Oloron organisatrice des Jeux mondiaux de la Paix ? Des raisons de s’interroger sur le sérieux du projet


On reconnaîtra à notre maire, entre autres qualités, des capacités de conviction hors du commun. Qu’on en juge : le mercredi 30 novembre, Yves Angelloz, fondateur des Jeux mondiaux de la Paix, rencontre Hervé Lucbéreilh et une partie de son équipe municipale afin, nous dit la presse, de les aider à monter un dossier de candidature de la ville d’Oloron à l’organisation de ces Jeux en 2019. Ce même 30 novembre, à 18 heures 30, le maire annonce comme un scoop, au détour d’une intervention dans le cadre d’une conférence de Culture d’Hiver, qu’Oloron organisera les Jeux en 2019. En moins de quatre heures, presque entre la poire et le fromage, notre ville est donc passée du statut de candidate à la candidature au statut d’organisatrice de ces Jeux mondiaux. Chapeau pour l’efficacité !

Une fois l’ironie remballée, abordons le projet sur une note positive : quel beau concept ! Il est exposé sur le site de l’organisation : « Les Jeux Mondiaux de la Paix sont des rencontres sportives, culturelles, humanitaires, économiques et politiques ouvertes à tous les hommes et femmes de notre Monde, quelles que soient leur origine, leur couleur ou leur nationalité, qu’elle soit leur conception politique, philosophique ou religieuse, quel que soit leur niveau social.

 Organisés par catégories d’âge, dans les disciplines situées au plus près de la nature, les Jeux Mondiaux de la Paix ont pour but d’inciter les populations à la pratique de l’activité physique et sportive pour : 1/ lutter contre les méfaits des grandes maladies de nos civilisations sédentarisées. 2/ créer des liens d’amitié entre les participants et par là, favoriser la compréhension, la tolérance entre les hommes et les peuples pour servir la PAIX de demain. »

Après avoir salué le concept, il faut redescendre sur terre et poser carrément la question : est-il bien sérieux pour Oloron de se lancer dans cette aventure ? Car les raisons de s’interroger ne manquent pas :

  • L’organisation des Jeux repose uniquement sur les épaules de son fondateur, Yves Angelloz. Il se présente lui-même comme auteur-compositeur-interprète, professeur de culture physique, kinésithérapeute, ostéopathe et « citoyen du monde ». Une série impressionnante d’aptitudes. Mais comment trouve-t-il encore le temps de s’occuper de l’organisation des Jeux au milieu de toutes ces occupations ?
  • Yves Angelloz est-il là uniquement pour vendre son concept ou met-il réellement la main à la pâte dans l’organisation ?
  • Si l’organisation des Jeux est à l’image de la présentation du site officiel internet, on peut craindre un total amateurisme : présentation nulle, aucune actualisation etc.
  • Le site Facebook des Jeux est quasiment inactif. Le dernier message date du 29 juillet. Bizarre pour une organisation qui se veut internationale
  • Imaginons que, malgré tout, Oloron parvienne à organiser ces Jeux. Le maire annonce 6 000 à 8 000 participants. Soit dix fois plus de participants qu’à l’occasion de feu le Festival international des Pyrénées. Quand on sait la somme de travail que représentait à l’époque la réception d’autant de participants dans des conditions décentes, on a quelques doutes sur les capacités de notre ville à en recevoir dix fois plus
  • Le maire certifie qu’une telle manifestation ne coûtera pas un centime à la ville. Un peu prématuré comme annonce quand on ne connaît encore rien du programme, ni du budget.
  • Curieux aussi qu’à aucun moment le conseil municipal n’ait été amené à donner ne serait-ce qu’un accord de principe sur l’opération

Si elle se concrétise, l’initiative du maire pourrait permettre au tissu associatif oloronais de se réunir autour d’un projet commun. Voilà pour l’opération vue sous son angle positif. Mais ne sommes-nous pas là plutôt en présence d’un énième effet d’annonce d’où rien de concret ne sortira ? Ce mode de communication municipale qui consiste à trompéter via la presse locale sur des projets qui n’ont pas reçu le plus petit commencement d’exécution, sur lesquels il n’existe pas le moindre dossier m’incline à pencher pour cette seconde hypothèse. Au moins tant que les questions et remarques ci-dessus n’auront pas trouvé réponse.

12 commentaires sur « Oloron organisatrice des Jeux mondiaux de la Paix ? Des raisons de s’interroger sur le sérieux du projet »

  1. Il suffit d’aller sur le site Internet de ce « truc »… pour mesurer l’absence de sérieux de ce projet. COmmunication d’une autre époque, aucune régularité, L’onglet « centre international » me fait penser à Groland… C’est une blague ce machin. Heureusement que le ridicule ne tue pas.

    Aimé par 1 personne

  2. Écoute Bertrand le grand donneur de leçon !!!mais au fait ton projet toujours financer Par l argent des autres !!! Encore une fois cela es très facile !!!! Allez Bertrand courage un jour tu réussiras …mais quand

    J'aime

    1. Pas d’accord, Majax : Bertrand ne fait que constater une réalité, à savoir que le site internet des Jeux Mondiaux est nul de chez nul et que s’il en est ainsi du reste de l’organisation, cela augure mal de la suite du projet.

      J'aime

  3. Tiens, ce cher Majax a formulé la même critique à mon encontre sur le fil de l’article qui concernait la vente du camping! Du courage, cher anonyme, Bertrand Liocourt et moi-même en avons plus que vous et vos invectives gratuites et malveillantes.

    J'aime

  4. Ce projet a de quoi poser question. Des villes renommées sont citées, Dubaï, Moscou, Dakar, Damas, Rome, …, mais sur internet aucune information, aucune photo en dehors des affirmations de ce site. Rien de la part de la presse ou meme des villes. Rien . On ne sait pas s’il y a eu participition ou organisation de ces colloques, conférences, compétitions, …
    C’est étrange, Bertrand fait bien de le relever.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.