Réouverture de la ligne ferroviaire Oloron-Bedous : des informations pratiques


C’est un document qui émane du Conseil régional Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin. Ne me demandez pas comment il est parvenu sur le bureau du blogueur. Disons seulement que les années passées dans la fonction publique ont permis de tisser quelques réseaux (qui, eux, ne sont pas ferrés). Ce document apporte bien des informations sur la reprise à partir du 26 juin des circulations ferroviaires entre Oloron et Bedous. Des circulations qui avaient été interrompues en 1980 pour les passagers et 1985 pour le fret.Une partie de ces informations (horaires, tarifs, fréquences, etc.) est d’ordre pratique, l’autre partie (coût, contenu des travaux etc.) d’ordre informatif. Examinons tout cela.

Quelques chiffres qui montrent l’ampleur du chantier
102 : c’est en millions d’€ le coût des travaux. Un coût provisoire, puisqu’à ce jour les comptes ne sont pas clos
80 : c’est le nombre de places dans les rames qui desserviront la ligne (j’ai hâte de connaître le taux d’occupation qui sera atteint, hormis bien sûr le 1er juillet, jour de l’inauguration, où le train fera sans nul doute le plein)
53 : c’est, en kilomètres, la longueur de rails posés (sur 38 000 traverses de béton)
31 : c’est le nombre de ponts refaits (dont 2 viaducs métalliques de grande longueur)
29 : c’est en kilomètres la longueur de clôtures posées pour empêcher de pénétrer sur la voie
25 : c’est le nombre de kilomètres de voie entre Oloron et Bedous
24 : c’est, en nombre de mois, la durée des travaux (d’avril 2014 à avril 2016)
17 : c’est le nombre de passages à niveau remis en service
10 : c’est le nombre de passages à niveau supprimés (6 fermés et les 4 autres rétablis en dénivellation)
7 : c’est le nombre de tunnels refaits (pour une longueur totale de 1,3 kilomètre)
4 : c’est le nombre de haltes desservies depuis Oloron (Bidos, Lurbe-Saint-Christau, Sarrance et Bedous)

Quelles fréquences ?

Comme l’indique le tableau ci-dessous, il y aura de quatre à six allers-retours selon la période

Oloron-Bedous nombre d'arrêts
Oloron-Bedous Nombre d’allers-retours

Quels horaires ? (cliquer sur les tableaux pour les agrandir)

Le principe de la desserte ferroviaire est de prolonger une partie des circulations déjà en place entre Pau et Oloron

Oloron-Bedous3
Les horaires Pau-Canfranc
Oloron-Bedous2
Les horaires Canfranc-Pau

Quels tarifs ? (cliquer sur les tableaux pour les agrandir)

Oloron-Bedous4
Les tarifs depuis Oloron

Oloron-Bedous5

Et pour aller jusqu’à Canfranc ?
À partir de Bedous, un car assurera la liaison jusqu’à Canfranc. Il desservira les points d’arrêts routiers déjà en service entre la gare de Bedous et Canfranc pour 2€ le trajet.

Et la suite ?
Dans un prochain billet, oloronblog.com donnera quelques informations sur la poursuite du rétablissement de la circulation ferroviaire au-delà de Bedous. Au moins telle que l’envisage la Région à la date de ce jour.

8 commentaires sur « Réouverture de la ligne ferroviaire Oloron-Bedous : des informations pratiques »

  1. Je voudrais ajouter quelques chiffres:
    1° Il faut ajouter 11 millions dépensés en étude pour chiffrer le coût réel du chantier.
    2° Compte tenu de la faiblesse de fréquentation de cette ligne présentée dans le projet, le prix du billet du train ne couvrira que 5% le coût du trajet des passagers. Chaque passager transporté coûtera 70 € aux contribuables.
    3° Toujours avec les chiffres contenus dans le projet lui-même, le passage du transport de l’autobus en autorail multipliera par 7 le déficit d’exploitation.
    4° L’autorail qui ralliera Bedous consommera 100 litre de fuel-oil au 100 kms, contre 30 litres à l’autobus actuel.

    J'aime

    1. mdr….

      j’étais il y a quelques jours en gare d’Oloron avec mon épouse pour prendre nos billets réservés par Internet et devant nous un monsieur âgé demandait à la guichetière fort aimable si le jour de l’inauguration le train était gratuit…oui a dit la dame mais seulement un jour..

      pour l’ inauguration on ne veut même pas payer le billet d’entrée…sans doute que cela n’en valait pas la peine de venir si on demandait une participation.

      Et moi perfide d’ajouter : « il y aura peut être gréve…..mais il y aura un car de remplacement . »

      Finalement si c’était gratuit il y aurait plus de monde, non ?La voila la solution pour remplir les wagons…

      « C’est gratuit c’est l’Etat qui paye » comme l’a dit notre Conductor parisien.

      J'aime

    2. Youpi ! J’ai mes billets pour dimanche, ils sont gratuits mais cela ne m’aurait pas dérangé de payer ! Petit repas à Bedous et retour ! Vivement Jaca et la traversée des Pyrénées à travers la plus belle des vallées, et quoi de mieux que le rail pour la protéger !! Donc à dimanche pour le petit coucou au PN de gurmencon !!

      J'aime

  2. Comment parler de la suite des travaux apres Bedous,alors que nos super ingenieurs des travaux n’ont pas ete fichu de realiser l’acces a la route d’Ichere en 2 ans! ‘On sait faire » cela promet pour la suite des travaux Bedous-Canfranc!En attendant apres un 1er projet abandonne tel quel apres avoir provoque un glissement de terrain,un second acces realise en urgence 18% de pente,virage en epingle,interdit aux agriculteurs riverains qui passent a leurs risques et perils (il faut bien vivre !) Le 3eme projet devrais fermer la route pendant pres de 6 mois,le temps de faire crever les exploitations agricoles du coin!Mais nos hommes politiques ont pu reserver leur place a cote de Rousset dans le train nous sommes rassures !!!

    J'aime

  3. Dans leur précipitation à vouloir serrer la paluche au Président de la région, la plupart des roitelets auront oublié de faire une halte au Pont Suzon afin de constater que les travaux sont inachevés pour la jonction de la descente du Col d’Ichère avec la RN 134.
    La nouvelle desserte routière est laissée en plan avec, outre sa déclivité à 18 %, et un virage en épingle sans visibilité, une limitation de circulation aux véhicules de moins de 3,5 T. En clair, cela représente une interdiction de circulation pour tous les agriculteurs du coin, avec leurs tracteurs et remorque, pour transporter leur fourrage, leur bétail, ect…. Ce n’est que ni plus moins, qu’une atteinte à l’exercice du travail. Mais l’important pour les gestionnaires de nos impôts, est que le tortillard fasse …tut.. tut.. à Bedous.

    J'aime

  4. 18 % c’est 20 % de plus que la montée de l’Alpe d’Huez ..A mon avis .la montée impossible va déménager d’Arette et les tracteurs vont remplacer les motos.

    J'aime

  5. Bjr mise à disposition des billets à partir du 21 juin en gare de Pau, Oloron-Sainte-Marie et bedous des 9h …

    J'aime

Les commentaires sont fermés.