Présentation des trois questions d’actualité posées par l’opposition lors du conseil municipal du 29 février


En fin de séance du conseil municipal, une fois épuisé l’ordre du jour classique, une fois relâchée l’attention des conseillers et auditeurs, une fois les journalistes partis pour aller rédiger leur compte-rendu, arrive l’heure des questions d’actualité. Les questions d’actualité,  ce sont les sujets d’intérêt communal que tout conseiller peut demander au maire d’aborder. En règle générale, les conseillers de la majorité ne posent pas de question d’actualité. Par manque de curiosité ? Parce qu’ils sont déjà trop bien informés par le maire ? Qui le sait ? Les conseillers d’opposition en revanche ne manquent pas une occasion pour poser ce type de question. Voici en avant-première les trois questions dont ils ont demandé l’évocation lors du conseil municipal du 29 février.

Le vote d’une motion « pour maintenir et développer l’offre de soins sur Oloron Sainte-Marie, le Haut Béarn et la Soule »
Le 19 février, les participants à la réunion du Collectif santé ont adopté à l’unanimité (si l’on excepte trois votes d’abstention) le texte d’un appel, en réaction aux inquiétudes qui pèsent sur le devenir de l’offre de soin sur Oloron et le territoire environnant. Cet appel a déjà été signé depuis par plus de 500 personnes. La première question d’actualité des élus d’opposition vise à faire adopter par le conseil municipal une motion reprenant les termes de cet appel, termes que voici :
ENSEMBLE, NOUS VOULONS :
• conserver et élargir une offre de santé de qualité sur Oloron Sainte-Marie, le Haut Béarn et la Soule tant en médecine de « ville » (générale et spécialisée) qu’en chirurgie et médecine hospitalière.
• maintenir la maternité de l’hôpital public à Oloron Sainte-Marie
• favoriser les recrutements médicaux nécessaires par une promotion dynamique de l’attractivité du territoire
• préserver l’emploi et les conditions de travail dans le secteur de la santé
Les élus d’opposition considèrent que l’importance de la question justifie qu’elle soit abordée au tout début du conseil et non à la fin.

Compte tenu de l’importance du sujet, le groupe d’opposition souhaite qu’il soit traité dès le début du conseil et non à la fin.

Les carrières du Bager
Des travaux de forage ont été entrepris dans le cadre des études préalables à l’ouverture de carrières. Ces travaux nécessitent l’emploi de gros engins de chantier dont le passage cause d’importantes dégradations : terrain défoncé, arbres arrachés…. Les élus d’opposition demandent au maire, qui a autorisé ces études et les travaux qui vont avec, d’indiquer au conseil s’il a pris toutes les dispositions utiles pour que la remise en état du site soit effectuée. Ils souhaitent par la même occasion que le maire informe le conseil des derniers développements du projet.

Le vote d’une motion sur le projet de « partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement » (traité TAFTA)
Le quotidien Le Monde rappelle ce que serait le traité TAFTA, actuellement en cours de négociation : « … est un projet de zone de libre-échange lancé début 2013 par Barack Obama et les dirigeants de l’Union européenne,….
L’objectif est de libéraliser au maximum le commerce entre les deux rives de l’Atlantique, en :
• réduisant les droits de douane
• réduisant les « barrières réglementaires », c’est-à-dire les différences de réglementations qui empêchent l’Europe et les Etats-Unis de s’échanger tous leurs produits et services, et qui génèrent des coûts supplémentaires ; »
La première question qui vient à l’esprit est la suivante : que vient faire un traité transatlantique dans l’ordre du jour de la séance d’un conseil municipal qui, par définition, se doit de traiter uniquement les sujets d’intérêt communal ?
Réponse des élus du groupe d’opposition à cette objection : ce projet d’accord aurait des conséquences graves pour les municipalités et autres collectivités territoriales (destruction des services publics par exemple). Ils demandent donc que la ville d’Oloron, comme l’on déjà fait d’autres collectivités, se déclare hors de ce traité TAFTA (qui, je le rappelle, est toujours en cours de discussion à ce jour).
Mouais…

Voilà donc présentées ces trois questions d’actualité. On mesurera le respect que le maire porte à son opposition au sérieux et au détail des réponses qu’il y apportera.

2 commentaires sur « Présentation des trois questions d’actualité posées par l’opposition lors du conseil municipal du 29 février »

  1. Le troisième point n’est pas que symbolique, même si dans les effets il le sera. Indiquer clairement une opposition au TAFTA c’est attirer l’attention de ceux qui pour l’instant ne le connaisse pas, où n’en savent pas trop sur le sujet. Ce traité est une folie ultra-libérale qui balaie tout sur son passage, à commencer par le peu de démocratie que nous connissons en Europe : qui connait les négociateurs côté européen ? Qui leur a donné mandat pour cet accord ?… C’est inadmissible quand on mesure l’impact que cela aurait sur notre quotidien. On peut aussi mesurer à quel point le TAFTA se moque des accords de la COP21, puisqu’il prévoit une libre exportation des ressources naturelles. Les USA pourraient ainsi nous imposer leur gaz des schiste. Et je ne parle même pas du reste, notamment les services privés en tous genres qui continueront de démolir nos services publics. EN fait, il s’agit d’harmoniser certaines réglementations, mais ce sera toujours en partant du plus libéral. Pas forcément un mal sur certaines petites choses, cela va devenir monstrueux pour d’autres. Les OGM par exemple et autres nourritures industrielles (le fameux poulet à la Javel)… Bref, quand en France on prend enfin la mesure des dégâts industriels sur notre santé, on va se jeter dans la gueule du loup… Et sans nous demander notre avis. Alors là pour le coup, je suis tout à fait d’accord avec l’opposition. Idem pour le premier point, ça ne peut pas être une simple question d’actualité…

    J'aime

  2. Oui, la troisième question d’actualité a le mérite de faire découvrir ce projet TAFTA à beaucoup d’entre nous. Voilà l’occasion de chercher à en savoir plus sur le contenu de ces négociations. Mais le tout blanc d’un côté, tout noir de l’autre a quelque chose de manichéiste qui interpelle. Question à creuser en tout cas.
    Quant à l’offre de soins, le groupe d’opposition a en effet demandé que, vu l’importance du sujet, la question soit abordée dès l’entrée du conseil. D’où le rajout d’une phrase dans mon article suite à votre judicieuse remarque.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.