Quand la Région Nouvelle-Aquitaine subventionne des travaux routiers… en Espagne


« Il n’y a plus de Pyrénées ». Ce propos est attribué à Louis XIV. La Région Nouvelle-Aquitaine tient, plus de 300 ans après, à démontrer en espèces sonnantes et trébuchantes, qu’il est toujours d’actualité. C’est Georges Manaut, auquel rien de ce qui touche à la ligne ferrée Oloron-Canfranc, qui a déniché au nombre des délibérations prises par cette collectivité territoriale. Une décision accordant une subvention de la Région… à un groupe de communes espagnoles. Non pas pour construire des châteaux en Espagne, mais pour financer des travaux routiers.

Cette décision (dont on peut consulter l’intégralité au bas de cet article) émane de la Commission permanente du Conseil régional et date du 10 octobre 2016. Quel l’objet de cette délibération ? Elle décide l’octroi d’une subvention de 46 000 € à la Mancomunidad de municipios del Alto Valle del Aragon. Une Mancomunidad, c’est une sorte de communauté de communes. Vu dans l’autre sens, c’est un peu comme si la « région » Aragon versait une subvention à la CCPO.

46 000 € pour quoi faire ? Pour l’aménagement d’un arrêt routier à Canfranc avec un triple objectif : « améliorer la sécurité routière, l’accessibilité des transports pour les personnes à mobilité réduite et les conditions d’attente des usagers sur l’arrêt routier de Canfranc ». « Un parking est également intégré aux abords immédiats du site, de même que des sanitaires accessibles aux personnes à mobilité réduite ».

Pourquoi 46 000 € ? Le coût total de l’opération est chiffré par la Mancomunidad à 130 000 € hors taxes. Dans le règlement d’aide de la Région, l’intervention est au maximum de 40% d’un plafond de dépenses de 115 000 €. 40% de 115 000 € = 46 000. CQFD.

Une interrogation pour terminer : est-ce que, de la même manière que la Région Nouvelle-Aquitaine va participer financièrement à des aménagements routiers à Canfranc, la communauté autonome d’Aragon a participé financièrement aux travaux de réaménagement du parking de la gare d’Oloron ?

Complément d’information. La presse s’est faite l’écho des comptages effectués durant le mois d’octobre par l’association CROC (Contre la Réouverture d’Oloron-Canfranc). Des comptages réalisés à la halte de Bidos, le train s’arrêtant au moins 30 secondes à cet endroit. Elle a opté pour cet endroit afin de prendre en compte le train spécial faisant la navette Oloron-Bidos, et vice versa pour amener et chercher les employés de Safran (ex Messier). Le tableau récapitulatif figure à la fin du présent article.

En résumé :

  • sur le tronçon Oloron-Bedous, l’association a compté au niveau de la halte de Bidos une moyenne de 6 passagers par train et de 64 passagers par jour.
  • sur ces 64 passagers par jour, près de la moitié (30 en moyenne par jour du lundi au vendredi) empruntent la navette Oloron-Bidos, dans le sens aller le matin et dans le sens retour le soir
  • les chiffres précédents indiquent donc que du lundi au vendredi seuls 34 passagers par jour en moyenne empruntent l’un des huit trains qui tous les jours font halte à Bidos. Soit une moyenne de 4 passagers par train
  • les pessimistes estimeront que le niveau très faible de la fréquentation n’est pas à la hauteur des 120 millions d’€ investis par la Région entre Oloron et Bedous. Les optimistes, eux, considéreront que le niveau très faible de la fréquentation laisse de très grandes marges de progression. Alors, pessimiste ou optimiste ?

deliberation-de-la-commission-permanente-de-conseil-regional-du-10-octobre-2016

decompte-des-passagers-a-la-halte-de-bidos

41 commentaires sur « Quand la Région Nouvelle-Aquitaine subventionne des travaux routiers… en Espagne »

  1. bonjour,
    1) concernant les travaux, s’il s’agit d’un échange de bon procédé, pourquoi pas. mais ce qui est important pour que les gens prennent les transports en commun, c’est qu’ils correspondent à leurs besoins. Sinon les clients potentiels chercheront un moyen plus adapté à leur besoin/moyen et abandonneront le train, le bus.D’ou le succès de blablacar. Et seuls les clients captifs prendront les transports en communs. Il suffit de regarder la navette à oloron ou les bus du conseil départmental.
    2) une fois le faible taux de frequentation établi, le comportement de la sncf est parfaitement predictible. Quand un train est en panne, un conducteur absent, elle reoriente les moyens disponibles ( personnels, materiels) vers les lignes les plus occupées et soit elle supprime les trains, soit les remplace par des bus. Ce qui se passait sur la ligne pau oloron et qui se passe sur la section oloron bedos ( voir sud ouest hier). Ensuite le cercle vicieux s’enclenche : degradation du service, suppression de rottaion et la frequentation diminue jusqu’à supprimer la ligne apres un passage temporaire par le bus.
    Puisque nous connaissons tous le mode de fonctionnement de la SNCF, pourquoi la region laisse t elle faire? des pénalités financieres dissuasives ne pourraient pas aider la sncf a remplir ses missions!
    Il faut aussi penser qu’un bonne liaison vers huesca/saragosse nous permettrait d’acceder aux TGVs espagnols ( AVE) vers madrid, malaga, seville, barcelone…bien pour nous, pour les entreprises, mais clients perdus pour nos monopoles nationaux ( air france, sncf…).
    Comme dit l’agenda 21, il faut penser global pour agir local…

    J'aime

      1. il n’y aura pas de fret ferroviaire. vous imaginez un transporteur vider son semi remorque à pau, puis un autre camion reprendre le fret à huesca? dans leur jargon cela s’appelle une rupture de charge, ça coute du temps et de l’argent. d’autre part , une solution pour limiter la rupture de charge, serait l’usage de conteneur. mais j’ai cru comprendre que l’encombrement n’etait pas compatible avec le gabarit du tunnel existant.

        J'aime

      2. @eugène
        Nos politiques seraient bien stupides de ne pas se pencher sur la question du fret.
        Ce que je constate, c’est que les camions pourrissent la vallée et qu’il faut trouver une solution à ça.
        Pour ce qui est du comptage, certes le train n’est peut être pas assez utilisé à l’heure actuelle, mais une potentielle ligne oloron Canfranc, ou si vous préférez une ligne pau- zaragoza sera signe de tourisme et donc de décloisonnement. Le tout est d’être assez attractif et de faire de notre vallée, une vallée 100% verte. Vous avez oublié, il me semble, dans votre comptage, les touristes. Les gens qui ne vont jamais à bedous, et pourtant qui ont pris ce petit train pour quelques heures de voyage et qui s’y sont arrêtés pour y manger, en famille ou entre amis.
        Beaucoup se plaignent des camions, du chemin de fer, des boutiques fermées, des enfants qui quittent leur pays pour chercher du travail, mais ils ne proposent rien en retour.
        Le train est là, c’est un fait, maintenant ne faisons pas les choses à moitié.

        J'aime

  2. @Eugène
    On a bien compris à la lecture de votre commentaire, que vous restez un fanatique d’un prolongement de la voie ferrée jusqu’à Canfranc. C’est pourquoi, nous ne pouvons même pas compter sur vous pour demander la communication des résultats de l’étude de rentabilité socio-économique que le Président de la Région s’obstine à refuser de rendre publics. Le vote d’une subvention de 46 000 € nourrie par les contribuables de la Nouvelle Aquitaine à destination de la collectivité de Canfranc pour financer un abri bus, ne vous choque même pas. A croire que vous n’habitez pas la Vallée d’Aspe pour savoir que ces 46 000 € seraient bien utile pour compenser la suppression des subventions au gardiennage des troupeaux en estive, la diminution des aides à l’héliportage et au muletage, le retard des aides de la PAC. Je ne parlerai même pas des riverains de cette voie ferrée contraint d’engager des frais coûteux d’élagage ou d’abattage d’arbres, parce que la SNCF agit sans visibilité de ce qu’elle entreprend. Je n’évoquerai pas qu’en raison d’études bâclées, les travaux du Pont Suzon ne sont toujours pas terminés. Mieux, à Sarrance une vache a été euthanasiée après avoir été bousculée par le train sur une portion non protégée.

    J'aime

    1. pour les vieux chemineaux retraités et grincheux de la vallée d’ Aspe qui rêvent encore de
      train au soir de leur vie , ah! Nostalgie quand tu nous tiens

      La nostalgie de la jeunesse ,
      c’est la douleur de la vieillesse ,
      dans les souvenirs du passé ,
      les efforts faisaient plaisir ,
      aujourd’hui , vieux,
      à quoi m’accrocher ?
      vieux grincheux que je suis ,
      au train à vapeur, pardi !
      et à l’ombre de sa fumée blanche
      par la montagne réfléchie.
      Des trous dans les monts,
      en Suisse font légion,
      pour laisser passer des trains,
      des quels on ne voit rien ,
      où est elle la fumée blanche ?
      ni dans le tunnel ni la montagne.
      Dans l’automne de ma vie
      je regarde le soleil jauni ,
      par les vitres , de poussière salies ,
      et pense aux souvenirs ,
      qu’une fois pour toutes,
      ils vont , ils vont partir,
      plus de fumée ,plus d’écho
      dans les montagnes
      du sifflet endormi
      que comme les larmes
      s’est enfin tari ,
      et au repos , assoupi ,
      larmes, souvenirs et nostalgie
      disparaissent dans le dernier soupir

      J'aime

    2. je ne suis pas un fanatique du prolongement. j’ecris seulement les conditions pour que cela puisse éventuellement fonctionner, cad prendre en compte les besoins des usagers. ce n’est actuellement pas le cas de la sncf. et dans ce cas la frequentation sera faible donc la rentabilité qu’elle soit sociale ou économique ne sera pas au rendez vous. Mais ce probleme est général en france avec la sncf.Maintenant pour ce qui est de l’usage des fonds publics, les comportements que vous decrivez sont la aussi habituels. on n’associe pas les citoyens à la gestion des priorités. une administration lointaine, quasiment une technostructure fabrique des solutions pour les élus ( qui les acceptent) en se basant sur un savoir faire loin des réalités et sans études de marché. il faudrait plus de budget participatif, cela commence à se faire dans certaines villes ( les Maires sont plus proches des habitants) . Cela ressemble au tunnel du somport, une idée intéressante, mais sans les déviation dans les villages, cela pourrit la vie des riverains.

      Aimé par 1 personne

  3. j’ai ri à l’excuse présentée , à savoir des feuilles mortes sur les rails, qui faisaient patiner les trains. Je ne savais pas qu’il y avait des plantations de bananiers en vallée d’aspe.

    J'aime

  4. PUISQUE Mr MANAUT PARLE TOUJOURS DE TRANSPARENCE , POURRAIT’IL NOUS DONNER LE NOMBRE EXACT D’ADHERANT A SON CROC , 1,2,3,4,5,6 ….???? CELA M’AMUSERAIT DE LE SAVOIR A MOINS QUE CE NE SOIT UNE CRYPTO ASSOCIATION

    J'aime

    1. Vous voulez comparer au nombre de voyageurs dans chaque rame ? Pareil il y en a encore moins ce qui n’est pas peu dire…:) Enfin tant qu’il y a le conducteur…

      J'aime

      1. Ma réflexion ne vous déplaise est la suivante : le croc reproche à Mr Rousset de faire de la rétention d’information , mais ce même croc quand on lui demande de répondre ne fait pas mieux !!

        J'aime

  5. @Pierre perez
    Je vous ai donné les chiffres de la contribution financière de la Région pour financer un abribus à Canfranc. Je vous ai aussi communiqué les chiffres sur la faiblesse de fréquentation de ce tortillard qui devait transporter (suivant les promoteurs) les 828 employés de l’usine Safran à Bidos, les 130 ouvriers de l’entreprise Micrro mécanique à Gurmençon, les 30 salariés de la maison de retraite d’Osse en Aspe, et les 130 ouvriers de la société Alcan-Toyal à Accous. Ces chiffres sont révélateurs d’un gaspillage d’argent public. J’ai plaisir de savoir que vous ne les contestez pas. Quant à connaître le nombre de nos adhérents, il vous suffit d’adhérer à notre association.

    J'aime

    1. Désolé je viens d’adhérer au créloc . Pour vos chiffres je les conteste complètement, c’est la mode plus on dit n’importe quoi,plus le mensonge est gros ,plus on parle fort ,plus les gens comme vous tel des politiques populistes pensent que l’on va les croire , avec un tant soit peu de jugeote et d’esprit critique , je dois avouer que vous nous faites bien rire !! Je répète donc macacas question qui a l’air de vous mettre mal à l’aise , combien d’adhérents . Je compte sur notre blogueur pour qu’il vérifie, vous pouvez lui faire confiance comme je lui fais confiance .

      J'aime

  6. @Pierre PEREZ
    La Région ainsi que la SNCF ne contestent pas la faiblesse de la fréquentation de ce tortillard, parce que même un gosse de niveau CP1, posté à la halte de Bidos, obtiendrait le même résultat de comptage du nombre de passagers. Et un gosse de CM2 nous dirait même que ce tortillard roule à 48 km/h en accomplissant le trajet Pau/Bedous (57 kms) en 1 heure et 10 mn.

    J'aime

    1. je ne comprends même pas que pour concurrencer la voiture toujours plus économique lorsqu’il y a des passagers en plus du conducteur on n’est pas installé des trains pendulaires beaucoup plus rapide sur ce genre de parcours sinueux.

      jamais les moyens de sa politique…

      J'aime

    2. Je pense que vous esquivais toujours la question ,alors je la répète au cas où vous ne l’auriez pas compris. Combien d’adhérents dans votre association ?

      J'aime

  7. @Christelle
    Il a fallu 31 ans pour que ce tronçon ferré rouvre.Les plus avertis savent déjà qu’il faudra moins de temps pour le refermer.Cette ligne n’a jamais été beaucoup fréquentée. Le plus fort de sa fréquentation voyageurs a été l’épisode de la commémoration du centenaire des apparitions à Lourdes. C’était en 1958, à une époque où l’automobile n’avait pas pris son essor complet. Ce phénomène n’est pas prêt de se renouveler surtout que la fréquentation de Lourdes a chuté de 25 % durant les 10 dernières années.
    Il faut savoir que les 2 allers et retours du train Jaca-Saragosse cumulent 37 passagers par….jour. Enfin, le profil et l’état de la voie font qu’il faut 3h 55mn en train pour parcourir le trajet Canfranc-Saragosse. En automobile, il faut 2 fois moins de temps avec l’autopista gratuite entre Jaca et Saragosse.Le retour de cette voie ferrée a été le pari d’Alain Rousset pour rafler les bulletins de vote de tous les écolos fleur bleue, surtout que dans le même temps à l’Assemblée nationale dont il est Député, il joignait son vote pour dévitaliser la SNCF, fermer de nombreuses lignes telles que palombe bleue,instituait les bus Macron pour remplacer le train, ect….

    J'aime

    1. @Manaut vous me parlez de choses que je connais. Le train zaragoza Canfranc je l’ai déjà pris (3h55 c’est son meilleur temps), et je sais aussi que les gens préfèrent prendre le bus à Jaca (quitte à s’y faire déposer par des amis, famille). Toutefois, au lieu d’être pessimiste, je prône pour une réflexion plus positive sur cette fameuse ligne de train. J’ai de la chance d’avoir des échos provenant de l’autre côté de la frontière et je peux vous dire que nos voisins espagnols sont beaucoup moins réfractaires que les gens de la vallée. Je suis loin d’être écolo, ni bobo, mais j’aspire à voir autre chose. Ce dire qu’après avoir versé des millions pour cette ligne pour la voir en fin de compte fermée est pour moi est une aberration. S’avoir se projeter me semble nécessaire.

      J'aime

  8. @Christelle
    Bien sûr qu’il faut savoir se projeter. Mais pas dans un mur. Ce train, c’est l’utopie d’un roitelet de province qui a aimablement succombé aux pressions d’entreprises multimiliardaires que se sont adjugé le chantier. 120 millions gaspillés, certains diront que ce n’est pas beaucoup par rapport au milliard foutu en l’air avec l’abandon des portiques de l’écotaxe, et au milliard supplémentaire pour la non livraison des 2 navires à la Russie. Il y a même des gens qui diront que le chantier de cette voie ferrée a donné du travail à 300 ouvriers pendant 2 ans. C’est vrai, avec nos impôts, nous pouvons payer un ouvrier pour creuser un trou, un autre ouvrier pour reboucher ce même trou, et une troisième pour contrôler ce travail inutile.

    J'aime

  9. ça c’est appelé les ateliers nationaux ou le sapeur camembert sous la 2e république. mais on est toujours loin des besoins des usagers aujourd’hui et des évolutions demain.

    J'aime

  10. Tout le monde savait que le train à Bedous n’allait rien apporter dans la vallée, mais Rousset savait qu’il ne ferait qu’une bouchée de nos roitelets de village. Par contre, une piscine à Bedous ferait le plein des vacanciers en été et fidéliserait les clients dans les commerces, gîtes, chambres d’hôtes. activités de montagne.Il suffit de voir le succès rencontré avec la piscine de Lanne.

    J'aime

  11. Les investissement sur les axes routiers ou ferroviaires sont élevés et réalisés pour du long terme ! Un minimum de projection dans le temps semble nécessaire.
    Quel avenir souhaitons nous à nos enfants ?
    Nous connaissons maintenant les différentes études concernant les energies fossiles et leur impacts sur l’environnement. Tout le monde a entendu parler du réchauffement climatique.
    L’automobile n’est pas la solution possible !

    J'aime

    1. faites circuler des minibus dans touts les sens et à toute heure et les gens prendront moins leur voiture ,sachez que le train n’ a que deux degrés de liberté marche avant et marche arrière car assujetti à des rails des quels il ne peut pas dévier , et toujours un derrière l’autre , n’en-parlons pas si la voie est unique , en plus il n’y a que le train qui peut l’emprunter et donc des installations toujours coûteuses ,par conséquent si on veut qu’il soit d’utilité publique il faut ,longues distances entre grandes agglomérations, peu d’arrêts , dans les agglomérations ,métro, bus ,tramway ,trolleybus avec des arrêts rapprochés, la voiture comme le car beaucoup plus souple, 4 degrés de liberté avec des grandes pentes cela se traduit par presque un cinquième degré circulant presque partout,à n’importe quel heure , enfin ce chantier de train en vallée d’Aspe vous l’abordez par n’importe quel bout ,on arrive toujours à la même conclusion il est d’inutilité publique et par conséquent,tôt ou tard il sera à l’arrêt , toute décision politique se traduit toujours par une catastrophe économique

      J'aime

  12. @Serge ne craint pas de construire des choses qui ne servent à rien sous prétexte qu’il s’agit d’un service public, un peu comme une piscine dans un village qui recevrait seulement 3 ou 4 baigneurs par jour.
    Concernant l’énergie fossile, un ingénieur américain qui avait inventé le moteur à eau est décédé de mort violente à la sortie d’un restaurant en prononçant « on m’a empoissonné » avant de s’affaisser. Il y a lieu de penser que les mêmes personnes trouveront un accord pour nous dénicher une énergie qui leur procurera autant de fric .En France, 2 centimes d’augmentation sur le carburant représente 1 milliard de plus dans les caisses de l’Etat. Encore une porte ouverte enfoncée.

    J'aime

  13. @rd918
    Les frères Kennedy n’ont pas eu besoin d’aller au restaurant pour qu’il cessent leur projet de réduire les réseaux mafieux gravitant près des puits de pétrole. C’est le fric de ce pétrole qui a conduit à ce ce que le Qatar ait été désigné pays organisateur du prochain mondial de foot. Les USA vexés de leur éviction ont dépoussiéré le fonctionnement de la Fifa et ont fait tombé Platoche. Quel humouur autour de cet énergie fossile qui va tracter notre tortillard, à raison de 100 litres de carburant aux 100 kms, contre 30 litres pour un autobus.

    J'aime

    1. @ Manaut. Je comprends très bien ce que vous voulez dire. On fait toujours dans la demi mesure. Il aurait fallu ( oui je sais facile à dire) se décider à faire un méga projet transpyrénéen avec ferroutage en passant sous la barrière montagneuse.

      Pour la bonne blague il parait que certains attendent que le maire d’Ogeu expert comptable et habitant bedous prenne sa carte vermeil SNCF pour rejoindre son bureau ovale tous les matins. Ce sera le signe que cela sera plus rentable que la voiture. 🙂

      J'aime

      1. Et je rajoute à mon commentaire précédent que monsieur Costanzo voyant dans les carrières du Bager une exploitation pouvant durer plus d’un siècle aurait eu avec ce méga tunnel l’occasion d’exercer ses talents de puisatier en lui confiant une pelle et un seau.

        Aimé par 1 personne

  14. Je ne pense pas être ni à l’origine de dépenses publiques coûteuses ni à l’assassinat d’un inventeur brillant !! C’est pas facile de dialoguer sereinement Mr Manaut? Effectivement le train devrait fonctionner à l’électricité dans une région comme la nôtre qui en produit. Bien-sûr le ferroutage aurait du être réfléchi au départ du projet. Il est évident que le train ne doit pas être en cul de sac, mais se relier aux lignes espagnole.
    En se qui concerne les piscines (qui sont un peu hors sujet) je trouve surtout adhérents la multitude des bassins privés.. comme pour la voiture si chacun n’avait pas la sienne les solutions collectives deviendraient plus économiques et moins coûteuse pour la planète..

    J'aime

  15. @Serge
    Vous vous complaisez dans le virtuel, le factice, l’imaginaire. La réalité est de dire que le transport des marchandises par train coûte 30 % plus cher que par la route. Alors votre ferroutage là dedans? En sachant qu’il n’est rentable que pour un trajet supérieur à 750 kms, cela élimine 90 % des échanges transfrontaliers. Sur place, on constate, tant Alain Rousset que Bernard Uthurry, n’ont jamais envisagé du ferroutage sur Oloron. Sans quoi, ils auraient envisagé la construction du silo de maîs (10 000 tonnes) à proximité de la voie ferrée ou bien avec des rails de raccordement. Idem, avec l’entreprise Safran. à Bidos, idem avec la nouvelle société Safran à Gurmençon. Même l’entreprise Euralis à Lescar qui dispose de rails de raccordement jusqu’à leur silo de 100 000 tonnes (10 supérieur à celui d’Oloron) a cessé d’utiliser le train: trop cher et pas commode. Le fait que la SNCF a cessé tout ferroutage en gare de Pau depuis belle lurette et qu’elle vient de vendre la plupart de ses hangars de stokage et quai de déchargement, n’est pas de bon augure à conforter votre imaginaire. Et à Canfranc, la gare est en passe de subir le même sort.
    PS: Je remercie solennement le blogueur d’accepter mes commentaires parfois corrosifs, parce que dans la presse bien pensante leur durée de visibilité est très limitée.

    J'aime

    1. oui le ferroutage est idéal…sauf qu’il y a un handicap difficilement surmontable…ce sont , non pas les greves, mais les ruptures de charge (chargement, déchargement, chargement) alors qu’avec la route c’est du porte à porte avec une très grande flexibilité

      d’ailleurs pour rire, si les carrières du bager se font, il faudra demander à monsieur costanzo de mettre ses cailloux sur des wagons pour éviter la centaine de camions /jour.
      A moins que, vu la photo de notre hôte montrant une pelleteuse creusant le lit du gave il choisisse le transport fluvial….

      A moins qu’avec la proximité de l’aérodrome d’Herrere il choisisse les gros porteurs Iliouchine 96..

      Bon j’arrête de lui filer des idées….On va me jeter la pierre:)

      Aimé par 1 personne

  16. @rd918
    Vous êtes un vrai écolo à la fois contre les carrières du Bager et pour le tortillard qui rejoint Bedous. Mais le train Oloron-Bedous consomme 3 fois plus de carburant qu’un autobus ! Oui, mais vous allez me répondre, cela sera rentable si on prolonge sur Canfranc. En allant sur Bedous, c’est comme si on avait mis une couche de peinture sur un mur lézardé. Prolonger sur Canfranc c’est financer une 2ème couche de peinture pour tenter de diminuer la fragilité de l’ensemble de l’édifice.

    J'aime

    1. Je vais donc finir par conclure qu’il n’y a qu’un seul adhérent au croc , tout ça parce qu’on lui a démonté son fil à linge !! On a un projet de dimension Européenne d’un côté et de l’autre un fil à linge ! Prochaine réunion du Creloc je vous le promet je fait tout mon possible pour que l’on vous offre un sèche linge !

      J'aime

    2. oh non je ne suis pas un vrai écolo.Même ceux qui prétendent l’être ne le sont pas vraiment. les pygmées peut être…ah non ils mangent du singe qu’ils empoisonnent ..pas cools les pygmées…:)
      je ne suis pas opposé mais vraiment dubitatif sur cette ligne de chemin de fer même allant jusqu’à canfranc et j’entends bien vos arguments comptables sérieux mais par contre totalement opposé à ce projet de carrieres aberrant vu l’impact environnemental.

      je précise que je ne suis riverain ni de l’un ni de l’autre ce qui m’empêche pas d’avoir des idées et de me renseigner ou vont mes sous. Par exemple je ne suis pas voisin de l’elysée ce qui ne m’empêchera pas d’aller voter.

      ps: la seule fois ou j’ai pris ce train c’est quand il y eut celui à vapeur de buzy à oloron pour montrer aux gosses ce que c’était avant que cela disparaisse définitivement. Sinon toujours ce probleme de rupture pour aller à pau en ville avec la concordance des horaires avec ceux des bus pour aller par exemple à la cité administrative ou au Tribunal (le moins possible 🙂 ) et retours..et .si en plus on fait des emplettes….

      J'aime

  17. @rd918
    J’apprécie votre réflexion au contraire d’un internaute qui s’est écarté du sujet qui relatait la faiblesse du nombre de passagers dans le train Oloron-Bedous, ainsi que le financement par la Région d’un abribus à Canfranc. Puisque vous en faites état, je commettrai la même digression pour dire aussi mon opposition au projet de la carrière du Bager et de….Bugangue.

    J'aime

  18. J’ai l’habitude de chaque matin midi articles pour avoir du temps temps de lecture et donc J’ai trouvé vuetro poste . En fait, j’ai aimé article et je reviens toujours pour de bonnes fois . \ R \ nSaludos \ r \ n

    J'aime

Les commentaires sont fermés.