Au cimetière Sainte-Marie, des « arrosoirs » très spéciaux


Cimetière Ste-Marie - Copie
Les « arrosoirs » à un point d’eau du cimetière

Les occupants des lieux n’écrivent jamais au maire pour se plaindre ou revendiquer on ne sait quel passe-droit. Et s’ils votent lors des élections municipales, c’est bien contre leur gré et cela se passe bien plus souvent sur une île française de la Méditerranée qu’à Oloron. Mais ce ne sont pas là des raisons pour ne pas les traiter avec tout le respect qui leur est dû.

Au cimetière de Sainte-Marie (mais c’est la même chose dans les autres cimetières de la ville), voilà les « arrosoirs » mis à la disposition des personnes qui souhaitent entretenir les fleurs mises sur les tombes de leurs morts : des cubitainers de vin ! La commune ne dispose-t-elle pas des quelques dizaines d’euros nécessaires pour compléter le stock des quelques vrais arrosoirs que l’on trouve sur le site ? Ou bien, comme me le suggérait la personne qui m’a transmis cette photo, faudra-t-il conclure un contrat de partenariat public-privé (PPP) pour trouver une solution financière de nature à régler le problème ?

Pourquoi ce laisser-aller ? Est-ce une nouvelle manifestation de « l’optimisation des ressources » dont Monsieur le maire nous rebat les oreilles à longueur de colonnes de journaux et de conseils municipaux ? Et après, ce sera quoi ? Couverts en plastique et assiettes en carton dans les cantines scolaires ?

Il ne s’agit certes pas d’une affaire d’état. Mais – ici la minute sentencieuse du blogueur – on reconnaît une société à la manière dont elle traite ses anciens et ses morts. Fermez le ban !

Monsieur le maire, je sais que vous êtes un lecteur fidèle quoi que critique – mais, vous comme moi, on ne saurait plaire à tout le monde – d’Un Regard sur Oloron. Alors, s’il vous plaît, grattez les fonds de tiroir de votre mairie pour débusquer les crédits nécessaires à cet investissement qui, j’en suis certain, vous vaudra la reconnaissance de tous les occupants des cimetières d’Oloron mais, et cela est plus important pour vous, de tous ceux qui leur rendent visite.