!!
      On ne peut critiquer le management chez les autres que si l’on n’est pas soit même irréprochable ce qui n’a pas été le cas du comportement des élus qui se sont exprimés. J’en ai honte pour les Oloronais et les gens du territoire!
      Le secret des relations humaines réside dans le respect des autres en toutes circonstances, ce qui me semble n’avoir pas été le cas lors de ces vœux. On peut avoir des idées différentes, des positions différentes, des situations conflictuelles, on peut s’exprimer mais en respectant l’autre.
      On veut sauver la maternité : Très bien, alors battons nous pour que le territoire soit tellement attractif que le milieu médical se battra pour venir travailler chez nous et travailler dans de bonnes conditions !!!
      Je suis d’accord avec Gérard :
      « La santé c’est un droit pour tous, pour les grandes villes mais aussi pour nos campagnes. Alors prenez exemple sur ces anciens, ils n’ont pas baisser les bras, faites comme eux messieurs « les politicards »!! »

      J'aime

  3. Pour nous les « anciens » qu’il est triste d’entendre notre député nous annoncer la fin de l’hôpital. C’est faire injure à tous ceux, de la technicienne de sol en passant par les aides soignantes , les infirmières, les médecins, le personnel de direction, les directeurs qui se sont battus pour que cet hôpital soit une référence. Bien sur la médecine a changé, ainsi que tout ce qui si rapporte, il faut de plus en plus de moyens et le cout est de plus en plus élevé, mais la santé c’est un droit pour tous, pour les grandes villes mais aussi pour nos campagnes. Alors prenez exemple sur ces anciens, ils n’ont pas baisser les bras ,faites comme eux messieurs « les politicars »!!
    « Je ne vous aimes pas »
    Dr Gérard Biancalana

    Aimé par 1 personne

  4. Je voudrais amicalement répondre à M le Naïf que même si notre territoire n’etait pas attractif ,ses 33000 habitants mériteraient de pouvoir y naître dignement ,(quand bien même serait il le plus reculé du monde ,l’Etat à le devoir d’y veiller).Biensur on ne peut prôner le modèle socialo-dirigiste qui fait le désastre de l’Angleterre mais il faut reconnaître qu’on arrive en France aux limites de la médecine libérale .Il faudrait instaurer législativement un système mixte qui contraignent les praticiens à exercer aussi dans les déserts médicaux au lieu de les laisser s’installer à tout va dans les endroits les plus rentables financièrement pour eux .C’est là où l’Etat est responsable :de ne pas appliquer en matière de sante’ la même politique qu’en matière d’education ou de sécurité publique :là où il y a des enfants on ne ferme pas l’ecole et s’il le fallait on y nommerait des enseignants contre leur gré.La’ où il y a une brigade de gendarmerie on la pourvoit en gendarmes .Mais là où vivent 33000 habitants et et où naissent 600 enfants par an ,on laisse les médecins ne penser qu’ à leur intérêt privé ,discréditer la maternité et manœuvrer pour la fermer!On est vraiment en matière de sante’ Dans un véritable monde à l’envers !

    J'aime

  5. Bravo au commentaire de Lacour!
    Mais réveillez-vous et regardez ce qu’il se passe. La sécurité sociale est en train de disparaître grâce à l’effet Macron! La suppression de certaines cotisations sociales (moins de cotisation, c’est plus de salaire, lol), c’est le début de la fin pour notre sécu; Plus de sécu? Plus d’hôpital! La santé n’est plus un droit car la médecine est à 2 vitesses, celle des riches et celle des pauvres.
    Personne ne met en doute les compétences des infirmières, des aides-soignantes et de toutes les « petites mains » de l’hôpital, mais je mets en doute les volontés de faire « notre bien » par les instances de l’hôpital, soit: l’ARS et la directrice de l’établissement qui chouchoutent tous leurs propres carrières.
    Entre la volonté du gouvernement de faire des économies à outrance sur notre santé (qui n’est pas monnayable, je le rappelle, sinon, donnez-moi le prix de quelqu’un en bonne santé, lol!) et les égos des uns et des autres, on en oublie l’essentiel.
    Et les femmes, là dedans?
    Rien à foutre qu’elles accouchent dans la rue ou entre 2 hôpitaux (puisqu’il n’y aura bientôt plus de maternité de proximité nulle part! Lisez la presse autre que celle du Béarn et vous verrez. L’accouchement à la chaîne dans des centres à taille inhumaine, voilà notre futur!). Je suis consternée de lire les commentaires écrits par des hommes blancs de + de 50 ans et occupant, ou ayant occupé, des postes à responsabilité très rémunérateurs, oubliant que si leurs femmes leurs avaient laissé en charge l’éducation des enfants, ils n’auraient pas pu épouser leur brillante carrière, ni prendre le temps de se détendre durant leurs week-end/hobbies, mais, surtout, ils n’auraient eu que peu de choix de vie.
    C’est facile de décider pour les autres en regardant seulement le bout de la lorgnette qui vous arrange tous.
    Moi, ce que je vois, ce sont de futures mères de famille maltraitées car ignorées, leurs avis n’étant jamais retranscrit, La sous-préfète et la directrice n’étant pas représentatives des femmes du Béarn et de la Soule.
    Drôle de monde où les compétences et les prises de décisions se mesurent à la taille du portefeuille ou de la notabilité (souvent due à la fortune de papa/maman), ou à des amitiés politiques.
    Cela s’appelle de la corruption, ou je me trompe? Non, pardon, cela s’appelle aussi des petits arrangements entre amis, ou de l’entre-soi.
    Dommage pour les autres….On se croirait en Macronie, non?

    J'aime

    1.  » Et les femmes, là dedans?  »
      Dommage et déplorable effectivement que les hommes ne s’ occupent plus du sort des femmes qui elles s’ occupent de leur progéniture.
      Mais dommage aussi que dans ce cas précis elles ne se prennent pas plus en compte. Ce qui aurait été souhaitable c’ est qu’ au lendemain de ces propos et prises de position il y ait eu des manifestantes, mais également des manifestants, sous les fenêtre de la Mairie, pour dire et même crier leurs désapprobations d’ une telle situation. Seule la détermination des Femmes pourra faire bouger les lignes.

       » Drôle de monde où les compétences et les prises de décisions se mesurent à la taille du portefeuille ou de la notabilité (souvent due à la fortune de papa/maman), ou à des amitiés politiques.
      Heureusement pas toujours, pour les Elus et Responsables la qualité et le poids de
      de l’ Electorat pèse plus que le poids de l’ argent.
      Le jour où les Femmes s’ éveilleront …..

      J'aime

  6. Et bien au moins cela aura servi d’électrochoc pour réveiller les gens qui ,comme dans d’autres domaines ,sont totalement anesthésiés …

    @ Gauthey: Que vient faire le blanc de plus de 50 ans là dedans ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.