Prochaine construction d’une résidence pour personnes âgées de 87 logements


Ceux d’entre nous qui bénéficient d’une mémoire bien affutée (ce qui n’est pas mon cas) se souviennent peut-être de la teneur du discours prononcé par le maire à l’occasion de ses vœux pour l’année 2016. Il y faisait part d’un certain nombre d’investissements d’envergure qui devaient se réaliser dans le courant de l’année nouvelle. Des investissements portés pour la plupart par des investisseurs privés.

Il y avait ainsi le transfert du Lidl en bordure de la route de Bayonne. Mais il a pris du plomb dans l’aile depuis que la Commission nationale d’équipement commercial a émis tout récemment un avis défavorable au projet. Était aussi annoncée la construction d’une « résidence seniors » de 87 logements au Gabarn. Une résidence n’ayant rien à voir avec la résidence gérée par la Fondation Pommé.

Je me permets ici une petite digression. Pour sourire de la difficulté que l’on a aujourd’hui à appeler les choses par leur nom. C’est ainsi que le balayeur est devenu un « technicien de surface », l’instituteur un « professeur des écoles », la secrétaire une « collaboratrice », l’ancien combattant un « vétéran » et une résidence pour personnes âgées non dépendantes, une « résidence seniors ». Mais revenons à notre projet.

Permis résidence seniors
Cliquer pour agrandir

 

Depuis quelque temps, un panneau a été fixé sur l’un des piliers marquant l’entrée d’une propriété en haut de la rue Jéliote (photo ci-contre). Il informe qu’un projet de construction d’une « résidence seniors » a été accordé le 2 mai 2016 à la société immobilière de Val Enclos. Il est précisé sur le panneau que le dossier peut être consulté à la mairie d’Oloron. Ni une, ni deux, je prends rendez-vous pour aller prendre connaissance du dossier complet de permis. Ce qui m’est accordé sans difficulté. Comme cela serait le cas pour tout autre citoyen émettant la même demande. C’est en effet un droit ouvert à chacun d’entre nous. Voici résumées ci-dessous les principales informations que j’ai cru pouvoir tirer de la lecture de ce volumineux dossier.

Le porteur de projet

Il s’agit donc de la société immobilière de Val Enclos, basée à Bordeaux, ayant pour président Monsieur Jacques Thiery. Un rapide tour sur internet permet de vérifier que c’est une société par actions simplifiées qui a été constituée en 2013 avec un capital de 3 000 €. Sud-Ouest nous apprend que Monsieur Thiery a présenté au mois d’avril 2015 un projet du même type à Marmande, sur le site des anciennes Nouvelles Galeries.

Le contenu du projet à Oloron

Le bâtiment existant déjà sur le terrain comportera :

  • au rez-de-chaussée : un salon, une bibliothèque multimédias, une salle de jeu
  • à l’étage : une infirmerie, un local kiné, un local coiffeur, un bureau de direction et un bureau administratif

Le bâtiment nouveau comprendra :

  • 4 ensembles de logements totalisant 42 logements T1 (pour une personne) et 45 logements T2 (pour deux personnes)
  • en étage : une salle à manger de 147 m², une salle à manger privative de 24 m² et une zone de détente pour s’asseoir

Est en outre prévue la création de 103 places de stationnement.

La situation du projet : le problème de la sortie sur la RN 134

Le terrain fait un hectare et demi de superficie, mais, en l’état actuel du PLU, n’est pas constructible en totalité. Les porteurs du projet mettent en avant le fait que tous les appartements profiteront d’une vue sur la montagne (quand le temps s’y prêtera). Si l’architecte des bâtiments de France n’a rien à trouver à redire au projet au regard des règles d’urbanisme et de sa configuration, il n’en est pas de même de la Direction départementale des routes qui s’oppose à une entrée et sortie directes sur la route nationale 134. En résumé :

  • pas d’accès sur la RN 134 tant que cette dernière n’est pas déclassée
  • lorsque la RN 134 sera déclassée (après l’ouverture de la déviation du Gabarn et à la suite d’une procédure assez longue), l’accès sur la voie pourra être reconsidéré moyennant quelques aménagements
  • d’ici là, l’accès se fera par le chemin des Ourtigous

Le calendrier

Le dossier de permis de construire n’a pas lieu de préciser dans quel délai l’investisseur compte réaliser son opération. Il lui est seulement fait obligation d’entreprendre les constructions dans le délai de trois ans après l’obtention du permis

Un vœu

Il s’agit ici d’un programme d’envergure. Ne serait-il pas intéressant que Monsieur Thiery vienne le présenter à la population oloronaise et, en particulier aux habitants du quartier ? Ainsi pourrait-il répondre aux questions que nous pouvons nous poser.

Je précisais au début de ce billet que la résidence seniors n’avait rien à voir avec l’établissement pour personnes âgées dépendantes géré par la Fondation Pommé. Je me suis toutefois laissé dire que :

  • l’établissement Pommé ne répondant plus à toutes les normes, il était envisagé la construction de nouveaux locaux
  • ces nouveaux locaux pourraient être construits (moyennant une modification du PLU) sur le même terrain que la résidence seniors
  • le même investisseur se chargerait de cette seconde construction qu’il mettrait à disposition dans le cadre d’une vente en l’état futur d’achèvement (il est payé au fur et à mesure de l’avancée des travaux)

Cette possibilité d’opération en deux temps amène à se poser une ou deux questions : pourquoi ne sont-elles pas menées de front ? N’aurait-il pas été préférable de prendre en considération les contraintes d’urbanisme générées par la globalité de l’opération plutôt que de la scinder ainsi ? Par exemple, la configuration du chemin des Ourtigous est-elle suffisante pour supporter ce trafic supplémentaire et, dans le cas contraire, qui prendra en charge les aménagements nécessaires ?

6 commentaires sur « Prochaine construction d’une résidence pour personnes âgées de 87 logements »

  1. a mon avis,il s’agit d’une tres bonne realisation, qui va creer de l’activite pour le batiment, de l’emploi ( futur personnel). et qui presente l’avantage non negligeable de ne rien couter a la collectivité.Pour ce qui est de l’acces des vehicules au futur equipement,je ne pense pas que cela soit un probleme, car le temps necessaire a la construction permettra de regler le declassement de la rue jeliote,la future deviation etant mise en service en fin d’année

    J'aime

    1. Bonjour,

      Voici l’échange auquel a donné lieu ce dossier lors du conseil municipal du 30 juin dernier :

      Où en est le projet de résidence séniors au Gabarn ?

      Jean-Etienne Gaillat demande où en est le projet de résidence seniors qui devait s’implanter sur le terrain de Madame Saint-Paul au Gabarn. Dans sa réponse, le maire indique que le promoteur, Monsieur Thierry, avait trouvé un gestionnaire basé à Bordeaux (note du blogueur : s’agit-il de la société Coallia ?). Au bout de 6 mois, ce gestionnaire a fait savoir qu’il n’était plus intéressé car son plan de développement repose désormais sur des développements dans les villes de plus de 50 000 habitants. Le permis de construire de la résidence séniors initialement obtenu a été supprimé parce que ce n’est pas nécessairement cette résidence-là que le nouveau gestionnaire voudra faire. Le maire ajoute que Monsieur Thierry lui a indiqué il y a 3 ou 4 jours qu’il avait un nouveau gestionnaire potentiel. Où en sommes-nous aujourd’hui ?

      Jean-Etienne Gaillat affirme que tout le monde à Oloron, en particulier les entreprises, sait que le projet est mort et archi-mort. Le Maire rétorque qu’il a encore eu ce matin Monsieur Thierry au téléphone. Ce dossier continue sa route, il est toujours intelligent. Pas à 120 logements, c’est beaucoup trop, ça ne correspond pas au marché Mais le nouveau gestionnaire (Unicis) doit prendre rendez-vous dans les jours qui viennent à Oloron. Le maire conclut en considérant qu’il s’agit là d’une affaire totalement privée. Le promoteur fait… ou il ne fait pas. Ce n’est pas la commune qui achète le terrain. Il ignore d’ailleurs tout des accords entre Monsieur Thierry et Madame Saint-Paul.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.