La CCPO dit m… à Nadine Morano, avec poésie


Nadine Morano : femme politique française qui a au moins compris qu’il y avait deux méthodes pour exister dans le domaine dont elle a fait sa profession. Soit on fait preuve d’un réel talent. Soit on se signale par des attitudes et des déclarations polémiques dont les médias feront leurs choux gras. Faute de talent, Morano a opté pour la seconde méthode. Dernier fait d’armes en date : avoir défini la France comme un pays judéo-chrétien de race blanche.

Oloron : capitale du Haut-Béarn, siège de la CCPO (Communauté de communes du piémont oloronais) qui organise ce week-end la 5ème édition de « Confluence des cultures ». Cette manifestation met à l’honneur cette année la rencontre entre les cultures urbaines et les cultures traditionnelles. Avec pour point d’orgue un concert-impro réunissant deux slameurs, trois musiciens utilisant des instruments traditionnels béarnais et des danseurs du groupe les Seuvetons de Lasseube.Concert-impro programmé, il est vrai, bien avant la déclaration pour le moins inopportune de l’adhérente du parti Les Républicains.

Le programme ? Sachant (merci le Larousse) que le slam se définit comme une « poésie orale, urbaine, déclamée dans un lieu public, sur un rythme scandé », les slameurs déclamaient des poèmes sur fond de musique traditionnelle, parfois accompagnés par les danseurs. Tous les poèmes étaient extraits d’un recueil intitulé « Le Chant des possibles », œuvre de l’un des deux slameurs, Marc Alexandre Oho Bambe chantant sous le pseudonyme du Capitaine Alexandre.

Et c’est là que nous retrouvons Nadine Morano. Horreur et damnation, Madame Morano, Capitaine Alexandre est d’origine camerounaise. Pire, Madame Morano, « Le Chant des possibles » vient d’obtenir le prix Paul Verlaine de l’Académie Française. Comment, un auteur d’origine camerounaise distingué par l’une des institutions les plus prestigieuses de notre beau pays de France pour un recueil de poésie en langue française ? Mais dans quel monde vivons-nous Madame Morano ?

Et comme si ça ne suffisait pas, voilà que la CCPO a l’outrecuidance de l’inviter. Et que le nombreux public, tous âges confondus, qui assistait à cette interprétation donnée samedi soir à la médiathèque d’Oloron a réservé un triomphe à tous les artistes. Et j’espère que les trois extraits figurant dans la vidéo ci-dessous feront regretter aux absents de ne pas avoir fait le déplacement.

Post-scriptum qui a à voir avec ce qui précède : certes, la CCPO était organisatrice de la manifestation. Dommage quand même que la mairie d’Oloron n’ait pas relayé le programme sur son site Internet. Toujours la gué-guerre ?

3 commentaires sur « La CCPO dit m… à Nadine Morano, avec poésie »

  1. voilà pourquoi la CCPO doit continuer ses missions de service public en matière culturelle, malgré les contraintes financières … pour ce supplément d’âme et cette confluence des cultures qui est le seul chemin pour vivre ensemble

    J'aime

    1. Vous le savez comme moi, la culture est en règle générale le premier domaine sacrifié lorsqu’il faut trouver des économies. J’ai l’impression que du côté de la CCPO les élus tiennent encore le cap. Pourvu que ça dure !

      J'aime

      1. Les élus sont nombreux à la CCPO à tenir ce cap. Si économies supplémentaires il faut faire, la culture devra prendre sa part, rien que sa part, au même titre que les autres domaines d’intervention

        J'aime

Les commentaires sont fermés.