France 2 s’intéresse au train Oloron-Bedous


Mon propos n’est pas de revenir tous les quatre matins narrer ici le déficit de fréquentation de la ligne Oloron – Bedous. Mais, lorsqu’une équipe de France 2 vient faire un reportage et compte le diffuser sur une chaîne nationale à une heure de grande écoute, il est normal qu’Oloronblog s’en fasse l’écho. Voici le rapport circonstancié que vient de me faire parvenir à ce sujet une personne que rien de ce qui touche à la ligne Oloron – Bedous ne laisse insensible.

« Le 17 novembre dernier, une équipe de France 2 est venue faire un reportage sur le nouveau train reliant Oloron-Bedous.

 Leur première surprise a été de constater que le premier train, en provenance de Bedous, ne transportait aucun passager quand il s’est présenté à 8h10 en gare d’Oloron.

Leur deuxième surprise est de voir qu’à 8 h 20, il y avait devant la gare, un autobus de 58 places dans lequel deux passagers son montés à destination de Bedous et Canfranc.

Quand l’équipe de reportage est montée dans le train de 9h 58 à destination de Bedous, il n’y a eu que 6 passagers, tandis qu’un mois plus tôt 17 passagers avaient été dénombrés pour se rendre à ce même marché de Bedous.

Descente en gare de Bedous à 10h 28, avec constatation que l’autobus en partance pour Canfranc démarrait à 10 h40 avec …une passagère à bord.

Puis l’équipe de reporters a parcouru le marché de Bedous filmant et interviewant les clients sur le retrour du train en Vallée d’Aspe, avant de prendre le train du retour (12h 26) qui comptabilisait 6 passagers pour se rendre à Oloron.

Ce soir, sur France 2, aux actualités de 20 h, sera diffusé ce reportage dans l’éventualité où il ne sera pas gommé par l’espace des commentaires de l’actualité électorale. »

Il restera, si le reportage venait à être diffusé, à vérifier comment, de son côté, l’équipe de France 2 aura vécu cette expédition ferrée en vallée d’Aspe et comment elle aura souhaité la raconter aux téléspectateurs.

Actualisé le 24 novembre : la vidéo du reportage diffusé par France 2 lors de son Journal de 20 heures du 23 novembre est consultable (pour ce qui est de sa partie concernant la ligne Oloron-Bedous) à la fin de l’article du présent blog daté du 24 novembre, article intitulé « Conseil municipal du 23 novembre 2016 : quelques notes prises au fil de la séance »

5 commentaires sur « France 2 s’intéresse au train Oloron-Bedous »

  1. helas, le constat est toujours le même. qu’il s’agisse des transports par bus ou par rail, on ne se preoccupe pas des besoins des clients et donc on ne touche que ceux qui n’ont pas le choix ( les clients captifs) et on voit les bus du departement, la navette d’oloron vides ou quasiment et si on calculait le cout de ces transports par passager, il vaudrait mieux leur payer un taxi ! de plus sur la ligne pau/oloron/bedous, la sncf offre un service deplorable avec des machines, du personnel indisponibles et des bus de remplacement. comme dit le dicton, quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. pour revenir à la ligne pau/oloron/bedous, elle ne semble avoir une occupation significative que pendant la saison touristique. de toute façon, c’est un pari, tant qu’il n’y aura pas une liaison de qualité pau/huesca/saragosse, pourquoi les gens prendrait il le train?

    Aimé par 1 personne

    1. Des realites incontournables dans le reportage sur France 2 concernant le morceau de ligne Oloron-Bedous face aux dérives mensongères longuement diffusées, voir CRELOC , FNAUT, EELV, SEPANSO, et même la présidence de la région Aquitaine

      J'aime

      1. Ce reportage était incomplet et l’impression qu’il en reste est que les choses ont été présentées surtout de façon négative et comptable, pas un mot sur cette liaison Pau – Canfranc – Saragosse qui existait jusqu’en 1970. Oloron – Bédous est une initiative menée à bien, ce qui est rarissime de nos jours quand on songe que la SNCF a hérité d’un réseau de l’ordre de 70000 km en 1938, et qu’il en subsiste — difficilement — à peine 30000 aujourd’hui. Chacun sait bien que la voiture individuelle et des camions performants et incroyablement plus fiables que dans les années 30 sont passés par là, mais cette liaison ne trouvera sa puissance que dans l’hypothèse où — un jour peut-être — la voie sera à nouveau refaite jusqu’à Canfranc. Reste que, au kilomètre, plus on attend et plus les coûts s’envolent, à force d’abandon prolongé il arrive un moment où il faut presque tout reconstruire. Alors à quand une reconquête ferroviaire digne de ce nom, et pas seulement que par LGV et TGV ?

        J'aime

  2. @Reveillard
    Le titre de l’article était « France 2 s’intéresse au train Oloron-Bedous », et vous nous parlez du train de Canfranc. Il n’y a que vous pour nous parler du Canfranc. En aucun moment le dossier présenté à l’enquête publique n’a évoqué un tel projet de prolongement ferroviaire sur Canfranc. Les commissaires enquêteurs ont noté ce refus des promoteurs de répondre à ce questionnement. De la même façon, le Président de la région refuse de communiquer à quiconque le résultat de l’étude de rentabilité socio économique d’un prolongement ferroviaire sur Canfranc, y compris aux élus de l’opposition qu’il considère comme des plantes décoratives nécessaires pour sa gouvernance. Bientôt le Tribunal administratif de Bordeaux aura à se prononcer pour dire si oui ou non, un Président de région peut masquer aux contribuables la gestion de l’argent public.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.