Le Parc Pommé se transforme en brousse, en savane


DSC2491 Pentes bien tondues, massifs et arbustes bien entretenus, panneau « Ville fleurie » implanté en bordure, pour l’automobiliste qui découvre le Parc Pommé depuis la route de Pau, voilà une invitation à visiter un espace vert plein de promesses. Il vaut mieux pourtant qu’il renonce à faire un détour pour y pénétrer et pour partir à la découverte de ce lieu plein de merveilles.

Car à l’intérieur, le lundi 22 juin (le diaporama ci-après en témoigne),la réalité est tout autre. On s’y trouve confronté à la brousse, à la savane. Autrefois, durant les vacances d’été, les moniteurs du patro de la JAO amenaient au Parc Pommé les jeunes colons. Aujourd’hui, ils perdraient les gosses au milieu des herbes folles. La plupart des espaces n’ont pas dû voir une tondeuse depuis l’an dernier. Les plantes invasives prolifèrent, commençant à cerner bancs, arbres et statues disséminés dans le parc.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comme il faut rester positif ( !), on se dit qu’il doit bien y avoir une explication à ce qui pourrait passer à première vue pour un défaut d’entretien. Un défaut d’entretien d’autant plus étonnant que les serres municipales sont situées à deux pas. Par conséquent les agents municipaux sont parfaitement au courant de la situation.

Après grande réflexion, je formule deux hypothèses qui ne s’excluent pas nécessairement l’une, l’autre.Une hypothèse écologique : nos édiles veulent faire d’Oloron une ville verte et laissent ici la nature faire son œuvre, sans la contraindre ni la blesser par des tontes et des coupes à répétition. Une hypothèse économique : dans leur quête désespérée de recettes nouvelles pour ranimer les finances exsangues de notre commune (ah ! le coup de l’héritage !), nos édiles comptent sur une belle récolte de foin qu’ils vendront au mieux disant. Personnellement, je penche plutôt pour cette seconde hypothèse.

(Actualisé le 24 juin) Le programme officiel des animations de l’été « Quartiers d’été » présente le parc Pommé comme « un écrin de verdure propice à la méditation ».Faut croire que le rédacteur de l’article n’y a pas mis les pieds depuis quelques temps !