La présentation de l’ordre du jour du conseil municipal en avant-première aux membres du Cesel : un petit tour et puis s’en va ?


Vendredi 19 février, les membres du Cesel étaient réunis en plénière pour prendre connaissance en avant-première de l’ordre du jour du conseil municipal du 29 février. Ce en présence du maire et d’une belle brochette d’adjoints. L’initiative est intéressante. Elle permet de sensibiliser des citoyens au fonctionnement de la machine municipale.

Cependant, l’expérience atteint vite ses limites, comme je le pressentais dans un précédent billet. Découvrir en un peu moins de deux heures de temps 26 dossiers comptant de une à 30 pages qui défilent sur un écran, commentaires du maire en sus, ne prédispose pas au débat. C’est pourquoi on a compté sur les doigts d’une main les questions posées par les membres du Cesel durant la réunion. Sauf à considérer que la présentation était tellement limpide que nous avons tout compris du premier coup.

D’entrée de jeu, le maire et la présidente du Cesel nous ont gratifié d’un avertissement qui, à l’évidence, s’adressait en priorité à l’un des présents qui consacre un blog à la chronique oloronaise. Le message que l’on a voulu nous faire passer était le suivant : cette réunion est une réunion privée, donc pas question que son contenu soit rendu public. Le maire ajoutant que, si tel était le cas, il ne renouvèlerait pas l’expérience.

Il n’est bien entendu pas question que je me plie à ce genre d’injonction. Pour de multiples raisons :
• Les menaces sont davantage une source de motivation que de dissuasion ;
• Les membres du Cesel ne sont passibles d’aucune sanction pour quoi que ce soit. Il n’y a en effet à cette heure aucun règlement intérieur applicable qui leur dicte la conduite à tenir. Ce règlement n’a en effet toujours pas été approuvé par le conseil municipal. Ce devrait être chose faite le 29 février.
• Il est extravagant de prétendre que la réunion plénière du Cesel, instance officielle créée par le conseil municipal, est une « réunion privée » ;
• L’ordre du jour du conseil municipal est un document public. L’ensemble des pièces qui nous ont été communiquées sont également publiques puisqu’elles étaient jointes à la convocation du conseil municipal reçue par les conseillers municipaux avant notre réunion. Ce n’est donc trahir aucun secret que de faire état dès maintenant de l’existence de ces pièces.
• La plupart des membres du Cesel sont des citoyens de cette ville. Pourquoi auraient-ils plus de droit que les autres ? Ils sont en quelque sorte leurs représentants et ont donc, à ce titre, un devoir de les informer. Ou alors la « démocratie participative » ne serait-elle dans l’esprit de certains élus qu’un terme vide de sens ?

Ces raisons me semblent suffisantes pour que mardi, bravant les interdits du maire (quel courage et quel sens de l’abnégation !), je détaille les principales questions qui seront examinées par le conseil municipal le 29 février prochain. Et puis si les séances d’information sont supprimées pour les membres du Cesel (punition collective, comme à l’armée), eh bien j’irai à la chasse aux informations auprès de conseillers municipaux.

4 commentaires sur « La présentation de l’ordre du jour du conseil municipal en avant-première aux membres du Cesel : un petit tour et puis s’en va ? »

  1. Le CESEL : garde à vous , doigts sur la couture !!!! drôle d’interprétation que cette « démocratie participative » ……. quel président d’une des commissions qui va oser transmettre aux administrés que nous sommes l’ordre du jour du CM du 29 février ? après cette réunion privée du 19 février, privée de paroles avec interdiction de communiquer semble t il
    aucune info à ce jour sur le site de la mairie (toujours sous l’emprise du piratage)

    J'aime

    1. À dire vrai, j’ignore si les présidents de commission du Cesel ont reçu sur support papier l’ordre du jour du conseil municipal. Je vais me renseigner. En tout cas, dès demain, je mets en ligne les quelques informations qui nous ont été données sur écran et que j’ai pu noter

      J'aime

  2. C’est sûr que cela ne peut guère tenir la route ainsi. Mieux vaudrait, avec le Bureau du Cesel, faire une sélection des points abordés en CM pour ne retenir que ceux ayant un intérêt pour les commissions du CESEL ; puisqu’il s’agit, rappelons-le, d’information. Allez, il y a encore des formes à arrondir, mais c’est une bonne chose que cela se soit déroulé avec la présence d’adjoints concernés. Il était temps…

    J'aime

  3. Entièrement d’accord avec vous, Bertrand. Qu’importe en effet aux membres du Cesel d’être informé de « ladhésion des communes de Monein et de Gan au Syndicat intercommunal d’adduction d’eau potable d’Ogeu-les-Bains » ? C’est en effet l’une des questions inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal du 29 février (zut ! j’ai trahi un secret !). On peut concevoir que ce type de sujet puisse échapper à l’information du Cesel. Ce ne sera pas là une atteinte à la démocratie participative.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.