En marge de la Garburade, variations sur le thème « Soupe et action municipale »


Samedi sonnera l’heure du grand rendez-vous annuel de l’évènement gastronomico-culturo-identitaire local : la Garburade. La presse nous apprend ce matin qu’une équipe du conseil municipal sera engagée dans le championnat de confection de garbure autour duquel s’articule toute la manifestation. Une équipe constituée pour la bonne cause : promouvoir la « Fête de la Transhumance » qui prendra la suite d’ici quelques semaines dans le calendrier des animations oloronaises. Une équipe d’élus qui va à la soupe, voilà l’occasion rêvée de broder sur le thème « Soupe et action municipale ».

Commençons par quelques commentaires inspirés par la composition de cette équipe :

  •  C’est une équipe élitiste : sur les sept éléments dont elle est forte, six sont des adjoints au maire. Pourquoi ? Les simples conseillers municipaux n’ont pas été jugés assez compétents ? Serait-ce une façon de nous faire savoir que dans l’assemblée municipale on ne mélange pas les choux et les carottes ?
  • C’est une équipe féministe : sur ses sept membres, on compte en effet 4 hommes et 3 femmes. À l’évidence une volonté de démontrer que la place derrière les fourneaux n’est pas réservée aux femmes. Dommage que dans l’action municipale proprement dite il n’en soit pas de même et que l’on ait trop souvent tendance au considérer au contraire que les femmes doivent être cantonnées dans des domaines de responsabilité bien définis : les affaires scolaires ou le social par exemple. A-t-on déjà vu à Oloron un adjoint aux travaux, ou aux finances, ou à la sécurité, voire un maire ou un premier adjoint qui ne soit pas un homme ?
  • C’est une équipe partisane : les sept élus appartiennent à la majorité municipale. On peut regretter qu’aucune place n’ait été faite dans ce qui n’est jamais qu’un moment festif et non politique à des représentants de l’opposition. À moins que la proposition leur ait été soumise et qu’ils l’aient rejetée… Toujours est-il que ce n’est pas l’exemple du « mieux vivre ensemble » auquel les hommes politiques nous disent aspirer à grands coups de discours. Sauf à considérer qu’il y a une manière de droite et une manière de gauche de confectionner une garbure….

Balayons maintenant quelques expressions qui peuvent parfaitement s’appliquer à un moment ou à un autre à l’action municipale

  • Soupe au lait: c’est le jugement qu’élus de la majorité comme de l’opposition ont sur le premier magistrat. Mais que ce dernier se rassure : j’ai connu dans ma vie professionnelle bien d’autres maires qui méritaient tout cette appréciation dont leurs collègues ne manquaient pas de les gratifier… hors de leur présence bien sûr
  • Soupe à la grimace: plus passe le temps et plus nous risquons d’y avoir droit au sein de la majorité municipale si le maire continue de ne pas prêter davantage attention aux remarques qui lui sont faites de ce côté-là de l’échiquier politique local
  • Skier dans la soupe: c’est-à-dire beaucoup bouger sans rien faire de concret ou d’utile. C’est un peu le risque couru par tout élu qui privilégie la communication, les annonces fracassantes qui ne sont suivies d’aucun effet. Inutile de citer des exemples, nous en avons tous en tête
  • C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe: ça, c’est histoire de répondre à la mode du jeunisme qui voudrait que le salut passe par le renouvellement du personnel politique. Reconnaissons cependant que, pour l’heure, ce n’est pas un « danger » que court Oloron.
  • Servir la soupe: la charité chrétienne étant une vertu qu’à l’égal du maire je m’astreint à pratiquer à longueur de journées, je me garderai bien de désigner parmi les sept membres de cette équipe ceux qui ne tarissent ni complaisance ni flatterie à son égard. J’en dénombre au moins 3 !
  • Aller à la soupe: c’est-à-dire profiter d’avantages matériels en renonçant à ses principes. Franchement, je ne vois pas en quoi cette expression pourrait s’appliquer à l’un ou l’autre membre de notre conseil municipal. Mais peut-être que des lecteurs ne partagent pas mon avis…

Nous en resterons là pour aujourd’hui. Il convient en effet de ne pas utiliser toutes les cartouches dès cette année et d’en garder quelques-unes pour alimenter un article à l’occasion de la Garburade 2017. Sans pour autant cracher dans la soupe.

3 commentaires sur « En marge de la Garburade, variations sur le thème « Soupe et action municipale » »

Les commentaires sont fermés.