Carrières : les grandes manœuvres commencent


reunion-costanzo-mairie-page-copie
Cliquer pour agrandir

Voilà maintenant plus de 2 ans (c’était le 31 juillet 2014) que le conseil municipal d’Oloron a émis, par parenthèse sans que la plupart des conseillers municipaux sachent exactement ce qu’on leur demandait de voter, un avis favorable à la réalisation par la société GC Conseil d’études en vue de l’exploitation de carrières sur des centaines d’hectares (261 hectares exactement) de terrains communaux situés du côté de Soeix et de la forêt du Bager. Une fois cet accord indispensable obtenu, le maire et le patron de GC Conseil auraient bien aimé pouvoir œuvrer tranquillement dans leur coin et en lâchant le moins d’informations possible jusqu’au lancement de l’enquête publique.

C’était sans compter sur la pugnacité d’une association de défense, l’ACCOB (Association Contre les Carrières d’Oloron et du Bager) et sur les relances de l’opposition municipale à l’occasion de chaque conseil. Ce n’est pas pour autant que le dossier est devenu tout d’un coup transparent. En témoigne la récente découverte de la signature en catimini, et en dehors de toute validation par le conseil municipal, d’un compromis de vente signé entre le maire et GC Conseil.

Mais maintenant le temps presse : faute d’avoir été réglés d’ici le 31 décembre, certains points importants pour la conclusion de l’affaire, points touchant à l’urbanisme, ne relèveront plus à partir du 1er janvier 2017 de la décision de la mairie, mais de celle de la nouvelle intercommunalité résultant de la fusion entre la CCPO et les communautés de communes d’Aspe, Barétous et Josbaig. À l’évidence le maire craint qu’un vote positif en faveur du projet soit encore plus incertain au niveau de cette intercommunalité qu’au niveau du conseil municipal d’Oloron… où il n’est pas non plus du tout acquis. Alors les grandes manœuvres commencent.

Des Oloronais ont reçu récemment une lettre du maire (cf la copie en tête de ce billet) les conviant les 7 et 8 novembre prochains à des réunions de groupe à la mairie autour de Guillaume Costanzo, le patron de GC Conseil.

  • Qui sont ces Oloronais ? Rien ne l’indique dans le courrier. Il s’agirait peut-être des habitants de Soeix qui avaient laissé en mairie une pétition contre le projet signée par la quasi-unanimité des habitants. Mais tous les riverains directement affectés ont-ils été destinataires de la lettre ? Pas sûr.
  • Le maire indique que l’objet des réunions (4 en tout) des 7 et 8 novembre est de permettre à Guillaume Costanzo de « montrer et expliquer » les résultats des premières études à « des groupes de 10 personnes maximum »? « Pour une meilleure compréhension de ces dossiers techniques », comme il le précise dans son courrier ? Ou, comme j’ai plutôt tendance à le penser, parce qu’il est plus facile de convaincre un petit nombre de personnes qui, pour certaines d’entre elles, n’ont qu’une connaissance parcellaire du dossier, plutôt que de s’adresser à un groupe plus important dans lequel figureront un certain nombre de personnes auxquelles, parce qu’elles suivent l’affaire depuis le départ, il sera plus difficile de faire avaler n’importe quoi ?

Le courrier se conclut par la confirmation de la réunion d’information qui se tiendra le 21 novembre à 19 heures à la salle Jéliote. Quelques commentaires sur ce paragraphe :

  • Le maire parle de cette réunion à la fois comme d’une « réunion d’information » et comme une « concertation ». Il faudrait savoir ! S’il est question d’une réunion d’information, nous devons nous attendre à assister à la présentation d’un dossier déjà ficelé. Ce sera une grand-messe où la plus grande place sera donnée à des projections de tableaux, de graphiques, de cartes à grand renfort de PowerPoint et de jargon technique, où peu de place sera accordée aux échanges des points de vue. En revanche, s’il s’agit de concertation, le débat sera ouvert, les parties pourront confronter leurs arguments, expliciter leur point de vue et pas seulement s’en tenir à un rôle passif de spectateurs
  • Le maire en appelle pour cette réunion au respect des « règles de courtoisie». Cela va de soi. Personne n’a à gagner à engager une bataille de chiffonniers. Mais la suite de la phrase de notre édile prête à sourire lorsqu’il assure que le respect des règles de courtoisie sont « seules à même de présider à un débat démocratique serein et constructif ». Comme si tout n’était affaire que de respect des règles de courtoisie ! Et le respect de la vérité ? Et le respect de la transparence des procédures ? Et le respect des personnes émettant des opinions contraires ? Et l’écoute des autres ? etc.

J’attends pour ma part de ces réunions qu’elles nous apportent des réponses sur l’intérêt réel que peut présenter ce projet pour la ville d’Oloron et pour les Oloronais en contrepartie des nuisances dont il sera porteur. Et j’aurais moins de doute sur la réponse si le dossier avait été géré dès le départ dans la clarté.

9 commentaires sur « Carrières : les grandes manœuvres commencent »

  1. comme l’indique notre blogueur préféré, il serait très interessant d’avoir sur ce projet, une analyse avantages/inconvenients : des emplois, des impots pour la ville, les inconvenients environnementaux ( pollutions/camionnage, degradation de la foret) , la reconstitution du site et de la foret. ce qui a été fait à baudreix n’ est pas si mal pour les loisirs, le tourisme, l’emploi. cela permettrait une vrai concertation plutôt qu’une simple communication.au fait les infos communiquées seront elles rendues publiques ou les présents devront ils signer un engagement de confidentialité! 😦

    J'aime

    1. Pour faire un lac, d’une part il ne serait pas très facile d’accès, quoi que tout l’environnement serait mort à force de poussières et eaux polluées. Mais, il faudrait attendre 100 ou 150 années d’exploitation au moins et qu’un tel aménagement soit fait. D’ici là où seront les Oloronais qui n’auront plus d’eau potable dans leur robinets? A méditer…

      Aimé par 1 personne

      1. pas plus d’avis que cela sur le sujet. j’imagine que la remise en état post exploitation dépend de la géographie du site. il serait justement intéressant que l’étude d’impact soit largement diffusée.

        J'aime

  2. Cher blogueur, je peux affirmer que plusieurs riverains du Bager Sud et du Bager Nord n’ont pas reçu d’invitation, pas plus que les citoyens Oloronais. Tous les habitants de la commune d’oloron n’auraient ils pas la même valeur aux yeux de notre édile? (sauf pour les augmentations d’impôts…). Ne serait-ce pas une sorte de manipulation envers les gens qui ont témoignés de leur opposition par le biais d’une pétition et à qui Costanzo ferait force de marketing pour les manipuler?…
    Penseraient-ils que les autres riverains, pour certains très impliqués ne goberaient pas les couleuvres qu’ils veulent faire avaler et nuiraient à leur pub ?…
    Est-ce l’idée de notre maire du respect de la démocratie?

    Aimé par 2 personnes

  3. Petit complément de la liste des zones impactés : Escout avec l’exploitation d’une tourbière. On a tendance à oublier ce site!
    D’autres part le choix des dates et des horaires qui exclut les personnes qui travaillent est probablement du au hasard ?
    J’espère que nous serons nombreux le 21 novembre à la grande messe, dans la courtoisie, à poser les nombreuses questions que se posent les citoyens quand à l’avenir de leur ville cerné par 7 carrières. Questions d’environnement, économique, sécurité, santé, bien être, etc..

    Mieux vaut la critique de mille que l’assentiment d’un seul ( proverbe de moi)

    Aimé par 2 personnes

  4. Petite rectification.
    Au vue d’une lecture détaillée de ce courrier, il est écrit : « J’ai demandé …. s’il pourrait communiquer aux habitants intéressés les conclusions des premières études… » ce qui veut dire que toute personne intéressée peut téléphoner me semble-t-il.
    Je convie donc tous les citoyens oloronais qui veulent en savoir plus, en comité restreint « pour une meilleure compréhension », de téléphoner pour prendre rendez-vous. 05 59 39 80 82

    J'aime

    1. Remarque fondée. Est-ce en effet au maire, en sélectionnant les destinataires de son courrier, de décider quels sont les Oloronais intéressés… ce qui voudrait dire que tous les non-destinataires ne le sont pas

      Aimé par 1 personne

  5. C’est normal ,chez les « spécialistes » il faut prendre rendez vous.Et on vous expliquera sur un ton condescendant et si vous êtes sages que suite à la lecture de votre analyse vos craintes ne sont pas fondées.Une carrière est un cancer à évolution très lente,car vous en prenez pour un siecle et que donc vous en verrez pas la fin. Tout cela en présence de l’anesthésiste. Et si vous êtes vraiment très, très sage d’un comptable qui évaluera votre prétium doloris.

    Aimé par 2 personnes

Les commentaires sont fermés.