Le maire d’Oloron a bloqué le compte Twitter du blogueur !


Afin d’entamer ce dimanche sur une bonne note, le blogueur décide de se rendre sur le « compte officiel d’Hervé Lucbéreilh, maire d’Oloron Sainte-Marie », d’afin d’y trouver une de ces bonnes blagues ou saillies dont il a le secret . Quelle n’est pas sa surprise, une fois rendu sur le compte du maire d’Oloron de buter sur l’annonce suivante :

Blocage0

 

Compte bloqué ! Le blogueur fait immédiatement son examen de conscience : quelle peut être la raison qui a poussé Hervé Lucbéreilh, maire d’Oloron, à priver ainsi l’un de ses administrés de la consultation des profondes réflexions politiques que ce dernier dispense aux Oloronais via Twitter. Aurait-il mal digéré le billet publié hier sur oloronblog ?

Aurait-il été piqué par le commentaire que Joël Adam n’avait pu s’empêcher de tweeter en réponse à l’un de ses tweets et qui a donné lieu à l’échange suivant ?

Blocage4

Blocage3

Pour le blogueur, ce mouvement d’humeur reste un mystère. Hervé Lucbéreilh sait bien en effet (du moins le blogueur l’espère) qu’il est possible d’accéder à son compte Twitter depuis n’importe quel ordinateur, tablette ou mobile. Le blogueur pourra donc continuer de se régaler de ses blagounettes et autres messages ésotériques. Ce qu’il ne manquera pas de faire. Et de commenter le cas échéant. Parce que si un homme politique n’accepte pas la critique (dès lors que celle-ci est étayée)……

5 commentaires sur « Le maire d’Oloron a bloqué le compte Twitter du blogueur ! »

    1. Merci de la précision, Monsieur Churchill. Mais si, sur un total de 23 tweets, on a besoin pour exprimer sa pensée de recourir à des citations de Mark Twain, Clémenceau, Denisot et Churchill, c’est que l’on a quelque difficulté à penser par soi-même, non ?

      J'aime

      1. Et c’est surtout une manière habile de faire du buzz avec pas grand chose, de prendre du temps de cerveau disponible aux oloronais et de masquer l’inactivisme depuis deux ans.

        J'aime

  1. A propos de « si un homme politique n’accepte pas la critique (dès lors que celle-ci est étayée) » Tweeter, par construction, n’est pas le lieu d’argumentation étayée. D’ailleurs les deux billets à propos de Tweet que j’ai lu sur ce blog : blague salace et guéguerre de Tweet n’ont pas la portée politique (au sens, se préoccuper de comment vivre ensemble pour le mieux) d’autres billets super-intéressants … 140 caractères c’est assez pour faire mal mais bien peu pour construire.

    J'aime

    1. Tout à fait d’accord avec vous : communiquer politiquement via Twitter marque la dégénérescence de la pensée politique. Quand je parle de « critique étayée », je veux évoquer (mais j’évoque mal vu votre réaction) non pas le message que je me suis laissé aller à pondre sur Twitter, mais les commentaires sur l’action municipale que vous lisez sur le blog, commentaires que je m’efforce de toujours appuyer sur des exemples et des références.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.