Quand l’opposition municipale s’exprime pour annoncer…. qu’elle ne s’exprimera pas


Non mais sans blague… un ancien petit fonctionnaire territorial qui a l’outrecuidance de prétendre émettre une opinion sur la façon dont les élus municipaux exercent la fonction reçue des électeurs… où va-t-on ? Et bien l’ancien petit fonctionnaire n’a pas fini de s’intéresser au travail accompli par les élus de la majorité municipale comme à celui des élus de l’opposition. Enfin…. quand je dis le travail des élus de l’opposition….

Il y a quelques jours, j’évoquais, pour la déplorer, l’absence quasi complète de l’opposition qui ne s’exprime sur quasiment aucun des sujets qui font pourtant l’actualité politique, économique, culturelle (…) oloronaise. Elle laisse ainsi presque tout l’espace médiatique à un maire qui n’en demande pas tant. Voici encore un exemple de ce silence délibéré.

La loi donne un certain nombre de droits aux conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale. Figure au nombre d’entre eux (soyons précis : c’est à l’article L2121-27-1 du Code général des collectivités territoriales) le droit de disposer d’un espace dans le bulletin municipal afin d’y exprimer librement leur point de vue.

Les (trop) rares Oloronais qui auront poussé leur lecture jusqu’à l’avant-dernière page du dernier bulletin municipal – mais c’était déjà le cas lors du précédent numéro de ce magazine – auront vu que les élus de l’opposition avaient utilisé cet espace d’expression pour indiquer qu’ils ne s’y exprimeraient pas. Leur explication laisse pensif : « Plusieurs semaines séparent le moment où nous sommes sollicités pour produire la tribune du groupe minoritaire et le jour de parution d’Inf’Oloron. Nous préférons éviter le risque d’un décalage entre nos propos d’aujourd’hui et la réalité dans quelques semaines. Nous ne manquerons pas le cas échéant de nous exprimer par d’autres canaux ».

Ah bon ! Il n’y a donc aucun sujet qui ne vaille d’être traité par l’opposition s’il n’est en relation directe avec l’actualité immédiate ? Aucun thème de réflexion qui ne puisse être développé à travers cette tribune s’il ne concerne évènement survenu dans les tout derniers jours précédant la parution du magazine municipal ? C’est ce que l’on peut appeler de la politique à courte vue. Quant à l’expression « par d’autres canaux » envisagée dans la dernière phrase, on conviendra que l’opposition n’en a pas abusé jusqu’à aujourd’hui.

Dans l’espace qui lui est réservé dans ce magazine Inf’Oloron, la majorité municipale n’est pas en reste : « Le groupe d’opposition n’ayant pas souhaité s’exprimer dans le cadre de cette tribune, le groupe majoritaire, attaché aux règles de la démocratie et respectueux du dialogue républicain, a décidé d’en faire de même. » Humour ou hypocrisie ? Que viennent faire là-dedans la démocratie et le dialogue républicain ? La majorité n’a-t-elle rien à dire aux Oloronais, si ce n’est pour se positionner par rapport à ce qu’aura dit l’opposition ?

À moins que nos élus de la majorité comme de l’opposition aient décidé d’un commun accord de répondre par l’affirmative à la question posée par l’auteure américaine Amity Gaige : « Le silence est-il la seule expression de l’incommensurabilité de la vérité, étant donné la nature rudimentaire de notre faculté de langage ? » ? Mais sont-ils assez sages pour cela ?

Un commentaire sur « Quand l’opposition municipale s’exprime pour annoncer…. qu’elle ne s’exprimera pas »

Les commentaires sont fermés.