Le clocher de Sainte-Croix l’a lui aussi échappé belle !


Clocher actuel Église Sainte-CroixNouvelle ascension jusqu’à l’église Sainte-Croix. Non plus pour comparer l’état des lieux à 100 ans de distance (cf. le billet d’hier), mais pour vérifier le sort que le projet de l’abbé réservait au clocher de l’église.

Le brave abbé n’aimait pas du tout ce clocher. Dans sa Notice historique et descriptive sur l’église Sainte-Croix publiée en 1856, il lui règle son compte : « … C’est sur cette façade que s’élève le clocher, carré massif sans intérêt et qui…… n’est évidemment qu’une construction provisoire ».

Maquette Clocher église Sainte-Croix

 

 

L’abbé passe ensuite à la description de la restauration. Le clocher est condamné sans appel : « … il n’y a pas ombre d’architecture : c’est une masse informe qui doit disparaître ». Grâce au Ciel, il a une idée de ce qu’il faut faire : « La lanterne du clocher paraîtra au-dessus…. couronnée par un dôme qui trouverait son modèle ou à Sainte-Sophie de Constantinople ou dans le Catholicon d’Athènes ». Rien moins.

Pourquoi un dôme ? L’abbé Menjoulet a la réponse : « Un dôme convient mieux qu’une flèche dans la position élevée de Sainte-Croix. Les flèches doivent rester dans les plats pays…. au milieux des grandes villes, ou bien, au milieu des forêts ».

Si une maquette du projet existe (ci-dessus un zoom sur la partie concernant le clocher), l’abbé Menjoulet n’eut pas le temps ou les moyens de mener son œuvre à bien jusqu’au bout. Et le clocher resta en son état initial. Faut-il le regretter ?