Travail de nos six députés basco-béarnais à l’Assemblée : Mattei, fort en thème ; Lasserre-David, Poueyto et Lassalle, en fond de classe


Damned ! Les grands esprits se rencontrent ! Je viens de découvrir que La République allait publier dans son édition de demain, mercredi 3 janvier 2018, une petite étude sur le travail de nos députés à l’Assemblée nationale. Or le blogueur s’est livré au même travail, seul dans son coin, avec son copain Excel. Comme nous n’aurons pas nécessairement la même interprétation des données, il n’y a pas de raison de ne pas mettre ce billet en ligne ci-dessous

Même s’ils se doivent aussi aux électeurs qui les ont envoyés à l’Assemblée nationale, le rôle principal des députés est de faire (= élaborer et voter) la loi et de contrôler l’exécutif. Certains ont quelque tendance à oublier ou à traiter par-dessus la jambe cette mission. Grâce au site NosDéputés.fr, il est possible à chacun d’entre nous de vérifier l’activité effective de notre élu au Palais Bourbon.

NosDéputés.fr se présente comme « Observatoire citoyen de l’activité parlementaire » et se revendique indépendant de toute obédience politique. Le site produit par le collectif Regards Citoyens, une association constituée de citoyens de tous âges et régions, tous bénévoles. Il mesure l’activité de chaque député à partir des informations publiées dans le Journal Officiel et du site de l’Assemblée nationale.

Celles et ceux d’entre vous qui auront la curiosité d’aller jeter un œil sur NosDéputés.fr verront qu’il s’agit d’un travail très fouillé. Pour chaque député sont comptabilisés ses semaines de séances, ses présences et interventions en commission et dans l’hémicycle, les amendements qu’il a déposés, signés et qui ont été adoptés, les questions écrites et orales qu’il a posées etc. Un lien permet de visualiser la teneur de sa question ou de son intervention.

Quel travail législatif ont fourni les six députés basco-béarnais que compte notre département depuis le 21 juin 2017, date de leur premier ou, pour certains, nouveau mandat ? On trouvera ci-dessous quelques tableaux comparant les « scores » de chacun sur quelques-uns des points de mesure, et les situant par rapport à la moyenne nationale. Il n’est peut-être pas inutile dans un premier temps de rappeler leurs noms (par ordre alphabétique) et appartenance politique :

  • Vincent Bru, député Modem de Biarritz – Saint-Jean-de-Luz
  • David Habib, député Nouvelle Gauche (= PS) du Bassin de Lacq… et au-delà
  • Jean Lassalle, député non inscrit d’Oloron-Mauléon
  • Florence Lasserre-David, député Modem de Bayonne
  • Jean-Paul Mattei, député Modem de Pau-Est… et au-delà
  • Josy Poueyto, député Modem de Pau-Billère-Lescar

Semaines de présence au Palais Bourbon : Jean-Paul Mattei, le bon élève ; la palme de l’absentéisme à Josy Poueyto

Si l’on tire une présence moyenne de l’ensemble des 577 députés à l’Assemblée nationale pour la période courant du 21 juin au 21 décembre, date des vacances parlementaires, elle s’établit à 17 semaines. Les plus assidus ont atteint 22 semaines. Si Jean-Paul Mattei se situe dans les 40 premiers de la classe (sur un total de 572 députés évalués), Jean Lassalle, Florence Lasserre-David et Josy Poueyto (516ème) sont classés dans les 150 députés les moins présents.

1- Nombre de semaines de présence à l'AN

 

Présences et prises de parole en commissions : Jean-Paul Mattei dans le top 50 ; Josy Poueyto et Jean Lassalle en queue de peloton 

  • Les commissions auxquelles peuvent appartenir nos députés n’ont pas le même rythme de réunion. Le classement sur ce seul critère pourrait donc prêter à caution. On peut néanmoins constater que Jean-Paul Mattei et Jean Lassalle sont membres de la même commission, la commission des finances. Le premier y a participé à 53 de ses réunions quand le second n’a été présent qu’à 13 reprises, ce qui le classe à une peu envieuse 542ème place sur 572. Et dans les moins assidus, Madame Florence Lasserre-David pointe, elle, à la 455ème place
  • Quant aux prises de paroles durant ces réunions de commission, Jean-Paul Mattei (encore lui) et Vincent Bru sont dans les 101 premiers, quand Florence Lasserre-David, Josy Poueyto et Jean Lassalle figurent dans les 150 députés les moins bavards. Étrange pour qui connait la facilité d’élocution des deux derniers cités

Nombre de présences et d'interventions en commissions

Nombre d’interventions dans l’hémicycle : Jean-Paul Mattei fait la course devant, mais Jean Lassalle n’est pas loin

  • Sachant que le député titulaire du record a totalisé 988 interventions dans l’hémicycle durant les 6 derniers mois, Jean-Paul Mattei avec ses 67 interventions et Jean Lassalle avec ses 58 font figure d’aimables amateurs. Ils se classent néanmoins aux 73ème et 107ème Quant à Florence Lasserre-David et Josy Poueyto, elles restent quasiment muettes durant ces longues séances.
  • Les interventions courtes sont aussi comptabilisées. Ce sont les interventions qui font moins de 20 mots. Par exemple lorsqu’un député approuve l’intervention de l’un de ses collègues par un « Très bien ! » clamé assez fort pour que les fonctionnaires de l’Assemblée nationale l’entendent le fassent figurer dans le compte-rendu. Le record étant de 4013 interventions courtes du même député durant les 6 derniers mois, Jean Lassalle et David Habib font peine avec leur 119 et 92 interventions courtes qui les placent néanmoins en 58ème et 68ème Et dans ce registre, Josy Poueyto est carrément muette : 0 intervention courte

Nombre d'interventions dans l'hémicycle

Nombre d’amendements signés et d’amendements adoptés : David Habib le plus prolifique, Jean Lassalle en fin de course

Lorsqu’une loi est discutée par l’Assemblée nationale, les députés ont toute latitude pour proposer des modifications du texte qui leur est présenté. À charge pour les élus présents en séance de décider par un vote si la proposition de modification est retenue ou non. Il paraît compréhensible que les députés d’opposition trouvent davantage à redire que leurs collègues de la majorité sur les projets qui leur sont soumis, et donc davantage de raison de vouloir les amender.

  • Le 1er de la classe parlementaire a signé 1 894 amendements. Un stakhanoviste. Mais David Habib, avec 1006 se retrouve tout de même 53ème sur 572. Quant à Jean Lassalle, il faut croire que les textes de loi qui lui sont soumis soit obtiennent son adhésion, soit ne lui inspirent aucune idée. Il a en effet signé à peine 31 propositions de modification
  • Le député de tête a vu 630 de ses amendements adoptés. David Habib se classe 77ème avec 61 adoptions tandis que Jean Lassalle est dans les derniers (541ème sur 572) avec seulement 1 adoption

Nombre d'amendements signés

Nombre d'amendements adoptés

 

En conclusion provisoire

  • « Conclusion provisoire » parce qu’on ne saurait tirer de bilan définitif du travail législatif de nos élus alors qu’ils n’en sont encore qu’au dixième de la durée de leur mandat. Les plus zélés ont encore le temps de s’essouffler tandis que les moins performants peuvent encore trouver le temps de se requinquer
  • Jean-Paul Mattei est sans contestation le député de notre département qui a pris le plus à cœur son métier l’accomplissement de son travail de député au service de la loi
  • Vincent Bru est un député de milieu de tableau. Il ne se fait pas remarquer, mais exécute sa tâche avec application
  • David Habib est situé dans le ventre mou du classement. Ce ne sont pas les conseillers de la minorité du conseil municipal oloronaise qui me contrediront : il n’est pas évident d’exister quand on est situé dans l’opposition. Action positive pour l’activité économique du bassin de Lacq, le député a néanmoins réussi à faire voter par le parlement un amendement autorisant la poursuite au-delà de 2040 de l’exploitation des hydrocarbures sur le bassin de Lacq et le Vic Bilh alors qu’elle sera interdite dans le reste du pays.
  • De quelle action positive peut se targuer dans le même temps un autre élu d’opposition, Jean Lassalle, député d’Oloron-Mauléon ? Son classement au fin fond du tableau montre qu’il ne s’intéresse que de très loin au travail parisien du député, un travail pour lequel il est néanmoins rémunéré, comme ses 576 autres collègues. Mais ce dilettantisme est une constante chez lui. Ce désintérêt ne l’empêche pas de se faire réélire. Pourquoi alors se mobiliserait-il davantage à l’Assemblée qu’il ne l’a fait (hormis sa période de grève de la faim dans le hall du Palais Bourbon) durant ses mandats précédents ?
  • Josy Poueyto a du mal à s’installer dans ses fonctions. Au Palais Bourbon, elle fait preuve d’une discrétion dont ceux qui la connaissent un peu (j’ai travaillé dans la même collectivité territoriale qu’elle durant plusieurs années) ne la soupçonnaient pas capable. Sans doute tient-elle à conserver toute son énergie et son dynamisme à cultiver le terreau palois dans l’éventualité d’une réélection. C’est négliger une bonne partie du rôle du député, mais si ça suffit à atteindre cet objectif…
  • Je ne connaissais même pas le nom de Florence Lasserre-David avant de regarder ce classement de nos députés. Et ce n’est pas le résultat de l’action qu’elle a déployée depuis quelques mois à l’Assemblée qui lui fera gagner en notoriété. Mais après tout, si ce titre de député lui permet à lui seul, comme à beaucoup de ses collègues, d’être réélue… ou à rajouter une ligne sur sa carte de visite et son curriculum vitae…

À nous d’avoir l’œil à partir du 16 janvier 2018, date de reprise des travaux en séance publique à l’Assemblée nationale, pour suivre la suite des aventures de nos députés dans les fauteuils du Palais Bourbon.

 

 

 

 

4 commentaires sur « Travail de nos six députés basco-béarnais à l’Assemblée : Mattei, fort en thème ; Lasserre-David, Poueyto et Lassalle, en fond de classe »

  1. Ce bilan qui ne présente que peu de surprise montre à quel point les citoyens votent sans comprendre.
    Lassalle ou Poeyto n’ont effectivement pas grand chose à faire à l’Assemblée Nationale…on le savait.
    Quant à Florence Lasserre, fille du papa président du Conseil Départemental, elle lui doit son élection ainsi qu’à son ami François Bayrou. C’est cool la politique, un job en or…
    Quand les citoyens s’éveilleront …

    J'aime

  2. Merci Joël pour cet éclairage qui montre une fois de plus la limite de la démocratie représentative. Je pense qu’i serait aussi intéressant de mesurer le travail dans les circo, auprès de l’ensemble des habitants et d’y accoler les autres mandats que détiennent nos députés….

    J'aime

    1. Pas évident de mesurer le travail en circonscription : le député qui a une seule commune dans sa circo (Pau par exemple) et celui qui en compte une centaine voire plus (la circo Lacq-Orthez par exemple) n’ont pas la même charge en déplacements, contacts avec les élus, inaugurations, permanences etc… C’est pour cette raison que le site NosDéputés.fr n’évalue pas ce versant de la fonction de nos élus

      J'aime

  3. le ou la député(e) qui se présente le fait en connaissance de cause, à lui à elle de s’organiser pour rendre compte aux citoyens.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.