« La cuisine politicienne pour les nuls », ou comment embaucher l’un de vos amis politiques à la mairie


transport à la demandeLe principe. Vous êtes maire et président(e) de son Centre communal d’action sociale (CCAS) et vous souhaitez recruter l’un(e) de vos ami(e)s au sein des services communaux ? Rien de plus facile : en application de la loi, vous avez –presque- tout pouvoir pour recruter qui vous voulez. À une double condition : 1/ vous devez au préalable obtenir de votre conseil municipal ou, s’agissant du CCAS, de votre conseil d’administration la création de l’emploi 2/ les crédits permettant de rémunérer le nouveau recruté doivent figurer au budget. Il vous suffit donc, si vous avez un(e) ami(e) à caser de convaincre votre conseil municipal ou votre conseil d’administration qu’il y a lieu de créer un nouveau service au sein de la commune et qu’il convient pour ce faire d’ouvrir un poste et d’inscrire des crédits. Et le tour est joué.

Application pratique. Réunion du conseil d’administration du CCAS d’Oloron il y a quelques semaines. Le président du CCAS/maire d’Oloron informe qu’il envisage de mettre en place le transport à la demande au niveau du CCAS. Le transport à la demande est un mode de transport en commun dont les trajets et les points de desserte sont déterminés en fonction des réservations des usagers souhaitant effectuer un déplacement. Mais avant la mise en place de ce transport à la demande, il faut réaliser une étude. Le président du CCAS propose de recruter quelqu’un qui en sera chargé.

Des élus du conseil d’administration s’étonnent : comment la commune peut-elle créer un service dans un domaine dans lequel elle n’a pas compétence ?. Le président du CCAS/maire d’Oloron les rassure : il a obtenu du président de la CCPO le transfert de cette compétence. Comme le conseil d’administration est composé pour moitié de représentants de la société civile, les élus renoncent à l’affrontement avec le président. Et le poste est créé.

Décryptage. Le président du CCAS/maire d’Oloron a raconté des histoires à son conseil d’administration en l’assurant que la CCPO avait accepté de transférer à la commune la compétence. Il n’y a pas plus d’autorisation de la CCPO que de piranha dans le gave. Comment en effet la CCPO pourrait-elle transférer à la commune une compétence…. qu’elle-même n’a pas (c’est le conseil général qui est compétent en la matière) ? En réalité, la soi-disant création d’un service de transport à la demande était un alibi pour obtenir la création de l’emploi. Il a été présenté comme un emploi à durée déterminée ? Quelle importance ? La fonction créant l’organe, il ne tardera pas à être pérennisé.

Et qui est l’heureux bénéficiaire de cet emploi ? Un ami politique du président du CCAS/maire d’Oloron. Un ami ne résidant pas à Oloron dont le profil Twitter nous apprend qu’il est président de la Commission Transport du CNIP, membre du Comité Directeur du CNIP, Vice-Président CNIP64 (Béarn). Oui, vous savez, le CNIP, ce petit parti de la droite de la droite dont Hervé Lucbéreilh est secrétaire général adjoint.

Que l’élu qui n’a jamais été tenté par ce type de clientélisme jette le premier Code pénal à la face d’Hervé Lucbéreilh. Mais est-ce faire œuvre de populisme que de déplorer ce genre de pratique et de considérer que les citoyens sont de plus en plus nombreux à les réprouver…. à l’exception, bien entendu, de ceux qui en sont les heureux bénéficiaires.

6 commentaires sur « « La cuisine politicienne pour les nuls », ou comment embaucher l’un de vos amis politiques à la mairie »

  1. Il fut un temps ou pour éviter ce genre de situation le maire pouvait faire appel à un service de la maison des communes qui lançait l appel à candidatures puis tri des candidats et proposition au maire
    Est ce que cela existe encore et est utilisé?

    J'aime

    1. La Maison des communes continue d’assurer ce rôle de conseil…. même si le maire reste maître de son choix. Une bonne partie des offres d’emploi continuent de passer par elle. Mais dans certaines mairies, le recours de plus en plus fréquent à des emplois contractuels ou à des contrats à durée déterminée permet de contourner le système et, au final, permet au maire de recruter qui bon lui semble.

      J'aime

    1. Déjà apprenez les citations correctement… Ensuite je me dis que vous n’avez que ça à faire de vos petites journées…
      Je vous lis régulièrement en trouvant cela pathétique, un acharnement sans raison.
      Je suis fière et heureuse pour notre ville qu’Hervé Lucbereilh en soit redevenu maire. La ville est redynamisée. Vous parlez de taxes et autres impositions… Avez vous déjà décoller d’Oloron. Ailleurs messieurs dames les taxes sont bien plus élevées. Monsieur le maire applique juste la loi! Tout simplement.
      Pensez à écrire plutôt des articles pour attirer de futures entreprises dans le secteur Et de nouveaux habitants. Éviter la pénurie de l’emploi et que nos jeunes partent… Là vous serez utiles.
      Super l’image que l’on a de nous sur internet…

      Et il n’est pas question de politique la mais de dynamisme, d’économie locale!!!

      Une oloronaise de naissance qui soutiendra toujours ceux qui nous font avancer au lieu de radoter…

      A bon entendeur…

      J'aime

      1. Vous trouvez les articles pathétiques. C’est bien là votre droit. Mais vous dites dans le même temps lire le blog régulièrement.Vous aimez vous faire mal ou quoi ?

        J'aime

Les commentaires sont fermés.