Réunion carrières du 21/11 : surtout ne jouons pas les « idiots utiles » de Lucbéreilh et Costanzo


Tout le monde, à un moment de son existence, a été, est ou sera un « idiot utile ». « Idiot utile », voilà une expression qui compte de multiples définitions. Voici la mienne : l’idiot utile, c’est celui qui à son corps défendant, malgré lui, défend une personne, une cause, un projet qu’il n’aurait jamais défendu s’il avait eu pleinement conscience de la réalité des choses.

Il existe de nombreuses catégories d’idiots utiles. J’en distinguerai deux principales :

  • L’idiot utile manipulé: c’est celui qui soit par naïveté, soit par paresse, soit par ignorance, soit par intérêt personnel gobe tout ce que le chef raconte et suit aveuglément ses consignes, sans se poser la moindre question
  • L’idiot utile protestataire, lui, a bien conscience de la nocivité de la personne, de la cause ou du projet, mais emploie pour la/le combattre des moyens inappropriés qui, au final vont davantage servir que desservir l’objet de son combat

Quels sont pour nous les risques de jouer les idiots utiles de Lucbéreilh et Costanzo à l’occasion de la réunion d’information du 21 novembre sur les projets de carrières ? Qui peuvent être dans ces circonstances les idiots utiles manipulés et les idiots utiles protestataires ?

Le 21 novembre on risque de trouver les idiots utiles manipulés au sein du conseil municipal. Entendons-nous bien, il y a certainement parmi cette docte assemblée des élus persuadés en toute bonne foi du bien-fondé des projets, de l’intérêt économique qu’ils présentent etc. Mais n’y a-t-il pas aussi, en nombre beaucoup plus important qu’on ne le croit, des élus soit totalement ignorants du sujet, soit très dubitatifs et plus que réservés sur l’intérêt qu’ils présentent pour la ville d’Oloron. Et ces derniers risquent de ne piper mot le 21 novembre pour ne pas se mettre à dos leurs collègues, laissant ainsi croire que la majorité municipale parle d’une même voix… la voix de son maire.

Quant aux idiots utiles protestataires, on risque d’en croiser le 21 novembre un certain nombre de spécimens au milieu du public. Des personnes qui en toute bonne foi pour certaines, parce qu’elles ont fait profession de contestataires ou d’agitateurs professionnels quelle que soit la cause à défendre pour d’autres, seront là pour perturber le déroulement de la réunion et empêcher toute tentative d’ébauche de dialogue.

Selon moi, Lucbéreilh et Costanzo ne rêvent que d’une chose : que la réunion, grâce à l’appui des idiots utiles manipulés permette de présenter une majorité municipale unie, et que, grâce aux idiots utiles protestataires, à leurs cris et vociférations, cette réunion tourne en eau de boudin et ne puisse aller jusqu’à son terme. Histoire de pouvoir crier à la face du monde : « Vous voyez bien, on ouvre le dialogue et les seuls arguments que l’on oppose à notre projet ce sont le bruit et les insultes ».

Je ne doute pas cependant qu’une écrasante majorité des opposants souhaitera, autour de l’ACCOB (Association contre les carrières d’Oloron et du Bager), se situer sur un terrain beaucoup plus constructif. Et poser des questions précises qui permettront de démontrer les périls du projet pour notre patrimoine et notre environnement. À condition bien sûr que les porteurs du projet acceptent d’y répondre en toute transparence.

Pour ma part, au-delà des questions techniques, j’aimerais sortir de cette réunion du 21 novembre en ayant trouvé réponse à quelques autres questions (liste non exhaustive) :

  • Quelle superficie de terrain la commune envisage-t-elle de mettre à disposition de GC Conseil (ou de la société qui s’y substituera) ?
  • Selon quel mode de mise à disposition (vente ? bail ?)
  • La commune a-t-elle consulté France Domaine pour obtenir une évaluation du prix des terrains et, dans l’affirmative, à combien se chiffre cette évaluation ?
  • L’opération rend nécessaire une évolution du plan local d’urbanisme (PLU). Selon quelle procédure et quel calendrier ?
  • Pour qui roule GC Conseil ?
  • GC Conseil fait valoir que le projet créera de 80 à 170 emplois. Quelles garanties apporte Guillaume Costanzo que ces emplois seront bien créés ?

Rendez-vous donc le 21 novembre à 19 heures. En espérant que tous les participants auront su se débarrasser de leur tenue d’idiots utiles à la porte de la salle Jéliote, permettant ainsi au débat de se dérouler dans l’ambiance la plus sereine possible. Ce qui n’interdit pas, comme au rugby, des échanges virils mais corrects. Et qu’au final chacun puisse, au-delà des rumeurs et des a priori, se forger une opinion. Car ce qui importe, n’est-ce pas l’intérêt d’Oloron avant celui de Costanzo ou, même , de Lucbéreilh ?

Post-scriptum : la réunion d’information du 21 novembre ne figure pas dans l’agenda sur le site internet de la mairie. Bizarre, non ?

23 commentaires sur « Réunion carrières du 21/11 : surtout ne jouons pas les « idiots utiles » de Lucbéreilh et Costanzo »

  1. Je suis 100% d’accord avec toi cher blogueur.
    J’ai bien d’autres question et contestations, mais ne les exposerais pas ici
    pour permettre à Mr Costanzo de préparer ses réponses.
    S’il argumente comme il a pu le faire lors des réunions du lundi et mardi
    7 et 8, ce sera lui l’idiot 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. completement d’accord.Si je blague ici je sais me montrer sérieux même si parfois des blagounettes acides peuvent être porteuses pour montrer l’énormité de ce projet.
    je serais sage comme une image laissant les tenants du dossier s’exprimer.

    Sinon une rumeur court que si le projet est si gigantesque c’est que monsieur costanzo veut faire une jetée entre Bayonne et Nave york. Son plan tomberait à l’eau si je puis dire depuis l’élection de monsieur trump. Wikilileaks a déjà sorti un mail entre ce dernier et monsieur costanzo ou carrément le nouveau président écrit que si il fait ça , je cite  » je tafta gueule à la récré ! »

    comme il le dit souvent dans ces discours: « it’s true! yeah !

    je surveille la page facebook de monsieur Costanzo pour voir si monsieur Trump va être retiré de ses amis.

    J'aime

  3. Les idiots utiles seraient-ils le Collectif citoyen Zad Bager? Si c’est le cas, c’est bien mal nous connaître. Nous faisons preuve d’autant de réflexion que n’importe quel oloronais qui se soucie de son environnement et des magouilles opaques de notre maire. Nous ne sommes pas des « pellut » échevelés et sans cervelle qui ne mangent que de la salade et embrasse les arbres en priant Pachamama. Les vieux clichés ont la vie dure, lol! Nous sommes des citoyens responsables qui nous élevons de toutes nos forces contre ce projet écocide et nous ne sommes pas dupes de se qui se passe. Nous sommes aussi capables de stratégie.
    Il serait temps d’enterrer les clivages, surtout pour le 21 qui est une date importante.
    Je vous laisse, j’ai une casserole sur le feu!
    Sophie

    J'aime

    1. Bonjour,

      Je pense avoir été suffisamment clair dans ma définition des idiots utiles pour que chacun s’y reconnaisse… ou pas.
      Cela étant, je ne doute pas de la responsabilité que chacun saura mettre dans la manière de défendre ses idées… tout en sachant respecter l’expression des avis contraires

      J'aime

  4. GROS OUBLIS je crois ! Les seuls idiots à mes yeux, seront ceux qui sont dans leur beaux discours pour la sauvegarde de la « nature » (enfin, sans nous, la nature se garderait très bien toute seule) mais ne viendront pas à la dite réunion. Pour moi, ce sont eux que je crains et que je respecte de moins en moins.

    Oui, votre article m’énerve un peu de par sa tournure, car il cible sans le dire sans doute les citoyens qui font du bruit tous les lundi ?. J’en fais partie parfois. Je ne compte pas vociférer pour autant. Chacun sera libre de sa réaction lors de cette réunion, un collectif n’ayant par essence pas de chef ;-).
    Il ne faut croire tout ce qui se raconte sur la ZAD Bager et venir juger par vous même :-). Je suis capable d’aligner 2 phrases argumenter sans casseroler, hein 😉

    Je comprends que des opposants vindicatifs dans la salle pourraient servir la cause des pro-carrière, mais je doute du fait qu’en les traitant d’idiots, on calme leur colère justifiée, non ? 😉

    A lundi, sans aucun doute, et nous arriverons en faisant grand bruit, ça c’est sûr par contre, ce sera le mot d’ordre : déambulation-casserolade de la mairie à Jéliotte, départ 18 h de la mairie.
    Aucun mot d’ordre de casserolade dans la salle par contre, on vient aussi pour collecter les infos et questionner.

    (Quant a ne pas oublier une catégorie d’idiots qui seront présents dans la salle, ceux qui sont contre ce projet prêt de chez eux, mais qui s’en fiche de ce qui se passe ailleurs, mais cela, c’est un autre débat, mais qui pourrait être central à mes yeux. j’aime les argumentaires complets, quitte à déplaire).

    Cordialement
    Vanessa

    J'aime

    1. Bonjour,
      Non, cet article ne vise pas les acteurs des casserolades du lundi. Je ne trouve rien à redire à cette piqûre de rappel infligée hebdomadairement au maire.
      Et je ne trouve non plus rien à redire à ce que les citoyens assistant à la réunion du 21 soient là pour poser des questions et obtenir des réponses.C’est d’ailleurs bien là l’objet de cette rencontre… du moins je le pense.
      Vous voyez, nous sommes sur la même longueur d’onde 🙂

      J'aime

    2. Non, Vanessa, j’écoute avec attention ce qui circule autour de notre grande et belle forêt, et les copains de l’ACCOB ont au contraire parlé avec beaucoup de bienveillance des casserolades. A chacun son moyen d’expression, avec ses avantages et ses inconvénients, en écho à nos personnalités différentes. Grâce à tous ces exemples, il faut que nous apprenions à nous énerver quand on est trop calme, à nous calmer quand on devient brutal, pour le seul but qui est si cher à nos yeux à tous, protestataires, sauver notre Bager. L’union fait la force, qu’on se le dise encore et encore ! Et diviser, c’est régner… ne les laissons pas réussir ça. A lundi ! Valérie

      J'aime

  5. pour ce qui est des éventuels emplois créés, la seul façon de savoir c’est de connaitre le business plan. cela permettra aussi de savoir a quelle condition se fait l’achat des terrains puisque ce sera obligatoirement dans les couts du business plan.

    J'aime

    1. Concernant les emplois, si le porteur de projet, où l’exploitant qui se cache derrière lui atteint le minimum des chiffres qu’il avance, ce sera la première carrière en France à employer autant. (moyenne de 10 à 12 emplois/carrière..)

      Connaitre le business plan, faut pas rêver… mais moi je serais curieux de connaitre les garanties financières que peut apporter GC Conseil pour entreprendre un tel projet (achat des terrains et acquisition des outils et machines…)

      J’imagine que notre édile, Mr Lucbereilh s’est assuré de tout ce genre de chose…

      J'aime

  6. Notre hôte a bien précisé que nous l’étions tous un jour ou l’autre et je reconnais humblement que j’ai du l’être à l’insu de mon plein gré. C’est la vie. » l’idiotie utile est une véritable mine, j »allais dire carriére..que certains arrivent à exploiter sans vergogne..
    Quand je vois certaines têtes de vainqueur favorables à ce projet tourne toujours dans mon esprit la même question : est-ce un idiot utile ou un complice avéré ? je préférais que ce soit un idiot utile.Il aurait une excuse.

    donc coool le 21 car après le combat va continuer…

    J'aime

  7. J’ai lu les commentaires au sujet de l’interprétation possible, et de savoir qui fait partie des idiots perturbateurs…ou pas ! Bon, je crois avoir déniché le passage qui titille nos sensibilités : « Je ne doute pas cependant qu’une écrasante majorité des opposants souhaitera, autour de l’ACCOB (Association contre les carrières d’Oloron et du Bager), se situer sur un terrain beaucoup plus constructif. Et poser des questions précises qui permettront de démontrer les périls du projet….. »
    Il aurait été délicat de nommer la fameuse ZAD du Bager à cet endroit, différente, mais également reconnue et partenaire de l’ACCOB dans ce combat. Je propose donc de préciser « autour de l’ACCOB et de la ZAD du Bager…. » Sinon il y a distinction, voir dissociation, et la ZAD se retrouve soit dans la majorité des opposants, ce qui lui enlève la force de son identité, soit chez les agitateurs !
    Notre force c’est notre union !

    J'aime

      1. La ZAD, (je parle en mon nom) est un collectif de personnes qui se rassemblent contre les projets de carrières en le manifestant via une casserolade hebdomadaire. Toute personne se retrouvant dans ce postulat de base est acceptée. Aucun chef.

        Qu’entendez-vous par une opposition déterminée mais constructive ? 🙂

        Pour ma part, si il le faut au moment voulu (mais je souhaite tout faire pour ne pas en arriver là), je serais sans doute de ceux qui seront constructifs dans le blocage des engins mécaniques ravageurs par tous les moyens, non violents envers les humains, mais pas envers les machines. Il est aisé de les bloquer en s’enchaînant à des endroits stratégiques, des stages d’actions non violentes enseignant très bien tout ce qu’il faut.

        Je suppose que certains trouveraient alors cela comme étant de la violence. J’ai aussi un compte-rendu de stage sur l’action non violente illégale MAIS légitime au regard des accords de la COP 21… J’aurai de quoi argumenter :-).

        Mais commençons par nous retrouver le 21, nous sommes d’accord, IL FAUT ASSISTER à cette réunion en MASSE.

        Bonne nuit 🙂
        Vanessa

        Aimé par 1 personne

        1. Pour moi une « opposition déterminée mais constructive » consiste à opposer aux arguments techniques, administratifs et juridiques du porteur de projet des contre-arguments techniques, administratifs et juridiques qui mettent à bas sa démonstration

          Aimé par 1 personne

  8. La ZAD du Bager et l’ACCOB ont un combat et un but commun, mais des méthodes différentes et néanmoins complémentaires parfois pour atteindre leur but commun.
    Deux actions parallèles pour une cause commune: protéger notre forêt, notre patrimoine, notre quiétude, notre avenir à tous…
    Je reste cependant persuadé et même certains que bien des membres de ce groupement citoyen ZAD du Bager savent avoir des propos constructifs et poser des questions pertinentes.
    Comme dans bien des cas, il ne faut pas généraliser en considérant certains actes répréhensibles.
    Comme le précisait Vanessa plus haut, les idiots les plus critiquables sont ce qui ne se sentent pas concernés par l’avenir de notre patrimoine commun, tout comme de celui de notre planète.
    Ceux qui restent dans leur petit espace de confort personnel sans penser à ce qu’ils laisseront à leur enfants et générations futures…

    Aimé par 2 people

    1. Bonsoir 🙂 ,
      Je suis bien d’accord, ZAD et ACCOB, même combat 😉

      Juste un précision, il n’y a jamais eu d’actes répréhensibles, donc aucune confusion possible.
      Si d’aucun raconte des trucs sur les casserolades, qu’il vienne me le dire en face.
      Si actes répréhensibles il y avait eu, vous pensez bien que la mairie oligarchique Costanzocienne auraient depuis belle lurette fait des siennes… mais faire courir des rumeurs permet à leurs yeux de mieux diviser et régner… Raté les gars 🙂

      Mais revenons aux carrières… pardon, » Pôle pyrénéen des métiers de la pierre  »
      Si si, allez fureter par là, Ah ah !
      http://www.oloron-ste-marie.fr/Oloron/agenda_detail.php?id_agenda=400

      OUI, voilà comment la mairie oligarchique oloronaise enjolive le saccage du Bager et Soeix (j’alterne entre consternation et crise de rire).

      Le greenwashing intox à l’emplois est en route ! et il haït en route aussi…

      Merci à MP qui a transmis l’info 😉

      Et on se voit tous avec grand plaisir le 21 novembre 🙂

      Il y aura de grands absents à cette messe qu’ils croient dite : la faune et flore du Bager-Soeix…

      La Bise

      Vanessa

      Aimé par 2 people

  9. en fait il veut dire que la vérité est tailleur.. avec l’as Contanzo .:)

    bon je précise quand même parce que c’est un peu tiré par les cheveux: Lascaux tanzo…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.