La place de la Résistance va-t-elle retrouver l’aspect qu’elle avait au XVIIIème siècle ?


Réunion de quartier à Notre-Dame en ce lundi soir. En présence de la presse ! Éliminons tout de suite la question : les deux adjoints participant à la réunion ont redit que la présence de la presse n’était pas souhaitée car ses comptes rendus ne reflètent pas toujours la réalité des débats. Mais comme le représentant de La République qui assistait à la réunion est un habitant de Notre-Dame, membre qui plus est du comité de quartier……

L’un des deux adjoints est tout de même revenu sur la polémique d’il y a une quinzaine de jours. En assurant qu’il n’avait jamais « rembarré » le journaliste qui s’était invité à la réunion du quartier Sainte-Croix.

Le menu principal de la soirée

Concocté par Pierre-Louis Giannerini, il comptait deux plats intéressant directement le quartier Notre-Dame : la mise en place d’une signalétique du petit patrimoine et l’engagement d’une réflexion sur une réhabilitation de la place de la Résistance.

Mise en place d’une signalétique du petit patrimoine

Portail de la maison Mounicq
Le portail de la maison Mounicq, place Amédée-Gabe

L’opération, menée avec le concours du Cesel, concerne les trois quartiers de Notre-Dame, Sainte-Croix et Sainte-Marie. Elle sera réalisée en trois phases entre 2017 et 2019. La première phase qui doit être opérationnelle au plus tard au mois de juin 2017 concernera le quartier Notre-Dame.

Il s’agira d’apposer dans chaque quartier une quinzaine de panneaux d’information. Avec l’accord des propriétaires, ils seront placés sur des immeubles présentant un intérêt architectural, immeubles qui sont pour l’heure, faute d’indication, ignorés des touristes…. comme de bien des Oloronais.

Sur chaque panneau, on trouvera des illustrations ainsi que de courts textes présentant l’architecture de l’immeuble, mais aussi rappelant des faits historiques rattachés à l’immeuble ou à son environnement. Un flashcode permettra aux touristes étrangers équipés d’un téléphone mobile de trouver la traduction de ces textes au moins en anglais et espagnol.

Cinq modèles du même panneau-test sont exposés. Une grande majorité des membres du comité votent pour le même. Prudent, Pierre-Louis Giannerini précise toutefois que ce ne sera pas obligatoirement celui qui sera retenu.

Réflexion sur une réhabilitation totale de la place de la Résistance

Précision importante : ce dossier ne figure nullement au nombre des projets municipaux. Il convient cependant d’observer que les municipalités successives ont pu se pencher à un moment ou à un autre sur la question. Mais les plans de réhabilitation, s’ils existent, sont

Place de la Résistance
Une partie de la place de la Résistance, son terre-plein… et son kiosque

à ce jour restés dans les tiroirs.

La réflexion part d’un constat. La place de la Résistance présente le patrimoine architectural des XVIIème et XVIIIème siècles le plus riche de la ville d’Oloron. Malheureusement la réalisation d’un terre-plein au début du XIXème siècle (le parking situé au centre) fait perdre toute perspective sur l’ensemble de la place. Est-il utile de préciser que la construction d’un kiosque en tête de ce terre-plein dans les années 1970 n’a rien arrangé. De surcroît,  l’augmentation de la circulation aboutit au résultat suivant : la place de la Résistance est devenue un carrefour saturé à certaines heures du jour.

L’idée est de lui rendre l’unité et l’identité qu’elle a perdues. Comment ? En arasant le terre-plein. Tout en conservant bien sûr des places de stationnement. L’opération pourrait donner au quartier Notre-Dame un regain d’activité en faisant de la place de la Résistance un cœur de quartier.

La présentation par Pierre-Louis Giannerini a suscité un vif intérêt chez la trentaine de participants à la réunion. Il reste maintenant à le faire partager par les habitants du quartier. Puis à convaincre les élus. La réflexion n’en est qu’à ses débuts.

Autres points abordés lors de la réunion

  • L’adjoint au maire en charge de la sécurité invite les membres des comités de quartier volontaires à s’engager dans une action de « participation citoyenne ». Il s’agit de se porter candidat auprès de la Gendarmerie à laquelle on signalera ensuite, pour lui permettre d’intervenir rapidement, les incivilités dont on est témoin. J’ai le sentiment que cette initiative n’a pas été accueillie avec un grand enthousiasme par les participants.
  • Plusieurs membres du comité souhaitent que la municipalité rappelle par le biais d’une brochure distribuée à la population quelques règles du vivre ensemble (à propos du bruit, des tondeuses utilisées à pas d’heure ou le dimanche, des déjections canines etc.). J’ai cru comprendre que cette proposition ne soulevait pas l’enthousiasme de l’adjoint au maire en charge de la sécurité.
  • Malgré l’annonce qui en avait été faite dans l’avant-dernier numéro d’Inf’Oloron, les riverains de la rue Navarrot n’ont été conviés à aucune réunion d’information avant le lancement des travaux importants effectués dans cette rue. Et n’ont pas été destinataires de davantage d’information depuis le lancement de l’opération. Les deux adjoints au maire conviennent que ce n’est pas normal et en prennent note.
  • La prochaine réunion du comité de quartier Notre-Dame aura lieu le 4 juillet. Elle se tiendra en présence de Messieurs Lartiguet (directeur du Centre Social) et Bartissol (chef de service à la mairie).

 

Post-scriptum pour faire plaisir à Jean-Jacques Dall’Acqua

J’ai cru comprendre au travers de l’une de ses réflexions à mon adresse que Jean-Jacques Dall’Acqua serait très déçu si je ne parlais pas de lui dans mon billet. Désireux d’être agréable au lecteur vigilant qu’il semble être, je vais donc m’intéresser au texte qu’il a commis dans le dernier Inf’Oloron pour présenter le budget communal en sa qualité d’adjoint au maire en charge des finances. Jean-Jacques Dall’Acqua s’y félicite de la gestion financière de l’an passé qu’il juge « très convenable ». Il en veut pour preuve que « tous les comptes de gestion sont positifs ».

Mais, mon cher Jean-Jacques, il n’y a rien de « très convenable » là-dedans. Vous ne faites là que respecter une obligation légale. Un compte de gestion négatif amènerait en effet le préfet à saisir immédiatement la Chambre Régionale des comptes. Qui s’occuperait du cas de la commune d’Oloron. Cela étant, je peux comprendre qu’au bout de deux ans d’exercice de mandat, les finances publiques puissent présenter pour vous encore quelques mystères.

4 commentaires sur « La place de la Résistance va-t-elle retrouver l’aspect qu’elle avait au XVIIIème siècle ? »

  1. La réhabilitation des quartiers est un bon début, mais ne suffira pas à arrêter le touriste et le faire rester quelques jours.
    Il faut également un milieu accueillant, voire festif, des animations, la mise en valeur des hôtels, gîtes et un camping moderne .
    Mais et surtout, Oloron n’est pas qu’une ville, la commune est riche d’un patrimoine historique et un patrimoine forestier qui mis en valeur pourrait maintenir le touriste sur les lieux un certain temps. Une association à Oloron qui milite pour la préservation de ce milieu est forte de propositions dans ce sens.
    La label EcoTourisme obtenu par la ville permettra j’en suis sûr une réflexion concertée pour améliorer l’accueil des voyageurs et le bien-être local.

    J'aime

    1. Oui, Oloron a bien des atouts à faire valoir en matière touristique. Dommage que les instances diverses et variées qui ont en charge cette valorisation ne tirent pas toutes dans le même sens pour exploiter au mieux cette richesse.

      J'aime

  2. ​ mystère ou manipulation des chiffres :
    – dossier budget déclaration: « Oloron Ste Marie reste une des villes du département des P.A où la pression fiscale est la moins forte » !!!! je conclus que l’augmentation de la taxe d’habitation que nous venons de subir ne fait pas partie de la pression fiscale, puisque « les taux de la fiscalité restent stables » encore une coquille?
    – dette: il me semblerait aussi intéressant de présenter l’évolution de la dette depuis 2001( période du mandat) avec en parallèle celle de l’épargne pour avoir un vision plus objective de la gestion de la commune de 2001 à 2015 –

    J'aime

Les commentaires sont fermés.