Élections municipales : P—– ! Encore 4 ans ?


Trop préoccupés à questionner le président Macron sur son vocabulaire, nos trois journalistes d’hier soir ont oublié de l’interroger sur un sujet qui aurait pu intéresser une majorité de Français, et plus particulièrement nos centaines de milliers d’élus municipaux (maires, adjoints et conseillers) : le projet de reporter d’un an les prochaines élections municipales.

L’idée trotterait en effet dans la tête du gouvernement de décaler ces élections de 2020 à 2021. Un souci d’économie (organiser plusieurs types d’élections le même jour… ça coûte moins cher), mais aussi des raisons d’ordre plus politicien (noyer dans un flot de résultats des élections locales qui pourraient être défavorables au pouvoir en place) expliqueraient cette éventualité. Organiser les municipales en 2021 permettrait de les tenir en même temps que les élections européennes et les élections départementales. Il faut rappeler ici, qu’un même report avait déjà eu lieu en 2008.

Rien n’est encore décidé. Mais si ce projet se confirme (malgré les réserves déjà exprimées par le président du Sénat), cela voudra dire qu’à Oloron comme ailleurs le mandat des élus municipaux actuels sera prolongé d’une année. On en prendrait donc pour un an de plus, nous aussi, avec une municipalité qui, il faut le dire, a connu un parcours plutôt chaotique depuis son élection en 2014.

Que constatons-nous en effet depuis maintenant plus de 3 ans ?

  • Une majorité municipale déchirée. L’écho de ses les dissensions internes parvient jusque sur la place publique. Le problème, c’est qu’en apparence elle continue de faire mine d’afficher un front uni. Mais ce n’est qu’une apparence qui rajoute à la confusion. Car pendant que ces messieurs et ces dames sont occupés à régler leurs comptes, la ville d’Oloron n’avance pas
  • Une opposition municipale plutôt passive et en panne de propositions concrètes. Comme si elle voulait se faire oublier en attendant tranquillement son heure, dans 3 ans… ou dans 4 ans. Ce n’est pas exactement ce que l’on attend d’une opposition constructive

Il est donc à craindre que les 3 ou 4 prochaines années nous paraissent longues. Finalement, le report des élections municipales de 2020 à 2021 n’aurait pour la ville d’Oloron qu’un seul mérite : donner un répit et un délai supplémentaire à la majorité municipale pour tenir une petite partie de ses promesses électorales de 2014. Car on en est loin aujourd’hui. C’est ce qu’Oloronblog s’attachera à démontrer thème par thème dans les prochaines semaines.

Un exemple parmi d’autres des incohérences de la gestion actuelle : ce matin, La République nous informe qu’au cours d’un rassemblement pour dénoncer les violences à Oloron qui s’est tenu samedi dernier 14 octobre, Hervé Lucbéreilh a annoncé : « J’aimerais que des fonds soient débloqués au plus vite pour l’installation de caméras de vidéo-surveillance ». Le hic, c’est que ce même Hervé Lucbéreilh, 15 jours plus tôt, le 28 septembre, faisait annuler par le conseil municipal un crédit de 120 000 € qui avait été inscrit au budget communal en avril dernier pour… l’installation de caméras de vidéo-surveillance. Et si c’était là le seul exemple de gouvernance désordonnée…

Un commentaire sur « Élections municipales : P—– ! Encore 4 ans ? »

  1. Peut-être que cela coûterait moins cher d’installer des micros pour que nos élus soient audibles pendant les séances du conseil municipal que des caméras ? Peut-être même retransmettre en direct sur radio oloron ?
    Faut il surveiller la population ou les élus ?

    J'aime

Les commentaires sont fermés.