Droit de suite


Retour sur quatre évènements ou faits constatés au fil des billets d’Oloronblog. Voilà l’occasion de voir comment ils ont évolué depuis le jour où ils ont été évoqués ici.

Des drapeaux qui ont repris des couleurs

Drapeaux 2016L’an dernier j’avais déploré l’état lamentable des drapeaux hissés aux quatre coins de la ville durant l’été. Censés conférer à Oloron un aspect festif et haut en couleur, ils reflétaient plutôt l’image d’une commune triste et vieillotte : ternes, délavés, pisseux, parfois déchirés. Ont-ils subi depuis l’été dernier une cure de rajeunissement à base de bains prolongés dans une solution bicarbonate/eau oxygénée ? Le maire a-t-il cassé sa tirelire pour renouveler les stocks ? Toujours est-il que ceux qui viennent d’être hissés sur les ponts sont pour la plupart éclatants et ont retrouvé toutes leurs couleurs. Un seul mot : bravo.

Un coin qui a retrouvé ses poètes

Il y a quelques jours, je consacrais une chronique au « Coin des poètes » créé à l’intérieur du parc Pommé. Pour regretter qu’une végétation envahissante cache à la vue de tous cet espace ainsi que les plaques commémoratives des poètes auxquels il rendait honneur. Ça y est ! Le rotofil… ou le bédouilh est passé par là. Le périmètre est maintenant parfaitement dégagé et accessible. Certes, le produit de la tonte a été laissé sur place. Mais est-ce une raison suffisante pour en faire tout un foin ? Là encore, un seul mot : bravo.

Le coin des poètes
Le coin des poètes après
Le coin des poètes avant
Le coin des poètes avant

Un élu qui tient sa promesse

Le 14 avril dernier, je signalais l’obligation qui sera faite aux maires qui seront élus en 2020 de donner lecture et de distribuer à leurs conseillers municipaux une « Charte de l’élu local ». Ce document rappellera à chacun d’entre eux s’il en était besoin les obligations qui sont les siennes dans l’exercice de ses fonctions au service de la commune et de ses administrés : impartialité, probité, assiduité, responsabilité, recherche constante de l’intérêt général etc. Le maire d’une commune voisine a immédiatement réagi à la lecture de ce billet. En s’engageant à faire dès maintenant adopter cette Charte par son conseil municipal. Engagement tenu depuis quelques jours, Monsieur le maire d’Agnos, André Bernos. Un seul mot : bravo.

Un bassin qui peine à retrouver ses eaux

Début mai, je célébrais en grande pompe la rénovation du bassin du Jardin public. Et m’extasiais devant la remise en route de ces jets d’eau qui apportaient un peu de vie et de fraîcheur. Ma joie fut de courte durée : quelques jours plus tard, des agents municipaux s’activaient autour de jets d’eau devenus pour leur part complétement inactifs. La panne est sans doute grave car, à ce jour, le bassin est toujours soumis au régime sec. Restent les jeux de lumière qui, eux, fonctionnent toujours en soirée. Mais sans jets d’eau à mettre en valeur, ils doivent se trouver un peu couillons. Un seul mot : dommage.

Le kiosque vu du bassin (2016)
Le bassin en eau (début mai 2016)

 

Le bassin hors d'eau
Le bassin hors d’eau (fin mai 2016)