Le dernier Inf’Oloron résumé en 3 minutes pour celles et ceux qui n’ont pas plus de temps à lui consacrer


Inf'Oloron n°6

 

 

L’Inf’Oloron n°6 intitulé « Été 2016 » vient de sortir. Pour celles et ceux qui n’auraient pas le temps ou le goût de lire les 36 pages de ce magazine de communication municipale, Oloronblog se fend ci-dessous d’un résumé. Un résumé rédigé, cela va de soi, avec l’objectivité coutumière et reconnue de son rédacteur.

L’éditorial du maire en trois phrases (page 3)

Le maire embouche le clairon pour célébrer deux de ses actions. Il revendique être à l’origine du déblocage du dossier de la déviation Gabarn – Gurmençon, et considère que le désenclavement de notre ville est ainsi acté. Il juge par ailleurs que la récente signature d’une convention entre notre ville et le ministère de l’Environnement consacre le volontarisme de notre ville en matière d’excellence environnementale.

Un dossier spécial « Environnement » (pages 8 à 13)

  • où l’on découvre (page 9) les opérations que compte engager la ville dans le cadre de la convention « Territoire à énergie positive pour la croissance verte » : (investissements pour réduire les consommations d’énergie des bâtiments et de l’éclairage publics, installation de panneaux photovoltaïques, incitation aux transports collectifs, préservation de la biodiversité etc…)
  • où l’on apprend (page 10) que si les tondeuses n’entretiennent pas régulièrement l’intégralité du parc Pommé, c’est exprès, c’est pour en faire « une vitrine de la biodiversité, illustration parfaite de la nature maîtrisée ».
  • où le conseiller municipal président de la commission de développement durable nous confie (page 11) que « (N)otre ville possède un patrimoine naturel exceptionnel, la diversité des paysage, la géologie, nos gaves, nos forêts, nos ressources en eau potable, la faune et la flore, nos sites remarquables, nous imposent une gestion exemplaire ». Message de soutien à tous ceux qui pourraient s’inquiéter du projet d’exploitation d’une carrière sur des dizaines d’hectares de la forêt du Bager ?
  • où nous connaîtrons (page 12) tout d’un autre élément de notre patrimoine à sauvegarder, la vache béarnaise.

Un dossier « Animations de l’été » (pages 14 à 19)

Reprenant quelques événements qui ponctueront notre été (le festival de jazz, les masters de pétanque, l’opération « sport vacances été », l’opération « un été au Jardin public », l’opération « osez les musées », les expositions à la rue Révol), ces six pages sont une « resucée » de la brochure de présentation des opérations « quartiers d’été » et « osez les musées » qui a été glissée dans nos boîtes aux lettres en même temps qu’Inf’Oloron. Deux points à retenir cependant :

  • le coup de chapeau rendu (page 15) par le conseiller municipal délégué à la culture en direction de tous les agents municipaux qui se mobilisent pour faire de ces animations d’été une réussite. C’est bien de rendre de temps en temps hommage au travail de ceux qui font marcher la boutique mairie. Car pour fonctionner au jour le jour, une mairie peut se passer de ses élus, pas de ses fonctionnaires.
  • le budget annoncé (pages 14) pour les « Quartiers d’été » : 140 000 €. Problème : dans le budget 2016, la ligne budgétaire « Quartiers d’été » est à 0 € ! Les dépenses directes et indirectes de toutes les animations d’été (quartiers d’été, opération « sport vacances », accrobranche, masters de pétanque, communication, locations de matériel etc.) ne sont pas, contrairement aux années précédentes, clairement identifiées. On peut juste savoir qu’elles sont imputées sur les crédits ouverts au bénéfice de la direction de la vie de la cité (DVCI), crédits qui s’élèvent au total à 385 650 €. Vous avez dit « transparence » ? Et puis il ne faut pas non plus oublier de comptabiliser dans le coût de ces animations les milliers d’heures de travail des agents de la municipalité. On peut raisonnablement penser que le coût des animations d’été est plus proche de 350 000 € que de 140 000 €.

En cet été 2016, la mairie se rafraîchit (pages 20 & 21)

Notre maison commune poursuit sa cure de rajeunissement. Aux bureaux vieillots succèdent progressivement des locaux plus clairs, plus fonctionnels, plus accessibles. Ce ne sont ni les administrés ni les fonctionnaires municipaux qui vont s’en plaindre. Cet été, c’est au tour des services accueil et état civil de bénéficier de ce rafraîchissement. Ce qui nécessitera leur transfert de fin juin à début novembre dans l’ancien CCAS. On nous promet d’autres améliorations dans les années suivantes avec la rénovation de la salle du conseil municipal et celle de la salle Louis Barthou.

Place à l’économie (pages 22 à 26)

  • Deux pages promotionnelles (22 & 23) nous présentent en 8 quarts de page un photographe-informaticien, la reprise du bar du Pont, une agence d’intérim, une agence immobilière, un conseiller en logistique, une boutique de vente et location de matériel médical, un fabricant de briques de pierre reconstituée, le contrat décroché par Laulhère pour la fourniture de bérets à l’armée.
  • Et puis nous saurons tout de la réorganisation de l’agence Pôle Emploi en nous rendant sur la page 26 (nouvel accueil, nouvelle directrice etc.)

Place aux travaux (pages 34 & 35)

Cinq opérations sont mises en valeur : l’une est en cours (les travaux sur les réseaux gaz et eau rue Navarrot), les autres sont à venir à plus ou moins longue échéance : la réfection du revêtement de la salle Robert Scohy (durant l’été), une cession de terrain au département pour permettre l’agrandissement du collège des Cordeliers (si tant est que l’on puisse qualifier de travaux une cession de terrain), la création d’une cinquantaine de places de parking rue Labarraque, l’aménagement du giratoire de la rue des Trams qui sera baptisé « giratoire Bir Hakeim »

Un clin d’œil pour terminer

  • Page 11, on nous signale la création d’un parcours de « crocket » à l’entrée du parcours de santé. Je sais que ça fait moderne d’utiliser des termes anglais. Mais, en français, le jeu s’appelle le « croquet ».

Pour vraiment conclure, j’aurais souhaité, à l’intention de celles et ceux qui trouveraient ce résumé trop orienté ou trop succinct, communiquer le lien leur permettant de découvrir sur Internet l’intégralité de notre revue municipale. Malheureusement, elle n’est pas encore en ligne. Mais j’actualiserai cette information dès que ce sera le cas.

5 commentaires sur « Le dernier Inf’Oloron résumé en 3 minutes pour celles et ceux qui n’ont pas plus de temps à lui consacrer »

  1. Comme tu l’as fait remarquer à notre intention, je ne peux m’empêcher de recopier ce passage tellement il me laisse plein d’espoir :  » (N)otre ville possède un patrimoine naturel exceptionnel, la diversité des paysage, la géologie, nos gaves, nos forêts, nos ressources en eau potable, la faune et la flore, nos sites remarquables, nous imposent une gestion exemplaire » »
    Peut-être notre municipalité va t elle changer d’objectif grâce au nouveau label TEPCV ?…
    J’espère également que les élus de la municipalité se réjouiront de pouvoir voter contre ce projet au vue de la nouvelle vision des choses de notre cher maire.
    Amis citoyens Oloronais prenais conscience de la richesse de notre commune et faisons tout pour la préserver et la mettre en valeur…

    Aimé par 1 personne

  2. De mon côté j’ai tourné les pages plusieurs fois dans l’espoir de lire quelques lignes sur la démocratie participative… Rien de rien…
    Quant au parcours de « croquet », c’est original, mais ça sort d’où ? D’autant que pour pratiquer souvent le parcours de st pée, et de croiser d’autres utilisateurs de cet espace agréable pour le sport, beaucoup apprécieraient des agrès type « street workout ».
    Pour le reste, la lecture est agréable et presque bluffante sur la réalité des choses…

    J'aime

    1. Non, rien sur la démocratie participative. C’est un peu dommage car certaines commissions travaillent et il semble (selon le compte-rendu du bureau du Cesel qui vient d’être diffusé) que le maire a pas mal de sujets sur lesquels il pourrait demander son avis à cette assemblée.
      Qu’entendez-vous dans vos derniers mots : « … la lecture est agréable et presque bluffante sur la réalité des choses… » ?

      J'aime

  3. la démocratie participative c’est « cause toujours » , on le voit avec les carrières du Bager De la part de Dieu le maire c’est le silence des églises ou on vient allumer un cierge.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.