Une mairie doit-elle être gérée comme une entreprise ?


Chaque année, lors de la cérémonie des vœux, le vice-président chargé du personnel dans la communauté de communes où j’exerçais mes fonctions nous répétait la même phrase : « Une collectivité territoriale doit fonctionner comme une entreprise ». Et il ajoutait : « … le souci du profit en moins ». Est-ce là un objectif à atteindre ? Examinons ces deux corps de phrase.

1/ Une collectivité territoriale doit fonctionner comme une entreprise

On pourrait dresser une liste interminable de comparaisons qui permettent de mettre en avant les points communs, mais aussi les différences entre ces deux formes de structures. Contentons-nous de quelques-unes :

  • La taille: il existe autant de formes de collectivités territoriales (de la petite commune rurale comptant une centaine d’habitants à la région Ile-de-France) que d’entreprises (de l’auto-entrepreneur à la multinationale). Et, dans un cas comme dans l’autre, leurs moyens d’action dépendent de leur taille
  • Le(s) patron(s): dans l’entreprise, ce peut être, selon la détention du capital, le ou les actionnaires. Dans les collectivités territoriales, ce sont… les électeurs.
  • Les dirigeants : dans l’entreprise, c’est soit le patron lui-même, soit, dans les grandes entreprises, des salariés travaillant sous le contrôle des actionnaires. Dans une collectivité, ce sont… les élus, dont le contrat est renouvelé, ou pas, par les patrons (les électeurs) lors de chaque élection
  • Les clients: dans l’entreprise, ce sont ceux qui achètent les produits, les travaux ou les services. Dans les collectivités territoriales, ce sont les administrés qui paient (sans fixer eux-mêmes le prix !) les services rendus. Comme nombre de ces administrés sont en même temps électeurs, on peut dire que dans les collectivités territoriales, les clients et les patrons sont les mêmes personnes. Un paradoxe.
  • Les salariés: ce sont les femmes et les hommes qui assurent la bonne marche de l’entreprise comme de la collectivité. Elles et ils n’ont pas le même statut : leur emploi est tributaire de cette bonne marche dans un cas, il est quasiment garanti dans l’autre (si l’on excepte un recours de plus en plus fréquent aux agents contractuels). Par ailleurs, au moins en l’état actuel, les conditions de retraite sont bien plus favorables d’un côté que de l’autre. Il se dit souvent que les salarié-e-s de la fonction publique ont un salaire moins élevé, à poste comparable. Je me garderai bien de généraliser…
  • La concurrence: sauf pour quelques-unes qui sont en situation de monopole, la plupart des entreprises se retrouvent en situation de concurrence pour remporter des marchés. Ce peut être une source de motivation, de remise en question… et parfois de stress. Les collectivités territoriales n’ont pas ce souci : personne ne va venir les concurrencer sur leur territoire. D’où un risque de perte ou, pire, d’absence de motivation.

2/ La collectivité territoriale a le souci du profit en moins

Il est exact qu’il n’est pas dans la vocation de la collectivité territoriale de faire du profit au sens financier du terme. Au contraire, le souci de l’entreprise est de dégager du profit. Ses recettes doivent être supérieures à ses dépenses. Si tel n’est pas le cas, elle se retrouve dans le rouge, une situation qui ne saurait se pérenniser. La collectivité territoriale, quand elle a besoin de recettes supplémentaires qu’elle n’a pas su trouver dans des concours extérieurs (subvention, dotations de l’État etc.) ou dans des économies, a solution-miracle : elle fait appel à la contribution « volontaire » de ses patrons-clients. Elle va puiser dans leur poche. On appelle cela les taxes ou les impôts.

Toutefois, les dirigeants des entreprises comme des collectivités territoriales ont un même souci : contenter le plus possible leurs patrons et leurs clients. D’où la volonté, d’un côté comme de l’autre, d’améliorer en permanence la qualité du service et du « produit » vendu et d’être de plus en plus vigilants sur la maîtrise des coûts. Même si en la matière, les collectivités disposent encore de fortes marges de progression.

3/ En conclusion

J’ai bien conscience du caractère discutable et parcellaire des lignes qui précèdent. Mais il me semble qu’entreprises et collectivités territoriales ont bien des points communs dans leur mode de fonctionnement. Et la logique voudrait que, les aides de l’État diminuant, les collectivités cherchent encore davantage à s’inspirer du fonctionnement des entreprises. Elles infirmeront alors le propos de mon vice-président cité en tête de billet : le souci du profit, elles l’auront encore plus. Le souci du profit de l’administré, s’entend.

12 commentaires sur « Une mairie doit-elle être gérée comme une entreprise ? »

  1. Whaouuu ! Analyse intéressante, si ce n’est qu’une entreprise peut licencier un salarié pour incompétence ou faute grave, alors que les employeurs d’une collectivité (les électeurs) sont tenus à une durée de mandat pour licencier les dirigeants (élus). C’est d’ailleurs souvent bien regrettable! …

    J'aime

    1. Là, tu reprends au niveau local le discours programmatique de Mélenchon au niveau national, André. Pour moi, c’est l’instabilité assurée. C’est suffisant de pouvoir dire « stop » ou « encore » tous les 6 ans.

      J'aime

      1. Je ne dis pas que c’est souhaitable, mais je précisais simplement cette différence qui fait que dans un cas, les uns font leur maximum conserver leur fonction (entreprise) et dans l’autre (collectivité) certains se sentent protégés et ne s’investissent pas suffisamment pour le développement et l’intérêt général.

        J'aime

  2. Apres il ne faut pas que ces collectivités deviennent des armées mexicaines…. et que des communes se défaussent de leurs prérogatives pour après faire porter le chapeau à la CC.. » c’est pas nous c’est eux ! » le « eux » se perdant dans les sables de la rue Adoue( par exemple)

    Bref je n’ai pas vraiment compris, moi simple citoyen, et beaucoup de gens avec moi à quoi servait ces communautés de communes qui elles mêmes se regroupent en supra communautés des communes puisque la mutualisation des services devait permettre des économies de personnel alors qu’à l’inverse on à une inflation de celui-ci….avec parait-il un taux d’absentéisme record

    http://www.lagazettedescommunes.com/474521/labsenteisme-dans-la-fonction-publique-territoriale-progresse-de-26-en-8-ans/

    sans oublier les éventuels conflits d’intéret qui étaient plus facilement decelables dans les communes à taille humaine ou tout le monde peu ou prou se connait….là ou le terme argent public est physiquement palpable et des idées loufoques évitables.

    Faites un micro trottoir et demandez des noms d’élus à la ccpo….

    Vive la commune !

    J'aime

    1. Oui, l’absentéisme est une plaie dans les collectivités territoriales. Je n’ai pas de martingale à proposer pour l’éradiquer ou, à tout le moins, le faire chuter. La solution passe -t-elle par une plus grande responsabilisation des personnels à tous les niveaux ? Une plus grande écoute de leurs propositions ?

      J'aime

  3. Oui, les collectivités territoriales devraient fonctionner comme des entreprises !
    Hélas c’est bien loin d’être le cas. Il serait intéressant de bien identifier les points qui divergent et pour cela commencer par des dizaines de points qui divergent…
    Par exemple :
    – Pourquoi le taux d’absentéisme de nos fonctionnaires est hallucinant (deux fois plus élevés d’ailleurs que celui des collègues contractuels qui font le même travail et pour certains 4 fois plus élevé que dans le privé…
    – Pourquoi quand les collectivités territoriales se regroupent (interco ou plus grandes régions ) pour mutualiser les actions et donc être plus efficaces les entreprises diminuent leur personnel (logique) alors que les collectivités l’augmentent ? …
    – Pourquoi d’une manière générale la productivité augmente dans le public grâce à l’informatisation ou l’amélioration des méthodes alors qu’ elle diminue dans les collectivités locales ?
    Et des dizaines d’autres différences pour lesquelles les réponses sont des évidences …

    Pôvre France avec son statut de fonctionnaire archaïque et dévastateur, pôvre France avec son organisation territoriale ubuesque, pôvre France avec tous ces élus qui n’ont jamais travaillé dans la vraie vie et dont la gestion est calamiteuse…

    En petit complément et pour Joël, dites nous tout ce que pensent les Directeurs Généraux des Services qui doivent impérativement la fermer alors qu’ils doivent se lamenter du fonctionnement de leurs services, de la gabegie et du clientélisme des élus, …etc
    Dites nous, ces gens là n’ont pas la parole et bon nombre ne sont pas idiots…

    J'aime

    1. Les directeurs généraux sont tenus comme tous les fonctionnaires territoriaux, et peut-être davantage en raison de leur position, au devoir de réserve. Il leur arrive bien sûr de lever les yeux au ciel face à certaines décisions ou à certaines directives de leurs élus. Mais en règle générale il y a toujours possibilité (je parle de ce que j’ai vécu) de faire valoir à l’élu son point de vue et ses propositions. On n’est pas toujours entendu, sans doute parce que l’on n’a pas su se montrer assez convaincant. Mais cela, c’est la règle du jeu dans toute entreprise.

      J'aime

  4. Dans la fonctionnalité technique, il serait souhaitable qu’ une municipalité fonctionne comme une entreprise. J’ irai même jusqu’ à dire qu’ une municipalité pourrait se passer d’ une bonne partie des employés municipaux, hormis une cellule technique pour assurer le suivi des travaux sur le terrain et vérifier le respect des cahiers des charges.
    A ce moment là pour assurer les travaux il faudrait procéder par appel d’ offre en faisant appel à des entreprises locales, dans la mesure du possible.
    Il serait intéressant de faire un comparatif entre ces deux modes de fonctionnement,
    peut être aurait t’ on des surprises.
    De toute façon avec la diminution des aides de l’ Etat la question se posera à plus ou moins long terme..
    Par contre pour la fonctionnalité sociale et relation aux Administrés, je pense que le fonctionnement actuel doit rester en vigueur et même être amélioré, pour ce qui concerne le relationnel.
    Il ne faut surtout pas que la Municipalité devienne un espèce de  » machin froid et anonyme » , indifférente aux problèmes des administrés.. Peut être qu’ un tel fonctionnement pourrait permettre aux Elus Municipaux d’ être plus présents sur le terrain, afin d’ être à l’ écoute des Administrés et permettre ainsi d’ anticiper les problèmes.
    Voila une bonne question, qui pourra faire le sujet des prochaines élections municipales.

    J'aime

  5. «  »Il ne faut surtout pas que la Municipalité devienne un espèce de » machin froid et anonyme » , indifférente aux problèmes des administrés.. Peut être qu’ un tel fonctionnement pourrait permettre aux Elus Municipaux d’ être plus présents sur le terrain » » »

    c’estsla oui, oui oui….

    A partir du moment que la commune se voit privée de plus en plus de ses moyens d’action et surtout de décision, la CC prenant le relais….
    Il se dit dans la mienne que tel projet a été littéralement imposé par la communauté des communes pour tisser un réseau…( le probleme est que cela rime avec impôt)

    Il est humain que les conseillers municipaux voyant que la politique de la commune est décidée plus haut ils aient tendance à rester à la maison.

    Un peu comme l’Europe quoi……..:)

    mais n’est ce pas le but ?

    J'aime

  6.  » A partir du moment que la commune se voit privée de plus en plus de ses moyens d’action et surtout de décision, ….. »
    Il n’ est nullement question de priver les municipalités de leurs moyens d’ action et surtout de décision. Il est seulement question de mener une réflexion pour agir autrement afin d’ améliorer le coût et la qualité des services rendus aux Administrés.
    Je ne voit pas en quoi cela serait une catastrophe de pouvoir faire mieux avec moins, à moins que l’ on soit pour l’ immobilisme, pour finir comme des dinosaures fossilisés.
    De toute façon dans les années à venir que les Municipalités soient d’ un bord ou
    d’ un autre, elles devront mener cette réflexion, car d’ un coté les aides de l’ Etat , des Régions, des CD ,de l’ Europe auront tendance à diminuer, de l’ autre avec la diminution de l’ emploi à plein temps il y aura de moins en moins de citoyens imposables, donc elles se devront de prendre des mesures, sinon ça sera très rapidement le nivellement par le bas. Solution encore bien pire, mais peut être que certains souhaitent, qui sûrement amènera la fin de la démocratie.

    J'aime

  7. « il y aura de moins en moins de citoyens imposables »

    ils vont se ratrapper sur la taxe foncière après avoir aidé à l’accession à la propriété. Alors .à moins d’avoir comme l’escargot, son mobil home et encore…….

    J'aime

    1. Malheureusement il y aura de moins en moins de citoyens imposables. Je ne suis pas le seul à le dire, pour preuve, voir l’ article suivant d’ Oloron Blog.
      2020 ce n’ est pas bien loin. Là le problème commencera tout juste à se poser.

       » En 2020, 86% des foyers fiscaux oloronais devraient être exonérés de taxe d’habitation (contre 21% actuellement) « 

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s