Clins d’œil et petites piques du dimanche 19 mars 2017


Quatre sujets pour ce billet dominical. Deux d’entre ont trait à la gestion municipale : l’absence du maire et le conseil municipal de vendredi prochain. Un autre reprendra un commentaire malicieux laissé sur le blog par un lecteur, commentaire qui a peut-être échappé à un certain nombre d’entre vous. Le dernier sujet donnera l’occasion de montrer une carte postale ancienne de la rue Louis-Barthou.

Conseil municipal le vendredi 24 mars

Le prochain conseil municipal se tiendra le 24 mars à 18 heures 30 sous la présidence de Daniel Lacrampe, suppléant du maire durant l’empêchement de ce dernier pour raison de santé. Il sera intéressant de vérifier à cette occasion si les débats se déroulent dans un climat moins tendu que d’habitude.

Le site internet de la ville publie les questions inscrites à l’ordre du jour de cette séance (pour accéder à la page, cliquez ici). À partir du seul titre des délibération, il est difficile de se faire une idée du fond des sujets qui seront abordés. Mais il est probable que le débat sur les orientations budgétaires, avant-goût du budget qui sera soumis au vote du conseil début avril, constituera le plat principal.

Petite interrogation pour qui sera allé jusqu’à la signature de la convocation du conseil municipal : elle est datée du 17 mars et signée Hervé Lucbéreilh… qui à cette même date était empêché. Une erreur de plume ? Ou la volonté d’éviter à tout prix que les conseillers soient convoqués par son premier adjoint ?

Autopromotion

Je ne résiste pas au plaisir de reprendre ici le commentaire illustré plein d’humour et de gentille ironie qu’un lecteur répondant au pseudonyme de rd18 a glissé sous un récent article du blog. Un commentaire ayant pour sujet un candidat aux prochaines législatives. Ce candidat, ce n’est pas Jean Lassalle. Lui, il prétend à une fonction bien plus prestigieuse.

Commentaire rd18

Une absence deux à trois fois plus longue qu’annoncé

Quand il a annoncé à la presse qu’il devait se résoudre à couper un peu, Hervé Lucbéreilh a évoqué une durée d’absence de deux ou trois semaines à partir du 16 mars. Je tiens d’une personne très proche de lui (donc cette personne n’est pas Daniel Lacrampe qui va le suppléer jusqu’à son retour aux affaires) que cette absence devrait durer un peu plus : notre maire devrait retrouver le chemin de son bureau au début du mois de mai.

À titre personnel, je souhaite que cette absence soit la plus courte possible.

  • D’abord parce qu’il n’y a aucune raison de souhaiter qu’une personne qui connait quelques soucis de santé ne se rétablisse pas au plus vite.
  • Ensuite, parce que je crains que les adjoints au maire soient complétement dépassés par les évènements dans la situation actuelle. Ils ne sont en effet guère associés en temps normal aux dossiers sensibles. Ces adjoints vont donc devoir se reposer totalement sur la techno-structure. En clair, la mairie sera gérée par les fonctionnaires. Je ne dis pas que ce sera pire. Mais ce n’est pas leur rôle.
  • Enfin, parce que la gestion par le maire des dossiers sensibles est une magnifique source d’inspiration pour le blogueur. Il espère donc ardemment que son tarissement dure très peu de temps.

Rue Louis-Barthou

Tiens, puisque La République consacrait encore cette semaine un article à la rue Louis-Barthou en annonçant la constitution d’un groupe citoyen (ou atelier participatif) qui se propose de réfléchir sans esprit partisan au devenir de ce qui fut la principale rue commerciale de la ville, voici pour clore ce billet une carte postale ancienne tirée de la collection d’un Oloronais et montrant cette rue à l’époque où elle s’appelait la rue Chanzy

Rue Louis-Barthou