Tout bien réfléchi, Lucbéreilh n’abandonne plus la politique !


Nous nous doutions tous que le : « Pour moi, de toute façon, la politique c’est fini » d’Hervé Lucbéreilh reporté hier par le site internet de La République avait peu de chance ou de risque (cela dépend du point de vue auquel on se place) d’être une parole définitive. Je ne pensais tout de même pas qu’il se démentirait en moins de 24 heures.

la-republique-7-11-2016
Site internet La République le 7 novembre 2016

Car ce matin, La République reprend en version papier son article internet d’hier. Et on s’aperçoit que les propos du vice-président national démissionnaire du CNIP ont subi une légère retouche : « Pour moi, de toute façon, la politique comme cela, c’est fini ». Avez-vous observé la différence ? C’est le rajout de deux mots : « … comme cela… ». Ils changent tout.

la-republique-8-11-2016
Version papier La République le 8 novembre 2016

« … la politique comme cela… » peut avoir deux traductions :

  • soit elle se rapporte au cas d’espèce qui justifie la démission de Lucbéreilh du CNIP, c’est à dire aux dérives, aux tripatouillages financiers auxquels se serait livré le secrétaire général du CNIP, tripatouillages sur lesquels enquête la police
  • soit elle vise de façon plus générale la politique telle que la mènent tous les partis politiques

Mauvaise compréhension de ses premiers propos par le journaliste ? En règle générale c’est ce que disent ceux qui retrouvent dans la presse des paroles qu’ils ont bien prononcées mais qu’ils n’auraient jamais dû prononcer. Ou bien correction du tir par Lucbéreilh quand il s’est aperçu que ses premiers propos étaient un peu trop définitifs et qu’il lui fallait les corriger sinon ils risquaient de lui revenir à la figure dans quelques temps ? J’ai tendance à croire que la seconde hypothèse est la bonne : les élections législatives arrivant à grand pas, il ne faut pas insulter l’avenir.

Autre raison qui me pousse à le penser : après s’être prononcé de façon très nette en faveur de Sarkozy il y a quelques semaines, Lucbéreilh adopte ce matin dans l’article de La République une position beaucoup plus « neutre » : « … je le garde pour moi. Mon vote m’appartient ». Serait-ce le vent des sondages défavorables à son poulain qui le rendrait moins enthousiaste ? Oui, à l’évidence, cette façon de ménager la chèvre et le chou, l’oeil rivé sur de prochaines échéances, c’est une autre manière de faire de la politique, de ne plus faire de la politique « comme cela », vous ne trouvez pas ?

2 commentaires sur « Tout bien réfléchi, Lucbéreilh n’abandonne plus la politique ! »

  1. Il a un conseiller en communication qui lui a donné un « bon » conseil.
    Ceux qui s’intéressent à la vie politique d’Oloron connaissent bien les coups de sang de notre édile qui le poussent immanquablement à des dérives…
    Que nous sortira-t-il prochainement?
    Le scénario catastrophe continuera -t-il?
    Site au prochain épisode….

    Aimé par 1 personne

  2. Il n’est pas le seul en ce moment à prendre du recul et consulter les médiums. Jusqu’aux législatives que ce soit en France ou à l’étranger nous allons vivre une grande période d’incertitudes et de dangers.Il vaut mieux souvent dans ces moments sauf à être un leader charismatique, se retirer dans ses terres.Un tien vaut mieux que deux tu l’aura.

    Pas mal de « carrières » vont se jouer là. La politique c’est un métier, hélas.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.