Un cas de maltraitance à la mairie d’Oloron : le service communication malmène la langue française


Invitation voeux 2015 001Billet en forme de clin d’œil ce week-end. Les choses sérieuses reprendront la semaine prochaine. Absent d’Oloron depuis quelques jours, je trouve ce samedi 16 janvier dans ma boîte un pli orné du logo de la mairie. À l’intérieur, une « Invitation personnelle » du maire et du conseil municipal à la cérémonie des vœux du 13 janvier 2016.

Diable ! À quel titre ferais-je partie des forces vives de la commune à la même enseigne que les milliers d’Oloronais (j’exagère à peine) destinataires de la même invitation ? En mes qualités de créateur et d’animateur de ce blog citoyen, blog dont le caractère d’utilité publique serait ainsi enfin reconnu ? Peu probable. En raison de mon appartenance à un Conseil économique, social et environnemental local encore balbutiant (le règlement intérieur de cet organisme n’a toujours pas été voté par le conseil municipal) ? Sans doute.

Mais ce qui m’a fait sursauter, c’est moins la réception de cette invitation que sa rédaction. Je cite : « … vous prient d’honorer de votre présence la Cérémonie des vœux, auxquels seront présentés les projets municipaux pour la prochaine année ». Fin de citation.

Dans ces 20 mots, la syntaxe me semble malmenée à deux reprises. Je sais, il vaut mieux aborder ce type de sujet avec une prudence de serpent. Surtout, comme j’en ai moi-même fait l’humiliante expérience sur ce blog, lorsque l’on se moque d’une faute d’orthographe en en commettant soi-même une dans le texte de la moquerie. Lançons-nous quand même, car il faut savoir vivre dangereusement. Et puis il se trouvera bien parmi les lectrices et lecteurs un expert en langue française qui, en cas d’erreur de ma part, saura me remettre sur le droit chemin.

« …. la Cérémonie des vœux, auxquels seront présentés les projets municipaux…. ». Si j’en crois le Dictionnaire de la langue française de chez Larousse, « auxquels » est un pronom relatif qui, dans la langue française, s’emploie dans un nombre de cas limité à la place des pronoms qui, que et dont. Essayez de remplacer dans le texte de cette invitation « auxquels » par qui, que ou dont et vous m’en direz des nouvelles. En l’espèce il eût sans doute été mieux venu – et bien plus respectueux de notre langue française – d’écrire « …. la Cérémonie des vœux durant laquelle (ou « au cours de laquelle » ou « à l’occasion de laquelle » etc.) seront présentés les projets municipaux… ».

Nous allons trouver la seconde anomalie dans la fin de la phrase : « …..seront présentés les projets municipaux de la prochaine année ». Rappelons que la cérémonie a lieu le 13 janvier 2016. Par voie de conséquence, si le maire y présente les projets de la « prochaine » année, c’est qu’il va parler des projets de 2017 ! En l’espèce, il eût sans doute été mieux venu – et sans doute plus cohérent – d’écrire « …de l’année 2016 » ou « …de l’année qui s’ouvre ».

Pas la peine de renforcer le service communication par un journaliste professionnel pour en arriver à ces bafouillages qui n’ont certes aucune gravité mais sont un peu risibles quand ils sont commis par un service qui devrait à tout le moins savoir communiquer…. et ce en bon français.

5 commentaires sur « Un cas de maltraitance à la mairie d’Oloron : le service communication malmène la langue française »

  1. Je ne suis pas expert en bon français non plus, mais il me semble que c’est encore plus simple : le sujet c’est la cérémonie, pas les voeux, donc on accorde au singulier, non ?

    J'aime

  2. Je suis d’accord, cette formulation m’a gênée également. Mais, bien qu’il soit difficile de lire l’écriture de notre cher maire, il me semble qu’il écrit  » cérémonie de vœux si importante pour votre ville ». N’y a-t-il pas plus important que des vœux ?
    Les actes me semblent bien plus importants quand ils sont dans l’intérêt des citoyens, mais notre maire est si égocentrique qu’il ne pense pas en citoyen……
    Il pense sans doute plus à se montrer qu’à agir positivement……
    Serais-je médisant ?….

    J'aime

Les commentaires sont fermés.