Eau trouble : le silence des réseaux sociaux municipaux


Voyage en eau trouble en ce mardi 7 juin au matin pour les Oloronais. Une turbidité ayant pour cause, parait-il, le fort orage de la veille. Alertés par des usagers, les services municipaux compétents se sont affairés pour régler le problème au plus vite. En attendant, principe de précaution oblige, écoles, collèges et lycées étaient invités à ne plus consommer l’eau du robinet. C’est là que je commence à ne plus très bien comprendre cette « gestion de crise », pour employer une expression un peu excessive en l’espèce.

Que l’on cherche à protéger écoliers, collégiens et lycéens de tout risque, rien de plus normal. Mais a-t-on inventé à Oloron un nouveau principe de précaution, le principe de précaution à géométrie variable ? Comment en effet expliquer que le reste de la population n’ait pas (du moins à ma connaissance) été informé du problème ? Ou bien la situation n’avait rien d’inquiétant, et ce n’était pas la peine d’alerter qui que ce soit. Ou bien il y avait le plus petit doute sur la qualité de l’eau et il fallait alors que l’information soit connue de tous les consommateurs.

Nouveau site internet, création d’un compte tweeter, création d’un compte Facebook, notre ville fait grand cas de tous les outils numériques mis en place pour une meilleure information des Oloronais. Or aucun message n’a été diffusé via ces trois médias :

  • Les actualités du site internet nous parlent ce 7 juin du concours des balcons fleuris et des journées de l’archéologie
  • le compte tweeter ne publie aucun message en date du 7 juin. Les derniers tweets en date étaient consacrés à la promotion du e-city, à l’annonce de la Fête des enfants, à l’annonce de la fête des jardins, à l’invitation à s’inscrire au Printemps des retraités
  • aucun message non plus sur Facebook le 7 juin. Les dernières informations sont sur ce compte peu ou prou un copier-coller du compte Tweeter.

Nous avons appris hier que les analyses de qualité de l’eau commandées dès le dysfonctionnement constaté à un laboratoire agréé ont indiqué depuis que l’eau était propre à la consommation. Là encore, aucune information dans les réseaux sociaux municipaux sur ce qui est pourtant une nouvelle rassurante. Pas non plus d’affichage du rapport du laboratoire à la porte de la mairie alors que, je le rappelle, la réglementation exige l’information de la population sur la qualité de l’eau.

Il ne faut pas donner à ce couac dans la communication municipale plus d’importance qu’il n’en mérite. Espérons cependant qu’il fera l’objet d’un retour d’expérience et que les gestionnaires de notre cité en tireront quelque enseignement de façon à ce qu’en cas de gros pépin (ce que nul ne souhaite) les informations parviennent à la population avec plus de transparence. Car si nos édiles ont été élus pour gérer un certain nombre de nos problèmes, il ne leur est pas interdit de nous tenir au courant de cette gestion.

3 commentaires sur « Eau trouble : le silence des réseaux sociaux municipaux »

  1. « Les usagers avaient reçu comme consigne ce mardi, de ne pas boire d’eau du robinet. Il était fortement recommandé de prendre en compte cet avertissement , et ce jusqu’à nouvel ordre. Les techniciens de la ville ont travaillé sur le problème, vraisemblablement lié aux orages de lundi soir, et l’ont résolu en fin d’après-midi. Cette mesure valait pour l’ensemble des secteurs d’Oloron-Sainte-Marie. »

    Voilà ce que l’on pouvait lire mardi sur le site de Sud-Ouest. La première phrase laisse songeur… Quelle preuve de cette assertion ? Qui a demandé à passer cet article ? Et pourquoi alors que cet article semblait dire que tout était réglé, l’eau été coupé une demi-heure après ? Bref, encore du grand n’importe quoi.

    J'aime

    1. Vous voulez mon avis ? On s’est rendu compte en haut lieu de la boulette que représentait ce défaut de communication. Et, en catastrophe, on a pondu un communiqué de presse pour assurer que les usagers avaient bien été informés. Ce qui à l’évidence n’était pas le cas.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.