Voie ferrée Oloron – Canfranc : Georges Manaut 1 – Alain Rousset 0


Georges Manaut est une personne qui a de la suite dans les idées et qui ne se laisse ni impressionner ni décourager par les barrières administratives que l’on tente de dresser sur son passage. Tout le monde connaît maintenant, sans nécessairement la partager, son opposition historique à la réalisation de la voie ferrée Oloron-Bedous et, peut-être à terme, Oloron-Canfranc.

Depuis des années,Georges Manaut clame l’inanité de ce projet porté par l’ex-Région Aquitaine et par son président Alain Rousset au premier chef. Comme la Région avait fait réaliser en 2012 une étude socio-économique sur le sujet, il a souhaité en avoir communication afin de vérifier par lui-même si l’intérêt de l’opération était confirmé par les experts.

Alain Rousset a refusé de lui communiquer cette étude au prétexte assez surprenant  qu’il s’agissait d’un document préparatoire à une décision qui n’était pas encore intervenue. Comme si la décision de réalisation du tronçon Oloron-Bedous n’était que le fruit de l’imagination !

Georges Manaut ne s’en laisse pas compter et saisit en octobre 2015 la CADA, la Commission d’accès aux documents administratifs pour qu’elle enjoigne au président de la Région de lui communiquer cette étude. Et le verdict de la CADA tombe : l’étude doit être communiquée à Jean Manaut. Ci-dessous, l’avis de la CADA :

Avis CADA

 

Et maintenant ? La Région Aquitaine peut encore faire de la résistance. Car les avis de la CADA sont dépourvus de caractère contraignant. La Région dispose d’un mois à compter de la réception de l’avis de la Commission pour lui faire connaître les suites qu’elle entend donner à la demande. Aucune disposition ne fait d’ailleurs obligation à la Région d’informer Georges Manaut de sa position définitive. Qui aura toujours la ressource, si la Région persiste dans son refus de communiquer, de contester cette décision devant le juge administratif.

On le voit, la voie (ferrée) est encore longue pour Georges Manaut. On peut juste se demander pourquoi la Région refuse de communiquer la pièce qu’il demande. L’étude socio-économique serait-elle si défavorable que cela aux décisions qu’elle a prises ? Quel risque court-elle maintenant que les travaux ont pris une telle avancée ? Juste celui de prouver qu’elle s’est lancée dans un projet à l’intérêt plus qu’incertain sur le plan économique. Et cela, nous sommes nombreux à déjà le savoir.

17 commentaires sur « Voie ferrée Oloron – Canfranc : Georges Manaut 1 – Alain Rousset 0 »

  1. Monsieur Manaut ne souhaite pas la réouverture de cette ligne tout simplement parce qu’il habite à un passage à niveau à Gurmençon.
    Egoïsme, égoïsme quand tu nous tiens !

    J'aime

  2. Bravo à Georges pour sa ténacité et cette petite réussite (obtenue de haute lutte après moult démarches et actions). Certes cela arrive après la bataille : le chantier ira quoi qu’il arrive à son terme. Mais la mauvaise foi, l’irrespect du citoyen dont a fait preuve dans ce dossier Mr le Prince de Lescun, seigneur d’Aquitaine (socialiste lui ?? me faites pas rire, son comportement est celui d’un noble de haute lignée sous l’Ancien Régime) méritent d’être dénoncés sur la place publique.
    Forza Georges, on est avec toi !

    Aimé par 1 personne

  3. @THOMAS
    Vous occultez que la décision de cette Commission d’Accès aux Documents Administratifs a donné une véritable gifle au Président de la Région et à Bernard Uthurry qui voulaient, en violant le droit, continuer gérer dans le secret le siphonnage des contribuables. Cette étude ayant été financée à hauteur de 75 000 € par la Région..
    Grâce à notre association qui va prendre connaissance du contenu de cette étude, les partisans et les adversaires de ce tronçon ferré vont mesurer la crédibilité ou pas de ROUSSET et d’UTHURRY qui ont répété à l’envi que 600 000 passagers transiteraient sur cette voie ferrée (165 par jour), avec un transport annuel de 3 millions de tonnes de marchandises, (soit 5000 trains/an, équivalent à 26 trains/jour en comptant l’aller et le retour).
    Là où vous avez raison est que mon opposition à ce projet été fortifiée avec la proximité de mon domicile avec cette voie ferrée. C’est vrai, que si j’avais habité à Calais ou Strasbourg, par exemple, je n’aurai pu savoir que le duo Rousset-Uthurry avait projeté de réaliser 150 millions de travaux pour faire circuler un train pratiquement à vide pour rallier le village de Bedous comptant 548 habitants.
    Notre petite association qui n’a pas un rond dans ses caisses aura quand même fait mettre un genou à terre à un président de région qui gère un budget de 3 milliards. Et quand je pense que dans un an le tribunal administratif de Toulouse aura à se prononcer sur la notion même d’utilité publique de ce projet…….

    J'aime

  4. Monsieur Loloronais je trouve la dernière phrase de votre commentaire et en cela vous me peinez , bien prétentieuse , vous qui savez et nous les ignorants ! Je vous trouvais souvent prudent en essayant toujours de prendre de la hauteur . Il me plais à croire que ce sujet vous fait dérailler , et vous fait perdre toute retenue . À croire que ce débat est obligatoirement clivant ,que l’on ne peut pas dialoguer ,avec d’un côté les gens sensés qui savent ,ardents défenseurs des deniers publics et de l’autre de dangereux rêveurs , des petits enfants en mal de train électriques . On entend surtout Mr Manaut hurler vociférer et surtout raconter de grands mensonges . Pour preuve la dernière fois je commentais les résultats des élections en disant qu’ils n’avaient été pas mauvais pour Mr Rousset ,Mr Manaut m’a envoyé en touche en donnant un chiffre de 31% . Mais quel menteur , sur Oloron 1 il fait 39,05% au premier tour et 55,4 au deuxième avec 59,4 à Gurmencon le village du sieur Manaut . Il raconte dans ce blog que les trains ne pourront pas dépasser les 300 tonnes alors qu’en ce moment même les convois qui achemine les rails sont de 600 tonnes !!! Entre parenthèse on en est au neuvième convoi , il n’en manque plus que trois pour arriver a Bedous . Il blablatere sur le fait que la ligne ne comporte entre pau et huesca qu’une ligne et que donc les trains ne peuvent se croiser !! Mais elle comporte en plein d’endroit des zones d’attentes ou les trains peuvent attendre le passage d’un autre , du coté français on trouve par exemples les gares d’Oloron , Bedous et des Forges d’Abel . Il nous sort des chiffres en veux tu en voilà sur les surcoût , mais ils ne sortent que de son imagination à sens uniques. Alors s’il suffit d’hurler et de raconter des mensonges pour avoir raison c’est bien triste . Tout le monde a vu la photo de la maison de Mr Manaut avec les constructions qu’il avait réalisé en toute illégalité sur la voie ferrée ,quand il a acheté cet ancien garde barrière à petit prix il y était stipulé la probabilité d’un hypothétique réouverture de la ligne . Par contre il semblerait que lors des travaux devant chez lui son garage ce soit effondré , j’espère sincèrement que les responsables des travaux mettrons tout en œuvre pour vous faire réparation . L’histoire est en marche et sur de bon rail , on doit vraiment faire pitié à nos voisins Espagnol dont le parlement d’Aragon vient de voter à l’hunanimité droite comme gauche pour la poursuite des travaux et à la renaissance de cet axe . Bonne nuit

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Monsieur Perez. Désolé si la conclusion de mon billet vous a choqué. Comme vous le dites, la voie Oloron-Canfranc est un sujet clivant. Comme la déviation Gabarn-Gurmençon quand il s’agit du domaine routier. Et, sur un sujet clivant, nous sommes toujours l’ignorant de celui qui ne partage pas notre point de vue (ici, vous êtes mon ignorant et je suis votre ignorant). L’une des solutions serait peut-être, pour que vous et moi sortions de nos ignorances respectives, qu’Alain Rousset consente à rendre publique son étude socio-économique. Tant qu’il ne le fait pas, vous comprendrez qu’il entretient le doute sur le bien-fondé de l’opération.
      Quant à Monsieur Manaut, il a un point de vue. Tout aussi respectable que le nôtre. Et il le défend certes avec passion, mais en utilisant les moyens que lui donne le droit. On ne va tout de même pas lui en faire grief.
      Bien cordialement

      J'aime

  5. Merci à @Joël Adam d’avoir recadré le sujet.
    Quant à @Pierre Perez, il a droit à sa part de bonheur même en ignorant des résultats de cette étude de rentabilité socio-économique. Lui aussi reproche la proximité de mon habitation (payée pas cher dit-il même) avec la voie ferrée. Le malheur pour @Pierre Perez est sa proximité avec le parti politique qui subventionne son association qui milite pour la réouverture de la voie ferrée jusqu’à Canfranc. Le budget de cette association, au titre de l’année 2013, comprenait 50 € de la part de la Mairie de Bedous managée par le socialiste Bellegarde, 200 € par la Mairie d’Oloron gérée par le socialiste Uthurry et 500 € par la Mairie de Pau pilotée par la socialiste Martine Lignières Cassou. Soit 750 € de subventions par an, depuis x et x années. Avec le renouvellement des élus aux municipales, Hervé Lucbéreilh a coupé les vivres à juste titre à cette succursale du PS, tandis que François Bayrou perpétue inutilement cette subvention municipale.

    Je n’ai jamais rencontré un partisan de ce projet ferré présentant un argument qui tient la route. Pardon, sauf un,dont je vous laisse le soin d’évaluer: «  Vivement que ce train aille à Canfranc. On pourra choper comme çà une cuite pas cher. Et au retour, on ramènera du jaune et des clopes que l’on revendra au black». Mais peut-être que @Pierre Perez dispose d’atouts supplémentaires avec une des corporations exonérées du paiement du billet de train, ou bien de la faiblesse des ressources qui dispense d’être impacté fiscalement du financement de ces travaux qui ne présentent aucun intérêt économique ou environnemental.

    J'aime

  6. Le sujet passionne et les esprits s’échauffent. Le débat ressemble à un scénario de Don Camillo…

    Je reprendrais juste les derniers mots de la conclusion de Mr Manau

    Les études économiques et environnemental existent. Elles ne manquent pas. L’estimation des réserves de pétrole sont de 30 à 50 ans. La COP21 nous a rappeler que le réchauffement climatique est une vérité que plus personne ne conteste. Le coût d’une voix ferré est inférieur à celui d’une route. Le train créait plus d’emploie que la voiture. Le train fait parti de l’avenir, des solutions et c’est un bon axe d’investissement.

    J'aime

  7. Le train consomme bien plus qu’un bus, et pour transporter 3 pinpins entre Oloron et Bedous un minibus 9 places suffirait amplement, en consommant infiniment moins qu’un bus. D’où l’utilité de porter à la connaissance du public le résultat de l’étude socio-économique réalisée en 2012 (ça va faire 4 ans qu’elle se terre dans les coffre-fort de la Région … qui appartient à ses citoyens). Wait and see, on en reparle après.

    J'aime

  8. @Serge est angoissé à l’idée de manquer de carburant pour circuler avec sa voiture. Il est archi cocu avec son soutien du train pour rallier Bedous. Parce que le train consomme 100 litres de fuel-oil aux 100 kms. Même les bus de 60 places qui font le job actuellement ne consomment que 30 litres de carburant AUX 100 kms. Avant de tapoter sur votre clavier, vous aurIez pu demander à tous les chauffeurs de bus (entreprise REY, LEPRETRE,..) et vous entretenir avec des conducteurs de train. Je refuse d’accéder à votre complaisance du factice…

    J'aime

    1. Il faut une argumentation bien pauvre pour passer aussi rapidement en mode agressif.. si vous habitez à coté de la voie ferré je vous laisse compter les trains et leurs passagers … Je rectifie, ce n’est pas Don Camillo, mais plutôt un de ces vieux westerns où l’on peste contre le cheval de feu.. Vous me faite rire.. Avec vos idées d’avenir, vous êtes déjà dans le passé..

      J'aime

  9. Dimanche matin, devant ma boulangerie préférée de la rue Adoue, le bus affichant CANFRANC est passé lentement, me laissant ainsi le temps de compter les passagers, un seul au départ d’Oloron ! Bizarre de voir régulièrement, un aussi grand bus , promener si peu de passagers.

    J'aime

  10. @gsta64
    Le train possède d’immenses vertus (vitesse,sécurité,confort,ect…).Encore faut-il qu’il réponde à une nécessité et à une fréquentation, ce qui n’est pas le cas puisque nous disposons d’un transport par bus qui est loin d’être saturé avec le descriptif visuel que vous en faites.

    J'aime

    1. Maintenant que le transport de maïs ne se fait plus à partir de Canfranc par le train et donc plus par camion coté Français, pourriez vous avoir l’ amabilité de nous expliquer clairement à quoi va servir le contournement routier Gabarn/ Gurmençon ?
      Ce contournement, sensé supprimer le passage des nombreux camions, notamment de maïs, en centre-ville d’ Oloron. Est ‘ il toujours justifié et d’ actualité, puisque maintenant il n’ y a pratiquement plus de passage de ces nombreux camions.
      Ne faudrait’ il pas très vite affecter les 90 M d’ euros que va coûter ce projet de contournement à la réhabilitation de la voie ferrée, qui elle pourrait répondre pleinement à ce besoin. Par avance merci d’ une réponse.

      J'aime

  11. c’est vraiment nase de s’opposer à cette réouverture, penser un peut au génération future pollué pas le gazole…..
    Nase, Nase Nase et re Naze

    J'aime

  12. ah les gens qui râlent contre les quelques subventions accordées au CRELOC; que j’aimerais les entendre contre les subventions accordées au lobby routier BAP 😉

    J'aime

Les commentaires sont fermés.