La mairie d’Oloron crée une zone de rencontre à Notre-Dame


panneau zone de rencontrePrière aux adeptes de Meetic et sites similaires de ne pas se réjouir trop tôt : la « zone de rencontre » dont la mairie d’Oloron vient de décider la création n’a rien à voir avec le type de mise en relation dont ils font leur miel. Il s’agit plutôt ici d’un ménage à trois : le piéton, l’automobiliste et le cycliste, dont il s’agit de favoriser la cohabitation. À dire vrai j’ignorais tout de ce dispositif (dont le titre officiel est bien « zone de rencontre ») instauré par le Code de la route en 2008 jusqu’à ce que deux panneaux de signalisation récemment implantés à l’entrée et à la sortie de la rue Palassou attirent mon attention. Jamais vus jusqu’alors.

Une rapide incursion sur Internet a suffi pour me déniaiser. Ce panneau sur fond bleu représente un piéton, un cycliste, une automobile et une limitation de vitesse à 20 km/h. Quelle est sa signification ? Il indique (Cf article R 110-2 du Code de la route) que sur cette voie où la vitesse est limitée à 20 km/h pour les véhicules, les piétons (auxquels il est donc permis d’aller plus vite) sont autorisés à circuler sur la chaussée sans y stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules, et que, sauf décision contraire du maire, toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes.

Voilà une excellente initiative. Qu’il me soit tout de même permis, avec tout le respect que je dois aux fonctions qu’il exerce, de suggérer à Monsieur le maire quelques dispositions complémentaires qui contribueront à ce que cette zone de rencontre ne se transforme pas en zone de collision :
– Les panneaux qui signalent l’entrée dans cette zone ont été installés au débouché de la rue Palassou avec la rue Camou et avec la route qui descend des halles. Mais il n’y en a pas à l’entrée de la rue Palassou côté place Amédée Gabe. Où est la logique ?
– Les services municipaux seraient bien inspirés de mener une campagne pour vérifier si les véhicules respectent la limitation de vitesse. Très franchement j’en doute.
– Normalement, sur ce type de voie, le stationnement des véhicules motorisés n’est autorisé que sur les espaces aménagés. Les services municipaux seraient tout aussi inspirés d’y expédier nos ASVP pour une action de prévention.Une fois que lesdits ASVP auront fini de réviser pour passer leur examen de policiers municipaux, bien sûr.
– D’une manière plus générale, plutôt que de communiquer sur l’éventuelle venue du roi de Patagonie (voir un précédent billet du présent blog), Monsieur le maire ferait mieux d’informer les divers usagers de cette zone de rencontre de leurs droits et de leurs devoirs. Et notamment de rappeler aux automobilistes-rois-de-la-route que dans ce type de secteur les piétons prennent le pas sur eux. C’est pas gagné.