En réponse à une lectrice inquiète de voir le centre hospitalier devenir un « hôpital des mille vieux »


L’annonce de la fermeture du service obstétrique du centre hospitalier suscite, même sur le blog de vives réactions. Voici quelques extraits (l’intégralité du commentaire peut être trouvée au pied du billet précédent) de ce qu’écrit à ce sujet une lectrice, Sophie Gauthey :

« Je reste pantoise quand je lis tout ça…. Messieurs (car c’est bien de vous qu’ils s’agit), on voit bien que ce n’est pas vous qui accouchez ! Êtes-vous réellement conscients de ce que représente la fermeture de la maternité ? … Plus de maternité et un hôpital sacrifié induira la fin d’Oloron et de ses vallées qui ne deviendront que des villes dortoirs de la banlieue de Pau… À ce rythme, Oloron disparaitra bientôt sous les yeux ébahis des résidents de l’ex-établissement hospitalier devenu « l’hôpital des mille vieux », beaucoup plus rentable ! »

Très attentif, on le sait, au sort des personnes âgées, qui ne doivent pas devenir les laissées pour compte de notre système de santé, le docteur Jean-Louis Coquard ne pouvait manquer de réagir en toute humanité à cette appellation « d’hôpital des mille vieux ». Voici son commentaire qui, on le verra, dépasse de très loin la simple dispute sémantique et nous invite à une réflexion plus profonde sur un état qui attend, amélioration de l’espérance de vie aidant, un nombre de plus en plus important d’entre nous.

« Un commentaire d’un lecteur du blog, Sophie Gauthey, évoque « l’hôpital des mille vieux » !!!! Je suis peiné par ce propos et mon commentaire sera le suivant :

  • quel âge à ce correspondant et pour moi, l’âge des lecteurs du blog doit être vieux !!!!
  • le mot mille ne correspond pas à la réalité et le mot vieux n’est pas respectueux , je le remplacerais par personne âgée ( soit un senior de plus de 65 ans )
  • je remplacerais le mot mille par une lecture démographique du bassin de population et je conseillerais à ce correspondant de visiter ou à défaut de s’informer sur l’âge des patients en court séjour médico-chirurgical aujourd’hui où la majorité des patients sont âgés voire très âgés : cela n’est pas propre à Oloron et se retrouve dans tous les hôpitaux de France, même dans les chu parfois
  • j’informerais ce correspondant que la , les pathologies du sujet âgé sont prégnantes  et les hôpitaux ont une bonne part de leur  » recette  » liée à la personne senior , et leur permet d’avoir d’autres activités pour jeunes !!!!
  • les personnes âgées des unités long séjour , maison de retraite  » Âge d’or  » , soins de suite… sont un autre et vaste sujet mais ils ou elles ( plutôt ) ne sont pas des vieux mais des personnes âgées avec un droit de vivre dignement

OUI , en tant que membre des équipes médicales et paramédicales ( ide , as , agent de surface ) en lien avec les kinés ,  l’aide sociale , etc….de ce centre hospitalier général aujourd’hui aujourd’hui , je voudrais dire à ce correspondant , que je suis heureux de tenter d’apporter des soins aigus et de confort , non pas à un vieux , mais à une personne âgée : c’est la réalité au quotidien , ce n’est pas le futur ..

OUI , grâce au soutien de leurs familles ( quand elles  ne sont pas isolées , malheureusement )  et des institutions , les personnes âgées collaborent par leur sagesse  et leur expérience  à notre vécu du quotidien et nous font grandir en humanité.

OUI, je souhaite à ce correspondant de ne jamais être vieux ou alorsd’ être une personne âgée en état de bien être. »

14 commentaires sur « En réponse à une lectrice inquiète de voir le centre hospitalier devenir un « hôpital des mille vieux » »

  1. Pour avoir quelqu’un de ma famille actuellement dans ce cas à l’hopital je crois que c’est l’angoisse de leur propre déchéance qui assaille les visiteurs. C’est mon cas aussi. Un personnel gentil et avenant, parfois un peu moins…car le caractère de chacun, malade ou hospitalier a aussi sa place. Vraiment pas du tout évident .Et plus on monte dans les étages et plus on se rapproche du ciel ou du néant selon les croyances.
    Hélas vu la courbe démographique du pays oui ce n’est pas que l’hôpital d’Oloron et autres qui risquent de devenir des mouroirs…

    Mourir cela n’est rien
    Mourir la belle affaire
    Mais vieillir… ô vieillir

    Un petit coup de blues peut être avant de passer à table si le patron le permet 🙂

    J'aime

  2. Désolée de vous avoir choquée par le terme de « vieux », mais il me semble que la « rentabilité » de la santé est de plus en plus préoccupante, quand on supprime déjà une maternité.
    Pour devenir ancien, il faut bien naître!
    Le terme « hôpital des milles vieux » faisait écho à la « ferme des milles vaches » du nord de la France où des associations se battent encore pour tenter d’inverser le processus. C’était, sans doute, maladroit.
    Je ne doute pas que vous-même et le personnel accompagnant soyez compétents et au service des séniors, ce n’est pas le cas partout, loin s’en faut.
    Je n’ai aucun mépris pour personne, mais il me semble que la santé, en France, est devenue à deux vitesses: celle des riches et celle des pauvres.
    Il suffit de lire la presse pour comprendre que la sécu et la santé sont condamnées sur l’autel du néolibéralisme à outrance et Oloron n’échappera malheureusement pas à cette règle.

    J'aime

    1. @gauther
      Vos termes de vieux ne me choquent pas trop. Parfois, ils sont utilisés à mon encontre.Si ces termes choquent, c’est peut-être parce que l’on se classe réellement parmi les vieux, à tort ou à raison, très diminué, un peu comme un handicapé, oh pardon, comme une personne à mobilité réduite. Je vais vous moucher à tous. Je vais me faire une couleur et un petit lifting. Ni vu, ni connu.Que cette info, ne sorte pas de ce site.
      Et très sérieusement, c’est vrai que la santé est générateur de fric.Une étude dont le Canard enchaîné avait divulgué le résultat avait révélé qu’il n’y avait que 10 % de médicaments qui avaient une réelle efficacité thérapeutique. Pour les 90 autres pour cent, les laboratoires ont trouvé des relais dans chaque Gouvernement pour obtenir une autorisation de mise sur le marché pour vendre leur camelote. Un toubib m’a révélé que tous nos ministres de la santé viennent des laboratoires ou de l’industrie pharmaceutique.Tout ça me donne le bourdon. Vite, filez-moi un doliprane.

      J'aime

  3. A la lecture de ce billet je ne peux rester indifférent. Il y a là sujet à grande
    réflexion. Si grande que, peut-être, elle sera un peu longue à écrire, pour moi, et à
    lire pour vous. Mais…le sujet est vaste, et digne d’intérêt.

    Tout d’abord, le titre de l’article. Très cher blogueur, j’apprécie votre blog,
    mais…là je trouve qu’il y à d’emblée une ironie mal placée. La neutralité serait de
    mise. Cette lectrice est inquiète, respectons son inquiétude, même si le terme
    employé  » Hôpital des milles vieux » fait un peu canard enchaîné !

    Je connais, un peu, Sophie Gauthey. Elle a un langage cru, certes, mais souvent
    digne d’une écoute attentive. Sur ce billet, je trouve même qu’elle fait preuve d’une
    belle retenue. Je ne suis pas certain que sa réponse, si réponse il y a, soit aussi
    courtoise !

    Découper son billet, assez long, pour en faire un condensé de quelques lignes est
    risqué au niveau interprétation. Et ça ne manque pas, la signification de ces lignes a peu à voir avec le texte original. Du coup, la réponse non plus ! En fait, il manque
    tout le sujet principal dans cette réponse, qui est la maternité et non l’hôpital des
    vieux. La mise en bouche de notre cher blogueur, aux apparences sucrées, révèle
    en fond une amertume déplaisante. « Réagir en toute humanité à cette appellation »
    sous entend que les dires de S.Gauthey ne sont pas humains. Hors, désigner un
    individu par le terme vieux, n’est pas dénué d’humanité. C’est notre
    conditionnement social qui a modifié, et négativisé, ce terme. Souvenez vous,  » Les vieux de la vielle » « Mon vieux », la dernière parole d’une chanson bouleversante de Daniel Guichard, etc…et on dit « Alors mon vieux, comment çà va ? » Ou « Alors ma personne âgée, comment çà va ? » C’est du charabia de politicien ou de qui veut se la jouer classe, la personne âgée ! Du baratin de commercial ! Redonnons aux vieux et vieilles la place qu’il méritent dans nos cœur. Parce que des personnes âgées qui crèvent seules, ignorées de leurs familles, dans des mouroirs sophistiqués, j’en connais, çà c’est la honte. Je préfère mourir en vieux aimé qu’en personne âgée seule !

    Ceci dit, la façon de le dire est…provocatrice, oui ! « L’hôpital des milles vieux » me
    fait penser aux « fermes des milles vaches » ! très rentables ! Mais peu humaines !
    Pas mal placé quand même. La version  » l’hôpital des milles personnes âgées »
    n’aurait pas eu le même piquant ! La preuve, çà pique !!!

    Ensuite…( je vous ai prévenu, ça risque d’être long ! )… l’invitation à une réflexion
    plus profonde. En effet. Si cet état attend un nombre de plus en plus important
    d’entre nous, les vieux je suppose, je doute qu’il nous considère comme des
    personnes à câliner ! A respecter, oui, dans les commentaires ou grandes envolées de tribunes, mais…tout cela doit rester rentable. Le mot qui tue, rentable. Ne pas oublier, état pro-industriels, pro-banques, pro-fric ! L’humain n’a aucune place dans ces calculs de rentabilité !

    Bon, le gros morceaux !
    Je respect, bien que je ne le connaisse pas, le docteur Jean Louis Coquard, mais..
    Commencer le billet par nommer Sophie et le continuer en s’adressant à un
    correspondant est… vraiment de mauvais goût ! Ou du moins fait bien ressortir le problème de la considération des femmes, du féminin !

    Le mot vieux est très respectueux. Quel manque d’humanité, de douceur, d’amour, que de le remplacer par un senior de plus de 65 ans ! Une
    case quoi ! un formulaire à remplir ! un chiffre. Je préfère être un bon vieux
    qu’un senior de plus de 65 ans !
    J’espère que votre cœur n’est pas dans une case !
    Et que votre réponse est ennuyeuse ! Discours d’une haute technicité, certes vrai,
    mais d’un ennui…Tout est transformé en chiffres, données, expressions
    redondantes : les pathologies du sujet âgé sont prégnantes !!! maison de retraite  »
    Age d’or » !!! etc… Ou est le l’affectif, le regard tendre, la larme à l’œil, le doute…
    Que vous soyez heureux de tenter d’apporter des soins aigus et de confort à une
    personne âgée est tout à votre honneur, vous faite un des plus beaux métiers du
    monde, mais si vous butez sur un terme aussi rempli d’amour que peut l’être ce
    mot, vieux, alors vous passez à coté de votre humanité, votre mental s’offusque,
    et votre cœur s’assèche ! Oubliez ce que l’on vous a appris, explosez votre
    formatage est regardez ces vies de pluies et de soleils, regardez l’arc en ciel des
    vieux !
    Moi, je souhaite à cette correspondante de devenir vieille, toujours aussi
    provocatrice, énervée, chiante, et tellement vivante ! Parce que son bien être à elle
    n’est pas son bien être, mais celui des autres, elle sera toujours en état de bien
    être ! Une sacrée bonne vieille quoi !

    Et pour finir, ( çà vient…on s’accroche ! ) Le véritable sujet est quand même la
    maternité d’Oloron ! Ce dont, apparemment tout le monde se fou !
    Le billet de Sophie G. est très pertinent. Je crois que si les hommes accouchaient
    ils auraient un regard différent sur les soins, les structures, les priorités. Je crois
    que la maternité ne fermerait pas. Je ne pense pas qu’ils envisageraient
    sérieusement de se tordre de douleur sur la banquette arrière d’une voiture, à 1 h
    de l’hôpital le plus proche, en perdant les eaux, du sang, des larmes, un bébé et la
    vie peut-être ! Les hommes disent qu’ils aiment les femmes, non, Ils les dominent, ils les manipulent, ils les baisent, des fois ils les frappent…Ils calculent la rentabilité, l’aspect technique de la chose… Ce n’est pas çà l’amour. L’amour c’est ne plus réfléchir, ne plus calculer, c’est vibrer de bonheur au bonheur de l’autre…Tout ce qu’une calculette ne peux faire !
    Si les hommes aimaient vraiment les femmes la maternité ne fermerait pas !

    Et pour donner une dimension planétaire à la réflexion, notre monde meurt de ça !

    De ce manque d’amour, de ce manque de considération de l’être féminin, et de
    tout ce qui pourrait faire notre harmonie, notre bonheur. Nous nous détruisons
    d’un excès de masculin ! La force masculine débridée, non contenue par la
    sagesse et la douceur féminine est destructrice. Et nous allons nous détruire, sans
    aucun doute dans les décennies qui viennent. A moins que…!

    Et là je rejoins totalement l’avis de Michel.

    Ce débat dépasse le contenu de ce billet. C’est une remise en cause planétaire
    dont il est question.
    Et si on commençait chez nous ?

    J'aime

    1. Cher Poodji, je ne vois vraiment pas pourquoi votre billet ne passerait pas. Mais depuis quelques temps, afin d’éviter des provocations dont je me serais moi-même bien passé, je modère tous les commentaires, c’est-à-dire que je ne les mets en ligne (sans en modifier une virgule) qu’après en avoir pris connaissance. Et comme je ne campe pas en permanence devant mon ordinateur, il peut s’écouler un certain laps de temps entre le moment où un lecteur laisse un commentaire et le moment où j’en prends connaissance et le mets en ligne.Voilà l’explication toute simple.

      Aimé par 1 personne

      1. je regrette mais le terme « vieux » peut avoir une connotation péjorative ,ce qui est le cas dans la plupart des cas lorsqu’il est employé dans le langage populaire . Surtout dans notre époque ou nous vivons dans un  » jeunisme » que je qualifierai d’exacerbé par la pub,les modes de vie etc…..Que ne faut-il faire pour paraître jeune,injections diverses et variées dans les rides ,lifting ,seins que l’on fait remodeler,toute une panoplie de la chirurgie esthétique existe pour continuer à donner une illusion .Et les messieurs ne sont pas les derniers……Mais le matin lorsque l’on est devant le miroir de la salle de bain ,quelle image nous renvoie-il?Celle d’un être rafistolé par le bistouri ou la seringue…..Mais il faut jamais oublier sa date de naissance….
        Mais nous sommes bien loin du sujet de départ…..la fermeture de la maternité.
        Je ne sais pour quelles raisons réelles elle intervient , chaque partie y allant de son discours plus ou moins lié à des arguments plus ou moins valables.
        Laissons un peu la passion de côté…..
        Que demande-t-on à un service hospitalier?
        De dispenser des soins avec des compétences médicales avérées dans un environnement qui le permet (matériel,personnel,environnement etc…).
        Or mettre au monde un enfant n’est pas un acte forcément anodin, dans la plupart des cas aucun problème ; l’accouchement pourrait intervenir au domicile mais tout n’est pas aussi simple.
        Il y a des cas ou la compétence ,la technicité du médecin et de son équipe sont là pour pallier à toutes les difficultés d’un accouchement s’annonçant comme particulièrement compliqué.Le bébé venant au monde peut porter toute sa vie les stigmates d’une maladresse liée au manque de pratique de certains gestes médicaux non maîtrisés de par une pratique régulière .De plus tout cela doit s’appuyer sur un nombre de médecins suffisants , l’utilisation de matériel high-tech fort coûteux que l’intervenant médical doit bien manipuler .Le matériel évolue très vite…..
        La maternité de l’hôpital pourrait-elle répondre à de tels critères ?
        Je ne le sais pas , chacun y allant de son argumentation.Dans ce cas je trouve que la fermeture se justifie tant les interrogations sont nombreuses et les intentions des politiques étant surtout électoralistes sans quelquefois aucune notion de la réalité du fonctionnement d’un service médical.

        J'aime

  4. Peut importe qu’ on appelle nos parents âgés, vieux ou tout autre mot synonyme comme aîné,ancêtre, croulant, doyen, fossile, gâteux, patriarche, vétéran vieillard vieillerie, vieilli, vieillot ou quantité d’ autres moins respectueux . Le principal doit rester le respect primordial de la dignité de la personne. Si la société se doit
    d’ accompagne ces fins de vie, malheureusement de plus en plus difficile avec le grand âge, elle doit le faire avec respect de la personne, pour ce qu’ elle a été dans la société, pour ce qu’ elle représente pour les familles et les jeunes générations, malheureusement cela n’ est pas toujours le cas actuellement.
    Bien sûr, qu’ on le veuille ou non le problème est fondamentalement économique.
    Par exemple dans le cas d’ une personne qui a des problèmes urinaires persistants, faut ‘ il lui mettre des couches à vie pour masquer le problème et atteindre sa dignité, ou faut’ il apporter une réponse médicale qui sera plus longue et plus coûteuse, mais qui respectera sa dignité. On touche là une question fondamentale de la Médecine et des Médecins.
    Dans le cas de la maternité Oloronaise nous sommes dans le même cas de figure.
    Faut’ il permettre à une femme d’ accoucher au plus près de chez elle, dans des conditions dignes, ou faut ‘ il l’ envoyer ailleurs en prenant des risques pour elle et son futur enfant? La question est délicate. Personne n’ a actuellement de réponse à ce problème, mais est’ il réellement abordé ou non, au profit d’ une solution purement mercantile qui semble prévaloir.
    Peut être qu’ un début de réponse pourrait être apporté, si le droit d’ accouchement, était clairement défini en article 1 de notre Constitution, car c’ est avec ce droit là
    qu’ en définitive tout devrait découler. Or, nous sommes bien loin de tout ça ,car nos responsables sont bien plus préoccupés par leur avenir politique d’ Elus que par les problèmes purement féminins.

    J'aime

  5. C’est vrai que cette nov’langue est très pénible.On ripoline le brut de décoffrage .On meurt d’une longue maladie ou d’un arrêt cardiaque.Dans un autre registre les camions deviennent fous .Les terroristes ont des problèmes psychiatriques. On ne réagit pas, on indemnise ( le miracle du pognon qui rerend indemne) ou on allume une bougie.Les boulettes de nos élus deviennent des peluches.

    Les non-voyants ne pourront pas me lire .Vous allez me dire qu’ils ne perdent pas grand chose. »Je suis incomprenant »

    J'aime

  6. Je reviens vite fait sur cette discussion. Un rectificatif tout d’abord, dans la chanson de Daniel Guichart, le dernier mot est « Papa » pour désigner son « vieux » ! Autant que l’info soit juste.
    Je constate à la réflexion qu’en effet le mot « vieux » est devenu assez péjoratif ! Je maintiens que c’est une dérive sociale. Le mot « vieux » est chargé d’affectif, pas le terme personnes âgées, ou seniors. Signe affligeant de notre société ou tout deviens technique et aseptisé. Même le langage, et les esprits.
    Mes propos étaient assez passionnés, oui. Mais n’est t-il pas passionnant de parler et d’afficher des idées ,et éventuellement des solutions, en ce qui concerne l’avenir de notre civilisation, de notre planète. Ma conviction est que l’homme ne s’en sortira pas seul, il faudra bien qu’il fasse la paix avec son mental, et qu’il accepte de s’allier à la femme. La seule voie est l’harmonisation homme/femme. Sinon c’est au mieux une civilisation boiteuse, comme nous la connaissons depuis des millénaires, ou l’extinction. Ce qui n’est pas un drame cosmique ! C’est juste un peu crétin, d’arriver à ce stade d’évolution et de disparaître !
    Merci de votre lecture.
    Alan P.

    J'aime

    1. « Le mot « vieux » est chargé d’affectif, pas le terme personnes âgées, ou seniors. Signe affligeant de notre société ou tout deviens technique et aseptisé. Même le langage, et les esprits. » »

      Et vous oubliez les 4e et 5 ages.. 🙂

      bien d’accord. Réécoutons la chanson de jacques Brel: Les vieux.

      Aimé par 1 personne

      1. Ah oui, Jacques Brel…Les vieux…bon sang quel texte, quelle profondeur d’âme, quelle puissance poétique… S’ils existent, je suis sur que les Dieux chantent du Brel !

        J'aime

Les commentaires sont fermés.