Un soutien de poids pour Jean Lassalle dans sa marche vers l’Élysée


Ira ou ira pas ? Coup de com ou détermination ? Les velléités de Jean Lassalle à se lancer dans la campagne des présidentielles animent quelques rédactions locales et nationales. Le soutien à sa candidature commence à rallier des personnalités politiques de poids. Témoin, le prise de position d’Hervé Lucbéreilh dans La République de ce matin.Oui, le maire d’Oloron himself a viré Lassalliste convaincu.

Certains diront que cette alliance ressemble à celle de la carpe et du lapin. Ou y verront la corde soutenant le pendu. Quand on sait l’antagonisme, l’animosité qui opposent les deux personnages on ne peut en effet qu’être étonné par cette soudaine déclaration d’admiration de l’un pour l’autre. Mais, nous le savons tous, en politique les ennemis d’hier sont souvent condamnés à devenir les amis de demain. Le tout est de déceler les raisons de tels revirements. L’expérience nous conduit à penser que les nobles motivations sont en règle générale l’habillage d’arrière-pensées beaucoup plus terre à terre.

Connaissez-vous la véritable raison qui pousse Jean Lassalle à envisager de se présenter à la présidentielle ? Il veut faire payer à Alain Juppé son refus de soutenir sa candidature comme tête de liste aux dernières élections régionales. On le voit, comme élévation de pensée, il y a mieux. Quant aux vraies raisons qui suscitent chez Hervé Lucbéreilh à ce soudain intérêt pour Jean Lassalle, j’avoue qu’elles me laissent perplexe. Serait-ce uniquement pour faire parler de lui ? Je n’ose le croire. (Actualisé ce même 8 mars à 16 heures 56) : un lecteur d’oloronblog ose une hypothèse qui me semble tenir parfaitement la route : Hervé Lucbéreilh compte en échange de son soutien obtenir l’appui de Jean Lassalle quand, d’ici quelques mois, le poste de président de la grande intercommunalité sera à conquérir.

Autre motif de perplexité pour moi : Hervé Lucbéreilh considère Jean Lassalle comme le dernier gaulliste. Je n’ai aucune légitimité pour délivrer des brevets de gaullisme. Pas plus qu’Hervé Lucbéreilh, pas moins non plus. Mais imagine-t-on le général de Gaulle (né à Lille) entonner dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale « Le P’tit Quinquin », comme notre député, né en Béarn avait entonné « Aqueros Montanhos » dans cette prestigieuse enceinte. Est-ce qu’on imagine le général de Gaulle entamer une grève de la faim pour obtenir satisfaction d’un industriel ? Et je pourrais poursuivre la liste.

C’est quand même curieux cette manie de certains hommes politiques de se référer au général de Gaulle. C’est un peu comme ceux qui se déclaraient bonapartistes ou royalistes des dizaines d’années après la mort de Napoléon ou du dernier roi de France. Cela dénote tout simplement un manque d’idées personnelles. Mais est-ce mieux de se dire gaulliste un jour, sans parti le lendemain, CNIP le surlendemain etc. Je vise quelqu’un ? Non, bien sûr.

5 commentaires sur « Un soutien de poids pour Jean Lassalle dans sa marche vers l’Élysée »

  1. Jean Lassalle, individu politique opportuniste et pathétique qui fait mumuse tout seul sur les deniers de la République… L’absence de glucose pour alimenter le cerveau pendant une période de diète n’ayant rien arrangé.

    J'aime

  2. J’avais un vague souvenir de propos d’Hervé Lucbéreilh concernant Jean Lassalle et sa grève de la faim, en tapant sur Google Hervé Lucbéreilh Jean Lassalle psychiatrie voilà ce que tout le monde pourra lire
    2006
    Une classe politique béarnaise plutôt partagée

    Hervé Lucbéreilh, maire UMP d’Oloron
    « Pour moi c’est du grand guignol, ça relève de la psychiatrie. Quand on est porteur d’une parcelle de la représentation nationale, on se doit de représenter dignement sa circonscription. Même si sur le fond je peux partager son souci, je crois qu’un député doit utiliser d’autres moyens que de faire du cirque. Ces attitudes-là, répétées, ne sont pas dignes des électeurs qu’il représente et qui méritent beaucoup plus de sérieux et de suivi dans l’examen des dossiers.

    Derrière le rideau de fumée apparaît la vacuité du propos. Je pense en outre que ce n’est pas la bonne tactique; bien des élus font la preuve de leur capacité à changer les chose, sans spectacle, inutile et qui nous ridiculise. »

    Et oui, des marionnettes.
    Après on s’étonne que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique et ne veuillent pas aller voter.
    Tristesse

    J'aime

    1. C’est vrai, les hommes politiques ne devraient jamais parler à la presse. Ils seraient mis bien vite face à leurs contradictions. Merci en tout cas de ce rappel de propos sur lesquels je serais curieux de connaître l’interprétation que leur donne aujourd’hui leur auteur…. qui ne tarit pas d’éloges sur le même Jean Lassalle

      J'aime

  3. De Gaulle se serait-il enchaîné aux grilles d’une école ou se serait-il bâillonné à l’Assemblée Nationale comme l’a fait Dupont-Aignan ? De Gaulle aurait-il été un repris de justice comme Juppé (le libéral fédéraliste) ?

    De Gaulle c’est de Gaulle, le gaullisme c’est la promotion des convictions politiques que portait le général de Gaulle, ce n’est pas la même chose !

    Lassalle porte en effet ces convictions gaullistes qu’il manque à la France. Hervé Lucbéreilh n’a pas dit que Lassalle était le nouveau de Gaulle mais le dernier gaulliste ce qui est totalement différent !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.