Un p’tit train s’en va dans la campagne


Le petit train
Le premier petit train de voyageur en ce 26 juin à 8 heures 15 au passage à niveau de Saint-Cricq

Un lecteur dOloronblog bien plus averti en matière musicale que nombre d’entre nous (merci Michel) m’a transmis les paroles d’une chanson écrite au début des années 50 (1950) par un certain Marc Fontenoy et interprétée par André Claveau, un artiste qui a connu son heure de gloire à cette époque lointaine. Cette chanson a pour titre : « Le petit train ». Au lendemain de la réouverture du tronçon Oloron-Bedous aux voyageurs, ce n’est pas sans une pointe de malice que l’on pourra en (re)-découvrir ici les paroles.

Et même en écouter l’interprétation sur un air de rumba par André Claveau en cliquant sur le lien glissé dans le titre ci-dessous :

Le petit train

Le petit train André ClaveauUn p’tit train s’en va dans la campagne
Un p’tit train s’en va de bon matin
On le voit filer vers la montagne
Tchi tchi fou tchi tchi fou
Pleins d’entrain…

Dans les prés, il y a toujours des vaches
Etonnées de voir encore passer
Ce p’tit train qui lâche des panaches
Tchi tchi fou tchi tchi fou
De fumée…

La garde-barrière agite son drapeau rouge
Pour dire bon voyage au vieux mécanicien
Mais dans les wagons nuls voyageurs ne bougent
Car ils prennent tous le car et le train ne sert à rien…

Le p’tit train qui veut croire aux miracles
L’air de rien s’en va en sifflotant
Et les veaux admirant le spectacle
Tchi tchi fou tchi tchi fou
Sont contents…
 
Hélas, il y a des gens qui trouvent que c’est exagéré
De donner tant d’argent pour qu’un p’tit train
Aille se promener…
 
Alors, ils lui ont dit, cette fois-ci, c’est bien fini
Profites-en, c’est ta dernière sortie…
 
Un p’tit train s’en va dans la campagne
Un p’tit train s’en va de bon matin
On le voit filer vers la montagne
Tchi tchi fou tchi tchi fou
Pleins d’entrain…
 
Il revoit les champs et les rivières
Et les voies qui sentent bon l’été
Il revoit toutes les humbles chaumières
Tchi tchi fou tchi tchi fou
Dans les près…
 
Le train ralentit près de la garde-barrière
Et le mécanicien la salue de la main
Elle voit le feu rouge du wagon arrière
Qui s’éloigne doucement et se perd dans le lointain…
 
Le p’tit train a perdu la bataille
C’est la fin de ces belles flâneries
Il s’en va vers le tas de ferrailles
Tchi tchi fou tchi tchi fou
C’est fini…
 
Mais plus tard, lassés des grands voyages
Nous penserons souvent au petit train
Qui flânait parmi les verts bocages
Tchi tchi fou tchi tchi fou tchiiiiiiiiiii
Nous… le… regretterons… bien…

7 commentaires sur « Un p’tit train s’en va dans la campagne »

  1. Là pour le coup, vu le nombre de gens qui ont pris le train d’assaut pour sa réouverture, c’est pas un peu de mauvaise foi ?… Bien sûr, il faudra mesurer tout cela sur le temps, mais il serait difficile de nier l’engouement que cette réouverture à provoqué… Manaut, sors de ce corps !!

    J'aime

    1. il y a eu le même engouement lorsqu’un train à vapeur a fait la liaison buzy-oloron et j’étais parmi les enjoués… mai de là à transposer..Il n’y aurait eu personne que cela m’aurait étonné. D’autres lignes plus fréquentées qui ne sont pas en cul de sac ferment..hélas..

      J'aime

  2. Je voulais monter à Bedous en train ce week-end avec mon petit bonhomme. Donc je vais sur le site de la SNCF pour consulter les horaires de train… Et bien le site ne me propose que l’autocar ! Elle n’est pas ouverte la ligne ?…

    J'aime

    1. Pourtant sur le site « Voyages SNCF », ce sont bien des TER qui sont prévus au départ d’Oloron en direction de Bedous samedi et dimanche prochain à 8 h 12, 10 h 04, 14 h 45, 16 h 14 et 17 h 53

      J'aime

  3. Alors mon bonhomme et moi avons pris le train ce dimanche pour aller à Bedous. Premier constat : le train était plein. Deuxième constat : les horaires semblent cohérents (par contre le prix du billet…). Troisième constat : Bedous est un bien plus beau petit village que ne le laisse deviner sa rue principale… Nous avons eu le temps de visiter parce que, quatrième constat, quasiment tous les commerçants étaient fermés, à commencer par le petit café-librairie qui a ouvert il y a six mois. Dommage… Parce que pour avoir croisé plusieurs voyageurs de ce petit train errant comme nous sans véritable but que de se poser quelque part tranquillement, je me dis que nombre d’entre eux ne reviendront pas deux fois s’il n’y a rien pour les accueillir. L’idée du développement économique dans la région me semble parfois difficilement compréhensible… Et dernier constat : c’était sympa ces gens arrêtés pour voir passer le train et faire des signes aux voyageurs, ça rappelle une autre époque effectivement.

    J'aime

    1. Merci de ce témoignage in vivo. J’étais à la gare pour prendre le train pour Pau à 17 heures 51 et ai été très surpris du nombre de voyageurs qui ont débarqué en provenance de Bedous.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.