Conseil municipal d’Oloron : et le débat cessa faute de « débattants »


Conseil municipal OloronEn cette veille de Pâques, c’était jour de débat au Conseil municipal d’Oloron. Débat d’orientations budgétaires, s’entend. Un moment d’échange prévu par la loi pour donner aux conseillers municipaux l’occasion de prendre connaissance et de discuter des grands axes, en recettes comme en dépenses, en fonctionnement comme en investissement, de ce que sera le budget de la commune pour 2015.

Que retenir de cette séance très suivie (60 « spectateurs »), sans pour autant en faire ici le compte-rendu ? Les journalistes, dont c’est le métier, sauront en effet le faire mille fois mieux que moi. Le fait majeur, et nul doute qu’ils titreront là-dessus, c’est le départ précipité des conseillers d’opposition.

Dans un premier temps, l’adjoint aux finances prit la parole. En ânonnant quelque peu, il donna lecture du document d’orientations budgétaires. Un document sans surprise quand il émane d’une municipalité d’alternance et qui peut se résumer comme suit : nous avons trouvé une situation financière dégradée sur le plan de l’endettement comme des dépenses. Nous ferons mieux sans augmenter les taux d’imposition, sans emprunter, avec une meilleure recherche des subventions.

Départ des conseillers d'opposition
Les élus d’opposition quittent la séance

Jugeant par leur porte-parole le débat stérile, les chiffres avancés par la majorité étant dépourvus selon eux de toute sincérité, les élus de l’opposition se levaient comme un seul homme (ou, parité oblige, comme une seule femme) refusant d’entamer toute discussion et donnant rendez-vous pour le vote du budget qui est prévu le 13 avril.

Ils étaient accompagnés dans cette sortie à l’évidence préméditée par la moitié des auditeurs présents dans la salle… sous les huées et ricanements de l’autre moitié de la salle, composée de partisans du maire. À partir de là, la réunion perdait tout son sel et Hervé Lucbéreilh ne tardait pas à lever la séance après que quelques-uns des conseillers aient pris la parole pour dire tout le mal qu’ils pensaient de l’attitude de leurs collègues de l’opposition….. sous les applaudissements des auditeurs encore présents.

Pas sûr que la démocratie gagne quoi que ce soit dans ce type de joute. Mais Oloron fait-elle bien exception en ce domaine ? Match retour donc le 13 avril. Il est recommandé à ceux qui voudraient y assister d’arriver en avance s’ils veulent disposer d’une place assise.

2 commentaires sur « Conseil municipal d’Oloron : et le débat cessa faute de « débattants » »

  1. Les élus de l’opposition illustrent encore une fois « leur » sens de la démocratie: ils « prennent  » la parole , font leur petit tour et puis s’en vont.
    Des « huées et ricanements », dites-vous? ils étaient visiblement sucités par un comportement irrespectueux (à l’égard des élus et des oloronais). Ce tollé est une réaction à l’aune de leur attitude régulièrement lors des Conseils Municipaux qu’ils présidaient, mais sans autre motif que l’esprit revanchard.

    J'aime

    1. Personnellement, je n’ai aucun élément de comparaison pour jauger (ou juger, si vous préférez) les séances de conseil municipal oloronaises. C’était en effet la première (non, je mens, la seconde) à laquelle j’assistais ici.
      Si, par obligation professionnelle, j’ai assisté à des centaines de réunions de ce type au cours de ma carrière, je n’ai pas le souvenir d’une séance qui ait tourné au meeting comme celle de ce matin. Des oppositions ont pu claquer la porte, emmenant avec elles leurs soutiens, pour autant le reste de l’assemblée restait de marbre.
      Dans l’enceinte de la mairie, le débat doit s’instaurer autour de la table, entre conseillers (cela n’a pas été le cas aujourd’hui) et non au sein de l’assistance entre partisans et adversaires d’un camp ou de l’autre (cela n’a pas non plus été le cas aujourd’hui).
      À voir si le 13 avril tout le monde aura retrouvé ses esprits. On peut toujours rêver.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.