Faute de projets communaux ambitieux, le maire privatise ses voeux 2016


La lecture croisée des quotidiens La République et Sud-Ouest donne une idée de la teneur de la cérémonie des vœux 2016. Il y apparaît que la liste des projets municipaux annoncés à cette occasion a été sensiblement réduite par rapport à la litanie à laquelle nous avions eu droit en 2015. Monsieur le maire, qui lit certainement Oloronblog en avalant son café du matin, s’est forcément rendu compte – en prenant connaissance de mon avant-dernier article – qu’il était ridicule d’annoncer force projets qui, un an plus tard, n’avaient eu aucune suite.

Les Oloronais ont pu apprendre avec satisfaction lors de cette cérémonie des vœux 2016 que la dette de la ville avait été réduite de 1,8 million € en deux ans. C’est là un choix politique en soi respectable. Un autre choix eût été de profiter de la faiblesse historique actuelle des taux des prêts pour emprunter afin d’engager des investissements lourds qui, de toute façon, s’avèreront nécessaires dans les prochaines années (réfection d’une voirie de plus en plus dégradée, travaux lourds dans les bâtiments communaux etc.) et nécessiteront alors pour leur financement des emprunts à un taux plus élevé.

Les Oloronais ont encore appris avec intérêt que la commune allait se lancer en 2016 dans une refonte de ses outils de communication (site Internet, magazine municipal, réseaux sociaux). Objectif affiché par le maire : refaire d’Oloron une ville attractive pour les habitants comme pour les investisseurs. Je n’aimerais pas être à la place du journaliste professionnel que la ville a récemment recruté. Il doit sentir le poids écrasant de ses responsabilités : le salut d’Oloron passe en effet par sa plume.

J’ai eu un petit sourire en coin en prenant connaissance dans La République des deux « grands dossiers » portés en direct par la ville : la mise en place d’un musée de sculptures en plein air autour de l’œuvre de Pedro Tremoullas et la réalisation de sentiers archéologiques dans la ville. Voilà en effet des « grands dossiers » qui à eux deux représentent un investissement de quelques dizaines de milliers d’€ tout au plus. Ce qui n’enlève rien à leur intérêt. Mais on avouera que question politique culturelle ambitieuse d’une municipalité, on a vu mieux.

Et faute de pouvoir faire valoir des projets communaux ambitieux tout en restant crédibles, désireux néanmoins de démontrer le dynamisme de la commune, le maire a mis en exergue lors de cette cérémonie toute une série de projets émanant du secteur privé : une résidence senior de 87 logements, l’extension du Leclerc, la construction d’un Lidl (il s’agit en réalité du déplacement du Lidl existant), une opération immobilière du côté du Jardin public. On ne peut que se féliciter de toutes ces initiatives…. qui se seraient de toute façon concrétisées (intérêt économique des porteurs de projets oblige) quelle que soit la couleur de la municipalité.

Je terminerai ce rapide balayage des annonces 2016 par un bon point (on ne rit pas) : le maire a mille fois raison lorsqu’il déclare au cours de cette cérémonie que le désenclavement d’Oloron est la condition sine qua non de son développement. Et le coup de pied de l’âne suit immédiatement le bon point : reste à savoir s’il a aujourd’hui le poids politique voulu pour se faire entendre des décideurs (État, Conseil départemental voire Région) qui ont la main sur ces opérations.

2 commentaires sur « Faute de projets communaux ambitieux, le maire privatise ses voeux 2016 »

  1. « Et faute de pouvoir faire valoir des projets communaux ambitieux.. » quand même les carrières du Bager, de Soeix et d’Escou sont des projets ambitieux !!! Monsieur le Maire aurait du mettre en avant ces grands projets qui permettront à notre ville de devenir la capitale de l’extraction de cailloux.. c’est pas rien!!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.