Une dernière louche sur le conseil municipal du 13 avril


Drapeau tibétainTrois heures et quart de conseil municipal, c’est long ! Surtout pour un public de citoyens qui n’ont pas le droit à la parole et auxquels ne sont donnés que quelques minutes de spectacle lors de l’inévitable confrontation majorité vs opposition à propos des finances municipales. Voici cependant quelques petites notes complémentaires à mon précédent billet sur le sujet.

Rapports sur table : en s’asseyant à leur place, les conseillers trouvent cinq « rapports sur table ». En clair, ils découvrent là cinq délibérations qu’ils n’ont pas eu le temps d’étudier, et pour cause. L’opposition proteste…. et vote contre ces décisions. Elle aurait pourtant eu une autre option plus habile et plus efficace pour faire plier le maire : exiger le retrait de ces délibérations qui n’avaient pas, comme la loi l’impose, été notifiées aux conseillers municipaux au moins cinq jours avant la date du conseil.
L’opposition pourrait maintenant recourir à un plan B : demander au sous-préfet de rejeter ces délibérations pour cause d’illégalité. Cela fait un peu procédurier, mais ça ne peut que marcher. Je crois d’ailleurs me souvenir que, lors du précédent mandat, l’opposition d’alors avait recouru à cette solution. Avec succès.

Les raisons d’une séance soporifique : ce sentiment d’ennui qui gagnait public et élus a plusieurs origines. D’abord le nombre de délibérations à l’ordre du jour : près de 50. Ensuite, le fait que la plupart d’entre elles soient des délibérations techniques dont le sens échappe au commun des mortels et qui ne font pour cette raison l’objet d’aucun débat. Enfin, on croirait que les conseillers chargés de la présentation des rapports interprètent là le rôle de leur vie : ils lisent consciencieusement, à la virgule près et avec plus ou moins de talent des rapports longs…. alors qu’il leur suffirait d’en faire la synthèse.

Comme son nom l’indique : Monsieur le maire est un magistrat plein d’humour. N’a-t-il pas confié la présentation des rapports concernant le budget de l’eau, mais aussi le rapport relatif aux travaux sur le bassin du Jardin Public à un conseiller municipal du nom de…. Dall’acqua ? (que ceux qui n’auraient pas compris la finesse se précipitent sur leur dictionnaire italien – français).