Voeux 2016 : enfin quelqu’un qui ne souhaite pas « Bonne santé ! » aux Oloronais


Ras le bol en ce début d’année de s’entendre souhaiter « Bonne Année, et surtout Bonne Santé » à chaque coin de rue par des personnes que l’on connaît à peine. Heureusement, il se trouve dans notre ville quelqu’un qui ne forme pas nécessairement des voeux de bonne santé pour nous tous. Explications.

La longue période des vœux 2016 tire sur sa fin. Lundi, c’était au tour de Madame la directrice du Centre hospitalier d’adresser les siens au personnel, à la communauté médicale et, je veux le croire, aux patients ainsi qu’à la population oloronaise tout entière. Des vœux tout en paradoxe si j’en crois ses propos tels qu’ils sont reportés par les journalistes présents. Et comme j’ai beaucoup à me faire pardonner des correspondants locaux après mon billet d’avant-hier, pas question que je mette en doute un tant soit peu la fidélité leur compte-rendu.

Tirant le bilan de l’année écoulée, Madame la directrice s’est ainsi félicitée : « … nos établissements ont enregistré une hausse d’activité de 5%, alors que cela faisait deux ans qu’il y avait une baisse. On repart donc sur une bonne dynamique. ». Si je comprends bien, plus il y a de malades, plus il y a de personnes en souffrance sur le territoire, plus l’administration de l’hôpital a de raisons d’être satisfaite.

Même dans le domaine de la santé, nous sommes confrontés à un système économique implacable : un hôpital qui n’accomplit pas un certain nombre d’actes médicaux dans l’année est menacé de fermeture. C’est d’ailleurs le cas à Oloron pour la maternité avec moins de 500 accouchements par an (314 en 2015 à Oloron selon le chiffre publié par La République).

Mais n’est-ce pas là un système pervers qui contraint, pour atteindre à tout prix les objectifs fixés par le ministère de la Santé, à un peu forcer la dose en prescrivant des actes médicaux qui, en réalité, ne s’avèrent pas absolument nécessaires ? Si rien ne permet d’affirmer que ce genre de pratique existe, on est cependant en droit de se poser la question.

En tout cas, une chose est sûre : Madame la directrice du Centre hospitalier ne nous souhaite pas une bonne santé pour 2016, une bonne santé qui risquerait de ne pas lui permettre atteindre les objectifs qui lui ont été fixés (Ne vous fâchez pas, Madame la Directrice, je plaisante).

Un commentaire sur « Voeux 2016 : enfin quelqu’un qui ne souhaite pas « Bonne santé ! » aux Oloronais »

Les commentaires sont fermés.