La ligne Oloron-Bedous à l’honneur sur une chaîne de la TNT dans une émission sous-titrée « Argent public, le grand gaspillage »


Tout le monde sait l’intérêt porté par Georges Manaut à tout ce qui touche à la ligne Oloron-Bedous. Il vient de me signaler qu’une chaîne de la TNT, Numéro 23, avait diffusé lundi dans son émission d’investigation « Révélations » sous-titrée « Argent public : le grand gaspillage » un reportage consacré à la fréquentation de cette ligne. Vous pouvez imaginer au sous-titre de l’émission qu’il ne s’agit pas d’un plaidoyer en faveur de ce projet. Mais la parole est tout de même donnée également à l’un de ses défenseurs. Qui n’est pas Georges Manaut !

Celles et ceux qui voudraient visionner l’émission en entier (elle dure au total 1 heure 45) peuvent cliquer ici. Pour visionner les 9 minutes 30 du passage concernant la Oloron-Bedous, ils devront déplacer le curseur jusqu’à 1 h 21’ 20’’. Mais Oloronblog, pour être agréable à ses lec-trices-teurs (ici, écriture inclusive) met en ligne ci-dessous le seul passage qui nous intéresse directement. Pour y accéder, cliquez sur le présent lien.

La chaîne Numéro 23 (canal 23 de la TNT) rediffusera l’émission ce vendredi 27 octobre, à 16 30. Une autre rediffusion aura lieu le lundi 30 octobre à 8h15.

69 commentaires sur « La ligne Oloron-Bedous à l’honneur sur une chaîne de la TNT dans une émission sous-titrée « Argent public, le grand gaspillage » »

  1. Il serait plus que temps de se poser la question de la nécessité de faire voyager les marchandises d’ un bout de l’ Europe à l’ autre. Alors que la solution pourrait être de fabriquer ou monter sur place, dans de petites ou moyennes unités, au plus proche des lieux de consommation. Seules des unités de grosses fabrication nécessitant de gros investissement pourraient être centralisées et alimenter par transport ferroviaire les petites unités décentralisées. Les petites unités pourraient être itinérantes au grès des besoins de l’ évolution des marchés.
    Cela nécessite un changement total de vision de l’ approche économique européenne, mais également une harmonisation de la fiscalité et des charges sociales. A ce moment là, entre autre, plus besoin de  » plombier Polonais », avec une baisse importante de PL sur les routes.

    J'aime

  2. Enfin des commentaires rafraîchissants qui ne s’accrochent pas à la disparition du tortillard intervenu 47 ans plutôt, comme si la régénération de cette voie ferrée allait ressusciter des proches qui l’ont empruntés ou participé à sa construction. Selon les comptages de la DIR en 2016, sur les 489 poids lourds traversant Asasp, seuls 296 PL franchissaient la frontière. Suivant la dernière étude, le volume du fret atteindrait (peut-être) 800 000 tonnes/ an, quelque chose de très marginal comparé aux 88 millions de tonnes du flux routier franchissant la frontière franco-espagnole. Le gain attendu serait une diminution de 20% des poids lourds traversant Asasp.

    J'aime

  3. une entreprise ce camionnage résonne en temps.J’ai par contre un peu peur que l’abandon de la voie ferrée soit le faux pretexte tout trouvé pour que se réalise la « poey lescar- Oloron avec la déviation du gabarn…

    et là le nombre de camions risque d’augmenter de façon substantielle.

    J'aime

  4. @rd918 La Poey-Lescar va intervenir dès que la déviation du Gabarn sera réalisée. En ôtant le verrou du Gabarn, cela sera une centaine de camions et 200 voitures supplémentaires sur la route Ledeuix-Monein et Oloron-Pau. C’est ce petit supplément de circulation qui va faire exploser la colère des usagers qui supportent déjà un itinéraire encombré et accidentogène..

    J'aime

    1. @ Manaut: Pourquoi Oloron-Pau donc la 134 ?
      Je crains aussi que la poey lescar fasse un appel d’air inverse vers la zone commerciale de lescar (nouvelle galerie marchande importante en construction)

      Pauvre Oloron! C’est un peu la quadrature du cercle.

      J'aime

  5. Monsieur Manaut pour parler de quelque chose il faudrait connaitre tous les tenants et aboutissants de l’affaire !
    Pour vous situer le contexte, pendant une quinzaine d’années j’avais ma chambre qui été à moins de vingt mètre de la voie ferrée Oloron Bedous au niveau de l’aiguillage de chez Messier à Bidos. Le passage des trains ne m’a jamais perturbé.
    Par contre vous parlez de l’entreprise Messier aujourd’hui Safran Landing Systems et je pense que vous ne connaissez rien à cette entreprise car les productions des années 70 et d’aujourd’hui sont totalement différentes. Les matériaux en barres livrés à l’époque sont remplacés par des matricés ayant un gros volume et stockés en dehors du site de production.
    Pour répondre à Monsieur ex-ND le cahier des charges d’Airbus impose la livraison de l’A400M sur une plateforme (qui est un référentiel de montage) et qui par son encombrement ne pourrait pas passer dans le tunnel ferroviaire.
    Pour en revenir à la voie ferrée, je suis pour la réouverture totale de la PAU-Canfranc.
    Monsieur Manaut vous êtes comme moi retraité, je ne sais pas si vous avez des enfants, mais pensez à ces jeunes qui ne voient aucun avenir sur notre territoire. Le développement du territoire passe par le tourisme durable, empreint d’un esprit de développement durable.
    Le train en fait partie car c’est le moyen le plus propre d’amener des touristes venant d’Espagne et de toute l’Europe (l’électrification de la voie ferrée est nécessaire !).
    Le Béarn a été solidaire de toute la France en fournissant du Gaz de Lacq, maintenant c’est à la France d’être solidaire du développement du Béarn.

    J'aime

    1. @ Le naif
      merci d’avoir tenté d’apporter quelques éléments de réponse à mes interrogations concernant l’acheminement de la production de l’usine Safran de Bidos.
      Cette production ne peut être acheminée que par route ou par train ( par air et par voie navigable, impossible…) : apparemment, elle l’est par route…or, sur route, le gabarit standard d’un pont routier est un carré de 4,30m …alors que tous les tunnels de la ligne Pau-Canfranc sont à 6,00m en haut et à 4,75m en bas du » fer à cheval »
      source wikipedia :
      « ils sont au gabarit standard, 6 mètres en haut du fer à cheval, ils sont même plus larges en prévision d’un 3e rail et du passage au gabarit de convois espagnols. »

      ma conclusion provisoire : si ça passe sur route à partir d’Oloron, ça passe aussi par train vers Séville via Canfranc.

      J'aime

  6. ah ! nostalgie quand tu nous tient
    la nostalgie ce sont des realities vécues par une generation passée que pour les generations montantes ce ne sont que des mensonges

    J'aime

  7. D’après @Le naïf , je ne connaîtrais pas les tenants et les aboutissants du « Canfranc »,faisant l’impasse sur le fait que nous sommes les seuls à avoir demandé les résultats de l’étude, les autres acceptant de marcher les yeux bandés, considérés comme des serpillères par le Président de Région. D’ailleurs votre Association n’a fait aucun commentaire sur cette étude qui confirme le gâchis de ce projet. C’est vrai, vous n’avez pas été aidé par l’intervenant de votre Association qui en a profité pour nous avouer ne pas posséder 400 millions afin de réaliser les travaux. Et pendant ces élucubrations, la maternité d’Oloron va fermer.

    J'aime

    1. certes vous n’avez pas fait de commentaires!m ais vous citez quelques extraits de cette étude en donnant un chiffrage précis quant au coût d »exploitation, quant à la gestion par une société privée(Thatcher nous voilà…..attention à la sécurité) ,quant au coût de la rénovation. Merci pour la serpillère au passage
      S’il n’y a pas de commentaires sur cette étude, vous vous en servez copieusement pour étayer votre thèse!
      Mais ou voulez-vous en venir pour être aussi obstiné ,détruire ce qui a été rénové sur la Bedous-Oloron?
      Et si l’on ne prolonge pas jusqu’à Canfranc ,avec des horaires adaptés là , la Bedous-Oloron est une hérésie!.
      Il va bien falloir se pencher sur le fait que l’automobile , telle que nous la connaissons , ne sera plus dans quelque temps.Il faudra bien que les gens puissent se déplacer.De plus en plus c’est un casse-tête que de circuler ou de se rendre dans une grande ville avec sa voiture où elle n’est pas désirée.
      Alors faites cogiter un peu vos neurones et ne voyez pas que l’immédiateté de la situation, projetez-vous un peu vers l’avenir en vous disant que peut-être cette rénovation est une bonne chose pour le futur car vous comme moi êtes du passé mais bien que n’ayant pas d’enfants en ce qui me concerne….;essayons de leur laisser quelque chose de valable.

      J'aime

  8. Monsieur Manaut vous déformez mes propos, je n’ai jamais fait référence au dossier « Canfranc » mais à Messier. Je ne doute pas de vos connaissances, ni sur de votre implication dans le dossier de la voie ferrée « Pau-Canfranc ».
    Je pense que vous faite erreur sur la personne car je ne fais partie d’aucune association et récuse le fait d’être traité de serpillère car sur toute les manifestations qui concernez le territoire et ou j’été présent, je ne vous ais point vu.
    Par contre j’ai pu constater que sur une manifestation en Béarn nous n’étions que 30 et que sur une manifestation pour le même sujet, au Pays Basque, nous étions 3000 !!!! Rappelez-vous aussi que les canards du Pays Basque n’ont pas été abattus.
    « Et pendant ces élucubrations, la maternité d’Oloron va fermer » et demain la chirurgie, la sous-préfecture, la gendarmerie (car nous allons payer une police municipale).
    « Ah ! Nostalgie quand tu nous tiens » vécues par une génération passée.
    Monsieur benoit je ne sais pas de quelle génération vous faite partie, si c’est de la nouvelle, je vous plains car ce serais plutôt de la génération serpillère comme le dit Monsieur Manaut.

    J'aime

  9. @Le naïf. C’est en me reportant à votre avant dernier commentaire que j’ai mesuré votre vision à long terme du tourisme durable généré par la réouverture de la voie ferrée jusqu’à Canfranc. En effet, l’étude (page 44, phase 2) chiffre ces recettes annexes annuelles entre 5,9 et 12,1 millions avec la création d’un domaine skiable reliant Astun, Candanchu, et Formigal reliés à Canfranc, le développement de la pratique du ski, de la randonnée, l’exploitation de commerces dans les gares, la concession d’activités touristiques à proximité des gares, avec la vente de produits touristiques à bord des trains ou en gares. Il ne reste plus qu’à attendre le client qui vous demandera comment vous voulez être payé en carte ou en chèque !

    J'aime

  10. Monsieur @Naif les considerations que vous portez sur ces nouvelles generations les prenant pour des serpillières prouve bien et donne raison au fait qu’elles n’ont que faire de vos états d’âme ferroviaires

    J'aime

  11. @Georges Loustaunau Berho
    Je vois que vous êtes plus cool dans votre expression. Je me contenterai de rappeler mon propos adressé à M.le Préfet lors d’une entrevue: « M. le Préfet, peut-être que vous êtes la première personne qui va être en mesure de nous présenter un argument justifiant l’intérêt public qu’il y a de dépenser plus de 100 millions de travaux pour transporter en train 3 ou 4 passagers qui sont véhiculés actuellement en autobus ». Le Préfet n’a pas su répondre bottant en touche, répliquant à plusieurs reprises qu’il fallait profiter des élections quand on est pas content des décisions des politiques. Alors, vous M. Loutaunau qui êtes un homme de culture, que me répondez-vous ? Surtout que le train consomme 3 fois plus de carburant que l’autobus, avec moins de desserte, 4 contre 10 pour l’autobus, et avec un coût d’exploitation 7 fois supérieur.

    J'aime

    1. Une réponse toute simple , cela met un véhicule de plus sur la route avec tous les risques que cela comporte (accident de Puisseguin:48 morts ,accidents fréquents avec les camions , en 10 mois 12 camions ont versé sur la route Oloron-Monein , etc…)
      Nos vies valent-elles si peu à vos yeux?Alors vous savez quelque argent dépensé en plus ………
      Des piscine ayant un coût d’exploitation très élevé ,des salles multiservices utilisées fort peu pour être rentables,des stades surdimensionnés par rapport aux besoins etc,etc….)
      Mais je ne vois pas ou vous voulez en venir avec votre entêtement,les travaux sont faits , un train circule arrêter le tout? On sait les sommes qui ont été dépensées pour ce faire !
      L’autoroute Pau-Langon construite à un prix prohibitif pour une rentabilité longue à venir et si la rentabilité ne pointe pas le bout de son nez ,rachat par l’état qui épongera le déficit.L’avez-vous parfois empruntée ,coût du trajet plus de 2O€
      L’aérodrome Notre-Dame des Landes un autre scandale.
      Alors le train même s’il ne sert ne serait-ce qu’à 4 personnes ,c’est un embryon de service public qui subsiste.
      IL N’EMPÊCHE IL VA FALLOIR REVOIR TOUTE NOTRE POLITIQUE DE TRANSPORT et surtout produire au plus près du consommateur.
      Mangez-vous du saucisson Monsieur Manaut ou autre charcutaille industrielle ,les porcs sont élevés en Hollande,transportés en Allemagne pour être abattus , à la découpe dans un autre pays,la viande pour le saucisson est hachée en France et mise dans des boyaux venant de Belgique.Voila le parcours de votre bon saucisson ou quelque chose d’approchant comme circuiT.Et tout cela pourquoi?Et entre chaque opération un transport par route et en plus pur un produit pas forcément très ragoutant à l’arrivée

      J'aime

    2. Personnellement je trouve Mr Manaut que votre approche est purement sectorielle et non globale. En raisonnant comme vous, mais en sens inverse, on peut aussi faire valoir que le train peut remplacer des centaines de PL dans la vallée. Ce qui sera une très bonne chose, que vous le vouliez ou pas.
      Il serait peut être temps Mr Manaut de voir la réalité GLOBALE en face. Alors Mr Manaut, tous ensembles,pensons globalement, agissons localement.

      J'aime

  12. @Michel
    Vous n’apportez aucune réponse à mon message adressé à @M. Loustaunau. Pour agir localement, il faut connaître ce qui s’y passe à l’image d’une douzaine d’usagers du Pont Suzon qui n’ont pas encore été dédommagés de la coupure de la route RD241 générée par les travaux de construction de la voie ferrée. Seize mois après son inauguration, rien n’est réglé pour des usagers qui ont été contraints de faire quotidiennement un détour de 30 kms pour des personnes de Lourdios afin de se rendre sur leur lieu de travail en Vallée d’Aspe, y compris pour des exploitants agricole contraints d’acheter un surplus de fourrage devant l’impossibilité de faire pacager de l’autre côté de la voie ferrée. Même le versement du préjudice dans l’appropriation d’une parcelle na pas été encore dédommagée. Je ne parle même pas du mur d’escalade du Pont Suzon, ni des 2 kms de palissade qui sont une atteinte à notre environnement.

    J'aime

  13. « Vous n’apportez aucune réponse à mon message adressé à @M. Loustaunau. »

    Je n’ ai surtout pas le droit de me mêler de la réponse que vous souhaitez apporter à @M. Loustaunau. Je ne souhaite pas vous être d’ aucun secours pour cela, considérant que vous avez réponse à tout depuis des années. Je considère que vous êtes assez grand pour cela, sans avoir besoin d’ un porte parole de piètre capacité.

    J'aime

  14. En suivant votre raisonnement Mr Loustaunau-Berno il faudrait faire un maillage ferroviaire tel que autant les routes nationales que secondaires soient parcourues plutôt par des voies de chemin de fer, des arrêts toutes les trois cent mètres et touts les dix minutes, c’est le cas des moyennes agglomérations et métropoles (métro, RER , tramways , etc) et en plus insérer des wagons avec des containers ou marchandises afin d’y éliminer les camions , cet autre raisonnement est, comme cette ligne a été déjà mise en circulation on ne va pas l’arrêter maintenant n’est pas ? C’est une façon da reconnaître que ça été une superbe erreur de la remettre en circulation , mais comme maintenant c’est fait on peut continuer à la faire circuler,qu’est ce que vous voulez que on fasse et puis ,il a déjà été dépensé 11 millions de € sur plusieurs études (aucune satisfaisant nos têtes chercheuses de gabegies) + 15 millions supplémentaires pour des nouvelles études en espérant que cette fois-ci il y aura moins de pentes moins de tunnels moins de virages serrés et surtout plus de gens l’empruntant ( 600.000/ans en moyenne) comme l’annonce un certain Président spécialiste en enfumage, l’ autochtone me-connaisseur les décisions politiciennes qui se prennent dans les sous-sols Préfectoraux et Assemblées Régionales n’a plus que les yeux pour pleurer, bien sur avec ces rideaux de fumée devant lui, il faut dire que l’écobuage c’est une spécialité de la vallée ,actuellement il n’y a que deux ou trois voyageurs dans le wagon,

    J'aime

    1. Je vous remercie de l’attention que vous avez apportée à la réponse que je faisais à Monsieur Manaut ; je constate que tout comme lui vous faites une interprétation de ce que j’ai dit et qui est fort éloignée de ce que je pense.
      Je vais résumer :
      -vue l’augmentation des carburants
      -l’épuisement des nappes de pétrole ( qui fait partie des combustibles fossiles cf épuisement du gisement de Lacq)
      -les déplacements inhérents aux denrées alimentaires et à leur transformation.Le porc en est un exemple parfait.Un produit fabriqué à partir d’un porc élevé en Hollande et transformé fait pratiquement le tour de l’Europe avant d’arriver sur votre table .
      -L’automobile qui devient de plus en plus indésirable et qui va vers sa fin dans la forme que nous lui connaissons.
      -Les camions qui sont accidentogènes(accident de Puisseguin 48 morts ,12 camions qui ont versé en 10 mois entre Oloron et Monein etc…)
      – La dégradation des chaussées liée au passage de véhicules lourds et légers.
      -Les risques au point de vue santé que font courir les gaz d »échappement.
      Il serait temps qu’une réflexion globale concernant le transport , en général, soit faite et que les denrées alimentaires soient produites au plus près de leur lieu de consommation.
      Et il doit y avoir d’autres détails que j’oublie .
      Et après tout cela serait fort sympathique un petit tortillard sillonnant nos campagnes ,il y avait bien une ligne de tram desservant Oloron-Bayonne avec des petites gares dans pratiquement chaque village .
      Faites travailler vos méninges …..pour nous apporter un futur plaisant surtout aux enfants qui ont été conçus(je n’en ai pas) car en ce moment nous pillons notre planète.N’en déduisez pas , avec l’art consommé de l’interprétation que vous avez , que je suis un écologiste.Je fais un constat en fonction de nos habitudes de consommation .

      J'aime

  15. C’est mon dernier commentaire pour dire que les comptages de la DIR, en 2016, ont relevé que sur les 489 poids lourds traversant le village d’Asasp, seuls 296 poids lourds franchissaient la frontière. Rien que cela devrait écarter les imposteurs qui déclarent que la voie ferrée jusqu’à Canfranc ou même un péage au tunnel du Somport serait de nature à virer les poids lourds de la Vallée d’Aspe.

    J'aime

    1. Le lien ci-dessus a été capté sur le site du CRELOC qui fait référence à un pseudo sondage sur la volonté des gens (dans une proportion de 99%) de vouloir un prolongement ferroviaire jusqu’à Canfranc. Depuis dimanche est véhiculé ce sondage bidon sur leur site ainsi que sur un site espagnol très fréquenté. Comme quoi, l’obtention de la fameuse étude, sa diffusion massive, l’analyse et les commentaires que cela génère pour révéler que ce projet ne sera pas un succès, mais un énième gaspillage d’argent public. Accessoirement, devant le Tribunal de Toulouse, le Creloc revendiquait 500 € de dommages pour nous punir d’avoir fait un recours contre l’arrêté préfectoral. Du gagne petit, comparé à la Région qui réclamait 4000 €. Mais le juge a rejeté toutes leurs demandes. Petit et gros logés à la même enseigne.

      J'aime

  16. @Manaut : c’est quoi un pseudo sondage ? C’est quoi un vrai sondage ? Et du coup y a t-il de vraies réponses et des pseudo réponses ? Vous pouvez m’expliquez, je ne comprends pas…

    Sur le nombre de poids-lourds (et pas de camions, qui est une « pseudo » appellation), si 296 disparaissent, c’est tout de même 60% du trafic dégagé. Quant au nombre impressionnant qui ne passeraient pas la frontière, peut-être faut-il trouver la réponse dans les exploitations locales (tracteurs, remorques, 19t…).

    J'aime

  17. Mais enfin Mr Loustaunau-Berno, aujourd’hui avec les moyens dont on dispose sur GOOGLE-MAPS sur votre ordinateur ,regardez ces vallées autant du côté espagnol que français et rendez vous à l’évidence, voyons , a-t-on besoin de sortir d’une Grande École telle que Polytechnique ou encore l’École des Mines pour se rendre compte de par soi même que cette liaison n’avait aucun avenir et c’est ce qui s’est produit au but de cent ans d’existence ,il y a eu en son temps le désir d’ouverture vers une Europe dont les liaisons ne se faisaient que par mules et charrettes et dont l’un des buts politiques était aussi d’obtenir un éventuel affaiblissement de la main mise de l’économie espagnole ou prise en otage de la péninsule Ibérique par les basques et catalans de par le passage forcé de part et d’autre des Pyrénées, on peut mesurer les résultats obtenus , désertification de l’Aragon et le Béarn surtout la vallée d’Aspe . Ces régions devenant de plus en plus riches elles n’ont pas trouvé mieux à faire que demander leur indépendance, cette barrière de montagneuse créant deux artères nourrissantes de la Péninsule Ibérique n’ a génère que égoïsme et usure , mamelles du «  tout pour moi au détriment des autres », ce passage par Canfranc n’est qu’une une simple veinule qui ne sera jamais en mesure de alimenter un corps de 55 millions d’habitants

    J'aime

Les commentaires sont fermés.