Une association des associations, c’est pour quand ?


Les culturelles, les sportives, les patriotiques, les environnementales, les syndicales, les sociales, les éducatives, les ludiques etc. etc. Elles étaient toutes là en ce dimanche 10 septembre au Jardin public pour leur fête annuelle. Enfin… presque toutes : malgré trois tours du site, je n’ai pas aperçu celle dont je suis membre.

Ce fut une belle fête : temps splendide, public nombreux et beau discours du maire. Enfin… un discours qui ressemble à celui que tout maire prononce lorsqu’il a face à lui les adhérents d’une ou de plusieurs associations qui sont pour lui, à Oloron comme ailleurs, des électeurs et des agents de communication potentiels :

  • Salut ému à ce foisonnement d’associations qui sont une richesse pour notre cité et participent à son dynamisme
  • Hommage appuyé à tous ces bénévoles qui ne ménagent pas leur peine pour faire vivre au quotidien ces structures dont on ne louera jamais assez le rôle social
  • Rappel de tous les efforts déployés par la commune pour donner à ce tissu associatif les moyens d’agir : subventions (700 000 € à Oloron en 2016) et prestations de services diverses (prêts de salles et de matériel etc. à hauteur de 1 200 000 € en 2016)
  • Engagement au nom de la municipalité à continuer de soutenir les associations oloronaises dans leur action

Je ne sais si tel a été le cas, mais ce discours aurait pu aussi lancer quelques pistes de réflexion visant à renforcer les liens non seulement entre la mairie et les associations mais également des associations entre elles. Il leur arrive déjà de monter des projets en collaboration. La récente Croisée des Notes a ainsi été organisée grâce à un partenariat entre Le Patro Notre-Dame, Mascali, le Centre social La-Haüt et Radio Oloron. Mais, peut-être en raison d’un individualisme bien de chez nous, ce type de collaboration est encore trop rare. Comment réussir à développer cette synergie pour mener à bien des projets qui dépassent les moyens d’une seule association ? Voilà une première question.

Ne serait-il pas intéressant par ailleurs (c’est une idée soulevée par le membre actif d’une association croisé samedi dans l’une des allées de la fête) d’étudier la création d’une Maison des associations. Un lieu qui pourrait mettre à leur disposition salles de réunion ou de permanence, moyens en bureautique et secrétariat, centre de ressource, aide à la gestion etc. ? Est-ce qu’au final, la mutualisation de moyens ainsi réalisée ne serait pas plus efficace et économique que la pratique actuelle qui consiste à répondre au coup par coup à la demande ? Voilà une seconde question.

Une statistique pour conclure ce billet. Savez-vous combien d’associations se sont créées sur la seule ville d’Oloron depuis le début de cette année ? Vérification faite sur le Journal Officiel des Associations, elles sont au nombre de 7 alors que dans le même temps 3 associations (Le comité des jeunes de Sègues, Tout-terrain développement Haut-Béarn et Oloron Mauléon intérim insertion) déclaraient leur dissolution.

On se rendra compte ci-dessous de l’éclectisme des objets des sept associations qui ont ainsi déclaré leur création depuis le 1er janvier 2016. Un objet qui consiste pour l’une à faire la guerre (pour rire), quand une autre est dans le zen et une troisième vise à la promotion de l’ayurvéda (?).

  • M.F TACTICAL MIL-SIM FORCE qui a pour objet de « rassembler tous les passionnés, actifs ou anciens fonctionnaires publics ou militaires et civils de plus de 18 ans uniquement pour promouvoir, développer, informer et initier à la pratique de l’airsoft de manière légale, responsable et sécuritaire ». Pour ceux qui, comme moi, l’ignoreraient, le site linternaute définit l’airsoft comme « un jeu en grandeur nature, où l’objectif est de simuler des combats avec des armes factices à air comprimé, chargées de billes en plastique, en portant des uniformes militaires »
  • L’ASSOCIATION ZEN D’OLORON SAINTE MARIE qui a pour objet de «promouvoir la pratique de la méditation Zen Soto et de transmettre I’enseignement des Maîtres Zen de la lignée de Maître Taisen Deshimaru ; étudier la philosophie et la pensée orientale et plus particulièrement celles rattachées au Bouddhisme Zen ».
  • L’AMICALE DES PROFESSEURS DE SAINT JOSEPH qui a pour objet de «développer les relations amicales entre tous les membres du personnel enseignant et non enseignant du lycée et collège Saint Joseph »
  • ARABESQUE qui a pour objet de « promouvoir l’enseignement de la danse, activité physique et de loisirs et d’éducation populaire pour toute activité d’expression ».
  • L’ASSOCIATION SHAKTI « YOGA ET AYURVÉDA » qui a pour objet de « faire connaître l’ayurvéda à travers l’hygiène de vie, les soins corporels et le yoga ; créer des évènements autour d’ateliers, de conférences, de stages, de voyages initiatiques, retraites ayurvédiques ; vendre des objets en relation avec les diverses activités de l’association dans le but de financer les frais de gestion de l’association et reverser une partie à des oeuvres caritatives ».
  • LES BONS PLANS DU PAYS qui a pour objet de « développer et diffuser les informations propres à la vie sociale du territoire pour créer le lien entre organisateurs et utilisateurs d’évènements ; développer tous les outils issus des technologies de l’information et de la communication du moment qui permettent de réaliser ce premier objectif ; proposer des prestations payantes de promotion et de publicité aux associations et entreprises du même territoire »
  • L’ASSOCIATION BARTHOU qui a pour objet de « dynamiser et valoriser la rue Louis Barthou ; mettre en relation les différents utilisateurs de rue Louis Barthou ».