Départementales 2015 : Oloron gagne….. un maire à plein temps


Élections départementalesLors des dernières municipales, Hervé Lucbéreilh s’était engagé à ne « travailler que pour Oloron-Sainte- Marie et ses habitants….. ». Les électeurs du canton d’Oloron 1 viennent aujourd’hui de l’aider à tenir sa promesse. Le résultat est sans appel : 42% pour le binôme qu’il formait avec Sylvie Libarle contre 58% à ses adversaires du parti socialiste. Il n’est donc plus conseiller général et pourra se consacrer à temps plein, comme il en formait le vœu, à l’administration de sa bonne ville d’Oloron.

Qui aurait cru, au des résultats du premier tour, à un résultat pareil. Dans une tentative avouée par avance hasardeuse, j’avais pronostiqué il y a six jours un résultat inverse à celui qui est sorti des urnes ce soir. Comme tout sondeur qui se plante, je vais maintenant asséner avec aplomb les raisons de ce changement de tendance des électeurs : ils n’ont pas, mais alors pas du tout apprécié l’alliance de dernière minute de Lucbéreilh avec son ennemi intime Jean Lassalle. Cuisine électorale trop évidente. Voilà l’explication principale de l’échec.

Petit moment d’autosatisfaction quand même en considérant les résultats du canton d’Oloron 2. Mon pronostic d’il y a 6 jours était presque exact : j’avais prévu 55/45 en faveur du binôme socialiste. Il s’établira à 53/47. Pas mal non ?

3 commentaires sur « Départementales 2015 : Oloron gagne….. un maire à plein temps »

  1. Oui….mais il n’en reste pas moins que tout ce petit monde qui depuis dimanche soir arbore un sourire narquois, cumule et cumule!

    J'aime

    1. Certes. Mais le fait que certains ne respectent pas leur engagement de non-cumul justifie-t-il que d’autres aient la tentation d’en faire de même ?

      J'aime

  2. Tout d’abord, toutes mes félicitations quant à vos analyses : à ce stade, ce n’est plus de la prévision.
    Pour ce qui est d’Oloron 1, nos deux amuseurs (encore que) auront peut être compris que comme le disait parait-il Lincoln : »On peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps. »
    Reste à savoir si la versatilité de l’électeur (que je suis aussi) tirera également une leçon de ce résultat.
    J’attends avec impatience vos commentaires qui, je n’en doute pas ne vont pas tarder, sur le prochain épisode qui ne va pas manquer de passionner la France entière, et servir de défouloir à tous les déçus du socialisme, du sarkosysme, du frontdegauchisme, du familiolepenisme, du communisme, du centrisme, du modemisme (pas forcément aéro), de l’extrêmegauchisme, du gaullisme, entre autres.
    C’est vrai qu’avec les régionales, l’avantage du mode de scrutin c’est que la multiplicité des listes permet d’envisager que tous ces déçus trouvent un nouveau port d’attache. Provisoire bien sûr.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.