Oloron, championne de la croissance verte


1. Signature d’une convention avec le ministère de l’Environnement

Ségolène Royal a reçu ce 12 mai en son ministère les représentants de 80 nouveaux territoires à énergie positive pour la croissance verte (ici une vidéo qui, en moins de 2 mn, présente de manière attrayante ce qu’est dans l’idéal un territoire à énergie positive). Au nombre desquels figure la commune d’Oloron. Par les temps qui courent, je ne me hasarderai pas à comparer ces 80 élus aux 80 chasseurs qui, dans la chanson, étaient au rendez-vous de la marquise. Quand bien même s’agirait-il en l’espèce de chasseurs de subventions.

Le représentant de chacune des collectivités a, en ce 12 mai, signé une convention financière avec l’État. Cela aurait pu aussi bien se faire par une navette de courrier. Le coût carbone du déplacement de toutes ces personnes (et de leurs accompagnants) sur Paris aurait ainsi été évité. Mais il faut voir là l’occasion d’une opération de communication.

Chaque élu eut ainsi droit à deux voire trois photos avec la « ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat ». Car elle n’est peut-être pas marquise, Madame Royal, mais elle a un titre à rallonge. Une photo montrant l’élu signant la convention en présence de la ministre ; une autre photo montrant la ministre et l’élu, ce dernier arborant fièrement le document signé.

Tout cela est bel et bon, mais concrètement, qu’est-ce que tout ça va apporter à Oloron ? Selon la lettre circulaire du 27 avril reçue par la mairie comme par les 79 autres lauréats et publiée sur le site internet de la ville : « Grâce à la subvention de 500 000 € et à l’appui technique des services de mon ministère, vous pourrez mettre en œuvre sans tarder les mesures prioritaires inscrites dans votre programme d’actions. Un premier acompte de 40 % vous sera versé immédiatement par la Caisse des Dépôts et le reste sur la base des justificatifs de dépense. »

Quel est le programme d’action qui a valu à notre cité cette belle subvention ? Le plan de financement qui figure dans la délibération adoptée le 29 février 2016 par un conseil municipal unanime (avec abstention des élus de l’opposition en raison du manque de cohérence de la ville dans ses choix : volonté d’économies d’énergie d’un côté, mais dans le même temps réalisation de projets énergivores tel le lotissement de Soeix) apporte un début de réponse :

TEPCV Plan de financement

En résumé : un programme d’un montant total de 970 000 € HT décliné en deux actions  et financé par les 500 000 € de l’État, 120 000 € de la Région et 350 000 € de fonds propres de la commune.

On observera que le libellé des deux actions est assez vague. Il se précise un peu si, poussant un peu plus loin les investigations, on va piocher dans la délibération du conseil régional le 1er juin 2015 qui a octroyé les 120 000 €. On y apprend que le programme comprendrait notamment l’implantation de 3 installations photovoltaïques en autoconsommation pour alimenter le centre technique municipal, le Trinquet et le centre de loisirs Laulhère pour répondre aux besoins électriques pour l’éclairage et la climatisation par pompe à chaleur.

Mais le coût estimé de ces 3 installations (443 000 €) est loin de représenter la totalité du programme (970 000 €). Qu’est-ce qui est prévu pour le reste ? Il serait intéressant pour le savoir d’accéder à la convention financière signée le 12 mai. Sans doute détaille-t-elle de façon beaucoup plus précise toutes les opérations prévues dans le programme, leur montant prévisionnel et le calendrier de réalisation. Toutes choses que le conseil municipal n’a pas eu en main quand il lui a fallu délibérer le 29 février dernier. Comme quoi nos élus ne sont pas toujours très regardants sur le contenu précis des opérations qu’ils approuvent.

Revenons l’espace d’un instant sur le calendrier : la délibération du 29 février précise que les opérations devront être lancées avant le 31 décembre 2017 et achevées au plus tard 3 ans après la signature de la convention, soit au plus tard le 12 mai 2019. Sous réserve de connaître le contenu intégral du projet, nous sommes là face à une belle opération dont nous aurons à reparler lors des prochains budgets.

2. Un autre sujet de croissance verte

Il n’y a pas qu’à la mairie que la croissance verte est à l’honneur. Des particuliers la cultivent également. Témoin ce commentaire narquois adressé par un lecteur et illustré par quelques photos :

« Bonjour,                                                                                                                                                                  Les supporters du FCO et les visiteurs lors du match OLORON – LANGON ont pu admirer à proximité du stade le fleurissement et la sympathique végétalisation des trottoirs. C’est magnifique, un grand bravo pour les responsables concernés. Bien sûr, les piétons, personnes âgées et jeunes mamans avec poussette doivent marcher sur la chaussée, mais ils ne se plaignent pas et pour l’instant cela se passe bien.

Meilleur salut, »

3.  Un autre sujet qui n’a rien à voir avec la croissance verte… même s’il a un lien avec le Jardin public

 Le 18 mai prochain, à 15 heures 45, le maire a souhaité convier les membres de la commission urbanisme/travaux à « une visite de chantiers concernant les bâtiments de l’aire de jeux du Jardin public » (comprendre : les toilettes publiques, le local pour les agents municipaux… et le fameux « point chaud »).

Les élus de l’opposition destinataires de ce courrier en tant que membres de cette commission (Bernard Uthurry et Jean-Etienne Gaillat) ont beaucoup apprécié l’humour du maire qui revient en réalité à demander aux élus de la commission de cautionner par leur présence à cette visite la réalisation d’une opération qu’Hervé Lucbéreilh a mené seul dans son coin sans se soucier de recueillir le moindre accord du conseil municipal avant le 11 avril dernier. C’est-à-dire à un moment où les marchés étaient déjà signés et les travaux largement entamés. C’est donc la mort dans l’âme (!) qu’ils se sont vus contraints de décliner cette invitation, renvoyant le maire à son exercice solitaire du pouvoir.

2 commentaires sur « Oloron, championne de la croissance verte »

  1. Je ne parviens pas à « aimer » un article, les identifiant ou mot de passe ne sont pas reconnus… Comment les créer ? ou recréer ?

    J'aime

    1. Bonjour,
      Je ne suis pas du tout technicien ! Voici néanmoins une réponse trouvée sur un forum : « Ce bouton (le bouton « j’aime ») s’adresse en fait aux utilisateurs WordPress.com seulement. Autrement dit, pour utiliser le bouton Like (J’aime) de WordPress.com, il faut obligatoirement avoir un compte WordPress.com et ouvrir une session WordPress.com.

      C’est pareil comme le bouton Partager de Facebook que l’on voit sur certains sites. Il faut avoir un compte Facebook pour utiliser ce bouton. »
      Donc, si vous n’avez pas de compte wordpress.com, pas possible d’aimer l’un des articles publiés sur le blog. Ce qui serait bien dommage….
      Cordialement à vous.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.