Vallées d’Aspe et d’Ossau : pas de convergence


gaves d'Ossau et d'Aspe
Les gaves d’Ossau et d’Aspe à la Confluence

 

À Oloron nous le savons bien : sur les plans géographique, économique et humain pratiquement tout sépare la vallée d’Aspe de la vallée d’Ossau. L’ouverture de l’une contraste avec l’encaissement et la rudesse de l’autre.

Même leurs gaves s’y mettent. Prise ce samedi sur le coup de 14 heures au niveau de la Confluence, cette photo illustre plus qu’un long développement les particularismes de l’un par rapport à l’autre. Vert émeraude et tranquille, le gave d’Ossau rejoint à cet endroit le boueux et tumultueux gave d’Aspe.

Qu’est-ce qui explique des caractères si disparates alors que seuls quelques dizaines de kilomètres les séparent ? Je l’ignore. Dans tous les cas, le gave d’Oloron, issu de cette union, tel un rassemblement Lucbéreilh-Lacrampe ou une synthèse Uthurry-Bareille, sort renforcé de cette rencontre

3 commentaires sur « Vallées d’Aspe et d’Ossau : pas de convergence »

  1. Pour être passé vers 14h00 ce même jour sur le pont du gave d’Oloron, je peux tirer 2 enseignements :
    – le mélange ne donne vraiment rien de très beau et a plutôt une couleur inquiétante
    – le gave d’Aspe semble emporter la partie

    Sur ce deuxième point, ne sachant à qui vous associez le gave d’Ossau et le gave d’Aspe, je ne sais qui emporte la partie. Mais je n’ai pas cru comprendre que vous ayez vous même vu dans ce symbole une anticipation des élections à venir.

    J'aime

    1. Je ne lis ni dans le marc de café, ni dans la couleur des gaves d’Aspe et d’Ossau. N’attendez donc pas de moi des prédictions sur les résultats des prochaines élections à partir de la teinte prise par l’un et par l’autre

      J'aime

  2. C’est bien dommage, j’avais bien apprécié vos prévisions (à défaut de prédictions) à l’occasion des dernières présidentielles. Ceci étant, mon analyse sur les dernières municipales auraient eu de quoi faire rire aux éclats n’importe quel Quaker.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.